Tag Archives: Hélène Martin

Hélène Martin

25 Août

 

C’était le 24 Décembre 2016, avec un flash back sur les chansons et les artistes qui laissent une trace tatouée à vie dans la mémoire… Bien sûr avant il y avait eu Tino Rossi et Petit papa Noêl, Luis Mariano et Mexico-ooo, et surtout Stéphane Golmann et ses Actualités, chantées par Montand, accompagné par la guitare de Crolla… C’était l’enfance… Avec Hélène Martin, j’avais  grandi… Et aujourd’hui, c’est l’occasion de retrouver quelques unes des très belles pages de chansons dont j’ai parfois du mal à retrouver l’équivalent aujourd’hui… Hélène Martin  est chez EPM.. Et Puis Martin, c’est bien ça ?

Ce bonheur à chanterhelene-martin-ainsi-prague
Ce bonheur à me taire
A garder le secret
les jalons pour l’hiver
Et le don de raison
Et la science des nombres
Et le goût des maisons
Et le refus de l’ombre

Ce bonheur à chanter
Ce bonheur à me taire

Le feu à tisonner
la patience à le faire
le jeu d’aimer les hommes
Errance et recouvrance
La liberté de l’homme
le feu et sa distance…

(Prométhée, Prométhée… Hélène Martin)

C’est comme les légendes que l’on garde au plus intime, souvenirs d’enfances, ou souvenirs d’émotions intenses, partagées en privé, et il peut paraitre impudique de les livrer presque en public Et puis, au final, entre impudeur et l’égoïsme de garder pour soi, laissons l’égoïsme de côté, et ouvrons les pages du journal intime des chansons de notre vie. Pour ma part, , il y a quelques décennies , c’est avec Ainsi Prague que je suis tombé raide dingue amoureux d’Hélène Martin et de ses chansons. C’était un temps où il pouvait nous arriver impromptu par les grandes ondes de la radio quelques merveilles qui vous précipitaient illico chez le disquaire, lequel répondait à la question en vous donnant le disque en question sans qu’on ait à épeler… Hélène Martin ? Comme Martin… J’ai eu l’équivalent avec Michel Bernard, comme Bernard ? Ah oui Michè-le... Non là, il suffisait de dire Ainsi Prague, et tel Lucky Luke dans ses œuvres, l’homme de l’art vous tendait le 45 T 4 titres, et en route pour faire chauffer le Teppaz, ou la chaine « Rolls Royce «  Garrard, Denon ou Thorens.. mais dans tous les cas ça tournait, et d’Ainsi Prague au Condamné à Mort, en passant par La ballade de Bessie Smith et La Nativité selon Hélène Martin, ce fut un panorama très élargi de  la chanson dans toute sa noblesse, poésie, blues, chronique sociale, témoignage, fable, conte, un art complet d’auteur-compositeur-interprète, et d’interprète de Jean Genet, Aragon, Pablo Neruda, Lucienne Desnoues, Jules Supervielle, Louise Labé, Philippe Soupault… Une femme debout, qui a assumé tous les rôles, créatrice et productrice avec le label Cavalier, dans un contexte pas toujours facile, c’était le temps des yé-yés, Itsi Bitsi l’école est finie, belles belles belles et la plus belle pour aller danser… Dans cette déferlante twisteuse, c’était comme une oasis préservée de faire étape chez Hélène Martin …

helene-martin-3

Je suis de ce pays frontalier entre les mots et la musique. Mais où la musique – qui a sa place unique – donne priorité au verbe et à l’amour du verbe. En poésie, explique-t-on ses choix ? Il s’agit de rencontres, d’amour, d’affinités parfois. Il s’agit de noces entre la voix et les mots qui ont leur sens, leur magie, leur résonance propre. Il s’agit aussi de préserver le chant premier existant dans le poème et de respecter la liberté unique du poète.
Respecter ne veut pas dire pour moi, ne pas toucher à l’œuvre, ni refuser de s’y « introduire ». J’essaie simplement de violenter courtoisement, allègrement et de maîtriser tout à la fois l’émotion, l’écho, le chant ajoutés
. (Hélène Martin, dans Esprits Nomades)

Rien à ajouter, il faut écouter Hélène Martin, c’est un cadeau précieux.

helene-martin-voyage-en-helenie-helene-martin

Il paraît que nos chansonnistes français reviennent à la langue de chez eux, celle dans laquelle ils rêvent, après avoir, pour pas mal d’entre eux, chantonné dans un anglais post assimil, parce que ça fait sonner les mots, et que, lorsqu’on a pas grand chose à dire, vaut mieux le dire en anglais. Why not ? N’est pas Leonard Cohen ou Dylan qui veut, et dans le trésor de l’intégrale d’Hélène Martin, cet extrait du CD N°10 Nativité… faites sonner les mots et les guitares, pour Noël,  Bonjour du blues  en français. (Et après le blues laissez tourner, Mes amis mes amours..)

En plus de l’intégrale (Hélène Martin chante les poètes) une nouveauté est annoncée, pour le 27 janvier, disponible chez EPM, père Noël, comme tu n’existes pas, repasse quand même le 27 janvier, on n’est jamais à l’abri d’une bonne nouvelle.

Voir ici pour Virage à 80, quelques extraits ici, clic sur l’image,

helene-martin-au-theatre-des-bouffes-du-nord-helene-martin

et ici pour le reste, clic sur la boutique la plus sympa du web,

Misti logo

Et Joyeux Noël, malgré tout…  Norbert Gabriel

Hélène Martin, Virage à 80…

27 Jan

helene-coffret-26-01-2017-18-23-32-1735x1303

hmartin-1-27-01-2017-05-10-39-957x1560C’est un coffret triple chance. Vous étiez dans les privilégiés qui ont assisté à cette soirée unique aux Bouffes du Nord, le 9 septembre 2009, vous allez la revivre et entendre vos applaudissements. Vous n’y étiez pas, et avec le DVD vous allez passer un moment exceptionnel en tête-à-tête avec Hélène Martin pour une odyssée musicale presque biographique en découvrant tout de ses amis, ses fidèles amours de poètes à qui elle a tant donné… Jean Genet, Aragon, Rimbaud, Guillevic, Prévert, Neruda, Rilke, Villon… et elle, Hélène Martin, superbe auteur et interprète qui s’est nourrie et construite de toutes les musiques nomades, celles des oiseaux de passge sans autres racines que les horizons et la route ouverte à toutes les rencontres… Hélène Martin a mis dans sa guitare le jazz et la bossa, les souffles du vent et les chants des oiseaux, le pas des petits chevaux sauvages ou des grands bucéphales, et vogue la roulotte des rêves turbulents, malmenés, mais toujours debout.

Et la troisième chance est pour ceux qui vont avoir le bonheur de découvrir Hélène Martin, on n’est jamais à l’abri d’une bonne nouvelle.

Poète, conteuse, musicienne, Hélène Martin a pris ce virage à 80 avec cette profession de foi:

Ce spectacle est un hommage à la vie et un salut aux poètes, aux peintres qui m’ont accueillie dans leur maison, leur atelier, leur jardin. Sans eux je n’aurais pas accompli cette longue traversée. Jean-Cohen Solal et moi les avons rassemblés à notre tour sur la scène des Bouffes du Nord, cet « Epidaure » parisien animé par Peter Brook et Micheline Rozan.

Le livret 38 pages, format 10×15, en deux parties, offre les textes du spectacle, et en deuxième partie des notes de lecture, et les portraits de tous les compagnons de route

hmartin-2-27-01-2017-05-11-00-1940x774

Trouver l’élan, trouver les mots, ceux du poète, ceux du passeur, je dis passeur mais c’est douleur qu’il faut entendre… (Hélène Martin)

Moi je vous répondrai qu’on chante ce qu’on peut… (…) Qu’une simple chanson peut emmener très haut, que la moindre chanson peut guérir l’univers… (Guillevic)

Dans ce virage, elle est accompagnée par Jean-Cohen Solal dont la flûte est le souffle vital de la musique d’Hélène, avec son indispensable guitare amoureuse à jamais du vent de la liberté. Ô la guitare,  entre mourir et non mourir, j’ai choisi la guitare.

hmartin4-27-01-2017-05-11-53-1995x949Et puisqu’il est question de guitare, un salut en passant à Jean-François Gaël « Yan » qui fut le premier compagnon de route musicale avec Cavalier, le label d’autoproduction d’Hélène Martin.

On peut écouter sur deezer, des extraits, mais rien ne vaut le tête à tête avec Hélène Martin, dabs ce DVD, on a vraiment la sensation d’être dans un des gradins des Bouffes du Nord, dans une rencontre intime,  partagée avec un public charmé.

Pour écouter, clic sur l’image—–>

hmartin3-27-01-2017-05-11-30-1595x1291

Ce coffret sort aujourd’hui 27 janvier 2017, en vente libre dans toutes les bonnes maisons. Par exemple, ici, caressez le chat et la boutique s’ouvrira

Misti logo

Et, pour ce qui est de l’oeuvre complète d’Hélène Martin, c’est ici qu’il faut aller: http://helene-martin.com/

Et le dernier mot reste  à Notre Dame des Poètes, (selon Hélène Hazera)

Je suis de ce pays frontalier entre les mots et la musique.

Mais où la musique « qui a sa place unique » donne priorité au verbe et à l’amour du verbe.

 Norbert Gabriel

Les illustrations sont extraites du livret.

%d blogueurs aiment cette page :