Paris-Bamako, de Marie Volta

23 Nov

L’actu a mis Bamako à la une avec une de ces tragédies presqu’ordinaires, on les voit de loin, parfois ça nous rattrape, est-ce qu’on voit les choses différemment pour autant quand c’est loin ?

paris-bamako.grdL’album de Marie Volta est paru il y a quelques mois, et dans ses chansons paysages qui racontent des histoires comme dans les contes de jadis, qui parlent à tout le monde, c’est le cœur battant qui donne le tempo. Dans toutes ses variations.

Une des chansons résonne avec une acuité particulière « Le Roi Christian » qui, en d’autres temps tragiques, sortit au balcon du palais, et peut-être aussi dans la rue en ayant agrafé sur sa poitrine une fameuse étoile jaune, et son peuple adopta cette même distinction. Gloire à ce roi et à ce peuple, on pourrait penser aujourd’hui à un autre symbole à inventer pour refuser la barbarie.

Dans les personnages qui passent dans cet album voyage, Esmeralda trinquera peut-être avec un étranger, « un ami qu’on ne connaît pas encore » dit-on en Irlande, la ballade et les balades nous prennent par la main, dans un invitation tendre et amicale.

Il y a la caresse du temps froissant tes yeux d’enfant, esquisses de portraits de femmes, les oubliées, les mal-aimées, toutes celles qui sont dans les ombres des familles.

Il y a des cartes postales, des lettres ouvertes, qui portent toutes l’empreinte d’une profonde femm’humanité, tout ce qui peut donner un sens à la vie, envers et contre tout.

Ajoutons la subtilité et la finesse des arrangements, la voix de Marie Volta, l’exact instrument pour porter ces histoires, ces chansons qui racontent la vie, celle d’un seul chemin qui relie… Au moment où on reparle de barrières, ça peut pas faire de mal de penser à ce qui nous réunit plutôt qu’à ce qui nous sépare.

Peut-être qu’il n’y a pas une analyse complète et une dissection intégrale de cet album, peut-être, mais en ce moment, comme dans tous les moments de la vie rugueuse, c’est un peu de bonheur à se donner.

« Le plus difficile pour un être humain, c’est de vivre dans sa lumière. » Nelson Mandela

Il y a de la lumière dans cet album, des moments de grâce, un petit coin de ciel…

NB: Et il y a un duo qui aurait bien réjoui Pierre Louki… Ou Boby Lapointe. Comprendra qui écoutera…

Pour en savoir plus, voici l’adresse.

Et pour entendre  voici »Le roi Christian » dans une version « live »de et par Marie Volta – Caroline Fédi à l’accordéon
(soirée hommage à Guy Henin)

Et ici, un extrait de l’album

Norbert Gabriel

Publicités

Une Réponse to “Paris-Bamako, de Marie Volta”

  1. Danièle Sala novembre 23, 2015 à 16 h 26 min #

    Voilà qui donne très envie de découvrir l’album de Marie Volta . Et « Le roi Christian » , qui n’est pas danois, mais porte aussi une étoile d’or dans son coeur, vous salue bien !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :