Tag Archives: Ce sacré vieux soleil

Ce sacré vieux soleil, histoire d’une chanson…

9 Mar

Les plus désespérés sont les chants les plus beaux,

Et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots .

Une frange assez importante du monde de la chanson française professe volontiers qu’il n’est pas de bon artiste s’il n’est pas auteur et/ou compositeur… Théorie un peu mise à mal par Edith Piaf * , Marie Dubas, Yves Montand, Maurice Chevalier, et quelques autres anciens connus internationalement.

Nos amis étatsuniens ont une autre approche avec le répertoire, Sinatra, the voice, était un interprète ,  comme beaucoup de stars du jazz. C’est même parfois un exercice obligé de se frotter aux grands standards avant de proposer ses propres créations. Et aux USA, on n’a pas de complexe avec les standards. Quels qu’ils soient.

Ainsi, par un ricochet parti sur une liste de chansons avec « soleil » dans le titre, (Merci Gérard Pont) m’est revenue une chanson qui a été une des favorites d’apprentissage de la guitare dans mes très jeunes années.. Avec guitare à cordes métal, les Savarez métal pour que ça sonne jazz-blues.

Ou l’idée que je m’en faisais..

Ce sacré vieux soleil** , c’est une sorte de « negro-gospel spiritual »  assez proche de la chanson dite de variété… Pas  du brut issu des champs de coton. Et pourtant, depuis 1949, c’est devenu un des chants repris par une ribambelle d’artistes très différents, même Dylan en a fait quelques versions.

Mais qu’en est-il ? Voyons, in english dans le texte pour sa carte d’identité.

« That Lucky Old Sun » is a 1949 popular song with music by Beasley Smith and words by Haven Gillespie. Like « Ol’ Man River », its lyrics contrast the toil and intense hardship of the singer’s life with the obliviousness of the natural world. 

En résumé, le thème c’est le travail harassant la vie rugueuse, sans autre espoir que le paradis éventuel… Comme celui où ce fainéant de soleil a rien d’autre à foutre que tourner dans le ciel… C’est l’idée générale.

Mais ce qui est intéressant c’est ce qu’on peut faire avec ce thème, et il y a de quoi… Toutes les versions enregistrées ne sont pas recensées, mais on peut voir, et entendre – si on est interessé et si on a une bonne heure devant soi – qu’il y a tout le gotha qui s’y est mis, avec des variations grand écart, ça va de moins de 2 mn à 13 mn …Les anglophones experts pourront remarquer que le texte a parfois été un peu arrangé par les interprètes… C’est parti.

Le premier, ce fut Frankie Laine,  un des plus simples dans la forme… Août 1949.

The biggest hit version of the song was by Frankie Laine. This recording was released by Mercury Records as catalog number 5316. It first reached the Billboard magazine Best Seller chart on August 19, 1949 and lasted 22 weeks on the chart

 

Ensuite Louis Armstrong même année..

The recording by Louis Armstrong was released by Decca Records as catalog number 24752. It first reached the Billboard magazine Best Seller chart on October 14, 1949 and lasted 3 weeks on the chart,

 

et Francis Albert Sinatra, très crooner, dansant,

Frank Sinatra released his competing version of the song on the Columbia label catalog number 38608. It reached the best sellers chart on October 29, 1949..

 

Et Dean Martin, dans une version qu’on peut dire très décalée, dear Dino, peut-être aurait-il été judicieux de bien comprendre le sens de ce que vous chantez

 

Sarah Vaughan version très sophistiquée – That Lucky Old Sun (Just Rolls Around Heaven All Day) 1949 with The Joe Lipman Orchestra

 

Big Mama Thornton, très gospel grande voix

 

Johnny Cash symphoniquement ample,

et plus roots, ma préférée..

et en version piano voix

 

Léon Russel mix voix déchirée et du miel dans les choeurs..

 

Aretha Franklin et une version plus aérienne plus symphonique..1962

 

James Brown 5′ 52

 

Ray Charles The Genius, grandiose

 

Jerry Lee Lewis (piano)

 

Bob Dylan en 1986

Et en 2000

et peut-être la plus habitée (4 ’34)

 

Chris Isaak 2011 très propre un peu lisse ?

 

Crossroads quartet vocal 2015

 

Yusef Lateef saxo 7’30  en 1969

 

Eddy Louiss orgue

 

Max Romeo Reggae

 

Rick Price solo guitare

 

La plus longue 13 ‘ avec Jerry Garcia Band (1991 en concert)

 

 

Et pour finir, une des multiples versions des pays asiatiques,

大西ユカリ/That Lucky Old SUN

Pour la traduction à vous de voir (Maia Barouh, une indication ?)

 

 

Et pour conclure,

une brève histoire de cette chanson,  clic on the cat —>

 

 

 

  • *Edith Piaf a commencé interprète, plusieurs années avant d’être auteur…  Comme Barbara, qui a été presque 10 ans interprète.
  • ** En France, Les Compagnons de la Chanson et Armand Mestral ont été les relais, dans des versions plus chanson que negro-spritual…  C’était pas mal quand même.

Norbert Gabriel

 

La discussion est ouverte dans les commentaires.

%d blogueurs aiment cette page :