Tag Archives: Castafiore Bazooka

Francos Télé, les chants de la désastritude*…

1 Août

Lundi soir … mi Juillet

Tiens, je vois Francofolies sur France 2, dans le réflexe de l’âne qui se gratte, je clique France 2, avec dix minutes de retard, j’ai raté le début, et là, je vois une créature qui répète djadja en boucle, et agite son fessier généreux vers la foule qui braille… Me serais-je fourvoyé sur une chaine putassière qui réduit la chanson à des paroles d’une indigence abyssale avec une « artiste » qui met son talent dans ses fesses ? De plus, si j’étais vraiment malengroin, je dirais que ce talent est loin d’être proportionnel au volume du popotin, ce qui est assez déplacé, j’en conviens, mais est-il bien placé de représenter le plus grand festival de chanson francophone par ce genre d’artiste dont l’argument se tient dans le décolleté ou dans le mini short ?

Je viens d’un temps largement révolu où une voix, une musique dans la TSF (la version quasi paléolitique du Iphone) me mettait en transe, sans rien savoir de l’artiste, et noter ensuite le nom en phonétique pour aller chez un disquaire, un de ces métiers de l’ancien monde, chez un homme de l’art à qui on n’avait pas besoin de préciser que Michèle Bernard est une fille, et que Sylvestre s’écrit avec un « Y » (expérience vécue personnellement) … Je me vois mal faire la même chose avec ce que j’ai vu et entendu de Aya Nakamura, la description pourrait laisser croire que je m’étais égaré sur une chaine qui fait de la chanson comme on fait de la prostitution soft ..

Et pour m’achever totalement, les plans de coupe sur le public montrent une foule de jeunes femmes avec les mains levées et un smartphone au bout … On s’est donc déplacé au concert, acheté un billet pour faire des vidéos pourries au son inaudible, à part les hurlements des voisines en épectase avancée… Est-ce bien raisonnable ?

Après ça, c’est dans les 70 mn d’extraits de concerts surboostés, comme un diner dans lequel tous les plats seraient surchargés de mayonnaise, avec en dessert un gros gâteau dégoulinant de crème au beurre… ça gave, ça écoeure, ça sature, c’est gros-gras-indigeste … On est très très loin des envolées poético-oniriques d’Higelin, et des fêtes à … qui étaient des vraies rencontres, des partages et des découvertes, ou des quasi vieillards chenus et des gisquettes de 25 ans chantaient en choeur Mon amant de St Jean, aujourd’hui pour l’essentiel du public St JA, quand on cite Jean-Louis, c’est pas à Foulquier qu’ils pensent mais à Aubert … Et ce, sur l’esplanade rebaptisée Jean-Louis Foulquier…

Pour ceux qui ont oublié les grandes heures, une Fête à … c’était inviter autour d’une tête d’affiche des artistes amis plus ou moins connus mais choisis sur des critères d’affinités, pas de marketing.

Exemple, je dis n’importe quoi, Anne Sylvestre on lui offre pour sa fête, Michèle Bernard, Agnès Bihl, Christian Camerlinck, Paule-Andrée Cassidy, Céline Faucher, Yves Jamait, Bernard Joyet, Gérard Morel, Marie-Thérèse Orain, Francesca Solleville … oui, je dis n’importe quoi, mais par ordre alphabétique… Quoi que … ça a existé ce genre de fête à Anne Sysvestre, la preuve, au Quesnoy en Chanteurs

 

J’ai laissé la télé en fond sonore, en bouquinant, j’avais l’impression d’entendre un genre de FuNrj radio, le seul moment où ça m’a attiré l’oreille, c’est quand Bruel est revenu, c’était la fin. Si ce montage d’extraits est censé représenter la chanson d’aujourd’hui, je ne suis plus du tout en phase avec ces Francofolies… Pour faire court, deux  chansons par invité, et à chaque fois la transe du public plein régime, on peut survivre à ces 90 mn d’agitations survoltées ?

Alors qu’il y avait plein de spectacles novateurs, créatifs, à La Coursive, c’est là que les « anciens » celles et ceux qui ont connu les Francos dans les années 85-2004, s’y retrouvent, c’est consternant ce que la télé a montré.

Et cerise sur le gâteau gâté, la télé fait de la pub mensongère en annonçant Bertrand Belin et Aubert, qui ne sont présent pas dans cette émission.

En 2019, les têtes d’affiche des Francofolies de La Rochelle sont Zazie, Soprano, The Blaze, Chris, Angèle, Aya Nakamura, Bertrand Belin ainsi que Jean-Louis Aubert.

On disait naguère que les Directeurs Artistiques avaient été remplacés par des directeurs de marketing, experts dans la promo des yaourts, ça semble se confirmer avec ce genre d’émission qui fait le choix délibéré de promouvoir le produit de grande consommation, au détriment de l’artisanat haute couture, et le MacDo ketpchup à la place de l’épicerie fine… Pour les découvertes, vous êtes priés de vous égarer à La Coursive totalement ignorée dans ce best of du fats foods … j’ai bien dit « fat » autant dans le sens anglais que français … Ou bien aller dans tous les festivals ignorés par la presse généraliste, c’est là qu’on trouve des pépites.

* désastritude : sentiment mélangé de désespérance et de solitude face à un désastre plus ou moins annoncé et en cours de vérification.. Exemple vécu : un ours blanc sur un fragment de banquise qui dérive inexorablement vers l’Equateur. Je me sens ours blanc en perdition.

North Bear Gabriel

 

Et puisque tout devrait finir par des chansons, un peu de ces choses qui (me) font du bien …

Au bal des ombres et du mystère
Laissez la chanson vous guider
dans des vallées imaginaires
dont vous n’avez jamais rêvé.

Callas Nikoff, Castafiore Bazooka et compagnie…

18 Sep

Il se murmure que les Castafiore Bazooka pourraient reprendre la route des quatre chansons, on n’est jamais à l’abri d’une bonne nouvelle.  Une piqûre de rappel s’impose. 

La Manufacture Chanson le 20 Avril 2012

Elisabeth Wiener revient en Callas Nikoff, une bande de filles qui ont dû avoir sur leurs berceaux quelques bonnes fées, modèle Tex Avery mixé avec Cab Calloway dans un de ses meilleurs jours. Lesquelles fées ont été généreuses, et ont rivalisé de fantaisie débridée en dotant ces demoiselles de talents multiples façon Frégoli, déesses ou clowns, divas dingues ou sirènes enchanteresses, ça fuse dans tous les sens, mais surtout les bons sens, ceux des délires musicaux panachés de blues gospel ou slam verlan, le kaléïdoscope tourne et embarque dans le manège les passants éblouis. Totalement séduits.

 Elisabeth Wiener est une récidiviste de la musique en groupes multiformes, elle a toujours eu le jeu collectif, parfois des albums solos et des compositions magistrales, et souvent des aventures en troupe protéïforme. Pour rester dans la lignée d’où vient Callas Nikoff, il y a eu le mythique Castafiore Bazooka, sextet vocal puis quintette à géométrie variable, mais toujours dans un foisonnement créatif scénique exceptionnel. Avec des partenaires qui n’ont pour seule limite que la volonté de ne pas avoir de limite.

C’est une sorte de sarabande mi Helzappopin, mi Alice au pays des merveilles, dans laquelle l’improbable est la logique normale. C’est joyeux, impertinent, percutant, car dans ce con-cert, on conjugue quelques considérations relatives à la connerie et aux cons en général, voire les con-sommateurs… Prescrivons donc à titre préventif, en cure  anti-connerie et anti-morosité une soirée avec ces inter-générationnelles rebelles songs !

Cookie Demaia,  Ophélia Bard, Pascale Valenta,  Shaïda Kazemi, Elisabeth Wiener

Avec des compositions nouvelles spécifiques Callas Nikoff, on retrouve  deux titres des Castafiore « Mec chelou » et « Kyrie beguine« , ça n’a pas vieilli, et puis cette   chanson tendre et sensible d’Elisabeth Wiener « Tu me  manques » (Pouëtesse)**  Les jeux de lumières très élaborés dessinent à chaque scène un décor personnalisé pour un spectacle total formidablement tonique. Et les heureux spectateurs ayant assisté au concert peuvent avoir un souvenir musical, (ou deux) avec un disque « fait main »* disponible pour quelques euros à la sortie, avec le sourire des chanteuses en supplément gratuit. Autant de raisons de suivre les Callas Nikoff, c’est là:  http://www.callasnikoff.com/

 

* pour le « fait main », 3000  privilégiés  avaient eu le premier album des Castafiore Bazooka, boite entièrement faite à la main par ces dames, avec le livret « accordéon » peint par Ricardo Mosner, que voici, avec un conseil utile pour les distraits …

Norbert Gabriel

**  « Pouëtesse »  cette pure merveille figure sur le CD « Elisa et la Beth » avec 10 autres chansons de sa composition, et une  ou deux en collaboration.  Chaque album  montre  le talent d’auteur exceptionnel d’Elisabeth Wiener, elle  passe par toutes les nuances des émotions pour chanter la vie, amoureuse, baroque, foutraque, sensible, la vie, quoi !

« Je suis une flèche sans cible  mais trop sensible
le moindre souffle de vent
me fait dévier d’un but d’ailleurs inexistant
Sans cible sans but  ma vie est toute nue

Et le retour de  la sémillante Luna Mosner, si c’est pas une bonne nouvelle, ça …

luna

%d blogueurs aiment cette page :