Tag Archives: Catherine May-Atlani

Cabaret Deret, et Catherine May Atlani…

16 Mar

La vie parisienne, ça manque parfois d’air pur du Cantal, du ciel lumineux des Hautes Alpes, du calme agreste de la Creuse, des parfums de lavande de Banon, des brises iodées de Bretagne, de la douceur angevine, ou forézienne, des rotondités volcaniques d’Auvergne, et des verts pâturages de Normandie, sans oublier les fromages de chèvre des Monts du Lyonnais, le Beaujolais de Regnié, (et de Maurice Baquet)  et autres agréments de nos belles provinces… En revanche, pour ce qui est des soirées et du spectacle vivant, Paris de quoi régaler le plus blasé des spectateurs … Voire de le laisser perplexe devant les choix cornéliens récurrents quand il faut choisir entre deux créations, aussi attirantes l’une que l’autre… Coup d’oeil sur des spectacles de ces dernières semaines.

Cabaret Deret JCD AAAA 29-02-2016 20-38-51 2923x2369LE CABARET DERET,

ou The Old Man Show

Le 29 Février, année bissextile, bonne date pour The Old Man Show de Jean-Claude Deret, un vétéran de la scène qui a fait les 400 coups de toutes les scènes, surtout les scènes vivantes des cabarets. Ce grand témoin de l’époque bénie où apparurent Raymond Devos, Richard et Lanoux, Darras et Noiret, Les Frères Ennemis, Poiret et Serrault, a réuni quelques uns des héritiers de ces voltigeurs de l’humour, ayant un point commun, le talent du rire et de l’émotion avec intelligence. Autour de Jean-Claude Deret un joli bouquet de saltimbanques, pour lui faire honneur (et bonheur) dans cet Old Man Show, un cortège malicieux, chacun faisant revivre ses chansons avec des voix nouvelles et des habits neufs. L’école Deret de la chanson, c’est la précision de l’écriture, l’autodérision élégante, la causticité souriante, la lucidité percutante. Des portraits gentiment acidulés, de la tragi-comédie humaine servie avec panache, je me les sers moi-même avec assez de verve, mais je ne permets pas qu’un autre me les serve … Et à la fin de l’envoi, je touche.

Ce livret de musicale autobiographie offre un moment spécial, « Le chien »… C’est tout Deret, cette chanson, ça commence rigolo, on se quitte équitablement, la preuve, « elle a gardé le 6 pièces à Montmartre, elle m’a laissé les 6 pièces de Sartre.. » mais « le chien.. » » et là, c’est vous qui avez la buée dans les yeux.

Dans la troupe de ce 29 février, une partie de la famille saltimbanque, naturelle ou d’adoption, dans l’ordre approximatif d’entrée en scène, Zabou Breitman, Shirley et Dino, ou plus exactement Corinne et Gilles chanteurs (si-si) Giédré, Olivier Breitman, Antonin Chalon, Les Mauvais Elèves, pour un moment exceptionnel de spectacle, de ceux qu’Yves Jeuland a contés dans son très beau film, «– Il est minuit Paris s’éveille  » mais là, c’est pour de vrai, ici et maintenant. On peut en parler au présent, car il est vraisemblable que le Cabaret Deret ne se produira pas que les 29 février, il se dit qu’il a des envies de faire la route buissonnière de France et de Navarre… A suivre dans toutes les bonnes gazettes qui babillent sur la chanson et ses héros contrebandiers du showbizness. Ci-dessous la troupe de ce 29 février, au Forum Léo Ferré, une salle référence en matière de spectacles de création, de répertoire, chanson, théâtre, musique, découvertes, une référence, vous dis-je.

Cabaret Deret JCD Final 29-02-2016 22-24-38 3301x1397

Catherine May Atlani Zèbre 12-03-2016 21-51-37 2490x2237Catherine May Atlani

Le 12 Mars, Catherine May Atlani et Les passagers ont fait un étape au Zèbre de Belleville. Les Passagers, c’est une fresque définie comme « Polyphonies pour voix et cordes ». Quelque chose de peu habituel dans cette salle de cirque baroque, et pourtant, le charme a opéré dès les premières secondes.

Rien à ajouter à ce que que donne l’écoute de l’album,

« C’est la voix, les voix, qui se frôlent et se caressent avec les cordes sensibles des violons, violoncelles, altos, polyphonies de voix et d’instruments dans une parade amoureuse, mystique, sensuelle et chaste.

Un moment hors du temps, quelque chose de pur comme le diamant, une grâce quasi surnaturelle… »

La suite, ici.

Mais avec la magie du direct, cette spécificité du spectacle vivant et ses plaisirs toujours renouvelés.

Catherine May Atlani Zèbre 12-03-2016 21-38-51 3065x1730

 

Norbert Gabriel

Et demain, Nathalie Miravette, la suite de Cucul, mais pas que…  et Bernard Joyet au Vingtième Théâtre…  The show must go on, et la vie parisienne des spectacles aussi.

Les passagers Catherine May Atlani

27 Fév

may couvImaginez une silhouette qui apparaît dans sa plus simple expression naturelle, et qui s’enroule progressivement dans des voiles et des dentelles arachnéennes, des soieries brodées de fils d’or et d’argent pour se faire une parure somptueuse, d’une élégance raffinée, de transparences de brumes légères un matin de printemps.

C’est la voix, les voix, qui se frôlent et se caressent avec les cordes sensibles des violons, violoncelles, altos, polyphonies de voix et d’instruments dans une parade amoureuse, mystique, sensuelle et chaste.

Un moment hors du temps, quelque chose de pur comme le diamant, une grâce quasi surnaturelle, et il me vient une histoire que me racontait mon grand père vénitien. Lors d’une audition devant les sommités d’une grande académie de musique, tous les musiciens les plus réputés sont venus, ils rivalisent de brio avec leurs morceaux de bravoure,  et à la fin, arrive une sorte de vagabond dépenaillé qui demande à jouer. On lui accorde cette faveur -pour rire un peu- il commence, casse une corde, joue, casse une deuxième puis une troisième corde, dans les ricanement, et sur la dernière, il éblouit l’assistance médusée.. Et dans le silence stupéfait qui suit, déclare avec une certaine morgue hautaine,

Così giocano gli angeli nel cielo e dopo Paganini.

Ainsi jouent les anges dans le ciel et après Paganini. Si non è vero, è bene trovato… ajoutait mon grand père… L’émerveillement de cette histoire est resté intact depuis mes 10 ans, et je le retrouve aujourd’hui avec « Les passagers » de Catherine May Atlani.

flyer may atlani

Et si vous êtes trop loin du Zèbre, voyez ici pour acquérir l’album.

Mistmusic

Et on peut écouter des extraits…C’est ICI

Norbert Gabriel

%d blogueurs aiment cette page :