Tag Archives: Jean-Eric Perrin

Qui veut la peau de la chanson française ?

6 Août

qui veut la p

Elle essaie de résister, se bat sur la scène, dans la rue, dans des festivals qui font penser au village gaulois de Goscinny et Uderzo, et ses balladins courent les routes comme Don Quichotte chevalier errant sans peur et sans reproche. Mais c’est pas facile tous les jours. Don Quichotte  dont Cyrano pensait le plus grand bien, qui rêvait un impossible rêve,

Brûler d’une possible fièvre
Partir où personne ne part
Tenter, sans force et sans armure,
D’atteindre l’inaccessible étoile…

cette chanson queEt dans son enquête analyse, Jean Eric Perrin montre bien que l’étoile risque d’être de plus en plus inaccessible pour les créateurs. Et  c’est un écho à un livre de Baptiste Vignol, « Cette chanson que la télé assassine. »

En développant d’autres aspects du problème, les ravages de la politique de dématérialisation à tout crin, qui réduit le travail d’un artiste à des fragments de 3 mn, fini les albums à écouter en continu, on extrait une chanson, et on passe à autre chose. On pourrait sous titrer pour ces nouveaux publics « Génération compressée » ou Génération MP3, quand on compresse la musique pour supprimer les «petits blancs » on va vers des play-list perso qui enfilent des morceaux qui n’ont plus de titre, mais un numéro, et surtout pas de « blanc » entre les numéros, avec parfois le travers de plus en plus fréquent en radio, on blablate sur l’intro musicale, parfois même pendant la chanson s’il y a un petit pont musical, et on coupe vite à la fin pour jacasser.

Qui veut tuer la chanson française ? Dans son enquête, Jean Eric Perrin fait un panorama très documenté de l’état de lieux, ce qui a conduit à ce désastre culturel, les radios privées, pour qui la chanson est un intermède entre les pubs, les obsédés du marketing, qui n’ont comme référence que ce qui a marché,(le rétro est le futur) et pour qui la nouveauté est incongrue, des « chefs de rayon » AucarrefourAuchan, qui pensent que The Cure est la scène des curés…

Il n’y a pas que le réquisitoire bien argumenté, en contre chant, on peut aussi trouver quelques pistes, des interstices qui peuvent laisser un petit espoir à tous les funambules de la ritournelle, ceux qui ont fait chanter Barjac ces derniers jours…  Barjac m’en a chanté de belles cette année d’évolution vers une programmation plus ouverte par Jean-Claude Barens, vers un public mélangé et plus intergénérationnel.

La presse chanson étant réduite à une portion plus que congrue, c’est sur Nos Enchanteurs  ( 4 chroniqueurs à Barjac cet été) que les amateurs de chanson trouveront une série d’articles sur les artistes présents à Barjac, celles et ceux qui n’ont pas démissionné devant les rouleaux compresseurs de la télé, des radios privées de bon sens, et des vents mauvais.

EPM 30Last but not least, cette année EPM fête ses 30 ans de chanson française, (Saravah va bientôt fêter ses 50 ans) il reste des oasis pour cette chanson qui fluctuat et presque mergitur. Mais pas encore…

http://www.epmmusique.fr/fr/7-cd-chanson-francaise

On trouve aussi pas mal d’artistes de la scène vivante dans notre boutique préférée, c’est là, clic sur  la queue du chat…

Misti logo

Références: Qui veut la peau de la chanson française ? Jean-Eric Perrin (2016) Editions du Moment.

  • Cette chanson que la télé assassine,(2001) Baptiste Vignol Editions Christian Pirot.

Norbert Gabriel

%d blogueurs aiment cette page :