Tag Archives: Henri Courseaux

Tendresse à quai, embarquement immédiat…

30 Août

Lecteur pressé, voici le pitch pour vous mettre en appétence et vous inciter à courir toutes affaires cessantes au Studio Hébertot,

Sur un quai de gare un monsieur âgé et portant beau s’intéresse à une jeune femme silencieuse qui va peut-être prendre le même train que lui. Le monsieur est peut-être le personnage d’un roman dont il est l’auteur, la jeune femme est peut-être un souvenir phantasmé, peut-être, peut-être pas.

Voilà. Je conçois que, vu comme ça, vous puissiez être dubitatif, voire carrément sceptique. Mais… mais si vous ajoutez au détail, comme on dit au Québec, le talent d’écriture du formidable Henri Courseaux, sa présence scénique exubérante, tonitruante, émouvante, une sorte de mix entre Sganarelle, Cyrano, Alceste, et Figaro, l’affaire prend une tout autre dimension. C’est un duo à plusieurs personnages : qui est vraiment Colette Clairon? Madeleine Godot ? Solange Brémont ?

Quand un personnage frappe à ma porte, il se passe en moi quelque chose d’indéfinissable… comme si je me remettais à exister. (Léon Brémont)

Qui est vraiment Léon Brémont (1942-2018) ? Une sorte d’Alceste gentiment narquois quand il brocarde de quelques chatouilles acidulées les bonnes gazettes de la culture ? Non, pas de nom, je ne dirais rien… Et Marie Frémont ? Dans l’entrelacs des personnages elle virevolte dans le kaléidoscope des sentiments mis en perspective par le subtil observateur des choses de la vie qu’est Courseaux-Brémont . Avec un regard affûté sur ce monde contemporain parfois réduit à l’oeil baissé sur l’écran d’un smartphone … Et le rêve, dans tout ça ? La vie la vraie vie ?? Et la tendresse ? La poésie et la littérature… Est-ce indiscret de vous dire qu’on y voit Mallarmé en filigrane (qui n’a pas commenté, mais qui doit quand même se poser des questions sur cet énergumène qui pourfend l’adjectif d’une plume acérée comme un fleuret…) D’ailleurs sur ce plan, l’ai-je bien compris ce réquisitoire?
L’adjectif c’est la mal bouffe de la littérature. * N’en ai-je point usé et abusé dans l’éloge enthousiaste ?? Peut-être, quoi qu’il en soit ce n’est pas du brouet insipide mais des crèmes qui sont servies,  dirait Roxane en sortant de la soirée. Des crèmes savoureuses, épicées, longues en bouche, succulentes, quoi que dise Brémont sur l’adjectif. Brémont ou … Vous le saurez au théâtre Hébertot. Quand une histoire commence – virgule – c’est après cette virgule que tout peut arriver. Et ça arrive.

La mise en scène est de Stéphane Cottin. Les costumes de … voyez l’affiche…

La salle était comble et comblée, et avec cette rentrée théâtrale, on se sent un peu plus vivant pour l’année à venir, malgré tout.

Pour les infos dates réservations , clic sur le rideau —->

 

NB 1 Sganarelle est un nom récurrent dans l’œuvre de Molière, dont l’origine viendrait du verbe italien sgannare, qui signifie « dessiller » ou, pour mieux définir, « amener à voir ce qu’on ignore ou ce qu’on veut ignorer. »

NB 2 Madame de Sévigné vient d’épistoler par mail en contestant formellement la position de Léon Brémond en matière d’adjectif, mais ceci est une autre histoire.

Et pour quelques images de plus…

 

Norbert Gabriel

Publicités

Demandez l’programme !

3 Fév

Nouveauté.

La semaine prochaine, ça comme très fort, avec lundi à 20h

BACCHANALES-VINGTIEME-THEATRE_3256056510065602749

Pas la peine de préciser, ça va balancer dans la boutique, voir ICI pour être de la fiesta.

Spectacles vus et approuvés.

le sac deMais c’est pas fini, comme dit Nathalie, lundi c’est aussi le rendez-vous avec Annick Roux et Henri Courseaux, avec « Le sac de Marianne » du théâtre au Forum Léo Ferré, et c’est un très beau spectacle, avec de beaux artistes dans un bel endroit, unique en son genre, pourquoi s’en priver… Et pour en savoir plus, c’est là.

Et pour réserver, Forum Léo Ferré, et pour y aller, c’est à 25 mn du centre de Paris, métro et marche inclus.

Et pour en voir un peu, c’est là,

le-sac-de-marianne-montage-final

Au Forum le 6 février le sémillant Bernard Joyet fera son Autodidacte II,  pas la peine de le présenter, mais on peut le montrer…

Fête JL Beydon Joyet en coin 1771x1888

Et pour les réservations, voir chapitre précédent.

Ensuite, autre moment choisi, burlesque musical, mais pas que… c’est Gétoufo, le jeudi 11, comment dire ? Une sœur cachée des Marx Brothers ? Y a de ça…

getoufo-humour-musical_105339

 

et ça se passe ici :

Jeudi 11 Février  à 20h30

Théâtre Les Rendez-Vous d’Ailleurs

109, rue des Haies 75020 PARIS

Merci de bien vouloir confirmer votre présence au 06 25 34 30 61

 

Bons spectacles, envers et contre tout.

Norbert Gabriel

Demandez l’programme !!

5 Nov

Et il y en a pour tous les goûts et tous les âges ..

Du théâtre,  au Forum Léo Ferré avec « Le sac de Marianne »

Le sac de Marianne bandeau

Qu’y a -t-il dans le sac de Marianne ? Une histoire, une presqu’histoire d’amour avec un entr’acte de 37 ans. Il n’est pas si grand ce sac, mais on y trouve pour l’occasion une vie rêvée de Marianne, romancière star… au Brésil, à laquelle Gustave met en miroir ses triomphes de peintre qui refait son tableau de vie en couleurs prestigieuses… en Australie.

Miracle du verbe et de l’imagination, puis miracle d’un retour à la vérité, où on se dépouille des habits de lumière pour se montrer sous des réalités moins gratifiantes, mais émouvantes. C’est presque une tragi-comédie des illusions perdues

La suite, vous la verrez le lundi 9 Novembre au Forum Léo Ferré, et ci-après, c’était la première.

Sophie Forte déménagePour le jeune public (de tous les âges) Sophie Forte a mis en scène les affres et tracas d’un bouleversement majeur, on déménage ! Toute sa vie, 6, 7, ou 8 ans, peut-être 10, change de décor, adieu sa belle chambre, adieu les copains, tous ses fiancés, pour aller où ? Suspense, pour savoir comment ça se termine, avec cette mystérieuse boite fermée à clé, et cet insupportable grand frère qui est toujours cool dans les pires situations, il faut aller à l’Essaïon,

«  Je Déménage »

les 11, 18, 25 Novembre à 18H …     C’est ici que ça se passe ..

Tout feu, tout femme…

VM Tout feu bandeauEnsuite, pour les plus grands, attendez vous à savoir que Tout feu tout femme vous attend au Connétable… Quand les femmes parlent d’amour, et le chantent par la voix de Valérie Mischler, ça pétille, ça flambe, ça érotise le paysage, car mademoiselle Mischler paye de sa personne pour incarner ses chansons, en tout bien tout honneur, mais ça chauffe…

Parlez-moi d’amour pourrait être le sous titre de ce nouveau spectacle. Et qui va nous parler d’amour ? Des femmes… en chansons, et en témoignages de copines, de frangines, de mères ou de grand’mères, qui ont pratiqué le sentiment, et l’acte, ou les actes des apôtres de l’amour quand tout feu tout femme.

Un aperçu des ressentis ? Voilà !

Une deuxième couche ? Voilà ! 

Vendredi 13 (!!!) à 19H30 précises au Connétable, c’est tous les quinze jours, même heure même lieu, on réserve SVP ! Adresse et renseignements dans les liens ci-dessus.

Louis Ville AA NB partEt c’est le mardi 10 Novembre que Louis Ville sera à la Cigale, pas tout seul, il est en première partie du groupe Les Elles qui revient à la une du spectacle… Et avoir Louis Ville en première partie, c’est un bonheur dont il ne faut pas se priver. Pourquoi ? Parce que !

Si vous aimez les chansons qui savent mettre en majesté paroles et musiques, avec une voix qui passe du soyeux au rugueux, de la caresse au rugissement, dans toutes les nuances expressives et toutes les couleurs, écoutez Louis Ville, vous en sortirez plus vivant qu’avant, entre mi rage et mi rêve, mais vivant.

Louis Ville c’est là !

A la semaine prochaine, peut-être…

Norbert Gabriel

Le sac de Marianne, une première théâtre au Forum Léo Ferré

6 Oct

Le sac de Marianne bandeau

Qu’y a -t-il dans le sac de Marianne ? Une histoire, une presqu’histoire d’amour avec un entr’acte de 37 ans. Il n’est pas si grand ce sac, mais on y trouve pour l’occasion une vie rêvée de Marianne, romancière star… au Brésil, à laquelle Gustave met en miroir ses triomphes de peintre qui refait son tableau de vie en couleurs prestigieuses… en Australie.

Le sac de Marianne DuoMiracle du verbe et de l’imagination, puis miracle d’un retour à la vérité, où on se dépouille des habits de lumière pour se montrer sous des réalités moins gratifiantes., mais émouvantes. C’est presque une tragi-comédie des illusions perdues. Mais ces deux-là ont gardé assez de goût de vivre pour s’en amuser entre des presque larmes et des éclats de rire. Et refaire les décors avec les presque riens en demi teintes, et les coups de griffe qui peuvent devenir Le sac de Marianne duo AAA-001caresses.

Dans le sac de Marianne, il y a cette leçon de vie:  tant qu’il y en a, il y a de l’espoir.

Saluons l’auteur, Jean-Louis Guitard, qui funambule sur le fil des souvenirs-émotions. 

Annick Roux et Henri Courseaux jouent cette partition à la perfection. Les deux personnages Le sac de Marianne duo amoureuxqui se retrouvent après une parenthèse de 37 ans, c’est aussi leur vie d’artistes, ils se connaissent depuis plus de 40 ans, se sont souvent frôlés sur des scènes plutôt music-hall, mais c’est leur première fois en partenaires de théâtre. Et là, c’est l’extra-bonus qui fait cette pièce « Le sac de Marianne » un des bijoux de la rentrée.

Le Forum Léo Ferré qui commence une deuxième saison sous le signe d’une programmation élargie au jazz, la musique classique, les spectacles Jeune Public, propose ce spectacle une fois par mois jusqu’en Mars 2016.Aff le sac

En quelques images un aperçu de la représentation du 5 Octobre.

Le sac de Marianne Montage finalNorbert Gabriel

Après la virgule, en images …

29 Mai

27 mai 2013 097Oyez, braves publics qui aimez les comédiens, les balladins, le saltimbanques et les conteurs, les raconteurs d’histoires avec des musiques de toutes les couleurs, c’est le lundi 27 mai que le maestro Henri Courseaux a convié des amis à se faire une scène magistrale, ils sont venus, pour chanter, rire, sourire d’émotions diverses, et que le spectacle recommence le plus tôt possible.

La belle compagnie Courseaux pour ce soir, la voilà:

27 mai 2013 350  la bande du 27 ... AAA 3182x1549-001

Demandez l’programme,

Pano HC 1 AAA

et que la fête commence,  il y eût Valérie Mischler, avec Catherine Bedez au piano et Sabine Balasse au violoncelle, dans ce tableau, ce n’est pas  » merci mon dieu Henri » qu’elle louange, c’est une chanson de Bernard Dimey, plus prosaïque, si on peut dire, qui génère cette pose extatique,

27 mai 2013 140  VM  dévotion AAAA 3004x1604

trio de filles qui ont bien joué leur partition, très enlevée, (merci Catherine au piano survitaminé… mais qu’est-ce que t’as mis dans ta cup of tea?)   Jour de gloire quand même …

27 mai 2013 159 VM jour de gloire 3434x1296

et avec des duos divers, Henri Courseaux reprenant une des tranches de scènes de Philippe Meyer  « à deux c’est mieux »

pano duosVoici Marilou et Zoé,  Nathalie Miravette et Pierre Margot, Cristine Hudin et Serge Utgé-Royo

et en duo de divas du lundi, un grand moment de bel canto en alliance franco-suisse, avec Pascal Auberson,  épique !

27 mai 2013 343  duo HC P Auberson 2276x1611

quelques autres divas en solo, Serge, Emmanuel, Bernard, toujours inspirés et (im)pertinents

pano HC 3 AA

Je suis comédien27 mai 2013 185  HC   NM  A 2042x2126
Comme une tempête
Mes répliques tournent, tournent, dans ma tête
Je suis comédien
J´entre, c´est à moi
Et j´entends la foule hurler de joie
Je suis comédien
J´ai le monde en mains
Je suis roi, je suis dieu
Mieux que ça
Je suis comédien

et je chante, je chante du soir au matin, je chante sur mon chemin…  Vous, Charles ?? Un fantôme sympathique ….

Et il fait aussi chanter les filles, il est irrésistible…  Marilou et Zoé, Marie Leurent, Nathalie Miravette, Sara Veyron…

Pano filles

Les aléas du spectateur photographe qui évite de courir partout, c’est avoir raté Xavier Besse, trop loin derrière son piano, ratée aussi la glissade de Marilou sur le piano, mais la quête continue.

Pour les lundis de la chanson, lundi 3 juin, ce sera un hommage à Serge Reggiani, et indirectement à celui qui a beaucoup écrit pour lui,  Georges Moustaki.  Spectacle avec Carine Reggiani et Dominique Babilotte  « Autour de Reggiani »  Lundi 20 heures.

%d blogueurs aiment cette page :