Tag Archives: Eluard

Histoire d’amour ?

6 Mai
Pas de politique aujourd’hui, parlons d’autre chose, de quelque chose qui m’a rappelé un souvenir qui revient à la une quand il est question de Pompidou, sa réponse en conférence de presse à une question sur la mort de Gabrielle Russier, professeur de français, dont l’histoire a inspiré un film à Cayatte et une chanson à Aznavour « Mourir d’aimer »
Je ne vous dirai pas tout ce que j’ai pensé d’ailleurs sur cette affaire. Ni même ce que j’ai fait. Quant à ce que j’ai ressenti, comme beaucoup, eh bien, comprenne qui voudra ! 
Moi, mon remords,
Ce fut la victime raisonnable au regard d’enfant perdu,
Celle qui ressemble aux morts qui sont morts pour être aimés.
C’est de l’Eluard.
Le lendemain, Le Monde note que le poème cité, « Comprenne qui voudra »,  figurait dans l’Anthologie de la poésie française établie par Georges Pompidou. En exergue de cette œuvre d’Eluard inspirée par les exactions commises lors de la Libération en 1944 figure cette phrase : « En ce temps là, pour ne pas châtier les coupables, on maltraitait des filles. On allait même jusqu’à les tondre. »
Ce qui m’amène à relayer ce texte de Virginie Ben Moubamba, devant la médiocrité de pensée de quelques uns, rien à ajouter.
(N Gabriel)

Quelle déferlante mondiale, honteuse et humiliante pour toutes les femmes s’abat actuellement sur madame Brigitte Macron !!
Quelle confirmation hallucinante et sans complexe que la femme n’est qu’un corps aux yeux d’une telle masse, hommes et femmes confondus ! Cela en dit long sur le chemin qui reste à parcourir pour que les femmes soient réellement libres et les égales des hommes.
Je suis révoltée.
Ainsi donc un homme ne peut aimer une femme que si elle est jeune ? Ainsi donc la valeur d’une femme n’est que son physique qui doit impérieusement être en pleine jeunesse et bien-sûr : fécondable.
Car voilà ce que hurlent les loups : « Macron si tu es un homme tu es tenu d’aimer la chair fraîche dans ton lit. Seul un vieux peut se contenter d’une vieille flétrie… Et encore… ».
« Macron si tu es un homme tu es tenu d’aimer une fille que tu peux encore engrosser. À ton âge quand même ! »
J’ai mal à ma féminité, j’ai mal à mon humanité. J’ai mal face à cette oppression incroyable de la femme et aux malformations mentales qu’on inculque à nos enfants : considérer que pour avoir de la valeur, que pour être aimée, une femme ne peut compter que sur son apparence et son emprise sexuelle sur la gente masculine. « Je t’excite donc j’existe ! »
Voilà pourquoi nos petites filles de 10 ans qui n’ont même pas encore de seins se déhanchent de façon obscène dans les médias, pourquoi on accepte de se faire déflorer à 14 ans ou avant, pourquoi on passe des heures à essayer d’être parfaites devant nos miroirs. Nous sommes des esclaves !
Je suis une femme, j’aime jouer de ma féminité, je suis fière d’être femme. Mais je refuse d’être juste un corps qui sera mis au rebut lorsque le peu de beauté et de jeunesse qui lui reste s’envolera. Je suis PLUS, TOUTES LES FEMMES SONT PLUS. Nous avons chacune une âme, une puissance, une intelligence, des valeurs, des combats, des épreuves et des réussites, un caractère, des qualités, des défauts. C’est par eux que nous avons de la valeur, c’est par eux que nous sommes des PERSONNES.
Sommes-nous donc à ce point une masse idiote et animale ?
Messieurs vraiment ? Vous sentez-vous valorisés et grandis lorsque nous utilisons nos courbes et tous les artifices du monde pour réveiller même malgré vous vos instincts de reproducteurs ? On en est vraiment là dans la relation entre hommes et femmes ? Des fesses rebondies ou une dentelle et on vous tient? C’est si facile ? C’est tout ? Je ne peux m’y résoudre.
Mesdames, vous êtes donc satisfaites de n’être intéressantes que grâce à vos apparences et pour seulement quelques années ? Ensuite : poubelle ? « Allez hop les quinquas, poussez-vous, on consomme maintenant la génération suivante ! »
Oui, nos corps de femmes sont sublimes, ce sont des chefs d’oeuvre de la nature, ils font partie de notre être, mais ils ne sont que le temple de notre personne, ils ne font que passer et finiront mangés par les vers ! Fuyez ceux qui vous aiment uniquement pour votre corps, cherchez ceux qui aiment votre corps quel que soit son âge ou son état car ils vous aiment vous, en tant que personne unique.
Quant à vous messieurs, fuyez celles que vous n’aimez que pour leurs attraits physiques, ce n’est pas de l’amour. Vous aussi vous valez mieux, vous êtes plus que des mâles cherchant des femelles.
Qui va se lever pour rappeler que l’amour est d’abord une relation entre deux PERSONNES et non entre une libido et de quoi l’assouvir ? C’est juste stupéfiant. Comment peut-on accepter tant de médiocrité pour nos vies alors que nous rêvons tous au fond de cette union magique de deux coeurs, deux âmes, deux vies, deux volontés. L’alliance des corps, quels qu’ils soient, n’en est ensuite que l’expression.
Madame Brigitte Macron, peut importe que votre mari soit élu ou non, que votre couple traverse ou non ces épreuves, c’est votre chemin.
Mais je tiens à vous dire que vous êtes belle, vous êtes même magnifique, et toutes les femmes du monde devraient vous envier. Un homme vous aime pour qui vous êtes, bravant des tabous et des préjugés d’une violence et d’une bêtise inouïs.
Pour cela je vous remercie, que votre exemple nous permette à tous de réaliser à quel point des forteresses de sexisme sont encore dressées dans nos esprits, y compris le mien.
Détruisons les, ce sera notre honneur à tous ainsi que le gage d’un peu moins de souffrance et de malheur.

– Virginie Ben Moubamba –

Merci à Valéria Altaver pour le relais.

 

Mise à jour, 9 mai 2017;  Rien que sur la page ‘Le Salon des Dames’ la reprise de cette publication sur la façon dont la femme est jugée sur son corps (par tous, hommes et femmes confondus !) a été vue à ce jour par 5 millions de facebookers. Près de 65000 ont réagi, des milliers ont commenté et plus de 30 000 personnes l’ont partagée.

Publicités