Tag Archives: Omaya

Ascensions, ou Cantate pour Omaya …

13 Août

 

Tu le sais

Je n’aurai de cesse

de te hanter toujours

Et je te condamne à l’amour

Omaya repose sous le mandarinier,

Une tache au cœur comme

Une tache au cœur comme

Un bouton de rose

Cet album de BabX peut provoquer des sentiments de troubles émotionnels exacerbés. Une des conséquences, en ce qui me concerne, c’est une incapacité à trouver les mots pour exprimer ces émotions. Et j’en demande par avance pardon aux albums à venir, et à quelques uns en attente, mais j’emprunte à Nougaro ce que je ressens,

 

Il faut faire silence
Traversé d’une lance
Qui fait saigner un sang
Blanc
Il faut tourner la page
Aborder le rivage
Où rien ne fait semblant
Saluer le mystère

Et puis se taire.

 


Pour le reste, quelques lignes de BabX extraites du livret disent à peu près tout sur cette cantate à Omaya,

 

La chanson parle d’une femme qui s’appelait Omaya al Jbara.  Femme ronde et joyeuse, elle faisait du droit et de grandes tables pour ses amis et sa famille. Elle vivait à Al Alam en Irak. Omaya s’est muée en Jean Moulin de son village quand un groupe de l’Etat Islamique l’a attaqué, faisant de chaque homme et femme un Résistant. Ces résistants ont tenu face aux agresseurs armés pendant 12 jours jusqu’à ce qu’Omaya tombe, tuée en plein cœur par un sniper. Elle est devenue une sorte de légende dont on chante le nom et a obtenu le titre de Cheïkha, titre qui n’avait jamais été accordé à aucune femme.

 

La première partie est un peu sa montée au ciel, son ascension, la seconde la bataille, la troisième se situe après le combat.

 

C’est la fin de cette troisième partie que je propose.

 

Et le sax d’Archie Shepp pleure toute la douleur du monde… et sa rage. Pleure …

Norbert Gabriel

Après le 13 Novembre il a fallu tout arrêter.
Puis tout recommencer. Vite.
Chercher et retrouver la pulsation de Vie.
Écrire. Gravir. Chanter.
Pour résister au froid.
Pour Résister, au fond.
Ce disque n’est qu’une trace de vie -parmi tant d’autres- qui revient à elle-même, sonnée mais obstinée.
Avec dedans les voix, les sons, l’évocation de mes amis, de mes amours, de mes héros, de musiciens, de gens, vivants ou disparus, mais LIBRES.
Sonner. Sonner. Sonner.
Jouer à la musique comme on joue à Zorro. Défier Dieu avec des pistolets à bouchon. Mais ne pas se laisser faire. Ne pas « LE » laisser faire.
Reprendre là où l’on a commencé.
A la Vie. »

Babx

[CONCERT] Babx sera à La Cigale lundi 27 novembre 2017 ! UNIQUE concert de l’album #Ascensions, avec de nombreux invités surprise !
Infos & réservations → bit.ly/BabxCigale2017

Last but not least:  c’est un album à écouter avec un oeil sur le livret, sinon, il y a un grave risque de malentendu, avec L’homme de Tripoli ou avec Le déserteur, comme dans un film où la bande son  est intimement associée au dialogue et à l’image. Les dissocier serait l’assurance de perdre l’essentiel

Oratorio ou cantate ?
– Un oratorio est une œuvre lyrique dramatique représentée sans mise en scène, ni costumes, ni décors. Généralement composé pour voix solistes, chœur et orchestre symphonique, avec parfois un narrateur, son sujet est le plus souvent religieux (épisode extrait de la Bible ou des Évangiles, de la vie du Christ ou d’un(e) saint(e)… ), mais peut être aussi profane (héros mythologique, sujet historique, hymne à la nature…). Formellement assez proche de la cantate et de l’opéra, l’oratorio comprend généralement une ouverture, des récitatifs, des airs et des chœurs.
– Une cantate (du latin cantare, « chanter ») est une composition vocale et instrumentale qui comporte plusieurs morceaux. Elle porte généralement sur un thème qui peut être profane (cantata da camera) ou sacré (cantata da chiesa), mais à la différence de l’opéra, elle ne comporte aucun aspect théâtral ni dramatique.

 

Publicités