Tag Archives: Maïa Barouh

Cabaret Barouh …

2 Avr

Il me semble entendre la voix de Pierre Barouh qui murmure, les rendez vous d’ailleurs, c’est tout-à-fait ce qui me plait pour prolonger l’art des rencontres…

Et puis si Pierre est ailleurs il y aura son pianiste, Pierre-François Blanchard, qu’on voit ici dans ses oeuvres… Tout est précisé ci-dessous, on réserve et on y va.

Norbert Gabriel

Les 3 jours Pierre Barouh

18 Nov
Pierre Barouh 169 AAAA NB AA 25-04-2014 20-47-07 2222x2110

Photo NGabriel

Pierre Barouh a toujours été un voyageur baladin dans les musiques, la vie et les rencontres, dont il a fait un art majeur. Orpailleur éternel dans les spectacles du monde, le monde des saltimbanques qui ré-inventent chaque jour leur art de vivre et de jouer.  Dans chaque ruche, il y a une abeille éveilleuse, et dans les légendes d’Anatolie, elle est la mémoire d’un dieu disparu,  elle est celle qui annonce chaque nouveau printemps, et le temps revenu de la pollinisation.

 

Les Editions Saravah fondées en 1966 par  Pierre Barouh, auteur et compositeur,  est l’un des plus anciens labels indépendants de musique. Elles partagent avec le Théâtre El Duende une histoire, une utopie, un univers fait de mots, de musique, de coups de cœurs, et de rêves.
 .

Jeudi 14 Décembre    Carte blanche à Maïa Barouh

Photo©NGabriel

Pierre Barouh a toujours préféré les répétitions aux représentations. Hors des sentiers battus, de la musique bien propre, bien produite n’est-ce pas plus excitant quand les choses ne sont pas totalement abouties ? Quand c’est “en chemin” ?

C’est avec cette intime conviction que sa fille, Maïa Barouh , chanteuse et musicienne, nous convie à un concert inédit et improvisé où se rencontreront sur scène ses nouveaux projets musicaux et ceux de ses invités la rappeuse Elea Braaz, Baba Markus le beat-boxer et Emma Broughton au chant et à la guitare.

Vendredi 15 décembre 

Concert Hommage à Pierre Barouh

Photo©NGabriel

En Novembre 2016 sur la scène du Trianon, Pierre Barouh célébrait les 50 ans des Éditions Saravah en bonne compagnie. Un an plus tard, comment ne pas céder à l’évidence de se réunir à nouveau autour de l’héritage poétique de Pierre pour un concert où seront conviés Claire Elzière, Eric Guilleton, Margaux Guilleton, Marion Rampal, la Compagnie El Duende, Pierre-François Blanchard, Ana Carla Maza, Dominique Cravic, Philippe Baden-Powell et Maïa Barouh.

Samedi 16 décembre  In Tempo Rubato

Spectacle musical de la Compagnie El Duende . Une rencontre entre le théâtre et la musique pour 7 comédiens et 5 musiciens.
Le fantastique de cette histoire, c’est la rencontre entre les chansons de Pierre Barouh, les mélodies d’Anita Vallejo et la fantaisie colorée des comédiens du Duende.
Voici l’histoire d’une rue musicale qui aurait échappé au Tempo.
Le voyage proposé s’amorce par une citation fellinienne :
Où va la musique lorsqu’elle s’arrête ?… et se prolonge, fleuve au parcours imprévisible où les chansons sont autant d’affluents, jusqu’à l’océan des rêves les plus secrets. (P. Barouh)
En première partie, projection du film documentaire d’Amie Barouh “ Melinda ” (58’).
Trois soirées exceptionnelles de musique et de théâtre dédiées à Pierre Barouh avec la participation de plus 30 artistes.
14, 15, 16 DÉCEMBRE 20h30 23, RUE Hoche  IVRY-SUR-SEINE
Réservations : 01 46 71 52 29
 
Pour tout savoir, c’est là,  clic ——>

 

 

 

 

Norbert Gabriel

Saravah 50 ans au Trianon

22 Nov
Atsuko et Pierre Barouh, piliers de Saravah Photos NGabriel 2016

Atsuko et Pierre Barouh, piliers de Saravah Photos NGabriel 2016

Une soirée Saravah est difficile à raconter, c’est un kaléïdoscope d’émotions qui se rencontrent, se partagent, se fondent en synesthésie douce … C’est un art de la fraternité spontanée, un survol des frontières, on devient brésilien, japonais ou vendéen, passager accueilli à bord d’un vaisseau mythique, une barque ou une goélette, une bicyclette, des patins à roulettes,un voilier ou un vaisseau spatial qui fait un travelling sur la Terre et tout ça ça s’passe quelque part dans l’espace sur une boule qui roule dans l’infini

Et sur la terre, au ras des pâquerettes, et des herbes folles, asile des bouquets de papillons et de rainettes, on trouve les rampes de lancement vers les rêves de liberté, et d’amitié et d’espoir d’un avenir possible. Chimère ? Utopie ?? Peut-être, mais il reste des chemins inexplorés pour les Don Quichotte de la vie, car ces moulins aux ailes portées par le vent peuvent vous envoyer aussi bien dans la boue que dans les étoiles. Et comme la maison accepte l’échec, c’est pas si grave de tomber quand on sait qu’on va se relever et repartir à la conquête des étoiles. Tomber six fois et se relever sept… Saravah la vie, et que le spectacle continue avec ces Rois du Slow Biz… 50 ans, la belle affaire, le temps est suspendu, le plus ancien label français en activité vous salue bien. Vous avez raté cette fête au Brésil, au Japon, à Paris, pas de panique, un rendez-vous se prépare à Montréal, prenez vos billets, et comme on le chante au Kabaret,

Ils sont venus, ils sont presque tous là, retrouvez les sur les images, et rêvez comme si vous y étiez.

saravah-5o-ans-montage-1-22-11-2016-01-45-18-5112x5070

Et pour quelques images de plus :

saravah-5o-ans-montage-2-aaa-22-11-2016-02-12-38-5120x5120

Et il faut rendre hommage aux acteurs de l’ombre qui ont  initié, mis en place, produit et réalisé:  Atsuko, Maia et Yvonnick, sans qui les choses auraient été très aléatoires…

Pour suivre les aventures extraordinaires des Rois du Slow Bizz, c’est là, clic sur …

saravah-logo

Vous y trouverez l’album anniversaire.

Norbert Gabriel

NB  Ne ratez pas la très belle lettre  d’Emmanuel dans le commentaire ci-dessous. 

Maïa Barouh, Kodama

11 Août

Maia Barouh 27 10 2012 030 bN&B Lomo 28-10-2012 21-53-13 2256x2126Dans ces échos, (en japonais Kodama, ce sont les échos) il y a un peu de Prévert, quand il écrit, dans Cri du cœur,

C’est pas seulement une voix qui chante

C’est d’autres voix une foule de voix

voix d’aujourd’hui ou d’autrefois

Des voix marrantes ensoleillée, désespérées, émerveillées

Voix déchirantes et brisées

Voix souriantes et affolées folles de douleur et de gaieté.

On pourrait dire aussi que c’est un chant du monde, on voyage par dessus les frontières et les océans, portés par des musiques enrichies  de toutes les couleurs de la vie, sur le souffle de la flûte magicienne de Maïa, sur les tempos sortilèges des percussions de Léo Komasawa, et les machines psychédéliques soft de Martin Meissonnier et Mathias Weber.

kodamaOn pourrait dire bien des choses en somme, la technique vocale exceptionnelle, un art nourri de toutes les rencontres des rois du slow biz, ceux qui vont à la découverte des humains de Paris à Vancouver, de Tokyo à Rio de Janeiro, de La Roche sur Yon à Adélaïde, car la barque de l’oncle Léon est un vaisseau de haut bord qui a navigué sur toutes les mers, et chanté dans toutes les ballades. Les belles, les moins belles, si vous croisez Little Boy , faites gaffe quand même, il y a des boys dont la compagnie n’est pas la plus recommandée, même si elle est irradiante, il y a des éclairs funèbres.

Mais c’est un écho, un des échos, il y a beaucoup de lumière dans cet album, beaucoup d’envols à la façon de Jonathan Livinstone, on survole léger et grave à la fois. Matriochka fait la comptine, est-ce le vent qui lui répond ?

Mais est-ce le vent qui souffle ainsi
Et qui m’arrache la peau ?
Est-ce l’écho d’un incendie
Qui trouble mon repos ?

Dans ces échos musicaux aux variations subtiles, c’est aussi une découverte du Japon dans la multiplicité de ses cultures. L’image des fourmilières géantes véhiculées par des esprits simplistes est aussi ridicule que réduire la France à Pigalle et son folklore voyou. Nous avons les ducasses du Nord et la féria de Nîmes et ce qu’on chante et danse à Dunkerque a d’autres tempos que ce qui fait chanter les rues de Sète ou de Collioure. Kodama, c’est mille échos qui se répondent, il y a des chansons métissées de japonais, de français et d’anglais, qu’importe si quelques mots nous échappent, le sens général est bien perceptible. Pas besoin de sous-titres pour partager des émotions. Et dans les plumes partagées qui ont fait cet album, Maïa a invité Véronique Balmont, Stéphane Balmino, pour mettre des mots sur des musiques traditionnelles, sur des compositions originales, seule ou avec Martin Meissonnier. S’il y a des années où l’on envie de ne rien faire, il y a des années où on fait de la très belle ouvrage.

Pour l’adresse voyez ici, clic sur le roi du slow bizz.  saravah-logo

Et pour en savoir plus sur Maïa ,  sa vie son œuvre,clic sur le mégaphone 

maia megaEt on écoute,

Avec commentaires, et démonstrations vocales,

Last but not least, dans la famille Barouh, on pourra entendre Pierre, samedi 13 Août  de 23h56  à minuit 28, sur France Culture, entretien avec Albane Pearanda.

Norbert Gabriel

Maïa Barouh, en live France Inter, mais pas que..

10 Sep

Maia Barouh Live et son orchestrePréambule : Quand on évoque le Japon, le français moyen tient à peu près le langage de Panisse et César face à ces étranges étrangers d’un Nord qui commence au dessus de Carpentras. Quand le lyonnais et l’esquimau sont quasiment frères de moeurs pour le marseillais du Vieux Port. Alors le Japon…

A défaut d’aller voir sur place ce qu’il en est, on peut avoir un premier aperçu très enrichissant avec le spectacle musical de Maïa Barouh. Un peu plus d’une heure de chansons, avec des compostions personnelles imprégnées de ses cultures mélangées (pas uniquement franco-japonaises) et des chants traditionnels du Nord et du Sud du Japon. Et entre le Nord et le Sud, il y a autant de différences qu’entre un étasunien du Montana et un texan, ou un Ch’ti de Lille et un minot de la Joliette.

Maia Barouh Live AAAPar ses chansons Maïa Barouh montre plusieurs facettes de ce pays contrasté. Au Nord, tant dans les musiques que dans les thèmes (l’ours) il y a des résonances des chants Sioux, Cheyennes.. Le Sud vit dans un climat subtropical, et le Nord dans un climat continental Québecois, et ce traditionnel du Sud « Anami » est assez près des chants liturgiques d’Extrême Orient, ou de l’idée qu’on s’en fait. Chants très exigeants sur le plan de la maîtrise vocale.

Dans ces grands écarts musicaux, oubliez aussi tous les clichés sur les sons gutturaux qui caricaturent souvent le Japon, grâce à sa voix coloratura, Maïa Barouh expose toutes les nuances de cette culture musicale tout-à-fait abordable à des oreilles novices à la langue japonaise. Quand on découvre un negro-spiritual en argot de Louisiane, ou Strange fruits par Billie Holiday, pas besoin de sous-titre pour saisir l’émotion. La musique est un langage universel. Et dans cet exercice, Maïa Barouh est une flûtiste qui fait chanter l’instrument avec des voix et des sons à résonance humaine.

Maia Barouh Live AAAEt si vous croisez Little Boy, attention, tous les petits enfants ne sont pas forcément des anges, très grande chanson.

C’était il y a 4 ans, découverte et choc musical. En 2015, Maïa et son équipe ont poursuivi leur créations musicales, et un album est disponible. Chez Saravah,  c’est là : http://www.saravah.fr/albums/nouvel-album-maia-barouh,1165

L’émission de France Inter Partons en live sera diffusée demain vendredi 11 Septembre à partir de 21 h, il y a le passionnant Jean-Claude Carrière en invité fil rouge, une première heure jazz, puis en deuxième heure, Maïa Barouh, David Lafore, et en final, un duo piano voix avec Manoukian pour un standard de jazz. Très bonne émission, variée, bien menée, et rien de sera coupé au montage, tout était bien.

Vous aurez un panorama du talent de Maïa Barouh, dont voici deux autres facettes.

Live à La maroquinerie Jongala 

 Maïa Barouh – Album « Kodama »

C’est plus ancien, mais j’aime bien Gelem Gelem…

L’anniversaire des 50 ans de Saravah approche, la fête sera à la hauteur de ce label, le seul label de chansons en activité depuis 50 ans… Les Rois du Slow Biz professent volontiers qu’il y a des années où on a envie de ne rien faire, mais ce qu’ils font ils le font très bien. Faire vivre la chanson.

Norbert Gabriel

%d blogueurs aiment cette page :