Festival de Marne, Geneviève, Jérémie et Camélia.

18 Oct
Photos ©NGabriel

Photos ©NGabriel

Enfin Jérémie Bossone sur une scène à sa dimension… En attendant le St Jean d’ Acre, ou l’Olympia , le Sud-Est-Théâtre à Villeneuve St Georges lui a fait une ovation grandiose. Le plateau était relevé, coloré, et d’ailleurs pour la couleur, il y eut une avant première partie avec la très expansive Geneviève Morissette, qui a décidé de se marier avec la Morissette robe AAA-retFrance, en bloc. Elle a déjà la tenue ad-hoc, il est donc conseillé aux prétendants potentiels de se vêtir en conséquence lors de ses prochains spectacles. A part ça, mademoiselle Morissette ne fait pas dans la chansonnette guimauve, elle est là pour gueuler sa vie, dans la trace de Diane, Lynda ou Dan (Bigras) en rock ou en mélo-drame touchant, femme dynamite, attention aux tièdes amants, ils vont avoir chaud aux oreilles.

Bossone Villeneuve Conquête AAJérémie Bossone arrive en trio, avec Benjamin le frangin, et Daniel Jéa. Dès sa première chanson, « Rien à dire » il est évident qu’il est plus dans la filiation de Jacques Debronckart, on le dit chaînon manquant entre Brel et Noir Désir, c’est pas faux, mais ce serait Brel avec la guitare de Jimi Hendrix et Noir Dèz avec les textes d’un Chandler, ou Fajardie, s’ils avaient fait des chansons … En quelques minutes il embarque un public subjugué dans ses carrousels d’univers borderline, ces paumés magnifiques, personnages baroques, tragi-comiques, démesurés, ces héros de la déglingue qui jettent leur parachute avant de sauter, car il y aura bien un ange qui passera pour les attraper au vol… Et parfois, un ange passe… Parfois.

Dans ce public très mélangé, ce fut pour beaucoup une révélation majeure. La durée de cette première partie limitait le répertoire, ce qui permettra de découvrir sur l’album « Gloires » des moments rares, comme Der Lieermann, ou Le cargo noir, (très noir intime) .

Jérémie Bossone sera très prochainement dans les Chroniques Lycéennes du Prix Charles Cros.

Camélia Jordana AAA-001retEt puis voici la vedette de la soirée, Camélia Jordana. D’abord il y a cette voix unique de jazzeuse naturelle, pas besoin de « vibes » surjoués pour faire passer la « soul »… Et après l’incandescent Bossone, Camélia Jordana charme en Shéharazade qui nous invite à la suivre dans ses contes musicaux, ses envoûtements délicats, en alternance avec des séquences aux rythmes puissants. Pas bruyants, pas d’agitations stériles, on pense à Nino Ferrer, avec son groupe et le sax de Manu DiBango, passant de l’échevelé Téléfon, à la sensible Rue Madureira. Il y a cette qualité musicale dans le spectacle de Camélia Jordana, il y a le raffinement des ambiances à la Léonard Cohen, ballades limpides décorées d’arrangement sophistiqués, dans le bon sens du terme, travaillés finement. Un signe qui ne trompe pas, plusieurs fois dans la soirée Camélia Jordana a enchainé deux ou trois chansons sans que le charme soit rompu par les applaudissements. Très à l’aise, sans effets artificiels, elle a parfaitement mené le show bien entourée de 5 musiciens (dont une musicienne multi instrumentiste et vocaliste) et conquis le public dont une bonne partie découvrait les artistes présents pour de bon. Il faut souligner que le Festival de Marne remplit très bien son rôle de découvreur, dans les spectateurs, beaucoup ne connaissaient pas du tout les artistes invités – à part le nom de Camélia Jordana- et ils sont repartis emballés, enthousiastes de ces trois découvertes.

C’était le 9 0ctobre à Villeneuve St Georges.

Et pour quelques images de plus,

Montages CaméliaBossoneNorbert Gabriel

Publicités

Une Réponse to “Festival de Marne, Geneviève, Jérémie et Camélia.”

  1. Alain Fantapié octobre 19, 2015 à 14 h 09 min #

    Très juste ton article, Norbert, pour 3 artistes que l’Académie Charles Cros suit de près.Jérémie depuis le Pic d’or de Tarbes, qu’il avait remporté une année où je faisais partie du jury avant d’avoir un Coup de coeur Charles Cros 2015 proclamé à Lignières, en compagnie de Camelia. Et l’ACC ne va pas tarder à recevoir à Château-Thierry le 27 novembre Geneviève, petite bombe qui deviendra… grande (en concert avec Legato pour le lancement de Confluences). Tu écris que le Festival de Marne joue très bien son rôle de découvreur, c’est vrai, mais le Doigt dans l’oeil aussi. .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :