Ô bella ciao, histoire brève d’une chanson…

30 Avr

Nous sommes en 2018, et depuis quelques années les  ténors du discours politique et une bonne partie de l’arrière ban médiatique s’embabouinent avec éloquence sur la nécessité de donner aux femmes quelque chose qui ressemblerait à une forme d’équité ou d’égalité dans les droits civiques et sociaux. Globalement et théoriquement.

Depuis quelques jours, par la grâce d’un film, Ô bella ciao devient la chanson à la mode, et de ci de là , on raconte son histoire… En allant voir wikipédia, les 5 premières lignes, et basta pour gloser et faire son intéressant..

Bella ciao est un chant de révolte italien qui célèbre l’engagement dans le combat mené par les partisans, résistants pendant la Seconde Guerre mondiale opposés aux troupes allemandes de la République sociale italienne fasciste, dans le cadre de la Guerre civile italienne. Les paroles ont été écrites fin 1944 sur la musique d’une chanson populaire que chantaient au début du XXe siècle les mondine, ces saisonnières qui désherbaient les rizières de la plaine du Pô et repiquaient le riz, pour dénoncer leurs conditions de travail. Elle est chantée depuis 1963 dans le monde entier comme un hymne à la résistance. (Wikipédia)

Premier point : ce n’est pas « une musique » que chantaient les mondine au début du siècle mais une chanson avec des paroles très engagées … Qui racontaient leurs vies d’esclaves agricoles.  C’est une chanson née dans les rizières. Par des femmes. Et Giovanna Daffini  la chantait en 1926. (Elle a commencé à travailler dès l’âge de treize ans  dans les rizières du Vercellese et de la Lomellina pavese, dans la plaine du Pô où elle s’imprègne des chants des mondine.

Et voilà  qu’en 1944 un auteur anonyme mais au masculin s’y colle, et ça devient: Les paroles ont été écrites fin 1944 .

Dans mes souvenirs familiaux, j’ai entendu ma grand’mère Santina  chanter ô bella ciao, souvenir de son enfance en Vénétie, quand à 8 ans elle travaillait aux champs, en 1894. C’est dans les rizières que cette chanson est née vers 1904 ou 1905, et il y a peu de chances que ce soit un poète masculin qui se soit intéressé à ces filles de rien… (de niente, disait Santina…)

Pas plus tard que ce dimanche 29 Avril, une chroniqueuse de France-Inter y va de son résumé, chanson écrite en 44 sur un air populaire … Décidément être femme dans la chanson (et pas que) n’est jamais un long fleuve tranquille… Pour les mondine  non plus(pluriel de mondina)

La version de mon enfance, celle de la région d’Udine, de Pordenone, commence par « Stamattina mi sono alzata… alzata, au féminin… et toute la famille chantait cette version,  pas celle née 40 ans plus tard, Una mattina mi sono alzato ..

Version originale des mondine
Alla mattina appena alzata
O bella ciao bella ciao bella ciao, ciao, ciao
Alla mattina appena alzata
In risaia mi tocca andar
E fra gli insetti e le zanzare
O bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao
E fra gli insetti e le zanzare
Un dur lavoro mi tocca far
Il capo in piedi col suo bastone
O bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao
Il capo in piedi col suo bastone
E noi curve a lavorar
O mamma mia o che tormento
O bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao
O mamma mia o che tormento
Io t’invoco ogni doman
Ed ogni ora che qui passiamo
O bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao
Ed ogni ora che qui passiamo
Noi perdiam la gioventù
Ma verrà un giorno che tutte quante
O bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao
Ma verrà un giorno che tutte quante
Lavoreremo in libertà.
  • Traduction
  • .
  • Le matin, à peine levée
  • O bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao
  • Le matin, à peine levée
  • À la rizière je dois aller
  • Et entre les insectes et les moustiques
  • O bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao
  • Et entre les insectes et les moustiques
  • Un dur labeur je dois faire
  • Le chef debout avec son bâton
  • O bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao
  • Le chef debout avec son bâton
  • Et nous courbées à travailler
  • O Bonne mère quel tourment
  • O bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao
  • O Bonne mère quel tourment
  • Je t’invoque chaque jour
  • Et toutes les heures que nous passons ici
  • O bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao
  • Et toutes les heures que nous passons ici
  • Nous perdons notre jeunesse
  • .
  • Mais un jour viendra que toutes autant que nous sommes
  • O bella ciao bella ciao bella ciao ciao ciao
  • .
  • Mais un jour viendra que toutes autant que nous sommes
  • Nous travaillerons en liberté.

Avec le son, la version originale par Giovanna Daffini la plus authentique et légitime,

 

et par Milva ..

et en version musicale, ce qui peut suggérer une mélodie d’ origine tzigano klezmer

Pour le reste, la fiche wikipédia, lue jusqu’au bout est très complète.

 

Norbert Gabriel

Publicités

16 Réponses to “Ô bella ciao, histoire brève d’une chanson…”

  1. Danièle Sala avril 30, 2018 à 8 h 03 min #

    Une chanson que l’on entend dans toutes les manifs. Yves Montand l’a chantée aussi, et il est intéressant de voir les commentaires sous la vidéo :

    J'aime

  2. leblogdudoigtdansloeil avril 30, 2018 à 10 h 03 min #

    Depuis sa parution en 1975, je ne me lasse pas d’écouter le disque « Bella ciao – Chansons populaires d’Italie », qui a été initié par Giovanna Marini je pense. Y figurent la version originale de Bella ciao, chantée par une vieille femme et la version partisane. Dans ce disque on peut entendre de formidables chansons populaires dans tous les dialectes d’Italie, des chansons pleines d’humour se moquant du clergé ou du patronat, des chansons de lutte — dont la sublime « Gorizia », chanson contre la guerre.
    Le disque est sorti en 1975 chez Harmonia lundi et ressorti en CD depuis.

    Marie-Christine Gayffier

    J'aime

    • Danièle Sala avril 30, 2018 à 11 h 15 min #

      Un peu hors sujet, quoique…Mais pour Marie-Christine : Deux belles versions de Gorizia :

      O gorizia tu seras maudit

      Le matin du cinq août
      Les troupes italiennes se mettaient en route
      Pour Gorizia les terres lointaines
      Et chacun partit avec douleur

      Sous l’eau qui tombait à verse
      Grêlaient les balles ennemies
      Sur ces monts, collines, et grandes vallées
      On mourait en disant cela :

      O Gorizia tu es maudite
      Pour chaque coeur qui sent une conscience
      Le départ fut douloureux
      Et pour beaucoup il n’y eut pas de retour

      O lâches, vous qui restez
      Avec vos femmes sur des lits de laine
      Railleurs de nous viande humaine
      Cette guerre nous apprend à punir

      Vous appelez  » le champ d’honneur  »
      Cette terre au-delà des confins
      Ici on meurt en criant  » Assassins !  »
      Vous serez maudits un jour

      Chère femme toi qui ne m’entends pas
      Je confie à mes camarades proches
      De prendre soin de mes enfants
      Car je meurs avec son nom dans mon coeur

      O Gorizia tu es maudite
      Pour chaque coeur qui sent une conscience
      Le départ fut douloureux
      Et pour tous il n’y eut pas de retour

      Traître, messieurs, officiers,
      Qui avez voulu la guerre,
      ??? de chair vendue
      Et ruine de la jeunesse.

      J'aime

  3. leblogdudoigtdansloeil avril 30, 2018 à 14 h 31 min #

    Lola Halbwachs
    Oui mais Giovanna Marini avec laquelle j’ai appris à chanter à Testaccio dans son école de chant populaire de Rome, la tenait de Daffini avec laquelle, entre autres elle avait fait son premier disque après le spectacle mis en scène par Dario Fo… car c’est lui qui a eu la premiere initiative d’aller rechercher ces voix et ces chants perdus dans les campagnes… c’était la mode à l’époque. De meme que Joan Baez l’a fait aux USA.

    J'aime

  4. Les petits bla-bla de Dom mai 1, 2018 à 8 h 40 min #

    Mon grand-père né en 1900 dans le Piémont, fredonnait cet air, souvenir de son enfance…

    J'aime

  5. leblogdudoigtdansloeil mai 1, 2018 à 18 h 36 min #

    Sur un autre média (Agoravox) où cette chronique a été publiée, un contributeur « Damoclès » a ajouté cet intéressant complément:

    Un autre chant, plus révolutionnaire et plus politique datant du début du siecle, chant de révolte des « mondine » de la région de PADOUE , contre les gros propriétaires, il s’agit de « LA LEGA » ou « SEBBEN CHE SIAMO DONNE » que l’on peut entendre dans le film « 1900 » de BERTOLUCCI «
    Cette » LEGA » n’a rien à voir avec celle de SALVINI,bbien que l’origine géographique soit identique,
    il s’agit de ligue socialiste

    Voici le premier couplet et le refrain :

    Sebben que siamo donne
    Paura non abbiamo
    Per amor di nostri figli (bis)
    In lega ci mettiamo

    Olioliola
    Per amor di nostri figli
    E la lega crescera
    E noÏ altri lavoratori (bis)
    Vogliamo la liberta

    Traduction :

    Bien que nous soyons des femmes
    Nous n’avons pas peur
    Pour l’amour de nos enfants
    Nous entrons dans la ligue

    Pour l’amour de nos enfants
    Et la ligue grandira
    Et nous autres travailleurs
    Voulons la liberté

    J'aime

  6. leblogdudoigtdansloeil mai 2, 2018 à 9 h 44 min #

    Commentaire laissé par Aristide sur Agoravox,

    Une autre chanson italienne « révolutionnaire » a été reprise par Rita Pavone en 1965.

    « Viva la pappa alla pomodoro« »

    Vive la bouillie aux tomates
    Vive la bou bou la bouillie
    aux to-to-to-to-to tomates
    qui est un chef d’oeu-d’oeu-d’oeuvre du Peuple
    Vive la bou-bouillie bouillie
    aux to-to tomates

    L’histoire du passé
    maintenant on nous l’a enseignée,
    qu’un Peuple affamé
    fait la révolution
    raison pour laquelle les affamés
    avaient combattu
    c’est pourquoi de »bon appétit
    faisons bon déjeuner

    Vive la bou-bou la bouillie
    aux to-to-to-to-to tomates
    Ah, vive la bou-boullie qui est un chef d’oeu-d’oeu- d’oeuvre du Peuple
    Vive la bou bouillie bouillie
    Aux to-to tomates

    Le ventre qui gargouille
    est la cause du complot
    est cause de la lutte
    »à bas le directeur ! »
    la soupe est maintenant cuite
    et nous chantons tous
    nous voulons que soit servie
    la bouillie aux tomates

    Vive la bouillie aux tomates
    Vive la bou bou la bouillie
    aux to-to-to-to-to tomates
    qui est un chef d’oeu-d’oeu-d’oeuvre du Peuple
    Vive la bou-bouillie bouillie
    aux to-to tomates .

    PS : La traduction est de Jean Rumain, l’article est là. http://jean-rumain.over-blog.com/article-vive-la-bouillie-aux-tomates-110013657.html

    J'aime

    • leblogdudoigtdansloeil mai 2, 2018 à 9 h 48 min #

      Aristide , Précisions sur la soupe aux tomates..

      L’origine est Toscane : plat d’une simplicité assez remarquable et parait-il délicieux. Une soupe au pain et aux tomates, huile d’olive et ail.

      Le compositeur de cette rengaine est Nino ROTA, le fameux compositeur de Frederico FELLINI. Des sonorités que l’on reconnait facilement, même pour un handicapé de l’oreille dont je fais partie. C’est une création de l’époque, 1963, composée pour un feuilleton italien adapté d’un roman journal du début du XXème siècle.

      J'aime

  7. leblogdudoigtdansloeil mai 2, 2018 à 9 h 47 min #

    @Robert Lavigue ( sur Agoravox)

    Excellent travail !
    Je me permets de donner le lien pour tous ceux que la plastique de la Bella ne laisse pas indifférent.
    https://lavigue.blogspot.fr/2017/08/le-short-dune-mondina.html#more
    De plus vous soulignez déjà que la mélodie est un chant traditionnel des Mondine.
    J’ai appris quelque chose, curieusement je connaissais ’Bella Ciao’ par les interprétations russes (en V.O. bien sûr). C’était une chanson culte en URSS, un peu moins maintenant mais elle reste populaire.

    J'aime

  8. leblogdudoigtdansloeil mai 2, 2018 à 9 h 50 min #

    (‘Sur Avox)
    Voici une interprétation par Anna German, qui chante en russe, en polonais et en italien.
    Funiculi Funicula https://www.youtube.com/watch?v=kmiwnZlweag

    J'aime

  9. GABIRON août 7, 2019 à 21 h 31 min #

    Bonjour,
    Pour info Pordenone s’écrit avec un seul n.

    J'aime

    • leblogdudoigtdansloeil août 7, 2019 à 22 h 47 min #

      Merci,c’est quasi impardonnable de ma part, ma seule excuse c’est que je comprends l’italien parlé, pour l’avoir entendu dans mon enfance, donc je l’écris un peu comme je l’entendais, avec l’accent chantant .. et je me suis aperçu il y a quelques années que j’étais incapable de lire l’italien, sauf si je « chante » les mots que je lis, là, je mets l’accent tonique à sa place, ce que je n’arrive pas à faire en lisant.. J’ai corrigé .. Heureux d’avoir un lecteur qui connait cette région de l’Italie ..
      Cordialement

      J'aime

Trackbacks/Pingbacks

  1. Un vent de révolte souffle en mai | LES VREGENS - mai 5, 2018

    […] de cette chanson est racontée dans ce billet issu d’un blog (vraiment très très chouette) que je vous recommande […]

    J'aime

  2. Les vérités alternatives et les références… | le blog du doigt dans l'oeil - janvier 30, 2019

    […] d’intervalle deux journalistes ont repris mot à mot les mêmes approximations erronées sur « Ô Bella ciao »… Faut-il en déduire qu’il y a une base de données très peu fiable sur cette radio de […]

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :