Tag Archives: Céline Faucher

À la rencontre de Pauline Julien…

2 Août

Parmi les grandes interprètes Céline Faucher est celle qui a le plus exploré et mis en avant les chansons de Pauline Julien, la passionaria du Québec, femme flamme battante jamais résolue à abdiquer quoi que ce soit de la dignité des femmes et des humains en général .  Un spectacle consacré à Pauline Julien est annoncé pour l’automne, et dans ce cadre, voici un projet qu’il faut concrétiser, toutes les infos sont dans la lettre que Céline Faucher nous adresse.

NB Interprète, c’est être capable de passer de Dr Jekyll à Mr Hyde, passer de « L’âme à la tendresse » à la folie du « Parc Belmont » comme dans la photo ci-dessous.   (NGabriel)

 

Céline F photos

* Photo : © N Gabriel

 

Chers amis,
Il y a 10 ans, je vous offrais le CD « À la rencontre de Pauline Julien ». Au fil du temps, mes copies de CD se sont écoulées, j’ai créé d’autres spectacles…  et, vous êtes toujours très nombreux, tant au Québec qu’en France,  à me demander un nouveau CD. Mais voilà, produire un CD; c’est un projet qui demande beaucoup d’investissement de temps et d’argent. J’attendais donc le bon moment !

 Ce moment est arrivé !
 En octobre 2016, après mon passage au Forum Léo Ferré (Ivry sur Seine, France), où j’ai présenté mon tour de chant « Gens du Québec » accompagnée pour la première fois par l’excellent pianiste Patrick Vasori, Léo, le sonorisateur de la salle, m’a fait parvenir l’enregistrement de ce concert. Pour Patrick, il y avait là tout ce qu’il fallait pour produire un CD. Malgré son enthousiasme, j’ai mis du temps à l’écouter… J’avais besoin de recul pour être objective. Ce n’est qu’au printemps dernier, profitant d’un séjour à Paris, que j’ai ouvert le fichier. Patrick avait raison ! Nous avons donc sélectionné les chansons qui, selon nous, possédaient toutes les qualités pour vous faire vivre ou revivre cette soirée magique.
 

Une rencontre
Un unique concert
Une seule prise pour un « CD Live » 

 Quelques titres qui feront partie du projet :
 

  •     Sors-moi donc, Albert (Félix Leclerc)
  •     L’homme de ma vie (Clémence DesRochers / Pierre F. Brault)
  •     Le Parc Belmont (Luc Plamondon / Christian St-Roch)
  •     Moman est là (Sylvain Lelièvre)
  •     Etc.
  •     En bonus, deux enregistrements avec mon complice de scène depuis plusieurs années;  Marc-André Cuierrier !

 
Maintenant, il me reste à obtenir les licences, procéder au matriçage (mastering) en studio sans oublier  l’impression de la pochette comprenant le graphisme et la duplication du CD.
 
En souscrivant dès aujourd’hui, vous m’aiderez à atteindre mon but: celui de vous offrir enfin un nouveau CD !
 
Tarifs incluant les frais de poste

  •     1 CD  = 15 €
  •     5 CD = 60 €
  •     10 CD = 120 € + 1 CD gratuit
  •     Plus de 10 CD = 120 € + 1 CD gratuit par tranche de 10 et remerciements sur la pochette du  CD                        

 
Vous êtes super enthousiastes et voulez contribuer sans tarder ?
 
Vous n’avez qu’à m’écrire à l’adresse suivante : celinefaucher@videotron.ca
Je vous donnerai la marche à suivre pour la suite.
 
Je vous remercie d’avance de votre générosité et vous souhaites un bel été !
 

Céline Faucher
 
 

 

Publicités

Féminine(s) au Forum Léo Ferré..

19 Mar

La vie d’une chanson peut parfois s’enrichir quand elle a la chance d’être adoptée par d’autres voix, qui vont lui donner des couleurs ravivées, des dentelles nouvelle mode. C’est la gloire des interprètes, comme Céline Faucher et Christine Laville, frangines de scène, d’inviter la fine fleur des « sorcières comme les autres » à cette célébration amoureuse de leurs belles histoires de femmes, émouvantes, drôles, sensibles, caustiques, enragées, fragiles, indestructibles, vivantes.

Voici donc dans leurs voix mêlées, Anne Sylvestre, Pauline Julien, Diane Dufresne, Véronique Sanson, Clémence Desrochers, Véronique Pestel, Lili Cros, Evelyne Gallet, Marie-Claire Seguin, Sylvie Tremblay, Manon Vincent,Barbara, Denise Boucher, Michèle Bernard, Marie-Paule Belle, pour illustrer avec délicatesse, fantaisie, verdeur, toutes les nuances de la féminitude dans une sorte de rhapsodie baroque et tonique…

Suggestion à l’attention des instances culturelles francophones, et plus si affinités, cette soirée pourrait être programmée, mettons le titre long*,

« Chansons pour l’édification des jeunes générations, les instruire sur l’histoire des femmes battantes avec leurs plumes alertes aux encres décomplexées. » (Proposition validée par l’ENA et La Sorbonne)

Et même si une peine d’amour minable vient nuancer la marche en avant vers l’utopie possible de l’égalité fraternelle ,

Je veux me saouler de printemps,
Je veux m’en payer, des nuits blanches,
A cœur qui bat, à cœur battant.
Avant que sonne l’heure blême
Et jusqu’à mon souffle dernier,
Je veux encore dire « je t’aime »
Et vouloir mourir d’aimer.

Pour bien terminer la soirée, la carte postale de Pauline,

Ce soir j’ai l’âme à la tendresse , Tendre tendre, douce douce, Ce soir j’ai l’âme à la tendresse Tendre tendre, douce douce…. Tresser avec vous ce lien et cette délicatesse, Vous mes amis d’hier et d’aujourd’hui, Cette amitié dans la continuité , Un mot un regard un silence un sourire une lettre…

( L’âme à la tendresse, Pauline Julien).

  • *Emprunt à Félix Leclerc  ‘La veuve’.

Pour une approche plus complète de ce spectacle,

voir ici –>

 

 

 

Norbert Gabriel

 

Et pour quelques images de plus,

Photos NGabriel 2018

Féminine(s). Au Forum Léo Ferré

15 Mar

cel for

Parisiennes, Parisiens, Citoyennes Citoyens, Français Françaises et gens de tous les pays, venez applaudir  les Féminine(s) avec Céline Faucher et Christine Laville. Elles sont passées en Auvergne, à l’Arthé-Café, l’an dernier, et Danièle Sala y était.  Après lecture, vous trouverez les infos pour réserver.

Novembre 2017… Avec Céline Faucher et Christine Laville, une grande ballade en chansons féminines, dans le bel Arthé Café…

Je range des jupons 
des années fanées 
au fond d’une armoire 
Minuit a sonné les choses ont changé 
j’m’en fais pus accroire 
et c’est l’ménage à fond 
j’me ramasse en boule 
comme quand j’étais p’tite… 

C’est par cette chanson de Diane Dufresne et Marie Bernard, Cendrillon coton, que Christine Laville et Céline Faucher attaquent leur tour de chant, chansons exclusivement féminines. Elles sont là, devant nous, à portée d’oreilles, à portée de vue, à portée d’émotions, comme si elles chantaient pour chacun d’entre nous, dans ce lieu chaleureux où tout se passe comme dans les veillées d’autrefois, entre voisins, entre amis. Deux filles rayonnantes, dont on sent tout de suite la complicité et le bonheur de chanter ensemble.

Christine Laville, comédienne de profession, mais aussi metteuse en scène, musicienne, et chanteuse, et Céline Faucher, chanteuse québécoise qui fait perdurer la mémoire des gens de son pays, en recréant leurs chansons, à sa manière, avec sa propre sensibilité, une voix exceptionnelle, et toutes les nuances du vécu, humour, colère, passion, gaieté, nostalgie, tendresse, à en oublier les interprètes premiers.   Il n’y a rien d’aussi beau que d’être l’interprète des autres, disait Barbara, et quand on écoute ces deux filles, on ne peut qu’approuver.

Céline a débuté au Québec, en 1992, finaliste d’un concours radio parrainé par Robert Charlebois, mais c’est en 2005 qu’elle s’est vraiment fait connaître en France, avec la création de son tour de chant : A la rencontre de Pauline Julien. Elle a aujourd’hui plusieurs spectacles en alternance, dont Féminine(s), avec Christine Laville. Toutes les deux ont mêlé leur répertoire et se complètent à merveille dans ce spectacle où les femmes, dans tous leurs états, sont à l’honneur, mise en scène impeccable, et accompagnement sur mesure de Stephane Plouvin à l’accordéon. Stéphane, on t’aime ! ( Ceux qui étaient là ce dimanche soir comprendront!).

Les chansons s’enchaînent en deux parties, faisant un ensemble cohérent, où les femmes sont mises en scène, pour un long récit de leurs peines, de leurs joies, petites histoires de la vraie vie. J’ai tout essayé, parler, chanter…Et chanter, créer,c’est une façon de vivre : Créer, c’est amorcer un mouvement au lieu d’attendre que la vie nous pousse à trouver des solutions, comme le dit Marie-Claire Séguin, auteur de cette chanson.

La vie, parfois Une drôle de vie, comme celle de Véronique Sanson, mais Comment faire, quand on a pas envie de rencontrer l’homme de sa vie ? Belle surprise et interprétation magistrale de cette chanson de Lili Cros.

Souvenirs d’enfance avec Les confitures d’Evelyne Gallet :

Jolie mémé en haut d’ l’armoire
Que reste-t-il du temps béni
Où tu jouais de la passoire
Dans le parfum sucré des fruits ?
S’il est vrai qu’ la vie éternelle
Existe autant que tu le crois
T’as plus qu’à cueillir des airelles
Pour quand nous reviendrons chez toi.

J’te l’ai pas dit ( Manon Vincent) : Entre le quotidien et la vie / Entre le cœur et les idées / J’y ai pensé, mais j’te l’ai pas dit / Le temps est long quand t’es pas là…

Mais Je me fous du prix Goncourt 
Je me fous des prix tout court 
Les championnats, les grands chelems 
Je t’aime… 

(Michèle Bernard)

Et oui, féminines, mais on aime quand même les hommes ! Nous dit en confidence Céline Faucher.

Et de renchérir avec Vive l’amour de Catherine Ringer.

 

 

On trouve parmi ces portraits de femmes, celle qui connaît la langue de l’eau, avec la fable écologique d’Anne Sylvestre : Le lac Saint-Sébastien :

Tiens, 
Se dit le lac Saint-Sébastien 
Je vais rêver à ces humains 
Ils seront encore là, j’espère, 
Quand mes eaux redeviendront claires 
Et que se poseront les huards 
Pourvu qu’ils n’aient pas de retard 

Et que près de moi cette humaine 
Ait traversé l’hiver sans peine 
Qu’elle vienne avec les oiseaux 
Me parler la langue de l’eau.

 

Le quotidien des femmes, qui n’est pas toujours drôle, comme la vie des ouvrières dans la factrie de coton, qui nous vient de Clémence Desrochers et Jacques Fortier :

Comme on dit dans la fleur de l’âge
J’suis entrée à factrie d’coton
Vu qu’les machines font trop d’tapage
J’suis pas causeuse de profession
La seule chose qu’j’peux vous apprendre
C’est d’enfiler le bas d’coton
Sur un séchoir en forme de jambe
En partant d’la cuisse au talon…

Ou la nostalgie de ces dames aux cheveux blancs :

Quand elles ne seront plus   Au jardin des lilas Les dames aux cheveux blancs

Quand elles ne seront plus Marguerites et pivoines  Alors je pleurerai

Et mes larmes auront La douceur des baisers Qu’enfant elles me donnèrent

La douceur des baisers Car elles ne voudraient pas Le chagrin que j’aurai

Et je danserai pour elles Et je danserai pour elles

Et je chanterai quand même…

(Paroles et musique de Sylvie Tremblay).

C’est un siècle d’engagements, de Jaurès à l’art d’être grand-mère, en passant par le Front populaire, la guerre, le maquis, mai 68, qu’elles nous racontent ensuite la vie de Vanina, et à travers elle, de toute une génération de femmes :

Vanina s’en va
Vanina s’en va, c’est pas grave
L’a bien vécu, va
Son grand siècle de bout en bout
De guerre en paix, de droite à gauche à rien du tout.
( Véronique Pestel).

Et quoi de plus normal, dans une vie de femme, oui, c’est vrai :

C’est l’habitude qui nous manque
On ne sait pas jeter des cris
Hurler contre ce qui nous flanque
La tête au murs certaines nuits
On ne sait pas claquer les portes
Fermer ses oreilles et ses yeux
Jeter au diable et qu’il emporte
Tout ce qui nous déchire en deux.

Mais : Rien qu’une fois faire des vagues et que ça tangue
Et que l’on parle la même langue
Et qu’on chavire une fois pour de bon
Qu’on aille vraiment toucher le fond
Qu’on puisse leur répondre enfin
Ce n’était rien… ( Anne Sylvestre).

Oui, faire des vagues et que ça tangue : Je veux encore rouler des hanches,
Je veux me saouler de printemps,
Je veux m’en payer, des nuits blanches,
A cœur qui bat, à cœur battant.
Avant que sonne l’heure blême
Et jusqu’à mon souffle dernier,
Je veux encore dire « je t’aime »
Et vouloir mourir d’aimer.

Mais hélas : Elle est revenue, elle est là,
La solitude, la solitude…( Barbara).
Quoi, ce n’est pas une petite Peine d’amour minable qui va nous faire pleurer ! D’ailleurs, c’est l’occasion d’une saynète très drôle de nos deux filles qui interprètent délicieusement cette chanson de Denise Boucher, écrivaine et poète québécoise, et Jacques Marchand. Seulement, il n’y a pas que ça ! C’est ce foutu régime qui fait flipper les femmes !

J’aurais bien dû me satisfaire
De mes succès au lit
Mais j’avais lu dans Marie-Pierre
Perdez vos calories
Maintenant ma minceur étonne
Je n’plais qu’aux couturiers
Ils m’habillent
Mais y a plus personne
Pour me déshabiller

Où` sont mes bourrelets d’antan
Mes doubles mentons séduisants
J’ai tout perdu avec ce régime
Mes grammes superflus et mes amants

( Marie-Paule Belle).

Eh oui, on y arrive ! La Ménopause : Je vis, je vis, je vis ma ménopause, c’est la nature, c’est naturel et c’est normal,je vois la vie en rose, car j’attends l’os, oui j’attends l’os, j’attends l’ostéoporose…( Clémence Desrochers / Marc Larochelle). Et nos filles, dans l’attente des rêves qui ressemblent aux nôtres, courent après demain, et s’en vont en guerre, sans ennemis. ( Tu cours après demain, Manon Vincent. Ma fille s’en va t-en guerre. (Manon Vincent / Sylvie Bourdeau / François Richard).

Pourtant, c’est Maintenant ou jamais, qu’il faut s’aimer. ( Michèle Bernard). Et si vous avez parfois l’ Insomnie blues, comme Pauline Julien :

Prendre des grandes respirations / Ouvrir un œil, jamais le bon / Descendre nourrir les poissons / Et Dieu que le temps me semble long. Mais : Si on se retrouvait frangines 
On n’aurait pas perdu son temps 
Unissant nos voix, j’imagine 
Qu’on en dirait vingt fois autant 
Et qu’on ferait changer les choses 
Et je suppose, aussi, les gens 

Et qu’on ferait changer les choses 
Allez ! On ose 
Il est grand temps !

( Anne Sylvestre, Frangines).

paulinejulienOn ose penser à un monde meilleur :

Croyez-vous qu’il soit possible d’inventer un monde
Où les hommes s’aiment entre eux
Croyez-vous qu’il soit possible d’inventer un monde
Où les hommes soient heureux
Croyez-vous qu’il soit possible d’inventer un monde
Un monde amoureux
Croyez-vous qu’il soit possible d’inventer un monde
Où il n’y aurait plus d’étranger ? 

(L’Etranger, Pauline Julien).

Mais il arrive qu’on soit découragées par ce monde qui va de travers, et l’on se dit :

Quand j’n’aurai plus le temps
De trouver tout l’temps du courage
Quand j’aurai mis vingt ans
A voir que tout était mirage
Je tire ma révérence
Ma révérence.
( Véronique Sanson).

 

Autant de chansons qui font rire, réfléchir ou pleurer, de grands textes portés par deux interprètes talentueuses, avec sobriété, élégance, générosité, et par le souffle inspiré de l’accordéoniste. Et c’est tout le public, après deux rappels, qui chante avec Christine et Céline :

Ce soir j’ai l’âme à la tendresse Tendre tendre, douce douce Ce soir j’ai l’âme à la tendresse Tendre tendre, douce douce Tresser avec vous ce lien et cette délicatesse Vous mes amis d’hier et d’aujourd’hui Cette amitié dans la continuité Un mot un regard un silence un sourire une lettre… ( L’âme à la tendresse, Pauline Julien).

Et comme d’habitude dans ce lieu convivial où Maï et Marc savent nous régaler des plus belles chansons, des artistes qu’on aime, et des meilleures soupes, la soirée s’est prolongée par un repas très animé, Marc s’est mis au saxophone, révélant son talent de musicien, et Stéphane à l’accordéon, pour une improvisation musicale, et l’on a chanté encore, certains même ont dansé ! Une soirée très chaleureuse sous le signe des femmes, mais avec des hommes de bonne compagnie ! Et l’on s’est quitté avec une bonne nouvelle. Céline Faucher revient l’année prochaine pour une nouvelle rencontre avec Pauline Julien, à l’occasion des 20 ans de sa disparition.


Danièle Sala

Le Forum, c’est là, pour réserver–>forum bandeau


 

Gens du Québec… et Gilbert Laffaille

19 Nov
 Photos©NGabriel 2016

Photos©NGabriel 2016

Ils le méritent bien, ces gens du Québec, avoir une interprète qui nous les montre dans toutes les facettes de leurs destins fabuleux et ordinaires, héros du quotidien qui deviennent des légendes de la vie de la belle province.

Oubliez les traits outrés jusqu’à la caricature qui réduisent à un aimable folklore pittoresque les gens de ce pays de neige et de forêts, Céline Faucher met au service de ces chroniqueurs chansonniers* une voix exceptionnelle, comme un instrument raffiné pour servir au mieux les textes de Pauline Julien, Clémence DesRochers, Vigneault, Leclerc, Ferland, Léveillée, Tremblay, Ducharme Sylvain Lelièvre, Marc Chabot…

Le Québec a su mettre son histoire en chansons, grandes ou petites histoires, qui font un romancero canadien français, un almanach musical de la mémoire collective dans lequel on trouve quelques perles du folklore et une belle ribambelle de chansons sensibles et colorées de musiques modernes. Des textes percutants et toujours actuels, comme  L’étranger  de Pauline Julien, des ritournelles souvenirs, album de famille qui chante … Avec ces chansons qui racontent, c’est une forme d’opéra populaire avec la règle des trois unités égales, paroles, musiques et la voix pour les mettre en majesté… A noter que le piano de Patrick Vasori est en parfaite adéquation dans ce spectacle pour faire entendre les musiques des divers compositeurs… Ce tour de l’île Québec, enclavée en pays anglo-saxon, en 19 chansons, plus une, est le plus bel hommage aux Gens du Québec, sobre et généreux, intime comme une veillée où des grands pères conteurs font revivre les épopées de nos cousins, ceux qu’on découvrait dans les récits de Jack London ou les contes de Charles Quinel. Et le rêve va…

Les gens de mon pays Céline Faucher accompagnée par Marc-André Cuierrier au piano et Jean-François Goyette à la basse. Novembre 2009

Pour en savoir plus sur Céline F. clic sur Montreal, montreal-logo-19-11-2016-17-08-12-434x431

Et pour quelques images de plus,

gens-du-quebec-montage-19-11-2016-16-28-21-5120x5120

  • Chansonnier:   qui fait des chansons.

Gilbert Laffaille, les 3 jours du Forum.

C’était fin Octobre.

gilbert-laffaille-aaaaww-23-10-2016-17-32-35-2174x2455-23-10-2016-17-32-35-2174x2455Le troisième jour fut un enchantement, comme les précédents selon les témoins. Un de ces moments de spectacle qui vous laissent heureux, prêts à croire à tout le bonheur du monde… Parce que Gilbert Laffaille, quoi qu’il arrive, nuance toujours les vilénies de la vie par un sourire mi figue mi raisin, mais un sourire. Témoin cette historiette offerte au public lors de la soirée lecture en soutien au Limonaire

Un homme marchait dans la rue, souriant et tranquille, un pied chaussé et l’autre nu…

  • Monsieur, vous avez perdu une chaussure, s’inquiéta un passant..
  • Non monsieur, j’en ai trouvé une, répondit l’homme dans un grand rire heureux..

Lors des soirées au Forum Léo Ferré, Gilbert Laffaille a alterné les chansons, les saynètes-sketches en comédien conteur accompli, gentiment caustique, naïvement cruel, toujours lucide, en tableaux doux-amers, comme la vie depuis toujours… Soyons heureux si possible dans les interstices que laisse le malheur quand il fait une pause… Faites la pause bonheur avec Gilbert Laffaille, c’est toujours ça de gagné sur les boiteries de la marche du monde.

Aujourd’hui, c’est cette chanson qui sera la BO de ce spectacle, vu un dimanche au Forum Léo Ferré

Norbert Gabriel

Demandez l’programme !

18 Oct

Je fais partie des gens qui sont accros au courrier, le papier, le timbre, parfois une encre parfumée, mais les temps changent, et c’est le courriel qui devient la règle, et parfois, en ouvrant un courriel,  il y a comme un parfum de sirop d’érable qui nous chatouille les papilles… Je partage donc cette lettre avec qui veut bien, parce que le Québec est une terre riche de chansonnistes, et que Céline Faucher sait nous les faire découvrir  dans des versions nouvelles, avec parfois des chansons peu connues.  Et sa version du parc Belmont, entre autres, est un monument. Parole de plumitif qui a été subjugué il y a un an….

Céline Faucher gens du Québec montage finalChers amis,
 
C’est avec grand plaisir que je vous annonce mon retour au Forum Léo Ferré (Ivry sur Seine) le 18 novembre prochain. J’y présenterai mon tour de chant « Gens du Québec ».
Vous vous dites : mais je l’ai déjà vu ! Je vous réponds tout de suite que vous n’avez pas vu et entendu le tour de chant que je vous prépare puisqu’il y aura de nouvelles chansons (Insomnie blues de Pauline Julien, L’homme de ma vie de Clémence DesRochers, Ordinaire de Robert Charlebois, La Corriveau de Gilles Vigneault et quelques autres). Ah, je vous entends… vous me dites : et Le parc Belmont de Luc Plamondon, Les gens de mon pays de Vigneault et les chansons de Félix ??? Oui, elles sont toujours au programme. De plus, je serai accompagnée par un pianiste exceptionnel : Patrick Vasori. En conclusion, vous retrouverez ce que vous avez aimé et même plus ! Je rêve d’une salle pleine à craquer et pour y arriver, j’ai besoin de vous. Vous pouvez tous m’aider. Même ceux qui ne sont pas dans la région ou qui ont déjà un autre engagement le soir du 18 novembre… Faites circuler l’information, parlez de moi à vos amis, aux amis de vos amis, à vos voisins, votre famille…
Maintenant, vous avez ce qu’il vous faut pour en parler ! Aidez-moi à faire de cette soirée un moment inoubliable !
Un gros merci et à très vite 

Céline

Réservation: clic sur le Forum Léo Ferré.

fly-vm-2016

Mais avant ce rendez-vous de Novembre, venez donc finir Octobre en bonne compagnie, avec Valérie Mischler, qui termine un cycle d’une saison avec TOUT FEU TOUT FEMME, au Connétable, spectacle dont il y a eu des échos, ici par exemple: Clic sur la photo, la guitare, ou le guitariste, ou la chanteuse, ou l’extincteur, au choix…

VM flyer 19 FEv 3648x2736 (2)Dominique, la bonne du curé a mis des dessous chics pour danser le boogie woogie après la prière du soir, alléluya… Et yop la boum, comme l’amour… qui fait boum…

Les plus innocents des lecteurs vont imaginer que Pierre Dac est revenu pour un de ces messages de Radio Londres dont il a le secret. Les moins innocents, au vu des antécédents de la chanteuse vont soupçonner que c’est pas pour chanter des cantiques que Dominique, etc.

 

Et c’est le 21 Octobre à 19h30…  Précises !

Quand les femmes parlent d’amour, dans tous ses états, c’est émouvant, sensuel, savoureux, drôle, tout ce qu’il faut à Valérie Mischler pour déployer ses talents de chanteuse, comédienne, danseuse, et auteure aussi dans la conception de ce spectacle, avec la complicité de Xavier Rubin.

Réservation: clic sur le flyer à droite.

Norbert Gabriel

FOCUS !

5 Mar

Préambule.  Un photographe Eric Barbara, avait dédicacé une expo ainsi:  Elisabeth et Manu, mon seul talent c’est vous.  Il s’agissait d’une série consacrée à Elisabeth Caumont et Manu DiBango.

VM 4 mars flou sensuel 04-03-2016 20-06-52 2026x1926Le point s’impose pour être très net en matière de photo, et des effets secondaires.

Cette photo est un 30 ème de seconde d’un spectacle qui dure 1h15 environ. Une comédienne joue un personnage, et ça ne signifie pas qu’elle est ce personnage dans la vie . Delon a été  Le samouraï , je ne crois pas qu’il se soit transformé en tueur à gages pour être dans le ton juste.

Les effets Facebook, où on ne croise en principe que des « amis » sont parfois surprenants. C’est peut-être un jeu, mais il semble que parfois ça dérape en propositions qu’on peut dire indécentes.

Aurait-on l’idée de demander à Nathalie Baye après son film  La balance , combien elle prend pour une passe ?

Le seul objectif (!) des photos de spectacle, de mon point de vue, est de montrer ce qui reste dans l’esprit du public après le spectacle. Pour donner envie à des spectateurs d’aller le voir.

Quand la photo est réussie, sur ce critère, et uniquement celui-là, l’essentiel du mérite revient à l’artiste en scène, à son éclairagiste, à leurs talents réunis. Reste au photographe d’avoir l’oeil ouvert pour attraper ce moment fugitif.

Et d’essayer de donner envie d’aller voir et entendre ce qui se passe devant la scène, car si l’image montre que tous ces artistes ont le plumage chatoyant, c’est surtout leur ramage qu’ils ont envie de partager. Le spectacle de chansons, c’est paroles ET musique, ET images.

Voici donc quelques beaux souvenirs, en images, que la scène ou les albums ont toujours confortés.

FOCUS Premier 05-03-2016 23-39-58 5056x3988

FOCUS deuxième tableau 05-03-2016 19-20-21 5120x4096

 

FOCUS troisième 05-03-2016 19-39-53 5120x4096

 

FOCUS quatrième 05-03-2016 19-47-27 5120x4096

 

Pour finir en musique, et boucler la boucle,  Elisabeth Caumont, Alain Debiossat et Manu DiBango vous invitent à Yaoundé….

 

La première photo est celle de Valérie Mischler qui propose un spectacle « Tout feu tout femme »  l’érotisme au féminin, à travers différents témoignages de femmes, accompagnés de chansons en situation, de spectacle, évidemment. Voir ICI.

NB: Une chanteuse qui pour les besoins d’un spectacle doit faire un show sexy, doit-elle avoir une  arrière pensée, genre, ce résultat d’un sondage récent:  Pour 27% des Français, l’auteur d’un viol est moins responsable si la victime portait une tenue sexy.

A chacun d’apprécier à quel niveau se situe la réflexion, coeur ou bas ventre?  Comprend qui veut.

 

Norbert Gabriel

 

 

 

Gens du Québec, Céline Faucher…

24 Oct

Céline Faucher voilà mes gens...

Vous croyez tout savoir sur le Québec, et ses « chansonnistes » depuis Félix Leclerc, Aglaé, aux derniers arrivés, de tous ses gens à voix et accents tellement pittoresques qu’on en oublie un peu le fond depuis que Charlebois a mis le joual dans ses couplets, on retient plus souvent le jeu de mots que le jeu des idées.

Le spectacle de Céline Faucher pourrait se sous-titrer : « Chroniques d’un pays qui chante ses héros du quotidien pour en faire ses légendes »

Céline Faucher Gens du Québec AAPour en faire la trame de son histoire, citoyens héros d’un pays neuf, rude et tendre à la fois. Comme un jeune homme fougueux qui a bousculé les archaïques structures monarchiques pour essayer un chemin neuf.

Pauline Julien a été sans doute la première, en tout cas la plus complète de ces artistes interprètes et auteurs qui ont porté très haut l’art de la scène chanson. Et une de ses disciples les plus accomplies est Céline Faucher.

C’est une biographie de son pays qu’elle propose avec Gens du Québec, un pays qui a la chanson enracinée au plus profond, la chanson qui raconte un peuple plus efficacement qu’un cours magistral d’histoire. Un spectacle qui rend justice à Mary Travers trop mal connue à cause de sa chanson-turlutte, à Sylvain Lelièvre et ses chansons gorgées de jazz, à Clémence Desrochers, à Lawrence Lepage, tous ceux qui ont plus ou moins été éclipsés par l’ombre des géants de la chanson québécoise qui ont eu un tube, cet arbre qui cache la forêt.

Céline Faucher gens du Québec montage belmont 3Céline Faucher est une rayonnante personne qui met en majesté les textes et musiques de son pays et de ses écrivains-chanteurs, les chansonniers comme on dit là-bas. Elle a souvent l’âme à la tendresse, mais quand vous la voyez devenir le personnage du parc Belmont, c’est quasiment à en oublier Diane Dufresne qui a fait des versions délirantes de cette fresque tragique. Deux images de Céline, et vous constatez que c’est une très grande interprète.
Gens du Québec, c’est un rendez-vous avec Bozo les culottes (Raymond Lévesque), La danse à St-Dilon (Gilles Vigneault), Deux vieilles (Clémence Desrochers, Frédéric (Claude Léveillée), Monsieur Marcoux Labonté (Lawrence Lepage), Le pharmacien (Félix Leclerc), Le propriétaire (La Bolduc), Marie-Hélène (Sylvain Lelièvre), Suzanne (Leonard Cohen), La Reine (Les Cowboys Fringants) Luc Plamondon (le parc Belmont) Pauline Julien, et quelques autres.

Pour suivre Céline Faucher, c’est là.

Céline Faucher est accompagnée par le talentueux Philippe Turbin (piano). Ils seront de nouveau au Forum Léo Ferré pour une création « Journée en fabulettes » à partir du 27 octobre, tous les détails ici.

Et pour quelques images de plus…

Céline Faucher gens du Québec montage final

* chansonniste n’est pas un terme québécois, il est plutôt sarclo-vaudois mais il a l’avantage d’être unisexe,  ce qui n’est pas le cas du québécois chansonnier

Norbert Gabriel

%d blogueurs aiment cette page :