Tag Archives: les cyclamens

Pierre Margot, Kamaïeu Les cyclamens…

25 Mar

 

Oui, ça valait le coup de patienter deux ans, ( depuis la souscription), pour enfin écouter ce florilège de chansons, écrites entre 1995 et 2017 .

Je n’ose présenter Pierre Margot aux lecteurs de ce blog, on a tant parlé de ses prouesses dans divers domaines ici-même. Artiste aux multiples talents, musicien,  quelques soixante musiques originales composées pour le théâtre, et autres spectacles, comme la danse contemporaine, et c’est surtout avec le piano qu’il compose pour ses chansons, acteur, metteur en scène de spectacles musicaux, grand chambellan des nuits de la pleine lune, Clochard stellaire, etc…

Cet album de chansons est le troisième de Pierre Margot, après Le rire des colombes, en 1999, album éponyme de son premier spectacle de chansons au café de la danse, et Kamaïeu en 2009.

Treize chansons bien envoyées, aux thèmes variés, qui inspirent la réflexion, réflexion sur le monde qui va de travers, la misère :  

  Dis moi l’amie, dis moi donc, as tu lu / L’indignation de ce vieil homme / Sentinelle assourdissante / De nos consciences en chewing-gum ?

La pollution des océans :

Y’a des images qui hurlent à tous les vents / De grands baleiniers qui massacrent par beau temps / La mélodie des mers, la diva des océans…

Un monde difficile pour la jeune fille handicapée qui rêve d’entrer chez le marchande de chaussures :

Je n’suis jamais, jamais allée là-bas /  Pour voir la devanture du marchand de chaussures / A cause des trois marches de bien belle facture / Hélas bien trop hautes, je ne les gravirai pas / Pour voir les escarpins, semelles de crêpe, dessus en satin.

Un monde où l’argent est roi, et jeu dangereux entre les mains des Golden Boy :

Coup de grisou et r’tour de flamme dans une mine de fer / L’action s’effondre aux pieds des actionnaires de Lucifer / La famine guette au coin d’une rue son amie la misère  / Pour un dîner aux croque-morts à la santé des coroners / Les énarques arnaquent dans les arcanes du pouvoir.

Un nouveau monde qui lâche ses bombes / Sur l’ancien monde / Et me laisse un goût / Amer, immonde.

Un monde parfois tellement désespérant et semé de doutes, qu’on en envie d’aller voir ailleurs,

Mes rêves de bonheur / Enfin se détendent / La foire aux aigreurs / Dissémine ses stands / J’ai plus peur de prendre / Une corde pour me pendre / Vers un autre ailleurs.

Alors, à quoi servent les Paraboles dans ce monde désabusé qui ne croit plus en rien ?

Aujourd’hui les paraboles / C’est con, c’est creux comme une cass’role, ça s’achète en tête de gondole, ça fleurit sur l’toit des écoles, c’est tourné vers les cieux, comme d’autres vers le bon dieu. C’est con, c’est creux. C’est Dieu.

A quoi servent les leçons de morales dans les écoles, quand on voit  que les humains sont capables du pire, les curés qui se prennent pour des anges et violent des gamins, la haine des étrangers, pourtant :

S’ils sont gris, rouges ou marrons, ce sont des gens comme vous et moi / Que dans mon sang coule l’histoire de ces femmes et d’leurs gamins / C’est inscrit dans leurs regards, on est tous des africains.

De quoi désespérer ? Devenir le Margart, comme Gainsbarre ou Renard ?

Pourquoi pas un bon vieux sale Margart / Tout pour la gloire et les dollars / T’as qu’à ranger ta conscience au placard.

Et puis non !

Non vraiment Margot, c’est plus doux qu’un chamallow… J’aime autant laisser Margart au placard / Et r’tourner chanter dans les bars / Bonjour l’amour, adieu la gloire.

Où alors s’en sortir par une pirouette en glorifiant le vice, avec Le joker :

J‘ai trop pleuré mes morts / J’veux qu’on rie sur ma tombe / J’ai trop conjuré le sort / J’entends rire les colombes / Ô vice, je te chante.

Et puis se réfugier dans le rêve, avec des mots ravaudeurs de lumière, comme L’enfant qui veut voir la licorne / Derrière le mur de barbelés / A des yeux dont le ciel s’étonne / De rêves prêts à s’envoler.

Se réfugier dans la musique. Que serait ce monde désespérant sans la musique ? :

La musique et sa transparence, j’en veux pour quand je serai grand, j’en veux jusqu’à la dissonance. Pour sertir la braise du temps.

Trouver refuge auprès de Mira d’or :

Je voudrais soulever de ma main la frange cuivrée qui pleure dans ses yeux / Pour en chasser le chagrin tout au bout des rêves, déposer mes lèvres, y passer ma vie / Perle de lune égarée au pays des étoiles.

Pierre Margot a mis le temps qu’il fallait pour Rassembler des paroles de saisons, y adjoindre des mélodies fraîchement cueillies, saisir le tout à la sauce pop/rock, assaisonner de sauce électrique, déposer une cuillère de lyrisme, une pincée d’insolence, un zest d’électro, servir le tout sur un lit de tendresse.

Une recette de chef étoilé, quoi d’étonnant quand on est Grand Chambellan des nuits de la pleine lune !  

Et des invités de choix pour parfaire le tout, Georges de Cagliari pour ce très beau poème La licorne et l’enfant, Nathalie Miravette, compositrice de la musique du Marchand de chaussures, Claire Guyot, la sirène de La Légende des mers, Serge Duchesne et son cor, Jennifer Quillet pour les choeurs de L’Amérimonde  Les cyclamens, avec Jessica Quillet, et Claire Guyot. Jean-Pierre Bouchaudon à la guitare, Gilles Papiri à la basse et Julien Audigier à la batterie pour Le Joker, encore Serge Duchesne au cor, Jennifer Quillet à la trompette,Cédric Ricard au saxophone baryton pour La vie qu’on mène.

Ce qu’il reste dans les oreilles et dans le cœur, après l’écoute de cet album, c’est la vie qu’on voit à sa fenêtre ouverte sur le monde avec lucidité, et parfois désespérance, mais Pierre Margot  a le désespoir élégant et poétique, la vie qu’on rêve, et la vie qu’on mène, malgré tout, :

La vie qu’on mène, sauve l’essentiel / Pare à l’urgent, classe les problèmes / Verse au matin une coulée de miel sur les chagrins / Noyés la veille.

Danièle Sala

La maison EPM c’est là –>

 

 

 

 

Depuis quelques années, on a pu découvrir quelques unes de ces chansons dans divers spectacles, dont le point commun est de réunir une belle et joyeuse bande de saltimbanques tous terrains, pourvu que ce soit sur des scènes comme celle du Vingtième Théâtre, c’est l’Illustre Théâtre et la Comédia del Arte, avec une touche d’Hellzapoppin chez les Marx Brothers, mais en mieux. Dans les archives souvenirs photos, voici quelques uns des piliers de la bande à Margot…

Photos NGabriel de 2008 à 2016/17

 

Photos NGabriel de 2008 à 2016/17

 

Dans les  photos, il y a  Jennifer Quillet, Serge Duchesne ‘Glops’ , Claire Guyot, Nathalie Miravette, les frères  Lemire, Georges de Cagliari, Agnès Bihl, Anne Sylvestre, Jessica Quillet, Nicolas Bacchus, Steph’,  Marianne James, Lise Martin, Sara Veyron, Frank Halimi  et quelques autres..   (NGabriel)

Publicités

Deux créations spectacles

8 Fév

L’actualité spectacle vivant est assez riche, envers et contre tout, la scène n’abdique pas face aux morosités du temps. Deux créations de belle tenue ces jours derniers.

Kamaieu Trio fin 3316x2442En premier, par ordre chronologique, Kamaïeu Les Cyclamens. Un trio emmené par Pierre Margot dans une parade de chansons…

C’est comme un jour de fête où chaque saynette pourrait être signée Tati -Jacques- et non le marchand de Barbès, ou par Pierre Etaix, Chaplin, ou Buster Keaton. Car Pierre Margot est un prestidigitateur, virtuose des émotions tourbillonnantes, du contre-pied narquois…  Sous le rire la tendresse, sous la flèche la caresse, avec en filigrane la petite voix du clown de Gianni Esposito, sa chute est une pirouette-cacahuète, même pas mal, le spectacle continue, et l’artiste vous salue bien.

On retrouve l’inséparable Glops, connu aussi sous le nom de Serge Duchesne, sorte de farfadet imprévisible, impassible ou vibrionnant, dont nous nous n’avons pas d’équivalence évidente, sauf peut-être à explorer la généalogie des héros genre Clarence Oddbody l’ange gardien de Capra. Pour équilibrer, Kamaieu 2 Jennifer 1979x2352Pierre Margot a invité Jennifer Quillet, poly-talentueuse, multi-instrumentiste, hyper expressionniste, passant dans la seconde du Droopy bougon à la charmeuse rayonnante, ce qui n’a pas échappé à l’éclairagiste du Forum, et ipso facto au photographe de passage.

Kamaieu 2 P margot AA 2605x2706Pierre Margot quand il n’est pas Grand Chambellan de la lune est clochard stellaire, comediante-tragediante d’une comedia del arte sans frontière. Auteur compositeur de ce futur album Les Cyclamens, suite du projet Kamaïeu, il donne rendez-vous en Mai ou Juin 2016 pour la sortie, et heureux lecteurs vous avez la possibilité d’être les mécènes privilégiés, elle est pas belle la vie en Kamaïeu ? Voyez ici pour les formalités,

Et en attendant quelques images pour vous mettre en appétit.

Kamaieu 2 sel montage 5120x4096

 

Pour le second spectacle, Gabriela Arnon, suite demain, trop de gourmandise nuit…

Gabriela Arnon Final penché AAA 3487x1536Norbert Gabriel

%d blogueurs aiment cette page :