TAYOBO, « K-Barré Core »

11 Juil
tayobo4
.
Hum Toks & E.5131 et Eric SABA chroniquent l’album « K-Barré Core » de TAYOBO.
.
tayobo3
.
Autant te prévenir… TAYOBO, c’est lourd et dévastateur… parce que subtil et puissant. Ah !
T’en croques ? Tu prends un ticket ?
.
( Pour écouter les morceaux, en lisant la chronique,
c’est par là : –>  http://tayobo.free.fr/disques.php <– )
.
« Entrée » : parce qu’on passe pas par l’apéro, tu vois. On a bu tout l’après- midi… et ça fait longtemps qu’on trinque, à vrai dire.
.
Installe-toi… Piano déstructuré, sorte de morceau caché, calé en morceau d’accueil. Les coulisses d’un cirque à Freaks.
.
C’est calme mais ça frise l’oreille, roulotte en déséquilibre…
Attends trente secondes, tu mets ta ceinture, tu baisses la tête, la bâche lourde, jaune et rouge, effleure ton crâne et se déplie, dans ton dos… La (pro)messe est dite : on va te refaire les tympans !
.
« Bob Triquard » ça te prend la tête à deux mains, l’écrase sur le mur d’en face et ne te demande pas si ça va.
— Ça va… ?
— Non, j’ai mal…
.
Bah, il te reste dix morceaux à ingurgiter… Ouvre tes oreilles.
Guitares puissantes, métal, rock, puis caressantes, scintillantes, Django… (signées Fred & Falco). Vingt secondes la tête hors de l’eau et… hop, tu replonges ! Quarante- trois minutes de concentré de cynisme, de décalé, de puissance à l’exponentielle, de référence aux anciens. Bienvenue dans le manège pour grand(e)s, celui que tu n’osas pénétrer plus tôt. Habituellement, de l’allée principale où tu te postes, tu n’entends que les cris. Cette fois, t’es dans le wagon, ligoté(e). À ce train-là, je donne peu cher de ta peau, peuchèvre (comme disait ma grand-mère), pecaïre… Grande vitesse : ton bob a volé, accroché dans les branches d’un arbre à pendus, il fait 51°, tu vas choper l’insolation. Et ici, on n’est pas regardant, c’est « Champagne »… titre du dernier morceau, avant la « Sortie » !
.
TAYOBO2
.
Visite des lieux (il vous en prie, passez devant et n’oubliez pas le guide, doigts-osselets tendus, rictus d’entre deux âges) : un petit théâtre grand guignol niché dans cette petite rue parallèle, là, en bas, à gauche de la porte cochère. Encore à gauche, la piste circassienne, la présence du Ça (ici, là, un peu partout), un cabaret-core, gore, obscur. Le clown, celui qui dévisse les poulets à mains nues, dents aiguisées, grand sourire, est ton guide. Que la lumière soit, il enclenche. « Carnaval tragique ! » :
.

« J’entends les bouffons me dire : / « Faut pas t’en faire, faut pas t’enfuir, / Même si la corde te serre, Lâche l’affaire… » / (…) / Tu t’lèves… Ou tu crèves… Bouge-toi ! / Débranche-les avant qu’il ne soit trop tard / Lève le poing ! Lève le poing ! ».

.
C’est l’univers TAYOBO, c’est l’humanité concentrée on stage, TU es le clown triste. La musique est puissante et reste festive. Paradoxe ? Faudra t’y faire, mon p’tit vieux, ma p’tite vieille…
.
C’est le musée gréviste et tu croises des invités fameux, tiens !
.
« J‘voudrais dire au Front de Libération des Nains de Jardin… / Qu’il en reste un ! / (…) / (Qui,) à Dakar insulte l’Afrique ! / Karcher ! Charter ! Thatcher ! ».
.
tayobo5
.
Les ombres qui longent les murs crasseux, mais lumineux, de ce cabaret de l’obscur prennent pied dans notre réalité. Tu comprends d’autant mieux, chéri(e), que les textes sont en français. Rareté dans l’univers du Métal. Et ça fonctionne ! Texte et musique, même combat : on défonce, on dénonce. Ah, si on balançait du TAYOBO dans les manifs… ça aurait une autre gueule… et peut-être d’autres résultats… Je les connais ces concerts-là… tu commences avec le signal métal : tes doigts forment les cornes d’El Diablo et tu finis le majeur collectivement dressé ! (MINISTRY, Paris, juin 2008 ou ATARI TEENAGE RIOT, Limoges, mai 2010).
.
Le traitement de la 2ème voix (les hurlements de John) amène une teinte autre, fait penser à certains morceaux du SOULFLY de la fin du siècle dernier. Tu penses, à plusieurs reprises, être arrivé(e) au point de non-retour, tu touches l’acmé et la folie forcenée t’attrape de nouveau : c’est un lâcher de basses, de grosses caisses qui te déboulonnent et ta chute perdure. Non, ce n’est pas encore le sol. Non pas encore… non, pas encore. Un exemple parmi d’autres : « Cyco Quidam/Cyco President ». Te rappelles-tu le morceau de SLAYER et ICE-T sur la B.O. de Judgement Night, dont l’accélération ne cesse ?
.
tayobo6
.
L’effort est pictural pictural (l’artwork est signé Delphine Le Lay et Alexis Horellou) autant que musical : on pense à TOOL, à la basse de CLAYPOOL ? Un mot sur la partie basse-batterie (Yom et Bill) : virtuosité et puissance. Tu comprends que PRIMUS joue dans la roulotte qui jouxte (les tontons de service veillent, les anges planent).
.
C’est un mélange intelligent, un hommage aux anciens, à des références communes (la bande des LOS BASTARDOS, on dira…) ET la construction d’un univers nouveau et de morceaux efficaces : « Calculs ». L’apparence de Grand Bazaar Bédéesque et… en souterrain, le discours. À l’auditeur de s’accrocher au wagon, de faire le lien, de renoncer (peut-être) à son attitude moutonnière, aveugle, qui place (et engraisse) à la tête de tous les pouvoirs une oligarchie méprisante. Le titre « Paradise » annonce la couleur/rouge : « Bienvenue en Enfer ! ». L’Enfer… ni sous terre, ni en représentation… l’Enfer est là, dans tes oreilles, avec une touche festive pour que tu survives… et autour de toi. La voix de Yom (qui module et prend plaisir à jouer son rôle) t’accompagne et se rit de toi. Dernier morceau avant la « Sortie », on partage une coupe… C’est pas le Graal, « Champagne ! » :
.
« Ils sont venus installer leur centrale à déchets / J’ai beau manifester, rien n’y fait / Ils sont venus, à nos santés ont bu / Dernière formalité, tout le monde va trinquer… / Champagne ! / La centrale d’à côté a sauté ! ».
.
Excellent cru. Terre de 1905… Ville Rouge… Terre de Résistance… Limousin.
.
A l’écoute de cet album, j’ai envie, ami/e, de te souhaiter bonne chance.
– Merci…
.
Hum Toks / E.5131
.
Les concerts à venir (http://tayobo.free.fr/agenda.php) :
20.07.2013 : Festival Rock d’Ay avec Punish Yourself, à Sarras (07)
03.08.2013 : Bike Show & Rock Festival (pour les 100 ans de Harley Davidson) avec Mass Hysteria, Loudblast…, à Le Luc en Provence (83)
23.08.2013 : Festival Cheminées du Rock, à Saillat-sur-Vienne (87)
.
.
.
tayobo1
.
///
Publicités

Une Réponse to “TAYOBO, « K-Barré Core »”

  1. Hum Toks juillet 11, 2013 à 11 h 07 min #

    A reblogué ceci sur Salut les Parano(e)s ! and commented:
    /// Tayobo remet le couvert et tourne cet été : 1ère date à Sarras (07), le 20 juillet, avec Punish Yourself, puis 3 dates dont le 3 août (Bike Show & Rock Festival pour les 100 ans de Harley Davidson (avec Mass Hysteria, Loudblast…), à Luc en Provence (83)… jusqu’au 23 août, à Saillat (87), pour le Festival « Les Cheminées du Rock »… ///

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :