Archive by Author

Concert du Cri du Peuple en soutien au collectif anarchiste grec Rouvikonas pour dénoncer une machination judiciaire dont sont victimes deux de ses militants

25 Oct

Samedi 16 octobre dernier Le Cri du Peuple, dont les membres sont impliqués dans l’élan de solidarité avec le peuple grec, qui a organisé l’acheminement de plusieurs convois de vivres vers Athènes, au cours des dernières années, en particulier à destination du quartier Exarcheia, refuge des migrants et des démunis, défendu par le collectif anarchiste Rouvikonas, donnait un concert de soutien, dans la Maison d’Artistes à Pessac (33), à ce groupe politique, cible d’attaques juridiques à répétition, et plus particulièrement à deux de ses membres, Giorgos Kalaitzidis et Nikos Mataragkas, accusés du meurtre d’un dealer, dont ils avaient déjà été innocentés une première fois, avant que la justice grecque ne relance une autre procédure. Leur procès qui se tient actuellement prend des allures de mascarade, les trois témoins à charge s’étant rétractés, affirmant avoir été contraints de faire de fausses dépositions par les policiers, et plus de 300 témoins à décharges s’étant manifestés pour être entendus. L’affaire, relayée essentiellement sur les réseaux sociaux par le philosophe et réalisateur Yannis Youlountas, en dépit du silence incompréhensible des médias de masse, suscite une vague d’indignation et de solidarité à travers le monde entier, tant elle dégage des relents nauséabonds, rappelant les machinations judiciaires dont furent victimes des innocents que les autorités cherchaient à incriminer en raison de leurs convictions politiques, obédiences religieuses ou appartenances ethniques, que des pouvoirs étatiques considèrent comme des menaces et cherchent à criminaliser. On pense à Sacco et Vanzetti, à Dreyfus, et à bien d’autres. On pense aussi à Georges Ibrahim Abdallah qui entame sa 38ème année d’incarcération, et pour réclamer la libération duquel plus de mille personnes se sont réunies une fois encore ce weekend même, devant la prison de Lannemezan.

Des soutiens se mobilisent dans plusieurs pays, inquiétés par le sort de Giorgos et Nikos, et craignant, au vu de l’acharnement des autorités grecques à éliminer l’organisation Rouvikonas du paysage politique grec, qu’en dépit du bon sens et des évidences, deux innocents soient condamnés pour servir une logique politique et des pratiques répressives d’un  autre temps. En effet Rouvikonas, qui n’est ni une organisation terroriste, ni encore moins une mafia criminogène, est depuis plusieurs années une épine dans le pied du gouvernement et des logiques capitalistes qui affament et appauvrissent la population, puisque, de par ses activités concrètes  et son activisme sur le terrain, auprès des citoyens, ses membres démontrent, de manière plus pragmatique qu’idéologique, qu’une gestion collective et un partage équitable des biens, et une reprise en main du pouvoir par le peuple au quotidien sont viables. L’organisation, qui bénéficie d’une large sympathie populaire, sécurise et défend notamment le quartier athénien d’Exarcheia, contre les attaques des fascistes du parti Aube Dorée, et protège les réfugiés de la police.  

C’est dans un contexte de silence médiatique et de léthargie des grandes organisations politiques classiques au sujet de la situation actuelle en Grèce, que Le Cri du Peuple nous a demandé de lui donner la parole pour informer sur cette cause.

 

IMG_7329 (2)– Bonjour, et merci de cet entretien pour un concert qui se produit dans un contexte particulier. Pouvez-vous nous expliquer ?

– Sarah : Deux personnes faisant parti des Rouvikonas, un groupe anarchiste grec, principalement basé dans le quartier Exarcheia d’Athènes, sont accusées de meurtre d’un dealer de drogues. Le procès s’est tenu mercredi 13, au cours duquel les témoins qui avaient été présentés ainsi par la police se sont rétractés, en affirmant que ce n’était pas ces deux personnes qu’ils avaient vues, et l’une de ces témoins a expliqué avoir été contrainte pas les policier à faire une fausse déposition pour incriminer ces militants. Il est apparu que les témoignages à charge avaient été mis en place par la police pour emprisonner ces personnes et criminaliser le groupe militant anarchiste. Donc ce soir nous jouons en soutien aux Rouvikonas dans le cadre de cette procédure particulière, mais aussi par rapport à toutes tentatives de les éliminer dont ils sont la cible d’une façon générale depuis des années.

 

– Pourquoi les Rouvikonas sont-ils la cible de tels acharnements judiciaires ?

– Sarah : C’est-à-dire que les Rouvikonas gèrent le quartier d’Exarcheia, où beaucoup de migrants ont trouvé refuge, et que la justice et le gouvernement n’apprécient pas qu’ils empêchent la police d’y pénétrer pour chasser des miséreux, et en interdisent aussi l’accès aux militants fascistes d’Aube Dorée et aux dealers de drogues. Il y a déjà eu un attentat, contre le Notara 26, un squat de familles de réfugiés, que des terroristes de ce parti d’extrême-droite ont incendié. Les fascistes grecs sont capables de ça. Donc il est compréhensible que les Rouvikonas s’opposent à leur présence dans le quartier, et pas que pour des raisons idéologiques.

– Marina : Ils ont également mené pas mal d’actions concrètes les dernières années : ils sont entrés au parlement grec ; ils ont attaqué la banque centrale qui tenait toutes les informations concernant les surendettements des citoyens grecs et ont planté tout le système informatique et détruit les documents. Ce sont donc des activistes qui agissent pour changer les choses vraiment dans le quotidien des gens, et ça fait peur au gouvernement. Le premier ministre a déclaré que l’objectif était d’éliminer les Rouvikonas, et la situation factuelle de souveraineté autogérée du quartier Exarcheia. Ce ne sont pourtant pas des terroristes : ils ne tuent pas. Mais ils réalisent des actions directes de sabotage. Nous en avions rencontrés, qui étaient venus ici, lors d’une projection du dernier film de Yannis Youlountas, parler d’une petite chaine télévisuelle qu’ils avaient crée sur Internet pour informer sur les manifestations en Grèce, mais du coté militant et non pas du côté de la voix officielle policière. Ils nous ont expliqué qu’eux ne faisaient pas de discours didactique en enseignant aux gens ce qu’est l’anarchie et leur disant comment vivre, mais qu’ils agissaient par des actions concrètes d’entre-aide, par exemple en arrivant dans un village sans ressource alimentaire avec des vivres qu’ils posaient au milieu de la place, en invitant les habitants à gérer eux-mêmes et tout seuls le partage. C’est par l’exemple qu’ils montrent que l’autogestion est viable, et cela fait peur à un gouvernement capitaliste.

– Sarah : Et il y a aussi le fait qu’ils tiennent des squats de réfugiés et organisent l’accueil des migrants qu’ils protègent des persécutions policières, et pas seulement à Exarcheia. J’y suis moi-même allée, et j’ai constaté que ces gens sont des activistes qui investissent la vie du quartier, avec plein de lieux autogérés, et sont soutenus par la population. C’est réel et concret. Et ce mouvement bénéficiant d’une large sympathie populaire, il est vu comme une menace par les autorités.

– Marina : C’est quand même une des rares organisations politique, dont, lorsque ses tracts sont vus par terre, les gens se baissent pour les ramasser et les lire! En France, lorsque les tracts de n’importe quel parti ou syndicat sont par terre, on peut attendre avant que quelqu’un s’y intéresse. Ça illustre quand même la sympathie populaire dont bénéficient les Rouvikonas. Pourtant dans les médias européens de masse, on n’entend absolument rien sur la Grèce et cette situation. Il y a là bas un peuple qui est en train de souffrir énormément, une grosse crise économique, des gens démunis et affamés à la rue.

 

unnamed– Et une justice peu respectueuse des droits de l’homme ?  La thèse avancée par les soutiens des Rouvikonas est-elle qu’il s’agit d’une machination incriminant des innocents pour discréditer leur groupe politique ?

– Marina : Vu ce qu’ils s’est passé durant les premières audiences, oui, puisque les trois témoins à charge se sont rétractés. C’est pourquoi Le Cri du Peuple a décidé de s’engager parmi leurs soutiens.

– Sarah : Une grosse campagne de soutien a été lancée par Yannis Youlountas sur les réseaux sociaux. Il communique énormément sur ce procès, et il y a eu beaucoup de réactions de soutien en France et dans le monde, même si les médias, dans leur majorité, ont passé cela sous silence jusqu’ici.   

 

Miren Funke

 

Remerciements à Floreal pour les photos.

Liens :

  • Blog de Yannis Youlountas et articles :

http://blogyy.net/2021/10/14/e-proces-fabrique-des-membres-de-rouvikonas-fait-leffet-dune-bombe-en-grece/?fbclid=IwAR2kN3tP_DoHtX3G473pvaQF_bFSENC-AzXyjwf6My7w7nZPEyg_kGXdDE8

http://blogyy.net/2021/10/13/les-temoins-devoilent-la-machination-de-letat/

  • Caisse solidaire pour aider les frais de justice de Giorgos et Nikos :

https://fr.gofundme.com/f/soutien-giorgos-et-nikos-athnes?fbclid=IwAR3lQBx9kPDU9wQRqvZd_IqEWHVCO9NNYjbn0pioV7w7zBuH0dHuPsHmnb8

 

Romain Didier , «  Souviens-moi… »

9 Oct

 

RD souvRomain Didier a un gros défaut, il a trop de qualités… Auteur, compositeur, musicien, autant de domaines où il excelle, et en plus dans un monde où l’ego, le moi-je, le moi-moi, et moi et moi et moi, sont les leit-motiv les plus fréquents, il joue collectif, discret, un détour avec Francis Lemarque, les spectacles symphoniques Leprest son compagnon de route,  des tours de piste avec Pantin-Pantine, Francilie, Pinocchio ou Gulliver, tout lui est bon pour créer, et dans son piano tout noir, ( lire ICI  ) il y a toutes les musiques du monde. Mais c’est peut-être trop dans le circuit formaté au code-barre qui comprend mal les artistes polytalentueux.

Son nouvel album « Souviens-moi » pourrait être une synthèse de quelques décennies de création, en illustrant cette phrase de Philippe Forest : «Que toute chanson soit autobiographique c’est certain.  Simplement c’est l’autobiographie de celui qui écoute. »

Et en évoquant les souvenirs, je ne peux m’empêcher de souligner cette chanson prophétique, écrite il y a bien 35 ans et qui résonne avec un écho particulièrement pertinent aujourd’hui , Pleure pas …  Clic sur l’image,

piano rd

https://www.youtube.com/watch?v=rGIk1uxfRmo

Ce sont les chroniques de la vie balagan*, foutoir foutraque, mais on n’a que celle-là, et malgré tout, en voyageant dans les chansons de Romain Didier, il me semble qu’elle pourrait être supportable.

Son nouvel album ? Qu’en dire ? Rien d’autre que c’est une oasis où on oublie les emmerdes et les arias du quotidien, on n’est jamais à l’abri d’une bonne nouvelle…

En vente libre depuis le 24 Septembre ..

Le site de Romain Didier, c’est là —-> https://romain-didier.fr/

* la vie balagan référence à Marceline Loridan

Norbert Gabriel

Francesca Solleville et Eric Mie …

7 Oct

Je chante excuse moi …

Cette chanson peut être le titre générique de cette chronique …

https://www.youtube.com/watch?v=31evYkv9iAk

le temps de vivreLa chanson est aussi un témoin de l’histoire contemporaine, et Francesca Solleville en est une des interprètes émérites, la rebelle inspirée qui n’a jamais abdiqué … Un coffret chez EPM offre une rétrospective des années 60 à 1981. Ici les chansons ne sont pas des « morceaux » ou un numéro, mais des pages de nos vies … Camarade Chili, Demande aux femmes, Complainte pour Angela Davis, Le front des travailleurs, Est-ce ainsi que les hommes vivent … dans ce coffret de 5 CD et 128 chansons, un livret complet est accompagné de 6 pages qui sont à la fois une biographie de l’artiste et un panorama de la chanson qui raconte 60 ans d’Histoire (pages signées Michel Kemper)

Chez EPM et les disquaires.

Eric Mie Rural

RuralIl y a du Couté, du Woody, du Richepin ou du Pete Seegers dans les gènes de ce rural qui peint des tableaux de vie, la vie rugueuse et si la musique est belle, les mots sont parfois acidulés face aux incohérences de l’Histoire, tableaux de ce pays de l’Est – de la France- qui en vu des vertes et des pas mûres depuis des siècles, et malgré Verdun en point d’horreur suprême, la vie continue, grâce à cet emmerdant emmerdeur qui s’accroche à nos rêves, cyranesque battant, Don Quichotte résolu, il fera plier un de ces jours les moulins à vent, qui ne manquent pas par les temps qui courent … Mais comme dit un des Volfoni, j’y trouve un goût de pomme, et c’est bien agréable … Vous ne connaissez pas Pomme, oh malheureux, courez-y vite, elle « allège le poids des malheurs, en réinventant des couleurs, illumine ainsi toutes nos vies… Au fil des chansons j’ai eu une pensée pour Moustaki, qui aurait sûrement aimé cette façon de balancer quelques rafales avec la voix tendre d’un poète humaniste…


Résiste avec cette élégance de ceux qui ne s’arment que de rire …

En vente libre chez https://ericmie.bandcamp.com/album/rural

 

Norbert Gabriel

Sortie du second album de La Fiancée du Pirate, « Jour Levant »

22 Sep

241679989_2606118056350316_9171176123048451955_n

242201280_2986529171620407_4427181646880901306_nLors de l’entretien que nous avait accordé en aout La Fiancée du Pirate [lire ici], la chanteuse Nadia Joly évoquait la sortie imminente du second album du groupe, alors en cours de finalisation, et son désir d’instiller dans cet univers de chants de marin au réalisme cru et souvent cruel,  triste et parfois atroce, que son interprétation poétique et l’idéalisation romantique et mythique subliment, plus de gaieté, de rythme et de dynamisme. L’aboutissement de cette quête ramène du grand large jusqu’à nos quais, et de verres en bouteilles (« Bacalan ») dix nouvelles chansons, enregistrées sur le bien nommé « Jour Levant », titre sonnant comme la promesse d’une aurore pigmentée de couleurs vives sur des flots chaloupés, et qui tient parole.

Bien que l’album ne soit pas exsangue d’une mélancolie bouleversante, notamment infusée par la plume poétique de Nadia Joly sur deux textes originaux au verbe juste et émouvant, « Ville Rouge » et « Les Grands Bancs », de tragique réalité (« Le Grand François »), et d’un pragmatisme narratif  transcrivant, non sans sarcasme, la mémoire de métiers aux conditions de vie souvent rudimentaires et précaires (« La Carmeline », un texte traditionnel mise en musique par Morvan Prat et Freddo Bellayer et le groupe), il s’égaye et s’enjoue effectivement, valse et guinche (« Le Boujaron »), s’enivre aux mélodies entêtantes d’une gigue irlandaise (« Dusty Window Still ») ou s’envoute à l’exotisme d’accents orientaux (reprise de la chanson « The Wake of the Medusa » des Pogues), et bombe le torse comme on enfle la grand’ voile au récit épique des pillages de piraterie (« Reagan Doogan »). Si La Fiancée du Pirate, qui, en dédiant cet album à Chinois [ici], rappelle combien le navigateur des mille et une routes du son qui s’était occupé de son premier album manque sur le pont du navire, reste fidèle à sa mission de passeur de mémoire qui préserve et ravive l’histoire des chants de marins, composant sur des textes traditionnels, anonymes ou non, le groupe a fait appel pour cet album aussi à des textes d’auteurs contemporains (Michel Grocq, Michel Tonnerre), et également à la plume de sa chanteuse Nadia pour trois titres.  

242223440_2986529024953755_7076964169705575186_nMais loin de livrer l’impression d’un balancement isochronique sec et brutal entre des registres émotionnels contraires, et de l’ancien et du moderne, l’agencement des titres, des sentiments, des nostalgies et des rêves convoqués, expriment de cette hétérogénéité de sources d’eau salées un équilibre très cohérent et harmonieux, façonné par le quatuor, qui aventure et oriente sa proue à une boussole dont réalisme et rêverie, sens de la fête et mélancolie sont les quatre points cardinaux. On embraque volontiers avec, sillonner d’autres mers, pour une nouvelle traversée de tempêtes océanes, à frôler le naufrage sous l’orage, et vivre un authentique moment de délice musical, de danse, et de poésie.

Miren Funke

« Ô noir sang des arrogantes

Veillent sur l’île des résistantes

L’arme fleurie

Une immortelle gardienne de phare

Fait feu chaque soir sur les remparts

Des insoumis

La vie d’Ys conte l’histoire

Des naufragés et se confie

Aux vents maudits »

(« Ville Rouge », Nadia Joly)

239370622_2593371407624981_8744182163908353406_n

Liens : https://www.larouteproductions.com/nos-artistes/la-fiancee-du-pirate/

https://www.facebook.com/La-Fianc%C3%A9e-du-Pirate-1406450882983712/

Sortie de l’album « Les voix contre son maître » du Cri du Peuple

21 Sep

188034655_243307624250884_8702363711900182879_n

Ne vous a-t-elle jamais exaspérés, cette imagerie très en vogue dans le milieu artistique qui associe la créativité, l’inventivité, l’atypisme, et tout ce qui constitue la pertinence et l’intérêt d’une œuvre ou d’un artiste, à un dysfonctionnement mental, par le recours à un vocabulaire relevant du champ lexical de la psychiatrie pour les qualifier? Percevoir l’ouverture d’esprit, la richesse émotionnelle, le foisonnement imaginatif, la prise de risque créatrice, la curiosité pionnière, l’originalité, la fantaisie, ou même l’excentricité, comme «trop barges», «complètement dingues», «carrément délirantes», «totalement folles» ou  «absolument malades» n’interroge-t-il pas, de manière inquiétante, sur ce que cela raconte de notre conception de la normalité et de la salubrité psychique? En outre l’altération et la perte d’identité induites par une pathologie psychiatrique sont en réalité bien souvent, pour celles et ceux qui les vivent et leurs proches, sources de souffrances telles, que lorsqu’on les connait de près, il devient très difficile d’utiliser ainsi à la légère des qualificatifs s’y référant, que ce soit pour complimenter ou pour dénigrer, d’ailleurs, une créativité. La superficialité et l’inconscience des discours encensant et vantant la folie peuvent même paraitre indécentes, tant c’est de bienveillance, d’empathie et de compréhension dont ont besoin celles et ceux dont elle déstructure l’existence, et non de glorification inadéquate et inconsidérée de la démence.

IMGP6399 (2)C’est précisément à contre-courant de ces frivolités frauduleuses que le premier album du Cri du Peuple [voire ici], «Les voix contre son maître», sorti cette année, et le sens de son travail même, me semblent d’un bien-fondé multidimensionnel, peut-être même à l’insu de, ou par delà, sa volonté initiale de faire vivre et revivre un répertoire de chants de lutte et de chants anarchistes, sans autre prétention que celle de perpétuer un patrimoine de chansons militantes, pour stimuler en paroles et musiques des moments de solidarités populaires. A l’instar de La Fiancée du Pirate [voire ici pour les liens entre les deux groupes], dont le propos esquisse, avive, et réanime un horizon, où réalisme et imaginaire conjointement ressuscitent, entretiennent, et transmettent la mémoire d’un corps de métier populaire et d’un univers -celui des vies de marins-, tout en les sublimant de poésie et de romantisme épique, Le Cri du Peuple rempli aussi une mission de sauvegarde d’une mémoire folklorique, celle des chants de révolte anarchistes, parfois extirpés de l’oubli, parfois plus récents, témoignant d’époques, de combats, d’idéaux, d’expériences politiques, et surtout d’espoirs généreux, de dignité humaine et de vies, sacrifiées, meurtries, mais dévouées, qui leurs étaient contemporaines. Loin de reprendre de vieux chants dans l’unique but esthétique vocal de chanter en chœur et jouer les utopistes de posture en prônant de nobles valeurs et scandant des paroles révolutionnaires, le groupe donne un sens et une cohérence à son activité musicale, puisqu’il chante et partage cette mémoire lors de manifestations, moments de soutiens aux réfugiés, aux démunis, aux salariés en lutte, de commémorations aussi, comme celle des cent cinquante ans de la Commune qui eut lieu cette année à Bordeaux, que plusieurs de ses membres s’impliquent régulièrement dans la vie du squat pour mineurs réfugiés, Le Kabako [ici], et que tous sont des militantes et militants libertaires engagés auprès de causes humanistes.

Les sympathisants le lui demandaient depuis longtemps, et c’est désormais chose faite et autoproduite : après plusieurs années à donner de la voix et du cœur, du dynamisme et de l’énergie, du soutien et de l’entre-aide concrète, Le Cri du Peuple vient, avec humilité et en discrétion, de compiler sur un premier album, «Les Voix contre son maître», plusieurs des chansons de son répertoire. Avec humilité, mais non sans sérieux, et il convient au passage de saluer le travail consciencieux et valorisant de prises de son et mixages réalisé par Jean Feillou. Bien sûr l’enregistrement s’écoute comme un hommage aux militants, combattants et martyrs anti-autoritaires, et un témoignage de l’esprit contestataire, humaniste et progressiste qui s’indigne et s’insurge, partout où, contre des injustices, l’être humain se dresse et résiste. Il n’est rien d’étonnant à ce que ces décennies de lutte en chansons pour les membres du Cri du Peuple, au cours desquelles le groupe s’est enrichi de rencontres, de passages, de partages, artistiques et humains, et entouré d’amitiés, aient donné envie à des musiciens l’ayant côtoyé d’apporter leur participation à l’album, comme Xavier Barthaburu (l’Affaire Barthab, voir ici) ou Jojo Gallardo (Les Hurlements d’Léo, voir ici ).

Mais ce disque fait aussi œuvre de préservation d’un patrimoine chansonnier populaire, constitutif d’une identité, plus que d’une culture, puisque le groupe n’y reprend pas que des chants francophones («A las barricadas» de la guerre d’Espagne, «La balade de l’anarchiste Pinelli» d’Italie, «Homophobia» du groupe britannique Chumbawamba ou encore «La  Makhnovstchina» sur la révolte makhnoviste d’Ukraine en versions françaises) : l’identité d’une conscience de classe populaire insoumise et rebelle à l’oppression, au fascisme, à la xénophobie, à l’homophobie, au sexisme, et à toute forme de haine ciblant une catégorie d’opprimés pour en désolidariser les autres, et diviser les humbles. Et en ce sens, à l’heure où la préciosité artistique à la mode est à la l’éloge du marginalisme, de la distinction individualiste, et de la folie et la perte d’identité -et parfois de sens-, Le Cri du Peuple, par son travail, préserve ou ressuscite, mais en tous cas, d’une certaine façon, participe à redonner une identité collective à celles et ceux qui se reconnaissent dans ces valeurs, cet esprit de résistance, cet espoir. Les défendre et propager aussi en musique, en sentant au plus profond de soi que c’est de cet héritage que l’on vient ou dont on peut se sentir bénéficiaire, cet héritage qui a construit ce que l’on est ou coïncide avec, et détermine la manière dont on raisonne et choisit d’agir, cet héritage qui nous conforte et nous accompagne sur un chemin idéaliste, opère une forme de recognition qui renforce l’âme dans ses convictions et son refus de résignation, d’inaction et de léthargie.    

Miren Funke

IMG_7328 (2)

Liens pour commande du disque : https://www.facebook.com/lecridupeuplebordeaux

La parole est au silence …. Thierry Desseux.

15 Sep

 

desszC’est l’histoire d’une survivante, une rescapée de la mort sociale voulue par une sorte de Folcoche limite psychopathe, comme un récit-roman dans lequel la fille -une fillette- pourrait pousser le cri de Poil de Carotte : «  Tout le monde n’a pas la chance d’être orphelin. »

L’écriture est épurée, dépouillée de tout artifice, et néanmoins c’est un kaléïdoscope d’images qui déboulent dès les premières lignes. Une farandole d’échos des banlieues de Fallet ou Cendrars, dans une couleur Bertrand Blier . Banlieues banales, ni misérables, ni glorieuses, simplement populaires, dans leurs décors ordinaires. Les personnages sont désespérément humains ou inhumains, c’est selon, la fille peut-elle se sortir et guérir de son enfance massacrée par sa marâtre ? Lui trouverez-vous des circonstances atténuantes à cette marâtre?
Thierry Desseux vous donne tous les éléments d’appréciation pour étayer votre point de vue … Il en ressort au final une leçon, quand un enfant a l’air malheureux, c’est qu’il l’est ; et en général, il n’est pas responsable de son malheur .

Norbert Gabriel

Entretien avec La Fiancée du Pirate, entre romantisme épique et sauvegarde d’une mémoire populaire

14 Août

IMG_6411 (2)

 

Jeudi 5 aout, au terme des trois semaines d’évènements « Un été au Grand Parc »,  organisés par la salle des fêtes du quartier Grand Parc à Bordeaux, qui se clôturait le lendemain avec un concert du groupe Les Innocents, La Fiancée du Pirate venait embarquer le public pour une traversée des océans et un voyage dans l’Histoire et les histoires. Fondée en 2007 par Nadia Joly, qui était alors chef de chœur de la formation Le Cri du Peuple [ici] -deux aventures musicales et philosophico-politiques aux histoires entrelacées-, La Fiancée du Pirate, nous raconte depuis près de quinze ans un rêve, celui de (re)découvrir, connaitre, vivre et partager l’univers des chansons de marins, dont elle propose une perspective fantasmée et poétique, avec des compositions originales, mais aussi rattachée à la réalité, souvent crue et effroyable, des vies de forçats des mers, avec des reprises d’anciens chants de marins et de poèmes d’auteurs mis en musique (« Chanson de Pirates » de Victor Hugo). Entre romantisme épique et transmission d’un patrimoine, d’une culture populaire, de l’âme d’un corps de métier, dont la mémoire se perd, La Fiancée du Pirate nous ouvre le hublot de l’évasion vers un monde où imaginaire et authenticité enflent tour à tour les voiles des navires, parfois en dérive, parfois conquérants, remplissent nos verres de rhum ou de larmes, nous foudroient d’éclairs et nous font tanguer dans le vent des tempêtes océaniques, nous miroitent un peu de notre propre vérité au tranchant d’une lame de sabre, et nous racontent les peines, les peurs, les combats, la misère, mais aussi la dignité de matelots, de pirates sans rois ni lois, de filles de bar du port, le sort d’esclaves du commerce triangulaire, les soifs de marins, ivres d’un rêve héroïque et brutal (Heredia) que sa musique sait rendre merveilleux et extraordinaires, et en même temps plus intimes à nos consciences et nos cœurs. Le groupe qui, à l’instar des héros de la chanson « Libertalia » extraite de son premier album « De Terre Neuve à Libertalia », part à l’ouvrage fabriquer du bonheur  sur de nombreuses scènes d’été en Aquitaine dans les semaines qui viennent (le 20 aout Au Passage dans le Lot et Garonne chez Sylvain Reverte [ici], et le 25 au Théâtre Le Levain à Bègles) s’apprête à sortir son second album. C’était l’occasion d’un entretien avec la femme, à la gouaille authentique, qui chante des chansons d’hommes, Nadia.    

 

– Nadia, bonjour et merci de nous accorder cet entretien. Comment a démarré cette aventure musicale?

– La Fiancée du Pirate est née en 2007, sur les bords de la Garonne, vers les chantiers navals Tramasset. J’avais envie de monter un répertoire de chansons que je chante seule, en lead, des chansons qui racontent l’histoire, pas forcément des marins au départ, mais d’une corporation, d’un métier dont le vécu est exprimé dans les chansons et où les gens chantaient surtout pour s’aider au labeur. Je me suis dit que les chants de marins, ce serait la classe. J’ai commencé à travailler un répertoire à partir de magasines d’ouvrages, notamment le Chasse Marée qui collecte régulièrement de vieilles chansons de marins. Je m’en suis beaucoup inspirée ; j’ai repris des chansons qui existaient déjà, et des textes que j’ai mis en musiques. On a commencé à travailler avec un guitariste qui a arrangé la sauce, puis avec une violoniste, Marie-Claude Meurisse. Puis le groupe a évolué, avec plusieurs changements de musiciens. Un premier album est sorti en 2013 : « De Terre Neuve à Libertalia ». Les chansons de l’album racontent beaucoup le travail sur les bateaux, bien sur, mais aussi le travail en fonction des destinations et des pêches que font les marins, et en particulier ce répertoire là s’est consacré à embarquer sur les bateaux qui partaient pour Terre Neuve, pêcher la morue en énorme quantité. Les marins vivaient huit mois sur les bateaux, et vivaient un enfer. On les appelait d’ailleurs les « forçats de la mer ». Leur histoire, leur univers m’a passionnée, et j’ai été prise par cette ambiance.

 

– Ce métier ne t’a-t-il pas donné envie d’être, plus que chanté, exercé et vécu?

– Suite à cela, je suis partie en Bretagne passer un brevet de Capitaine 200, c’est-à-dire un diplôme de marin, pour voir un peu ce qui se faisait sur les bateaux, car je n’avais jamais mis un pied sur un bateau avant. Je suis donc devenue matelot pendant quatre ans : j’ai travaillé dans la pêche, l’ostréiculture, comme guide touristique aussi sur les bateaux. Et suite à cette expérience, j’ai écrit quelques chansons de ma composition. Et donc le second album est achevé et devrait sortir dans un petit mois.

 

– Comportera-t-il donc uniquement des compositions originales ?

– Il y a des compositions originales, mais aussi quelques reprises, car c’est une volonté de faire des reprises. Mon répertoire part d’un désir d’hommage aux marins, donc les reprises y ont leur place.

 

– Y a-t-il dans cette démarche une volonté d’entretenir et transmettre, un patrimoine chansonnier qui se perdait, un peu à la manière dont le Cri Du Peuple, dont tu as fait partie et qui reprend trois de tes chansons sur son album « La Voix contre son Maitre », extirpe de l’oubli de vieux chants de révolte et de lutte pour les faire revivre ?

– C’est ça, exactement. C’est un patrimoine qui se perd, parce qu’on n’est plus au temps de la navigation à voiles. Beaucoup de chansons étaient en lien avec les manœuvres des matelots lorsqu’ils hissaient les voiles par exemple. Maintenant que tout est motorisé, il y a beaucoup moins de manœuvres et de labeur ; la vie est simplifiée quand même. Et tant mieux pour les bonhommes. Mais du coup, on ne chante plus du tout sur les bateaux, et on ne fabrique plus de chansons. Du moins plus pour les mêmes objectifs : aujourd’hui on ne chante plus que pour le plaisir, et non pour s’aider à garder le cap et supporter les souffrances. Parce que ce n’était pas seulement chanter pour s’aider à la tâche, mais chanter plutôt que dépérir. Et ça, ça a été de tout temps. Chanter plutôt que d’être dans la nostalgie de la femme qu’on a quittée, des parents qu’on a quittés, car certains embauchaient comme matelot dès l’âge de huit ans.

 

– Est-ce selon toi une forme de Blues ?

– C’est ça ! C’est une habitude intrinsèque aux humains de se rassembler grâce à la chanson, et endurer une vie dure.

 

– Est-ce que la dimension sociale, même s’il peut être anachronique de parler de revendications politiques, qui peut s’exprimer dans ce répertoire racontant des conditions de vie précaires, prolétaires, est importante aussi pour toi, en vertu de tes convictions philosophico-politiques?

– C’est effectivement quelque chose qui m’anime depuis longtemps, de chanter des chansons de masse, des chansons de lutte, des chansons de revendications. Comme avec le Cri du Peuple. Quand j’ai monté la Fiancée di Pirate, j’étais encore dans le Cri du Peuple. Mais j’ai déménagé près de St Macaire et ne pouvait donc plus aller aux répétitions. Et puis j’avais animé des chorales durant douze ans comme chef de chœur, ce qui est une expérience très enrichissante, mais c’était fatiguant aussi. J’apprécie de simplement exécuter, sans avoir à tout organiser. Dans cet univers précis, avec La Fiancée du Pirate, il n’y a pas clairement de revendication politique ou sociale dans les textes. Mais de façon sous-jacente, si, car ce sont des chansons qui portaient toutes les souffrances des gars sur les bateaux, les violences subies de la part des hiérarchies, les douleurs subies physiquement, les souffrances morales et affectives en termes d’éloignement de leurs proches, de rapports rudes entre eux. Les conditions de vie étaient tellement inhumaines qu’il y avait beaucoup d’alcoolisme aussi, la seule façon de supporter tout cela. Fournir l’alcool aux hommes était pour les armateurs et les capitaines le moyen de leur faire accepter ces vies.

 

 – Parmi vos reprises, avez-vous des chants très anciens ?

– Le plus veux qu’on chante est un chant du XIXème siècle, « Le Grand Coureur », qui est une chanson traditionnelle bretonne. C’est marrant cette question, car en ce moment, je suis en quête justement de chansons beaucoup plus anciennes, pour essayer de retrouver une autre écriture et un autre contexte. Plus on s’éloigne temporellement, plus ces chansons ont disparu sans laisser de trace, puisqu’elles étaient forcément de tradition orale et n’ont pas toujours été notées.

 

– Et n’y a-t-il pas de compilation des chansons de la piraterie ?

– Il n’y a pas beaucoup de chansons de pirates. Peu ont été écrites et sont restées dans la mémoire. Mais certainement que sur les bateaux de pirates, on chantait des chansons de marins. Les pirates ne se considéraient pas forcément comme dissociés du reste du milieu marin. Ils y étaient associés, même s’ils étaient isolés, autogérés et prenaient en charge leur propre équipage. Je ne pense pas qu’il y ait eu de chant spécifique à la piraterie. Mais un auteur et interprète contemporain, Michel Tonnerre, a écrit de superbes chansons sur les pirates. Aujourd’hui il y a un fantasme romantique de la piraterie, mais je pense que si on l’avait vécue à l’époque, on en reviendrait, car ce n’était pas tout rose. On a pioché chez les auteurs contemporains. Outre Victor Hugo, Michel Tonnerre est un artiste chez qui ont a pioché des choses, et qui a cette sensibilité à l’univers de pirates, à l’univers libertaire aussi.   

 

– Du coup ce texte de Victor Hugo n’est-il pas le plus ancien que vous chantez ?

– Oui, « Chanson de Pirates » est un texte faisant partie des Orientales. On ne la joue plus. Mais pour le coup, c’est un des textes les plus anciens de notre répertoire. Il parle des pirates qui allaient chercher des nones et les amenaient comme esclaves dans les pays musulmans. C’était ça, la piraterie, aussi : certes c’était des gars qui vivaient en autogestion, non soumis aux rois, mais c’était encore un univers patriarcal, sexiste et très violent envers les femmes. Il y a eu quelques rares femmes qu’on a vu atterrir dans ce milieu. Mais il fallait qu’elles se costument.

 

– Ce soir vous allez reprendre une chanson des Pogues « The wake of the Medusa ». Vous intéressez-vous aussi aux répertoires marins étrangers ?

– Nous ne les avons pas encore explorés, mais oui. J’imagine que dans le répertoire canadien, québécois, il dot y avoir des pépites. Pour l’instant on a découvert tellement de belles chansons des ports français, et aussi relatives aux époques et à leurs réalités. On chantait à un moment une chanson sur l’esclavagisme, « Esclaves » [reprise par le cri du Peuple sur son album récemment sorti]. On essaye de mêler cela aussi à la situation politique de l’époque, des diverses époques d’ailleurs. Alors nous avons effectivement intégré sur le prochain album une reprise des Pogues, qui est une très belle chanson. Parce qu’avec ce prochain album, on voulait aussi se diriger vers un côté un peu plus Rock. Comme nous avons désormais un contrebassiste, Jérôme, on avait envie d’un côté un peu plus Rock’n’Roll, un peu moins chialant. Moi, si je m’embarque, je peux faire des chansons à pleurer toute ma vie. J’adore cela. Mais il faut aussi se renouveler et proposer autre chose, pour continuer à tourner et avoir une autre énergie, surtout qu’en Gironde, on a quand déjà fait le tour de pas mal de lieux. Donc on a choisi des chansons un peu plus guillerettes comme « The wake of the Medusa » ou « La Carmeline », puisque a contrario, mes chansons ne sont pas très joyeuses. On a trouvé ainsi un équilibre.

 

– Et puis, étant donné que, comme d’autres musiciens qui ont par ailleurs des convictions et un engagement politiques, vous jouez sur des lieux de lutte, la dimension festive est importante aussi pour dynamiser ces moments et leur transmettre une énergie combative. A ce propos, comment reliez-vous peut-être l’Histoire maritime dont vous parler avec l’actualité des réfugiés qui s’embarquent pour la traversée des mers, et de l’enfer aussi, dans l’espoir d’une vie meilleure ou juste la fuite d’une vie impossible ?

– Alors on n’a plus joué depuis longtemps pour les réfugiés ; on n’a pas été sollicités pour cela, mais il est vrai qu’on ne s’est pas proposés non plus. Ce que vivent les réfugiés dépasse notre idée de la mer et la fantasmagorie du romantisme qu’on peut mettre là dedans. Je me demande si le fait qu’on n’ait pas été jouer pour des migrants n’est pas du à cela aussi. L’idée qu’on parle de la mer dans toutes nos chansons peut poser problème par rapport à leurs traumatismes et leurs propres souffrances. Je pense que ça n’aurait peut-être pas été recevable, pas décent. Présentement il y a une situation dramatique, et dans ce cadre là, ce n’était pas à nous d’aller parler de la flotte avec des chansons qui évoquent certes une réalité dure, mais qui sonneraient mal à propos dans un contexte de soutien aux migrants.

 

– D’où vient le choix du nom de ton groupe ? Du film ?

– Non. Ce n’est pas en rapport avec le film, mais avec une chanson de l’Opéra de Quat’Sous de Kurt Weill et Bertolt Brecht, « La Fiancée du Pirate », et qui a aussi été chantée par Juliette Gréco. Je l’avais entendu la première fois de manière isolée de l’opéra, et Gréco, accompagnée d’une symphonie, avec sa voix âcre, cassée, parle la chanson plus qu’elle ne la chante. C’est très beau, mais j’ai eu envie d’en faire une reprise, et re-arrangeant la musique. C’est devenu notre chanson-phare, et par conséquent le nom du groupe. Et puis vu que je suis une femme qui chante des chansons de marins, et que ça ne se fait pas, puisqu’on ne peut être la mémoire des hommes, n’ayant pas vécu ce qui se passe sur les bateaux -même actuellement dans les festivals de chants de marin, il y a peu de femmes-, je me suis dit, voilà un nom qui colle : la fiancée du pirate va ouvrir sa gueule.

 

– Même parmi les femmes de marins, travailleuses en lien avec la mer, comme les ouvrières des conserveries de sardines, on ne reprenait pas ces chansons ? Ou peut-être avaient-elles leur propre répertoire ?

– Pour prendre l’exemple de la révolte des Penn Sardin des usines de Douarnenez en 1924, elles avaient leurs chansons, « Saluez Riches Heureux » par exemple. Mais les femmes de marins n’ont pas forcément écrit leurs chansons. Ce sont plutôt des auteurs masculins qui ont écrit sur elles. Les femmes n’ont pas trop écrit à l’époque pour parler de leurs conditions de femmes ; d’ailleurs elles étaient peut-être mieux entre elles lorsque les hommes partaient. Il y avait déjà de gros problèmes d’alcoolisme sur les bateaux, mais lorsque les hommes rentraient au port, ils continuaient de boire. Douarnenez avait de fait une organisation très matriarcale, puisque c’était les femmes qui organisaient et géraient la vie, et la chaine économique partait d’elles, puisque si elles ne vendaient pas les produits de la pêche, les hommes n’avaient pas de travail. C’est pour cela qu’elles avaient tous les pouvoirs d’enclencher une grève et la faire aboutir. Mais avaient-elles le temps, le pouvoir ou l’envie d’écrire sur elles-mêmes en pensant que c’était important de préserver cette mémoire ? Pas sûr.

 

– Sans doute rêvaient-elles d’un autre avenir pour leurs enfants que de pratiquer le même métier et perpétuer la même façon de vivre ?

– Ça, c’est dit souvent dans les chansons : je préfère que tu te casses les deux jambes plutôt que de faire comme ton père. Ce sont des auteurs hommes qui écrivaient cela, mais doit correspondre à un sentiment réel.

 

– Qui constitue la formation actuelle ?

– La formation actuelle a quatre mois. Jérôme, le contrebassiste a été le dernier à intégrer le groupe. Quentin, le guitariste est là depuis deux ans, et Bubu au violon depuis dix ans. Avant il y a eu Tot, des Rageous Gratoons à la guitare, Fabien des Turbo Billy, Marie-Claude Meurisse. Et puis on avait notre Chinois [ici] qui a fait le son de notre premier album et nous a suivi sur toutes les dates, notre capitaine, avec sa casquette et son caban. Ce groupe est une superbe aventure, car c’est de l’authentique. Déjà car on porte des textes authentiques, et puis parce que chaque personnage qui a fait parti de ce groupe avait un lien avec la mer ; chacun avait une gueule, des attitudes, des comportements de vieux loup de mer, une histoire avec la mer. Chaque membre du groupe, même si certains l’ont quitté, y avait sa place énergétiquement. Tant que c’est comme ça, on continue !

 

Avec mon remerciement à Isa pour l’occasion

 

Liens : https://www.larouteproductions.com/nos-artistes/la-fiancee-du-pirate/

https://www.facebook.com/La-Fianc%C3%A9e-du-Pirate-1406450882983712/

 

Miren Funke

ELTONOLOGY – interview de Thomas Février…

11 Août

Photo promo Eltonology live 04ELTONOLOGY – interview de Thomas Février, chanteur et pianiste de ce Tribute Band, hommage à Elton John, à la sortie d’un spectacle époustouflant où 7 musiciens professionnels, consciencieux et déjà complices, ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Eltonology est un voyage dans le temps en excellente compagnie et un vrai moment de bonheur partagé que l’on ne va pas bouder après cette longue période de disette.

1) Bonjour Thomas, qui est Elton John ?

–  Elton John est un chanteur, pianiste et compositeur britannique que j’ai vu pour la première fois sur scène alors que j’avais à peine 17 ans. C’était mon tout premier « gros concert ». Il se produisait l’hippodrome de Vincennes, en co-plateau avec Eric Clapton. Je n’oublierai jamais cette soirée. C’est en voyant Elton John ce jour-là que j’ai réalisé que je voulais me consacrer entièrement à la musique, composer, chanter et monter sur scène.

2) Ton parcours assez atypique, du moins varié, est-ce que les gens qui te suivent sont surpris de ce « virage » entre des spectacles plus intimistes et ce show grand public son et lumière ?

J’ai donné mes premiers concerts à l’âge de 18 ans. J’ai toujours chanté mes propres chansons, dans ma langue maternelle, le français. Bien que mon univers puisse sembler plus « intimiste » que celui d’Elton John, j’aime donner une dimension « show » à mes lives. J’aime qu’il y ait du mouvement, de la couleur, que l’on s’amuse sur scène et que certains titres plus entraînants contrastent dans l’énergie avec des chansons plus mélancoliques. Aussi, il n’est pas rare que je me lève du piano ! Communiquer avec le public est capital pour moi, dans les mots tout autant que dans l’énergie. Je crois que c’est cela qui m’a tant marqué lors de ce premier concert auquel j’ai assisté. Ceux qui me connaissent depuis longtemps et m’écoutent savent d’où je viens et ne sont pas surpris que je rende hommage sur scène à Elton John. Je n’ai jamais caché mon engouement pour cet artiste. Je m’en suis nourri, il fait partie de mes inspirations, notamment dans mon rapport à la scène et au public. Reprendre Elton John aujourd’hui est pour moi une manière toute personnelle de lui dire merci.

3) Eltonology est un tribute band, un projet qui existe depuis plusieurs années, comment s’est passée la rencontre ?

Eltonology existe maintenant depuis 6 ans. Après le départ du précédent chanteur, le groupe a publié une annonce qu’un ami batteur m’a transmise. J’ai appelé aussitôt et suis allé passer une audition. Je me suis tout de suite entendu avec toute l’équipe. Nous partageons la même vision de la scène et du travail. Cette rencontre a été pour moi comme une évidence. La difficulté pour Eltonology était de trouver à la fois un chanteur et un pianiste suffisamment à l’aise avec ce répertoire. De mon côté, je dirais que plus que n’importe quel professeur ou formation, c’est Elton John qui m’a appris le piano. À 14 ans déjà, je rejouais ses chansons d’oreille. Passer cette audition n’a pas été non plus facile. Les membres d’Eltonology sont exigeants à juste titre. Il a fallu que je re travaille les chansons pianistiquement et vocalement afin d’être encore plus fidèle à l’esprit. Cela a été pour moi une très jolie retrouvaille avec mon adolescence, avec toutes ces soirées où j’écoutais, émerveillé, ces chansons et tentais de les reprendre au mieux. C’est un répertoire dense et très pointu au niveau de l’énergie et de l’interprétation.

4) Quel est le parti pris du projet ?

Photo promo Eltonology live 05Le jeu d’un Tribute Band est en général de coller le plus possible à l’artiste. Avec Eltonology, je dirais que nous « jouons et racontons Elton John ». Nous ne l’imitons pas. Nous sommes fidèles à l’énergie et à ce qui a été écrit et joué depuis tant d’années. Je m’amuse à me rapprocher de son jeu de scène, à « jouer avec le public » comme lui le ferait, mais d’un autre côté, j’aime raconter ma rencontre avec Sir Elton, avec ses chansons, comme elles ont pavé ma vie, comme lui-même m’a inspiré. C’est là l’occasion d’une rencontre entre l’enfant fan que j’étais et l’artiste reconnaissant que je suis aujourd’hui. Ensuite, nous voulions aussi nous baser sur une période précise de la carrière du chanteur. Celle que les jeunes générations ne connaissent pas forcément. Je veux parler des années 70-80, avec leur lot de fantaisie, d’exubérance galvanisante. C’est pour cela que nous avons fait appel à une costumière, Géraldine Maamar-Dine, afin de réaliser les tenues emblématiques du chanteur dans ces années-là. Encore une fois, ici, elle ne les copie pas, mais les recrée en y ajoutant sa propre vision. Il est clair pour nous tous que nous n’imitons pas Elton John sur scène, mais que nous nous efforçons de donner un aperçu fidèle et honnête de sa carrière, empli de tout l’amour que nous avons pour ses chansons et son univers en général.

Nos premières dates confirment que nous prenons un plaisir immense à jouer ensemble, autour de cet univers. Nous sommes complémentaires. Chacun apporte sa pierre. Nicolas Kieffer, à la batterie, donne le rythme et le « la » du projet. Il se charge également de tout l’administratif. Perrine Pépite à la basse et lui sont les deux fondateurs d’Eltonology. La présence de Perrine sur scène, sa bienveillance, est quelque chose de très rassurant et de très porteur pour moi. Maxime Lacote à la guitare et aux choeurs assure la ligne, dirons-nous, esthétique, garant de la cohérence du groupe vis à vis de l’original. Gabriel Palmieri, à la guitare également, apporte une grosse part de sensibilité et d’humanité dans les parties jouées, totalement complémentaires des parties de piano. Aux percussions, Sébastien Buffet occupe la place du fameux Ray Cooper, qui a suivi Elton John pendant des années, lors de ses plus prestigieux concerts. Mélanie Rohmer est chanteuse. Sa solidité au chant est un véritable atout pour tout ce qui est du travail sur les choeurs, en complicité avec Maxime. Hors de la scène, nous avons également fait un énorme travail de son avec Maxime Poirot. La création lumière est signée Thib’s. Dans Eltonology, chacun a mis du sien, mais s’est surtout plongé entièrement dans l’univers d’Elton John, en y apportant sa propre inspiration. Pour ma part, cette équipe allie sourire et travail sérieux. Nous nous entendons, nous soutenons et nous faisons confiance. C’est tout ce que j’attends d’un groupe. Avec cette belle équipe, solide et bienveillante, je n’ai plus qu’à poser mes doigts sur le piano, chanter, me lever, faire valser mon tabouret et sauter dans tous les sens !

5) Comment t’es-tu préparé à faire ce show ?

Je connaissais déjà la plupart des chansons que nous jouons. Aussi, me replonger dans le répertoire n’a pas été la tâche la plus difficile pour moi. J’ai retravaillé quelques titres concernant lesquels j’avais, au fil des années, pris de « mauvaises habitudes », erreurs d’accords, mauvais placement de la voix, etc… Les chansons d’Elton John demandent beaucoup de précision et de rigueur. Mais le plus gros du travail a été pour moi la gestion de l’énergie scénique. Comment tenir 2h20 de scène en alternant ballades et rocks endiablés ? Le plus difficile a été et reste la préparation physique. J’ai arrêté de fumer et me suis remis au sport. Parallèlement, j’ai repris un travail régulier sur le souffle et la voix. Chanter Elton John exige une grande puissance vocale et une énergie constante, quoique différente selon les titres. Sans préparation physique, cela peut être vite épuisant.

6) Es-tu Thomas Février sur scène ? Est-ce que c’est reposant de jouer quelqu’un d’autre et d’être soutenu par autant de musiciens ou au contraire une incarnation physique avec plus de pression ?

Avec Eltonology, Je suis avec un large sourire Thomas qui dit un immense merci à Elton. On ne peut pas dire que je sois Elton John. Je m’amuse simplement, entouré d’une fantastique équipe et avec tout l’amour du monde, à faire découvrir ou redécouvrir son extraordinaire répertoire. Dans mes propres concerts, l’énergie scénique est très proche de ce que je donne avec Eltonology. Les costumes, les « digressions eltoniennes », sont des clins d’oeil emplis de reconnaissance que je lance à cet artiste que j’aime profondément. Incarner tout en restant soi-même, quel travail ! Mais cela n’est possible que parce que je suis si bien entouré.
C’est l’histoire d’un ancien rêve d’enfant qui devint réalité d’adulte.

Le site officiel : https://eltonology.com

La tournée :

14.08.2021  Chartrestivales Chartres (France)

20.08.2021  Eltonology 5tet @ Estivales de Moyenmoutier  Moyenmoutier (France)

21.08.2021 Eltonology 5tet @ L’été chez Stan Commercy (France)

27.08.2021 Festival Musiques Plein Sud Joncherey (France)

05.09.2021 Le Kiosque Freyming-merlebach (France)

06.11.2021 Espace Georges Sadoul Saint-dié-des-vosges (France)

20.11.2021 Muret Tribute Festival Muret (France)

Valérie Bour

Sortie du livre posthume du chanteur Ludo Tranier (Lareplik/Buscavida), Carnet de Déroute

2 Août

Le 17 juillet dernier, le bar Le Bateau Ivre à Pessac (33) accueillait les amis du chanteur Ludo Tranier, qui nous a quittés le mois précédent [ici] pour célébrer sa mémoire, et son amour de la vie, de la fête et des amitiés, à l’occasion de la sortie posthume de son livre, Carnet de Déroute, que ses proches organisaient là.

Le récit, dont Ludo avait évoqué le manuscrit, lors d’un premier entretien alors qu’il était en cours d’écriture [ici], et qu’il s’amusait à présenter avec autodérision comme « à mi-chemin entre Bernard Lavilliers et Bernard Menez », raconte avec humour, tendresse et un certain réalisme familier les émotions, aventures et mésaventures vécues lors de son périple baroudeur en Argentine et Uruguay, qui a été source d’inspiration pour plusieurs chansons de son groupe Buscavida.

Non, je n’oublierai jamais la baie de Rio
La couleur du ciel, le nom du Corcovado
La Rua Madureira, la rue que tu habitais
Je n’oublierai pas, pourtant je n’y suis jamais allé 

chantait Nino Ferrer (« La rua Madureira »). Après la lecture de Carnet de Déroute, j’ai le sentiment, moi aussi, que je n’oublierais jamais la conduite folle des taxis dans Buenos Aires, les poissons volants de l’océan près de Villa Gessel, et le bar Perro Que Fumar du port de Montevideo, pas plus que la Boca, « berceau du tango », les crues du Rio de la Plata, et les résidents de l’auberge YMCA acclamant « Loudo » à la guitare pour quelques chansons.

C’est bien sûr avec une émotion toute particulière qu’on avale les mots d’un ami récemment disparu. A moins que ce ne soit eux qui m’aient avalée. Dès les premiers et sans transition avec la tristesse qu’a laissée son départ, la plume de Ludo m’a happée dans cet autre hémisphère, si lointain, et semblant pourtant étrangement familier découvert à travers son regard, plongée dans l’effervescence et la frénésie des artères de la capitale argentine, rivée à la table des bars et auberges où Ludo a séjourné avec son ami Alex, et réchauffée à la compagnie des rencontres humaines qu’il y a faites. L’appréhension du chagrin qui aurait pu me submerger à la lecture du livre fut dissipée en un quart de page par un premier éclat de rire, que bien d’autres allaient suivre. De ces éclats de rire que Ludo avait l’art de provoquer, et l’intelligence de savoir indispensables au rythme de la vie, lorsqu’il relatait des situations, décrivait des personnages ou ironisait sur lui-même. C’est toute l’humanité de Ludo qu’on entend parler dans son écriture, qui nous fait vivre avec lui ces jours passés à rencontrer une autre réalité, dont le musicien épris de chansons de marins, de vérité populaire, de bars du port, de tavernes négligées, mais chaleureuses, d’horizons étrangers où palpitent des cœurs similaires aux nôtres, avait rêvé depuis longtemps, ces jours passés à traverser du paysage, participer à des manifestations, être choqué par les ravages de l’ultralibéralisme et la misère des populations, et renforcé dans ses convictions et ses principes par la solidarité et la générosité des humbles, se laisser enivrer par la contemplation de la nature luxuriante ou quelques litres de bière. Je ressenti d’ailleurs après quelques pages, comme une curieuse soif : une furieuse envie de partager une Quilmès avec lui, qui ne me quitte pas. Il se peut qu’elle vous prenne aussi. A moins que ce ne soit l’odeur des cuisines sud-américaines qui réveille votre appétit ou l’écho des musiques qu’adorait Ludo qui vienne vibrer sur vos tympans.

Carnet de Déroute est l’œuvre d’une âme vraie, un humain atypique et pourtant si authentique, un artiste passionné et intègre, un esprit rebelle, avide et aimant, une existence sincère, cohérente et fidèle à ses convictions et valeurs, qui nous raconte des moments vrais, des gens vrais, un monde vrai, et par delà sa mort, en dépit de la mort, reste si présent et vivace qu’il parvient encore à chasser les sanglots et les diluer dans des larmes de rire. « On apprend vachement d’un peuple à la façon dont il traite ses morts » écrivait-il, en racontant sa visite du cimetière où se situe la tombe d’Eva Peron. On apprend aussi sans doute beaucoup d’un humain à la façon dont il défie la mort et au souvenir qu’il laisse aux autres.

Le stock de livres est actuellement épuisé, mais une réédition est en cours et sera vite disponible, via Vigie Chapre ici https://www.facebook.com/vigie.chapre

Miren Funke

Nicolas Jules – Le yéti.*

25 Juil

yéti17 pistes à suivre

L’intitulé sème le doute.
La pochette* ne le lève pas :  un arbre. Caché derrière, un humanoïde apparemment civilisé mais c’est peut-être une ruse.
Nicolas Jules – Le Yéti.

Tournons l’objet. 17 titres où là encore le yéti joue à cache-cache. Il est mort, ressuscité, ici on prétend imiter son cri et là exhiber son putatif scalp ; quant à sa fiancée, disons pour faire court qu’elle ne donne pas dans le détail.
Nicolas Jules, le yéti ? Qui sait.
Justement, ceux qui savent – peut-être – ne pipent mot. Ce sont les musiciens : Roland Bourbon aux percussions/ batterie, Frédéric Jouhannet au violon, et parfois Nicolas Moro au dobro et Dani Brouillard à la guitare. Ils accompagnent, ils jouent, ils évoquent, ils suggèrent : des ambiances de partout sur terre et ailleurs, des battements qui mènent la danse (Records), des humeurs délirantes (Perdu), torrides (L’aventure), carrément secouées (Lavomatic),  exténuées ou apaisées (Le yéti voyage incognito). Ils font tout ça et plus encore, mais ils ne disent rien. Seuls les – fort jolis – choeurs* laissent échapper : « Vous êtes dingue » (Records) … le mystère demeure.
Sur les chansons où le yéti n’est pas, il y a des mots et non des moindres, des qui foutent les poils dans des chansons d’amour mal peignées et où ça saigne encore un peu à cause des « épines et des roses » (Colère). Il y a du mouvement, un parfait déséquilibre car Nicolas Jules a souvent un pied d’avance ou de côté, enfin bref, la rime n’est jamais où on l’attend : « vos pensées par milliers, vos baisers parfumés, vos courriers par la poste ». (Records). Il a un pied levé, pour Fuir au plus vite et son cri de ralliement est follement rafraîchissant « j’ai de l’imagination à revendre, mais je ne tiens pas à m’enrichir ». Le pied, il le met dans le plat pour lui donner un fameux relief, loin des copies fades en deux dimensions (Mort aux photocopieuses).
Le pied donc. La patte de Nicolas Jules, voire son empreinte.
Alors Nicolas Jules est-il yéti ? Peut-être… qu’importe. Il y a un monde et il y est, bien vivant, ça au moins c’est une certitude.

* album disponible sur –>    www.nicolasjules.com
* les photos de l’album sont de Thibaut Derien
* Marie Lecomte et Julie Leyder

Mélanie Plumail

%d blogueurs aiment cette page :