Tag Archives: Blanquefort

Concert de soutien Ford Blanquefort Même pas Mort! rencontre avec le groupe de théâtre

14 Oct

Samedi 21 septembre

Samedi 21 septembre, la salle de spectacle Le Krakatoa à Mérignac, près de Bordeaux, organisait conjointement avec le collectif Ford Blanquefort, Même pas mort!, une soirée en soutien aux salariés de l’usine Ford, dont la fermeture programmée de longue date a finalement été actée par une décision de justice refusant de se prononcer contre et autorisant les licenciements au terme d’une lutte de dix ans, durant lesquels le combat syndical et salarial avait réussi à empêcher la liquidation du site par le constructeur américain. Dix ans de batailles, de conflits, de petites victoires et de sursis, arrachés, épisode après épisode, dans une lutte volontaire, digne, exemplaire, pour conserver les emplois, dix ans d’un militantisme sans relâche, dix ans sous l’épée de Damoclès à craindre le moment où le couperet finirait par tomber et à espérer quand même qu’on ne se bat pas en vain, à mener des grèves, épuiser les recours juridiques, négocier avec les dirigeants de l’entreprise, en appeler à l’intervention des pouvoirs publics, s’entourer de soutiens associatifs, humains et artistiques pour médiatiser la cause, et se ressourcer lors de témoignages festifs de solidarité à l’occasion de concerts et d’évènements. Non pas que les militants aient été de doux rêveurs utopistes inconscients de la féroce réalité que de toute évidence leur imposerait fatalement un employeur ayant pourtant bénéficié de multiples aides de l’état français pour renoncer à la fermeture de cette usine de boite de vitesse (50 millions de subventions publiques), que par ailleurs aucun impératif économique n’exigeait, l’usine n’étant pas déficitaire, bien au contraire (7,6 milliards de profits en 2017). Mais c’est un sens de la dignité et le refus de la résignation qui tenaient les camarades debout dans l’adversité contre le non-sens, et le cynisme de principes économiques selon lesquels la vie des femmes et des hommes, ayant usé leur santé à produire, n’a pas plus de valeur que l’usage que le patronat peut en faire selon son gré. Et lorsque les lettres de licenciements commencent à arriver, qu’elles sont là, entre vos mains, ces dix ans sont finis. L’usine, le travail qu’on sait accomplir, les compétences professionnelles, l’expérience, les collègues, les camarades, la sécurité d’un salaire, qui bien que n’étant pas mirobolant permettait de vivre et de nourrir ses enfants, la fierté de l’ouvrier peut-être, les emplois annexes des sous-traitants, l’existence des commerces et de la vie sociale et économique d’une commune dépendant de l’existence de ces emplois, le sens de la solidarité, se lever le matin pour faire quelque chose, se battre pour quelque chose : tout est fini. Alors à ce concert, pour l’organisation duquel de nombreux acteurs joignirent leurs forces, des artistes venus témoigner leur soutien, au personnel du Krakatoa, dont certains travailleurs vinrent donner un coup de main bénévolement, en passant bien sur par le public arrivé nombreux -la salle était quasiment complète-, une atmosphère particulière s’installait : un mélange paradoxal d’envie de réjouissance et de festivité, de rires et de chants, et d’une amère tristesse au gout de profond désarroi. Nombreux laissèrent couler leur chagrin, leur dégout, leur effondrement le long du visage. Ce fut une soirée chaleureuse certes, musicalement et comiquement riche. Mais le cœur ayant pourtant besoin de faire la fête ne parvenait pas à y aspirer pleinement, comme dans ces moments funèbres où l’instinct de vie aurait précisément besoin de se hurler plus fort que d’habitude, mais se contraint d’une retenue, comme si la joie sans frein y revêtait un caractère indécent, dont elle ne devrait pourtant jamais avoir à se parer, tant nul ne sait sans doute mieux que ces femmes et ces hommes debout combien elle est vitale à l’existence.

Avant que les différents artistes et humoristes animent la soirée, un groupe de théâtre, au sein duquel nous retrouvons plusieurs membres de la chorale anarchiste Le Cri Du Peuple [ LIRE ICI ] deux salariés militants de l’usine Ford, Gilles et Jérôme [qui nous avaient accordé un entretien l’an passé  LIRE ICI ], et d’autres camarades, amorçait le spectacle par une lecture théâtrale et chansonnière d’extraits du livre Ford Blanquefort, Même pas mort! C’est à l’initiative d’Isa, de la compagnie de théâtre bordelaise Les Petits Tréteaux, que fut mise en scène cette œuvre collective de plusieurs auteurs, sociologues, humoristes, chanteurs et dessinateurs, dont les droits sont réservés à l’Association de défense des emplois Ford. Une lecture émouvante par les convictions qui s’y expriment bien sûr, mais aussi parce qu’elle porte la parole de vies qui n’ont rien d’anonyme, qui sont celles de nos proches, nos amis, nos copains, en inscrivant la démarche de ses auteurs dans le sillage de celle des intellectuels et des artistes solidaires de la cause ouvrière, et que ce ne sont pas des comédiens professionnels qui l’interprètent. La metteuse en scène, Isa, elle-même artiste – et non moins militante du milieu associatif active auprès de nombreuses causes (entre autres l’élan de solidarité envers les personnes jetées à la rue après l’expulsion de plusieurs squats à Bordeaux les mois précédents), dont les engagements, à l’instar de ceux de ses compagnes et compagnons, s’ancrent dans un sens de concordance et de solidarité des différentes luttes-, amènent ces amateurs, pour certains novices dans l’exercice théâtral, à un degré d’exigence qualitative remarquable, preuve que l’excellence artistique n’est pas l’exclusivité d’un élitisme professionnel. Après la représentation, des membres de la troupe nous retrouvaient en fin de soirée pour parler de toute la noblesse d’un art populaire qui a du sens et du sens qu’ils lui donnent à travers cette pièce.

 

– Bonjour et merci de nous accorder cet entretien après la soirée qu’on vient de passer. Pouvez-vous nous raconter comment est née l’idée de la pièce que vous avez jouée ce soir?

– Marina : Isabelle de l’association Les Petits Tréteaux nous a proposé de faire une lecture d’extraits du livre Ford Blanquefort Même pas morts !, et l’a peu à peu mise en scène.

– Julien : Au départ il ne s’agissait que d’une lecture simple et on s’est un peu tous regardés en chiens de faïence, avec nos textes à lire. Et puis on a commencé à se dire qu’avec une guitare, et puis un cajun, on pourrait arranger les choses en incorporant des morceaux de musique entre les textes, et puis Isabelle a proposé d’intercaler carrément des chansons de lutte.

– Marina : Isabelle a donc composé une mise en scène à partir de ça, et nous avons eu la chance d’avoir Nadia (du groupe La Fiancée du Pirate) pour nous diriger de manière à ne pas chanter trop faux.

 

– Alors ce livre, comment est-il né, dans quel but et par quelles collaborations ?

– Béatrice : En fait la CGT de Ford tenait un canard qui s’appelait « Bonne Nouvelle » dans lequel ils remettaient à leur sauce des dessins humoristiques piqués dans la presse de gauche. Au moment de l’annonce de la fermeture de l’usine, ils ont donc fait appel à certains dessinateurs auteurs de ces dessins, et d’autres qui ont participé exprès pour alimenter le canard. Il y a eu jusqu’à quatre vingt dessins dont de Plantu, de Urbs, Large, etc… Ensuite on a compilé les dessins a fait appel à des auteurs pour réaliser ce livre avec des textes autour : on a contacté Chalandon, Morel, rencontré au salon du livre d’autres auteurs à qui ont demandé au culot s’ils voudraient participer à ce livre. Tous les textes ont été donnés comme ça. Libertalia  est une maison d’édition libertaire qui nous a donné carte blanche et a édité le bouquin, en considérant ça comme un « tract de luxe », l’idée étant de diffuser la lutte et la faire connaitre, sans prendre en considération des histoires de rentabilité ni autre. D’ailleurs les droits d’auteurs de l’ouvrage sont réservés à l’association de défense des emplois Ford. Et puis Isa a lu le bouquin et eu l’idée de la pièce.

– Marina : Donc les textes ont été écrits par des auteurs, des humoristes, des chanteurs, des universitaires. Il y a les Pinçon-Charlot, Sorj Chalandon, Serge Halimi, François Morel, Philippe Blanchet, Guillaume Meurice, Juliette, Didier Super entre autres. C’est un très beau livre avec de superbes textes et des textes qui peuvent parler aux gens, car ils sont extraits de ce que peut vivre quelqu’un qui perd son job. Par exemple il y a un texte qu’on n’a pas lu, mais qui parle d’une paire de chaussures payées au gamin du couple, qui s’use au bout de deux ans et qui ne pourra pas être remplacée, car le père  va être licencié. Ça a l’air tout con, mais c’est précisément le quotidien que plein de gens vivent et qui parle à tous. On peut se mettre à leur place et ça peut peut-être inciter les autres à s’identifier et réfléchir au fait qu’aujourd’hui, ce sont les Ford qui perdent leurs emplois, mais demain ? Il faut que les gens prennent conscience que ça ne va pas s’arranger et que ça va continuer comme ça, parce qu’on est dans un monde où la seule chose qui compte, c’est le pognon. Et comme le disait si bien Sandrine avec les textes de Didier Super, ça coute bien moins cher de fabriquer en Chine ou au Maroc, et que de plus en plus de gens se retrouveront en galère. Et la galère, ça vient vite. Même si tu touches des indemnités, en deux ans, ça part très vite, et quand tu es trop âgé pour te requalifier dans un autre travail que celui que tu sais faire et qui est très spécialisé, car tu as fait toute ta carrière dans la même entreprise – la moyenne d’âge des ouvriers de Ford est de 52 ans -, ou que tu es un salarié qui s’est mis en avant dans les luttes syndicales comme Jérôme, Gilles ou Philippe, tu es mal parti pour retrouver du travail ailleurs. Je suis sure que ce soir il y avait aussi dans le public des gens pas spécialement concernés par la lutte des Ford, qui sont venus pour voir des artistes, et j’espère que chez ces personnes les textes qu’on a dit pourront allumer une petite lumière. Ce qui me touche dans le texte de Marco lu ce soir, c’est quand il dit qu’il ne comprend pas comment ça se fait qu’il est le seul à se révolter et se mettre en avant. C’est ça : tu ne peux pas laisser une personne ou un groupe de personnes te tirer de l’avant et toujours se battre pour toi ; c’est aussi à toi de t’engager. Si on veut se battre et gagner, il faut qu’on soit tous ensemble. Sinon ceux qui tirent les autres pendant deux ans, cinq ans, dix ans, fatiguent, se découragent et laissent tomber. Et puis ils ont tenu dix ans dans le « ça va se faire », et maintenant que les lettres de licenciement sont là, ils sont dans le « c’est fait ». Ils ont tenu dix ans en lutte et demain, il faudra se réveiller sans lutte. J’ai un énorme chagrin pour ces camarades.

– Isa : La réalité est que ce monde du travail est mort. C’est Ford qui s’arrête, mais c’est plein de choses qui s’arrêtent. On est sur la fin d’un système. Le capitalisme nous a amenés dans le mur, et il va falloir qu’on pense à autre chose. Aux Etats Unis, Ford a délocalisé dans des endroits où les salaires leur coutaient moitié moins cher ; Detroit vit sur des ruines. Et Ford n’a pas arrêté de vendre des bagnoles ; ils continuent à en vendre et à faire de la publicité, et il n’y a jamais eu autant de bagnoles.

– Marina : Et il n’y a pas que les gars ; il y a aussi leurs parents, leurs enfants. Ces mecs là ne portent pas que le poids d’avoir perdu leur travail, mais aussi de ne plus être une source de ressources pour leurs enfants, pour leur femme. Comme dans toute entreprise touchée par ça, tu vas avoir une vague de gens qui vont se suicider.

 

– Les textes dits par chacun de vous sont tirés du livre, mais comment s’est décidée leur sélection ?

– Victoria : On a tous eu la liberté de choisir les textes qu’on voulait sélectionner. Lorsqu’on était plusieurs positionnés sur un même texte, on a constitué des binômes.

– Marina : On a du en couper certains, parce qu’il y avait des textes longs et si je n’avais pas coupé le mien, j’aurais pu tenir la scène pendant une demi heure toute seule, mais on a gardé l’essentiel et j’ai essayé de montrer la progression du personnage dans mon choix de passages.

– Victoria : On a pu aussi récupérer des slogans, parce que dans ce bouquin, il n’y a pas que des textes écrits ; il y a aussi des dessins et des slogans.

 

– Qui a déterminé la participation de chacun des membres à votre groupe ?

– Isa : Le bouquin m’a vachement plu et l’idée d’en faire une lecture théâtralisée s’est imposée. J’ai donc donné rendez-vous aux copains des Petits Tréteaux pour ceux qui étaient disponibles, Victoria, Sarah, Nadia, et après on a pensé à proposer de participer à des gens qu’on connait et qui ont suivi la lutte des Ford, donc Marina, Sandrine et Julien qui font partie de la chorale Le cri Du Peuple, et puis Jérôme et Gilles de Ford, et un copain à moi, Patrick, du quartier, qui joue de la guitare, et Béa du collectif Salle des Fêtes aussi. L’idée était de réunir des gens qui ont des affinités, mais aussi des gens qui étaient là d’avant et qui peuvent un peu porter le groupe, parce qu’on fait de l’éducation populaire, donc s’il y a des gens qui ont déjà fait un peu de théâtre, ils arrivent à porter les autres. Il fallait qu’il y ait un lien affinitaire autour de la lutte des Ford. De toute façon, les pièces qu’on monte dans le quartier se font toujours autour de petites rencontres, parce qu’il y a quelque chose d’affinitaire, parce qu’on a envie de raconter une histoire avant. Dans la troupe tout le monde est militant.

 

– La solidarité des luttes est précisément une dimension qui ressort de vos engagements à tous, puisque que nombreux d’entre vous sont syndiqués ou adhérents ou sympathisants libertaires, se sont impliqués assidument cet été dans l’élan de solidarité envers les personnes expulsées de squats à Bordeaux, parmi lesquelles on compte une majorité de demandeurs d’asile, militent et participent à d’autres combats sociaux. L’envie de faire vivre le propos de ce livre s’inscrit-elle dans la volonté d’exprimer le lien intrinsèque qui existe entre tous ces engagements, en trame de fond une conscience de classe populaire?

– Isa : C’est pour cela que ce soir il y a eu cette prise de parole : ce n’est pas parce que je voulais monter sur scène, mais parce que les copains en sortant de scène ont plus de mal à prendre la parole, car ils sont encore dans l’émotion de la pièce, et il fallait dire tous les liens qu’il y a entre les Gilets Jaunes, les victimes de violences policières, Georges Abdallah, les migrants, la lutte des Ford, toutes ces causes là. Cette lutte des salariés de Ford est quand même exemplaire, car il y a très peu de lutte qui ont été menées comme celle là en France à ce jour, ces vingt dernières années : c’est une lutte qui a duré plus de dix ans à batailler pour sauver leurs emplois, et c’est exceptionnel. C’est pour ça qu’on a tenu à la fin à rendre hommage à Gilles et Jérôme, les deux ouvriers qui font parti de la troupe. Parce que ces licenciements font des dégâts collatéraux aussi. Nous sommes ici tous des précaires, des chômeurs, des travailleurs pauvres, certes français, blancs, et cet été nous sommes nombreux à avoir participé à la solidarité avec les migrants, mais mine de rien, il ne faut pas oublier d’où on vient, et que si nous, nous ne sommes pas en forme, on ne pourra pas aider les autres. Et c’est vrai qu’il y a des vagues de personnes qui sont encore plus pauvres que nous qui arrivent. Mais nous sommes, nous aussi, victimes de ce capitalisme. C’est pour ça qu’on a écrit cette dédicace à dire en fin de représentation pour Gilles et Jérôme ; c’était une surprise, car si on leur avait dit avant, ils n’auraient pas voulu être mis en avant. C’est très émotionnel peut-être, mais c’était leur rendre hommage, parce que ces mecs là, ils vont se retrouver au chômage. On en est tous à batailler pour trouver du travail à mille deux cent euros par mois ; ce n’est pas pour pleurnicher, mais on est sur des réalités de vie identiques. Et puis nous sommes tous issus de l’immigration, par des parents polonais, espagnols ou autres. Je suis touchée par cette composante qu’il y avait sur la scène ce soir, de tous ces gens qui sont sur ces diverses luttes dont je parlais. Je ne fais du théâtre que pour ça.

 

– L’affiche de ce concert de soutien était conséquente ce soir, avec plusieurs artistes ayant répondu à l’appel, et encore d’autres qui se sont ajoutés par la suite. On le déplorait tout à l’heure, les temps laissent l’impression de ne plus avoir de prise de position d’artistes célèbres à large audience populaire, comme le fut Jean Ferrat, même s’il y a toujours des artistes alternatifs engagés politiquement, et nous les connaissons, mais qui ne sont pas de ceux qui diffusés par les médias radiophonique et télévisuel. Néanmoins malgré les circonstances peu joyeuses de l’annonce des licenciements, voir ce soir ces artistes désireux de soutenir les copains de Ford et en tous cas se sentant concernés, remontait le moral. Avez-vous échangé avec eux ?

– Marina : Je n’ai pas eu trop de contacts avec eux, à part avec Cali, avec qui il y a eu négociation. Julien peut te le raconter !

– Julien : Quand on est arrivés en fait le régisseur s’est moqué de nous et ne nous a pas pris au sérieux. Nous sommes des amateurs, tu comprends… C’était pendant les balances, et donc la batterie et le matériel avaient déjà été installés et Isa me dit que ça va être compliqué d’installer notre décor, puisqu’il ne restait que deux mètres disponibles sur la scène. On avait les tables, le guéridon, le cajun à mettre ; enfin c’est une pièce de théâtre avant tout. J’ai donc expliqué au régisseur qu’il y avait parmi nous des ouvriers de Ford, que la soirée était pour eux, que sans eux, elle ne se serait pas faite, et qu’il fallait donc nous faire de la place pour jouer. Et on a poussé le matériel pour faire de la place.

– Isa : Je pense qu’ils ont été un peu pris dans la panique d’urgence de dernière minute, parce que plusieurs groupes se sont rajoutés à l’affiche au dernier moment. Et forcément, on arrive, on est des amateurs et ils ne se sont pas rendu compte de la dimension du théâtre.

– Julien : Donc on devait jouer à 19h30, mais à cette heure là, personne n’était encore entré dans la salle ; les gens faisaient la queue dehors. On ne pouvait quand même pas jouer devant personne ! Et le régisseur n’était pas d’accord qu’on retarde l’horaire, avec l’argument que le timing était serré et qu’il ne pouvait quand même pas couper Cali. « Cali ! Tu te rends comptes ? Je ne peux pas lui demander de jouer moins longtemps» me dit-il. Et Cali qui était juste derrière moi avait tout entendu et est intervenu auprès de l’ingénieur pour lui dire qu’on commencerait dans un quart d’heure, quand les gens seraient entrés, peu importe si lui devait raccourcir son concert. C’est vrai que je trouvais ça très méprisant de nous dire de jouer devant personne, juste parce qu’on est des amateurs. Oui, nous sommes des amateurs, mais avant tout c’était une soirée militante en soutien des Ford, pas une soirée artistique du Krakatoa, même si c’est super tous ces artistes venus en soutien.

 

– Dans le public, de nombreuses personnes autour de moi, pour ne pas dire toutes, étaient captivées par votre lecture, et en même temps pleuraient beaucoup et chantaient avec vous lors de l’interprétation de chants de lutte. Avez-vous ressenti sur scène le retour du public ou recueilli des réactions de spectateurs ensuite ?

– Marina : La pièce avait déjà été jouée au Grand Parc, mais ce soir c’était un peu une vraie première fois très émouvante. On voyait les gens en face dans le public pleurer ; il y avait des travailleurs de Ford. Pour moi c’était vraiment une belle aventure humaine. Beaucoup de gens sont venus nous dire combien ils étaient touchés et c’est agréable qu’un texte soit ainsi accueilli, d’autant que ces textes sont vraiment très beaux.

– Victoria : Il y a eu beaucoup de retours d’anonymes. Chaque fois qu’on sortait dehors de la salle, des gens nous interpellaient pour nous remercier, car eux-mêmes ou des membres de leur famille étaient concernés directement. D’ailleurs c’était très difficile d’avoir du répondant face à ces personnes. Tu as les larmes aux yeux et tu restes sur l’émotion.

– Isa : Quand on joue au théâtre, pour moi, que ce soit des amateurs ou des professionnels, c’est pareil : ils doivent être bien en condition et il faut être bien sur scène. Et pour ce faire il faut être bien préparé. Je ne fais pas de différence entre amateurs et professionnels. Je fais de l’éducation populaire, je le dis et le revendique : je pourrais faire jouer un éléphant. Enfin je plaisante bien sur ; c’est complètement con! Je disais ça en référence à un danseur de renom qu’on avait fait venir au Grand Parc et qui aurait fait danser n’importe qui, y compris un éléphant. Le travail de théâtre est draconien, et quand le groupe est sur scène, il y est seul. Et si le groupe sort de scène déçu ou pas bien, c’est hyper traumatisant. Bien sûr il y a des choses dans la vie bien plus violentes. Mais le théâtre est fait pour transcender le quotidien, comme la musique ou la danse, ou n’importe quel support artistique ou culturel. Là dans le groupe, ils ont tous des vies à côté : c’est leur moment de plaisir, fait sur leur temps libre. Donc il faut que ça marche et qu’ils soient bien. C’est quelque chose que je sais organiser, parce que j’ai appris à être animatrice, à faire de la coordination de projets, et je connais donc quelques techniques. Et c’est du travail ; il faut une rigueur et tenir un rythme. Ce soir les gens étaient beaucoup à l’écoute, parce que je pense que vous les avez embarqués dans l’histoire.

– Marina : Et c’est vrai qu’Isa nous a donné super confiance. C’est un joyeux bordel organisé.   

– Nadia : Puis comme on s’entend bien, on a vraiment envie de continuer et de faire d’autres dates avec cette pièce. Et puis la culture est un bon biais pour aborder le militantisme, pas de manière trop militante justement.

 

 

Miren Funke

Photos : artistes divers : Carolyn Caro ; groupe de Théâtre : Miren

 

Liens : facebook de la compagnie Les Petits Tréteaux : clic sur le rideau –>

 

 

 

 

 

Editions Libertalia : c’est là ->

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :