Tag Archives: Herbert Pagani

Si la photo est bonne …

2 Avr

Autoportrait de l’artiste, qui donne un assez bon aperçu de ce qui peut se passer en spectacle… mais pas que …

Suite à l’initiative de Nathalie Miravette – sur les photos  pas que lisses  – je me suis souvenu d’un brouillon ébauché il y a quelques mois… Une plongée dans les archives, quelques notes esquissées…

Si la photo est bonne …

Photo DR

Si la photo est bonne, elle reflète ce que j’ai perçu d’un artiste à travers ses chansons et ses spectacles. Et cette photo d’Herbert Pagani représente bien ce que j’ai entendu dans ses chansons, et ce que j’ai vu en spectacle, et après spectacle. Un regard tendre et lucide sur le monde qui l’entoure, mais un regard aigu et sans concession. Celui d’un artiste embarqué en son temps, et qui ne peut pas regarder ailleurs vers des paysages de rêve, quand le cauchemar est juste derrière la porte.

Autres images représentatives,

Mèche/Clémence Chevreau ©NGabriel

Francesca Solleville au Forum Léo Ferré ©NGabriel

Et aussi,

Rémo Gary au Forum Léo Ferré ©NGabriel

Photo DR

Le regard est essentiel,  il doit « parler » à tout le monde, pas seulement aux familiers de l’artiste. Et si possible, j’aime aussi que ce regard me regarde, moi, le spectateur, ou qu’il me donne l’impression de regarder quelque chose ou quelqu’un, pas de se perdre dans un horizon flou, vide , comme ce regard qui fuit, qui refuse de me regarder, ça me désoblige …

L’autre point important est la subjectivité du photographe, ce qu’il veut montrer… Et là on peut avoir des centaines de nuances. Une des premières questions à se poser: « Est-on amoureux des photos qu’on fait ou des sujets et modèles choisis ? » On peut aussi s’interroger sur les choix que font parfois les artistes pour leur communication… Ou les choix que font leurs conseillers. Mais ceci est une autre histoire …

Emile Savitry, peintre photographe et musicien connaissait bien Henri Crolla, l’homme et le musicien, et il a su le montrer, c’est assez rare .

©Emile Savitry

Avec  quelques mots de plus de deux de mes maîtres à montrer et penser :

« Suggérer, c’est créer, décrire, c’est détruire. »
Robert Doisneau

 « Je me dis que ce n’est pas la peine d’assombrir un monde qui est déjà très noir.
Les artistes doivent venir en scène pour dire qu’il fait beau
 »
Jacques Higelin

Et pour terminer voici l’inspiratrice de ce bla-bla, normale…

Nath Miravette la belle vie de pianiste AAA 10-01-2015 22-20-22 10-01-2015 22-20-22 10-01-2015 22-20-023

Last but not least comme disait William à Léonard, voyons voir :

Ce que je veux montrer
Ce que je montre
Ce qui est perçu.

C’est la dernière ligne qui est essentielle.

Norbert Gabriel

Pagani du dimanche

22 Jan

Dans la trace de Catherine Laugier et d’Eric Guilleton une sorte de peinture du dimanche (un peu électoral) avec cette chanson des années 70 qui a quelques échos très contemporains…

Salut l’artiste, peintre, sculpteur, prophète …

pagani-h

Et aussi, cette Sérénade… Clic sur la guitare,

Logo Résistance chanson crédit 24-08-2011 13-25-37 166x166

 Écoutez-moi

Laisser brûler vos cœurs comme des cierges

Vaut mieux crever d’amour que rester vierge.

Norbert Gabriel

 

 

Messieurs les présidents…

13 Juil

1984-copy

Orwell avait écrit en 1948 un roman qui décrivait le monde de 1984, assez terrifiant, mais qui s’est vu concrétiser dans pas mal de ses visions calamiteuses. Au tout début des années 70, Herbert Pagani décrit dans Mégalopolis ce qui arrivera dans la grande panne de New York en 1977,

(New York a été touchée par une panne d’électricité qui a déclenché des pillages et des émeutes entraînant l’arrestation de 4 000 personnes,) panne que nos experts nationaux ont analysée avec pertinence: pas de ça chez nous… Mais, en 1987, par une journée particulièrement froide, trois groupes de production de la centrale thermique de Cordemais disjonctent en moins d’une heure pour des raisons indépendantes. Le dernier groupe de la centrale finit par décrocher également. Il s’ensuit une brusque dégradation du plan de tension régional, qui par répercussion provoque de nouveaux décrochages dans plusieurs centrales de l’ouest de la France. Bilan : « Cela avait entraîné des coupures massives pendant plus de huit heures, avec un effet ressenti sur presque la moitié du territoire français« . (Sud Ouest)

 

paganiIl convient donc de remercier qui de droit comme il se doit … Chanson du début des années 70, ça résonne bien… A quelques détails près, on y est.

Pour les petits ruisseaux couverts de mousse blanche,
Pour les petits poissons qui naissent déjà cuits,
Pour les forêts que nos journaux débitent en tranches,
Pour le petit oiseau qui cherche en vain son nid…

Et pour nos téléphones, toujours trois sur la ligne,
Nous deux et puis un flic, avec ses écouteurs,
Et notre vie privée qui est mise à la consigne
Dans les boyaux d’acier de vos ordinateurs…

Et pour ces croix gammées, surgies des années trente,
Qu’on voit sur nos affiches, aux kiosques et aux stations…
Est-ce la mode rétro, ou certains groupes qui tentent
De faire bander à droite les jeunes générations ?

Pour ces petits paumés qui lancent des grenades,
Pour ceux qui ont financé leurs camps d’entraînement,
Avant qu’on nous envoie faire du footing au stade,
Nous vous disons bravo, Messieurs les Présidents…

Bravo pour ces jolies centrales nucléaires
Que je n’ai pas voulues, et cependant je paye
Et que vous cernerez de mille militaires
En attendant de mettre un compteur au soleil…

Bravo pour cette paix qui marche comme les crabes,
Pour notre liberté à l’ombre des képis,
Pour nos moteurs qui parlent couramment l’arabe,
Nos vies originales comme des photocopies…

Bravo pour ces colombes forcées de jouer les aigles
Crevant avec vos armes sur nos petits écrans ;
La Terre est une femme, les guerres sont ses règles,
Comme disait Staline aux gars du Klu Klux Klan…

Si ma musique est belle et mes paroles coriaces,
N’en soyez pas surpris, Messieurs les Présidents,
Le monde est beau, et vous l’avez fait dégueulasse,
Le temps d’une chanson, moi, j’en ai fait autant…

Le poète a toujours raison… et le futur est son royaume.

Norbert Gabriel

PS  Le constat que dresse le WWF dans son rapport Planète Vivante 2014 est alarmant. Ce rapport publié tous les deux ans montre l’accélération de la disparition des espèces vivantes. 52% des insectes, des mammifères ou des amphibiens que l’ONG international suit ont disparu. (Sans oublier les petits paumés de partout qui se font exploser dans la foule, mais ceci est une autre histoire. Quoi que…)

Suite ici, caressez le panda…WWF

Chanter, ou déchanter ?

2 Jan

Daniel_Balavoine_timbreProphétique:   Nous sommes maintenant à un point, pour les générations futures, le monde est à faire,  et il n’est même pas besoin de défaire celui qui est passé, puisqu’il se défait tout seul.
Il est en train de se décomposer religieusement, idéologiquement, c’est un vrai merdier.
Mais je crois que c’est pas une raison pour avoir peur, je crois au contraire,que c’est une excellente raison pour avancer. 

Daniel Balavoine

Un bémol toutefois, quand tu disais ça il y a plus de 30 ans, cher Daniel, tu espérais une prise de conscience, et des actes. Je ne suis pas sûr que tu aies été vraiment entendu, ni compris. A regarder le monde à travers son smartphone,et à philosopher en tweets de 160 signes, on avance, l’oeil dans un écran réduit, avec une perspective à courte vue.

Monsieur vas-tu ouvrir les yeux ?

YvartCes chansons et ces écrits prophétiques ont plus de 30 ans, voire 40, et depuis, on peut avoir la très nette impression que nous, les bipèdes humanoïdes, nous sommes sur le Titanic. On voit assez bien l’iceberg qui va barrer la route, mais la plupart des passagers regardent avec passivité, en attendant que le capitaine se débrouille pour éviter la rencontre. Mais le capitaine a toute confiance dans son paquebot hyper moderne, insubmersible, géant des mers, porte drapeau des technologies de pointe, et on ne va pas se laisser emmerder par un morceau de banquise  flottante quasi-préhistorique…

On connait la suite, le monstre d’acier a été mis KO par le bout de glace, touché-coulé. On n’a pas eu de nouvelles de l’iceberg, peut-être a-t-il continué à dériver vers des mers plus chaudes où il s’est dilué lentement, doucement, pour renaître en Gulf Stream, refaire le cycle de l’eau, nuages qui vont faire des flocons, des masses de neige et de glaces qui feront de nouveaux icebergs. Mais le Titanic restera toujours au fond de l’océan, et ses passagers auront nourri quelques poissons. La vie continue. Pour les poissons, il y a aussi péril pour la survie de pas mal d’espèces, mais bon, avec un peu de chance, les bipèdes humanoïdes disparaitront avant eux, c’est une bonne nouvelle pour les baleines, peut-être aussi pour les éléphants… Pour les rhinocéros blancs, c’est trop tard, comme pour le cougar américain et quelques dizaines d’autres espèces.

Et au train où ça va, les indiens d’Amazonie seront dans l’album de famille des souvenirs, comme les Natchez, Les Powhatan les Narragansetts, les Mohaawks, les Pokanokets…

Qui seront les prochains sur la liste ?

Herbert Pagani,  Messieurs les présidents (Bobino 1976)

Meilleurs Voeux malgré tout,

Norbert Gabriel

%d blogueurs aiment cette page :