Tag Archives: Liz Cherhal

Alliance, avec Liz Cherhal chez Pension Thénardier…

13 Fév

Photos©NGabriel2020

Eblouissante Liz Cherhal, dans le spectacle bi-lingue (Chant-signes) Alliance, chanteuse auteure paroles et musique, danseuse, meneuse de revue, elle nous a embarqués dans un opéra-pop-rock de mots de gestes et d’envolées musicales à faire exploser la Pension Thénardier qui l’accueillait avec ses partenaires,  Morvan Prat (guitare, violoncelle, machines), Christophe Piot (batterie, clavier), Cyrille Gérard (danse, langue des signes). Mise en scène de Néry Catineau.

Quand on a peu -ou beaucoup- suivi sa route baladine, et ses différents spectacles, on finit par se demander si elles ne sont pas plusieurs à l’intérieur, et ça ressort en éruption volcanique dans Alliance.

On l’a connue naguère en demoiselle Ronchonchon, la voici en puncheuse amoureuse de la vie, résolue à ne jamais céder aux vents contraires, quoi qu’il arrive. Cette sauvage est une battante,

Je suis un drame je suis la maison
Je suis une larme je change de prison
Je suis parole au fond du placard
Je suis symbole mais sans le vouloir
*
Je suis entière, je suis vibrante
Je respire je vis
Je vais toutes sirènes hurlantes
et je crie à l’envie.
*
Je suis entière, je suis vibrante..

On évoque parfois « la petite musique intime » des artistes qui dupliquent ad libitum les mêmes thèmes comme un copié-collé d’une même création originale.
D’autres remettent sans cesse sur le métier leur ouvrage, avec l’ambition d’explorer d’autres horizons… Ou de casser leur image ? Pourquoi pas ? Ou d’en faire une lumière diffractée par un prisme qui réinvente leur art. C’est l’aventure du funambule qui avance sur le fil en ayant abandonné le balancier et les sécurités rassurantes. C’est le choix de Cyrano dans son éloge de ce chevalier illuminé qui s’attaque aux moulins à vent dont les grandes ailes peuvent l’envoyer dans la boue … ou dans les étoiles. Et Liz fait un grand saut dans les étoiles .

C’est un spectacle multiple, la traduction en « chant-signe » donne des chorégraphies d’un modernisme fascinant, avec des musiques qui sonnent parfois comme des tocsins, à l’amour, à la vie. Merci Liz Cherhal donner envie.

A tous ceux qui ne refont pas leur vie,
mais qui par une nouvelle alliance la continuent.

NB: Une autre bonne raison d’avoir l’album Alliance, c’est la dernière page du livret, mais je ne dirai rien de plus, à vous de voir ce qu’il en est . Il n’aura échappé  à personne que Morvan Prat est un partenaire privilégié dans cette Alliance …

 

Suivez Liz et son Alliance clic ici–>

Vous y trouverez entre autres un blog sur la vie d’artiste absolument jubilatoire… Et on se dit que Liz Cherhal est la super bonne copine dont on rêve… Au risque d’en tomber amoureux … Et quand vous aurez lu la relation du concert à Etampes avec des panneaux roulants sur une scène en pente, vous verrez que Raymond Devos aurait pu avoir une fille nommée Liz Cherhal.

*L’opéra occidental est né en Italie à Florence au XVIIe siècle. Parmi les ancêtres de l’opéra figurent les madrigaux italiens, qui mirent en musique des situations avec des dialogues mais sans jeu de scène.
Les mascarades, les ballets de cour, les intermezzi, ainsi que d’autres spectacles de cour de la Renaissance, faisant intervenir des figurants, de la musique et de la danse…   Opéra pop rock correspond bien à cette Alliance.

Norbert Gabriel

Les comptines de Kikobert…

5 Déc

A quoi rêve un serpent qui n’a pas de pieds pour marcher (ou faire des vers) , pour danser, pas d’ailes pour voler, pas de voix pour faire rock star dans the voice, et pas de cheveux pour faire le néo punk à crête de coq ? A quoi rêve-t-il ?? Rien de tout ça, vous le saurez en écoutant les comptines de Kikobert, dans un panorama élargi et musical de saynettes courtes et rigolotes, malicieuses et zoologiquement pertinentes, on ne saurait contester l’évidence de l’hippopotam-tam ou le désarroi de la coccinelle qui a perdu ses points, et son permis de vol ? Peut-être … L’avis des animaux est une source permanente de petites historiettes où l’on voit en filigrane des tableaux façon Prévert sur une bande musicale inspirée de Gershwin… ou d’un petit rag time guilleret qui dope l’escargot marathonien, tout est possible. Et c’est éducatif, la vie du ver de terre est une initiation maligne à l’arithmétique et la zoologie.

Cet album a été testé et écouté et ré écouté par mademoiselle Nina, 2 ans et demi, qui le conseille sans réserve à tous les parents… C’est un joli cadeau à accrocher dans le sapin .. et c’est un livre disque à lire et écouter , et réciproquement.  Et à colorier, si la boite de crayons de couleurs est aussi dans le sapin..

Auteur, compositeur, interprète : Nicolas Berton dit KIKOBERT  avec aussi la pétillante Liz Cherhal, c’est une offre qu’on ne peut refuser …

Le site de Kikobert c’est là
clic sur le moineau  —–>

 

 

 

Norbert Gabriel

%d blogueurs aiment cette page :