Tag Archives: La roulette rustre

La Roulette Rustre en ballades en Novembre

8 Nov

Romain, Emilie, Florent, Camille, Chris… Photos NGabriel2017

 

Pour démarrer les 16 èmes Ballades en Novembre, la Roulette Rustre a ouvert la scène avec plus de deux heures de folie joyeuse, dans un carrousel éblouissant de mots et de musiques d’une richesse et d’une créativité rares. Ça vous embarque dans une sarabande extravertie, un opéra balagan* , une tarentelle hyper vitaminée qu’un Arlequin rocker aurait métissée avec une rhapsodie de la rue quand la rue se met à chanter le temps des cerises ou le temps des noyaux… On y croise des tableaux à la Prévert, dans une mise en scène dynamique façon  Tex Avery dans ses meilleurs jours, on entre dans une forêt magique et sa chorale fantastique, avec les miaulements complices ou un peu sarcastiques du violon, les feulements ou les caresses des cuivres sensuels, les éclats de lumière des guitares, le grondement bonhomme du soubassophone, et la batterie en cœur battant la chamade ou la charge. Et dans ce cocktail de vie les voix se marient, les instruments s’échangent, autour de Flo Rustre, tout le monde chante, duos, trios, quatuor ou quintuor, du mélancolique au cri rageur, du poétique au rire taquin, ouvre ton cœur et ta fenêtre, gratte la peinture des conventions, et sors des carapaces castratrices.

Ils sont comme ces oiseaux de passage dont l’air qu’ils respirent ferait brûler nos poumons, mais c’est la flamme de la vie. Et elle crée de la lumière, des espoirs peut-être chimériques, mais on ne sait pas tant qu’on n’a pas essayé l’utopie, un chemin inexploré ?

Ils vont, par l’étendue ample, rois de l’espace.
Là-bas, ils trouveront de l’amour, du nouveau.
Là-bas, un bon soleil chauffera leur carcasse
Et fera se gonfler leur cœur et leur cerveau.

Là-bas, c’est le pays de l’étrange et du rêve,
C’est l’horizon perdu par delà les sommets,
C’est le bleu paradis, c’est la lointaine grève..

Ces vers de Jean Richepin leur vont bien, mais les baladins de la Roulette Rustre, c’est ici et maintenant qu’ils nous offrent le pays de l’étrange et du rêve, comme des enfants terriblement résolus à partager les élixirs et les potions à faire danser le monde. Qui en a bien besoin. Poètes tendres et enragés, cracheurs de feu et de sourires, on ne sort pas indemne d’une soirée avec La Roulette Rustre, on tire toujours le bon numéro, celui qui vous fait le cœur battant et le corps léger… Amoureux de tout, même du train qu’on va rater…

Ah oui ? Ça a duré plus de deux heures ? Il n’y a plus de train pour le retour ? M’en fous, je vais bien trouver un banc pour regarder le ciel nuageux et sombre, et même s’il pleut un peu, j’ai assez d’étoiles dans les yeux pour voir des constellations par milliers.

Mais… Mais les fées veillent, l’une d’elle m’embarque dans son carrosse, il reste 6 mn pour le dernier train, et j’ai 3 mn pour regarder mon ciel étoilé devant la gare… La vie est belle comme un concert de la Roulette Rustre.

Vous n’y étiez pas ? Pas grave, leurs albums vous font vivre tout ça, sans les images, mais en voici quelques unes, c’est déjà ça…


Et éventuellement vous pouvez faire une prolongation avec cette chronique bilan de ma première rencontre avec la Roulette, dix ans presque, je n’en retire pas une virgule, dans l’annonce de l’album anniversaire,

Clic sur la Roulette, tous les liens utiles y sont ——>

Merci aux participants à leur insu, de leur plein gré,

  • Marceline Loridan-Ivens pour « La vie balagan » en hébreu, balagan, c’est « désordre, bordélique » mais sa vie a été un beau désordre malgré tout,

  • et Jean Richepin  pour ses oiseaux de passage. (Extrait de la version intégrale)

Norbert Gabriel

Et un second tour de Roulette…

3 Déc
la-roulette-groupe

Photo Roulette Rustre

En fait, c’est le premier souffle du double album, La Roulette Rustre 2016 qui commence par « Un peu d’air » une plaidoirie fervente et incandescente sur l’état des lieux sur terre…

Dans les nombreuses productions chansonnesques actuelles, on peut déplorer une tendance lourde vers l’incontinence sentimentale à dominante guimauve comme source quasi unique d’inspiration. Par chance, il reste des héros de la voltige qui n’hésitent pas à s’envoler, à regarder au delà de leur nombril pour nous parler de la vie bariolée et/ou sinistrée… Ce monde ouvert à leur fenêtre n’a pas toujours les couleurs bisounours, ce sont des chansons chroniques de la condition humaine. Avec des musiques somptueuses, c’est l’écho des peuples en bataille pour la vie qui résonne dans ces plages-poèmes-pamphlets…

Marionnettes ou girouettes dans les vents contraires ? Non, silhouettes déterminées qui avancent vent debout s’il le faut… Avec la rage de vivre d’amour et de révolte, des mutins anti résignation, des combattants de l’espoir, des Cyrano de la chanson, don Quichotte de la musique, que les ailes des moulins envoient dans les étoiles… Et nous avec.

Dans leurs têtes de roulettes ça carambole toutes les abdications moroses. Le monde boîte ? Faites-le danser, même bancroche, même à moitié sourd, les notes lui remettent des couleurs d’arlequin, un arlequin rebelle qui défie les soumissions résignées. Tant qu’il y aura des hommes pour défendre des idées, et des femmes pour faire chorus aux printemps possibles, et réciproquement, on peut rêver que le capharnaüm grouletteénéral trouvera une voie de salut…

Pour le 2 nd souffle, si vous avez raté le début, c’est ici, clic sur l’album –>

Et pour finir, il faut mettre en avant les qualités musicales de ces albums, le quatuor de base est devenu septette, multi instrumentistes, comme il est dit dans le livret, lequel a oublié que Camille Povillon est aussi guitariste à l’occasion; ils ont mariés les instruments traditionnels à des outils contemporains pour des noces musicales réussies ayant invité pas mal de voix en filigrane  (Henri Laborit)  et des sons colorés d’Orient, et de rock électro folk, un  cocktail exaltant et savoureux.

Ci-dessous, souvenir de ma deuxième rencontre avec La Roulette Rustre, et encore merci au Festival d’Aurillac 2012, et à Pascale Gabriel.

Gratte la peinture, et tu verras l’horizon et fais peau neuve,

le monde attend que tu renaisses,

Camille à la guitare, Florent au banjo, Romain à la basse, et Emilie derrière le trombone.

Camille à la guitare, Florent au banjo, Romain à la basse, et Emilie derrière le trombone. 16 Mars 2012 Lavoir Modere Parisien.

Et quand je dis qu’ils sont multi instrumentistes, ils le prouvent, et c’est bien la première fois que je vois jouer du tournesol.

 Norbert Gabriel

La Roulette Rustre Novembre 2016

1 Déc

rouletteCe fut une des plus belles découvertes de la décennie. (Rappel du premier album ici.) Depuis quelques semaines, leur double album est disponible, c’est une oeuvre unique en son genre, si vous commencez par 2 nd souffle, vous entrez dans une rhapsodie mystique qui vous prend à plein cœur, cette bande originale du spectacle est au sens propre fascinante; on imagine bien qu’en concert le public captivé va passer une heure et 4 minutes dans une totale adhésion sans casser l’enchantement  par des applaudissements. La sensualité des voix et des instruments vous emmène dans une addiction magnétique, presque shamanique, quand c’est une ouverture spirituelle sur un monde à dimension humaine. Vraiment humaine..

La seule raison d’être, c’est d’être, c’est d’être en vie. 

Parfois les mots manquent d’envergure pour restituer tout ce qu’on reçoit, l’extrait ci-dessous, sur le premier album reste valable,

 Il est des albums qui vous entrent dans le cœur comme des caresses, et qui laissent une trace indélébile. Il y a les chansons qui crient et parfois assourdissent, il y a les chansons qui dessinent et gravent à l’eau forte des lettres de feu, et celles-là restent souvent imprimées plus longtemps que les cris.

Donc, voici la description de ce chef d’oeuvre, écouter, simplement, et puis se taire… Et partager.

Leur nouveau double album éponyme (ontologique et anthologique) réunit pas moins de 27 titres, et un nombre impressionnant d’invités. C’est un mécanisme à deux rouages :
1er Souffle retrace plus d’une décennie de Roulette, avec des chansons réarrangées spécialement pour l’occasion, et des invités de marque comme Mourad Musset (Mon Côté Punk / La Rue Kétanou), Yves Jamait, Les Ogres de Barback, Weepers Circus, Debout sur le Zinc, etc.
2nd Souffle est la bande originale du spectacle du même nom, sous forme de concept-album.
C’est en 2014 que leur prend l’envie de créer « 2nd Souffle », un spectacle d’envergure avec un décor impressionnant, de la danse, et de la vidéo-projection. Ils veulent graver l’esprit de ce spectacle dans un album marquant leurs 10 ans en y invitant les artistes qui les inspirent. Cet album leur prendra plus de 2 ans de travail acharné…
Entre temps objectif, mécanique, mesuré par les horloges, et durée subjective, vécue, la musique se propose de créer une tension, un combat, de provoquer des frottements, des éclats… « 2nd Souffle » se veut une machinerie sonore et visuelle à résonances multiples, associant vidéo, danse et scénographie.
En quête d’une réappropriation de leurs espaces temporels intimes, les voix et les corps éclosent et se (re)construisent un équilibre instable, précaire, mais viscéralement humain, tourné vers Soi, d’abord, puis, vers l’Autre.
—————————————————————

LINE UP :

  • Florent CAUTENET – chant, guitares, auteur-compositeur
  • Emilie POVILLON – chant, violon, cuivres, auteur-compositeur
  • Camille POVILLON – chant, saxophones, guitare, auteur-compositeur
  • Romain THOMAS – chant, guitares, ukulélé, basse, compositeur
  • Chris BAKER – batterie

  • La galette « 1er Souffle » retrace plus d’une décennie de Roulette, avec des chansons réarrangées spécialement pour l’occasion, et des invités de marque comme Mourad Musset (Mon Côté Punk / La Rue Kétanou), Yves Jamait, Les Ogres de Barback, Weepers Circus, Debout sur le Zinc, etc.
  • Alors que l’autre, intitulée « 2nd Souffle », est la bande originale studio du spectacle du même nom, sous forme de concept-album.
C’est en 2014 que leur prend l’envie de créer « 2nd Souffle », un spectacle d’envergure avec un décor impressionnant, de la danse, et de la vidéo-projection. Ils veulent graver l’esprit de ce spectacle dans un album marquant leurs 10 ans en y invitant les artistes qui les inspirent. Cet album leur prendra plus de 2 ans de travail acharné…

DISTRIBUTION

– Florent CAUTENET – chant, guitares, auteur-compositeur – Emilie POVILLON – chant, violon, cuivres, auteur-compositeur – Camille POVILLON – chant, saxophones, guitare, auteur-compositeur – Romain THOMAS – chant, guitares, ukulélé, basse, compositeur – Chris BAKER – batterie.

Avec la collaboration de Clément KELLER – basse, contrebasse, arrangements et direction cordes, et Nicolas GARDEL – clrouletteaviers, mixage, mastering et co-réalisation.

 

Suivez la roulette, c’est par là –> Clic sur l’image… 

Norbert Gabriel

La Roulette Rustre…

24 Juil
(Chronique parue la première fois en 2012 suite à une rencontre dans un  festival d’été)

roulette couvC’est l’invitation au voyage dans les envols imaginaires de Berdérol, petit frère contemporain de Candide, ou de Tom Sawyer … avec fresques musicales enrichies des belles harmonies rencontrées en Irlande, en Afrique, avec des mix de country-rap-classique .

Vous en reprendrez volontiers une bonne rasade de ces airs qui vous donnent envie de vivre un peu moins de jours moroses, vivre envers et contre tout pour la beauté du geste, et jeter quelques fleurs dans le décor pour lui donner des couleurs.

Peut-être qu’il y a quelques lecteurs ayant le souvenir de ce groupe mythique « Les Enfants Terribles » qui a éclaboussé le paysage des fulgurances d’un poète fou de rage de vivre, porté par les voix de 2 filles et 3 garçons éclatants de talent. Voilà ce qu’on retrouve avec cette Roulette qui n’a de rustre que le fait d’être bien plantée dans les jardins de la vie, et qui en fait surgir des éclats de rêve en ribambelle, de rêve en couleurs soyeuses comme les musiques et les voix qui tissent cette fresque humaniste et sensuelle.

Il est des discours comme des grands messes, il est des albums qui vous entrent dans le coeur comme des caresses, et qui laissent une trace indélébile. Il y a les chansons qui crient et parfois assourdissent, il y a les chansons qui dessinent et gravent à l’eau forte des lettres de feu, et celles-là restent souvent imprimées plus longtemps que les cris.

La Roulette rustre, dans cet album, partage un kaléïdoscope d’émotions et de futures nostalgies, celle des albums qu’on va garder à la façon des contes qui savent garder la magie de l’enfance sans se faner avec le temps qui passe. Parce que ces étoiles qui dansent dans les yeux, on devrait pouvoir les retrouver à tout âge.

On y trouve des harmonies de folk subtil et de cordes élégantes, des échos de ces musiques sortilèges qui font naître des arc-en-ciel de souvenirs qu’on dirait venus du fond des âges, d’une sorte de paradis perdu, s’il a existé, ça doit être un peu ça.

Mais finalement, malgré le temps, le bon ou le mauvais, la roulette, quand elle est russe, c’est 5 chances sur 6 de gagner, quand elle est rustre c’est 14 tranches de bonheur musical. Dans toute belle image, il faut un peu d’ombre pour que les lumières soient belles. Et les lumières ici, sont très belles.

Norbert Gabriel

Last but not least, ce road song (leur 5 ème album) allie le meilleur de la tradition discographique sur le plan réalisation, avec les techniques les plus modernes, « un peu d’air » c’est aussi une belle clé à l’ancienne qui vous ouvre des tiroirs avec le livret, un vidéo clip, et des accès à des choses passionnantes, grâce à la greffe d’un appendice USB, qui vous donne de la musique haute définition, voir ici : Clic sur Berdérol et la roulette ouvre, roulette

et un système internet AMAPP© (Alternative Musicale pour une Auto-Production Participative) : accès direct personnalisé à une plate-forme de téléchargement proposant, chaque mois, des auto-productions inédites. Qu’on les retrouve parfois sur des scènes partagées avec les Ogres de Barback est d’une cohérence évidente.

 

Un peu de musique…

En concert 

 

%d blogueurs aiment cette page :