FESTIVAL SALLE/RUE ET VICE/VERSA ║ 29 mai>10 juin

1 Mai

Le 29/05/2017 19:00


█  FESTIVAL POUR UNE DÉSADAPTATION DU TEMPS  █

Festival

Salle/Rue & Vice/Versa

C’est quoi la différence entre les spectacles de rue et les spectacles joués dans une salle ?

Est-ce que les arts de rue, c’est forcément des jongleurs, un grand éléphant en bois, des trapézistes, des clowns ou bien des djembés ? Est-ce qu’il y a une raison pour que l’on baisse les lumières dans une salle de spectacles ? Est-ce que les spectacles de rue, c’est forcément dans la rue ? Est-ce qu’une salle de spectacles, c’est un peu comme un musée ?

Pourquoi on fait des spectacles aujourd’hui ? Pourquoi on va voir des spectacles aujourd’hui ?

Question bonus (pour les amateurs) : Est-ce qu’il serait envisageable de faire de la « variété » au Théâtre de l’Opprimé et du « théâtre forum » au Théâtre des Variétés ?

Afin de contribuer au décollage de quelques petites étiquettes, nous avons invité des spectacles joués habituellement en rue et d’autres en salle. Durant 11 jours, 11 spectacles seront joués une fois dans leur milieu naturel et une fois dans un milieu inhabituel. Et au 12e jour, pour clôturer les festivités, nous vous proposons un co-plateau entre deux artistes qui n’ont radicalement rien en commun : Laurent Viel & Didier Super !

L’éti, l’éti, l’éti l’étiquette

C’est pratique

Economique

Et ça fait pas penser trop loin

L’éti, l’éti, l’éti l’étiquette.

(Jehan Jonas)

Qu’est-ce que le spectacle vivant aujourd’hui ? Qu’est-ce que le théâtre ?

Pourquoi créer un spectacle et pour qui ?

Comment l’appeler ;  « tragédie », « comédie », « café-théâtre »… ?

S’il s’agit d’un « drame » est-ce que cela veut dire que nous ne pouvons pas rire ?

Et s’il s’agit d’un « one man » ou « one woman show » est-ce que cela implique qu’il ne peut y avoir du « drame » ou de la « poésie »?

C’est du facile
Ça va pas loin
C’est trop subtil, hey !
On comprend rien

Est-ce que les « arts de rue », c’est forcément du cirque, de la musique, du théâtre burlesque ou de la musique ?

Est-ce que c’est forcément dans la rue ?

Est-ce que l’endroit où cela se joue donne forcément un « genre » ?

C’est une gonzesse
C’est un gauchiste
C’est la jeunesse
Capitaliste

 Parce exemple : est-ce qu’il serait envisageable de faire de la « variété » au Théâtre de l’Opprimé et du « théâtre forum » au Théâtre des Variétés ?

C’est très catho
C’est très putain
C’est un bravo
Porte Saint-Martin

Ou bien plus largement : est-ce qu’on peut faire du spectacle de rue dans une salle ? Et l’inverse ?

Afin de s’interroger sur la place du spectacle vivant aujourd’hui dans nos vies, nous invitons des spectacles joués en rue et des spectacles joués en salle. Chacun des spectacles sera joué une fois dans son milieu naturel et une fois dans un milieu inhabituel. À la faveur de ces représentations nous organiserons des discussions entre artistes et spectateurs. Pour ce faire nous avons choisi la variété et les qualités humaines et artistiques de leurs propositions. Et c’est peu dire !

Pour résumé (mais cela ne sera pas les us et coutumes durant ce festival, vous l’aurez peut-être compris ?) : du 29 mai au 11 juin 2017 nous tenterons de décoller certaines étiquettes du spectacle vivant !

Parce que…

L’éti, l’éti, l’éti, l’étiquette
C’est pratique
Économique
Et ça fait pas penser trop loin
L’éti, l’éti, l’éti, l’éti, l’étiquette *
  L’équipe des Cabarettistes

_____________ PROGRAMMATION___________

 Prog - elf pompe a fric
Prog - tentative de disparition     Prog - Boobs
Prog - titre provisoire

    Prog - un poète à new york    Prog - stress et paillettes

Prog - pitchfork disney

Prog - cornu soeur soeur     Prog - Loto     Prog - mon toit du monde     Prog - Dialogues d'exiles    Prog - Co-plateau

La collecte pour nous aider à financer ce festival, comment ça fonctionne ?

1 Vous allez sur ce lien https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/festival-salle-rue-et-vice-versa/contributions/new

2 Vous cliquez sur « soutenir ce projet ».

3 Vous tapez le montant souhaité, puis choisissez votre contrepartie (à partir de 50 euros de dons, vous avez le droit à une invitation sur le spectacle de votre choix de la salle/rue)

4  Vous cliquez sur « Validé. »

5 Vous vous connectez, mettez vos renseignements et choisissez un moyen de paiement.

La somme vous sera prélevée qu’à la fin de la collecte.

Pour préparer le 1 er Mai…

29 Avr

Avant le 1 er Mai, il y a le 30 Avril a dit Monsieur de La Palisse, et le 30 Avril, c’est une sorte de veillée d’armes avant d’aller chanter le Mai, cueillir le muguet (au bois d’Chaville?) et ça se passe à l’Alhambra, avec le Jour Ferré, et étant donné les prévisions de tous ordres pour les jours à venir, un bon coup de Ferré, ça peut pas faire de mal…  Dans les prévisions il y a aussi une météo assez chagrine, autre bonne raison de se réchauffer à l’Alhambra…

Et il y a un invité en plus, Jean-Jacques V.   Mystère?  C’est pas une vanne…  private joke…

Au clair de la terre, on ulule…

27 Avr

 Agnès Collet est une sorte d’électron très libre et très indépendant dans sa vie d’artiste ; et depuis des années, ses textes et ses musiques sont toujours très bien accompagnés par des musiciens de haut vol, qui partagent aussi une complicité évidente avec le fond et la forme.. Pour rappel, quelques mots sur son dernier spectacle, au clair de la terre

Agnès Collet, elle, fait le tour du monde, aussi à l’aise dans un style réaliste à la Woody Guthrie que dans un rock burlesque façon Salvador et Vian dans leurs moments de délire musical

Le spectacle d’Agnès Collet, c’est un bras d’honneur aux aléas de la vie rugueuse, un chant d’amour aux pays d’Afrique, un poème de résistance, une élégie fantasque et ironique du paradoxe existentiel, on vit, on meurt, et entre les deux, on fait ce qu’on peut, on chante pour que ce soit supportable. Suite ici,  clic sur la guitare :

Et il y a un projet pour enregistrer un album, en financement participatif, ce sont les derniers jours, et un coup de pouce supplémentaire, ça peut pas faire de mal… Cours-y vite, cours-y vite, c’est comme le bonheur qui est dans le pré, il pourrait filer avant ton arrivée… (Poème souvenir de mon CM2… en un temps que … etc)

Pour info, et action concrète,  voici le lien vers le projet sur Ulule : clic sur la bourse, 

Norbert Gabriel

Pierre Barouh, le documentaire…

26 Avr

 

 

Photos ©NGabriel, à l’Européen 2015

Très belle réalisation, comme si vous faisiez une promenade avec Pierre Barouh qui vous emmène dans ses mondes, avec ce que dit Aurélien Merle, au sujet de Barouh, le talent d’être un ami tout de suite.   On ne saurait mieux résumer l’homme.

Pour sa vie, ce qu’il en dit, c’est comme le parcours d’une rivière, elle va à la mer par des chemins de hasard et de rencontres qui infléchissent son cours, et ça va, ça vient,  saravah toujours, même les années où on a envie de ne rien faire…

Une autre phrase résume très bien son approche de la vie, quand il décrit le Japon, les pieds dans les racines et la tête dans le 22 ème siècle… C’est aussi ça, Pierre Barouh, un éternel orpailleur émerveillé…  Que vous le connaissez bien, ou peu, ce documentaire est sans doute la plus belle invitation à le retrouver, à lire ou lire « les rivières souterraines« ,  à voir ou revoir « ça va ça vient« , à réécouter les albums compilations des années Saravah, et cet art unique,  la chanson pour  exprimer des sentiments très complexes avec des mots très simples…  Démonstration entre autres, avec « à  bicyclette » (la bicyclette sur le dépot Sacem) sur l’importance de la place d’un mot… Vous entrerez comme un ami invité, en Vendée, à la Contrescarpe, sur le scooter de Pierre, ou la barque de l’oncle Léon, sur les chemins d’Hilaire Rocher… avec les chiens les chats, les paons, ne manquent que les poissons apprivoisés…

Pour la suite, voici le communiqué officiel,

Lundi 15 mai 2017 dans QUI SOMMES-NOUS ?

 Pierre Barouh, l’art des rencontres…

Pierre Barouh, grand auteur-compositeur-interprète français nous a quitté en décembre dernier. France 3 lui rend hommage et vous propose de découvrir le portrait de cet artiste dans un documentaire inédit diffusé prochainement sur notre antenne.
Résumé : Pierre Barouh est l’auteur de très nombreuses chansons mais c’est avec celle du film de Claude Lelouch « Un homme et une femme » qu’il accède à la notoriété. Le film le suit en Vendée où, petit enfant juif, il fut caché pendant la guerre. Le bocage vendéen fut aussi pour lui une source d’inspiration pour des chansons comme « La bicyclette » ou « Les ronds dans l’eau ». Nous le suivons jusqu’à Tokyo, un autre de ses ports d’attache, c’est l’anniversaire  des  50 ans de son label, Saravah. Pierre nous confie ses archives filmées, nous raconte Higelin et Fontaine à leurs débuts, Jean-Roger Caussimon, et bien d’autres…

 

Un documentaire à découvrir le lundi 15 mai 2017

après le Grand Soir 3 dans Qui Sommes-nous ?

sur France 3 Pays de la Loire, Bretagne, Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val de Loire, Normandie.

Pour les autres régions, il y  a l’accès par le web…  En direct ou en replay… à vous de voir…

Titre : Pierre Barouh, L’art des rencontres  51′
Genre : documentaire
Fiche Technique : Ecrit et réalisé par Marie-Laure Désidéri et Christian Argentino Coproduction LA HUIT / 24 images / Saravah / France Télévisions – France 3 Pays de la Loire avec la participation de la SACEM et le soutien de la région des Pays de la Loire.
Semaine Diffusion : 20   Date Diffusion : 2017/05/15
Last but not least, il n’est pas envisageable qu’un DVD de ce doc ne soit pas proposé dans quelques mois.
Norbert Gabriel

 

Prévert et Izis

23 Avr

Avant d’être consacré « poète » avec Paroles, Prévert était plutôt un homme lié aux images du cinéma, scénariste à succès, mais polyvalent, il est l’auteur des textes du Groupe Octobre, les activistes du théâtre à l’usine. Il a été aussi auteur de chansons, presque par hasard, grâce au hasard des rencontres, sa «contrebande » réunissait à peu près des représentants de tous les arts.

Jacques Prévert et l’image

Sa bibliographie comprend des albums à quatre mains co-signés avec des amis peintres Picasso, Chagall, Calder, Miro, Ernst et photographes Izis, Brassaï et tout le monde connait ses ballades avec l’ami Doisneau.

En Avril 2017, le Cherche Midi et Jean-Paul Liégeois ont réédités deux albums, dont un introuvable jamais réédité depuis 1951, Grand bal du printemps.

Izis Bidermanas né en Lituanie, immigré à Paris en 1930, résistant en Limousin de 1941 à 1944, est une des figures de la « photo humaniste » aux côtés de Brassaï, Edouard Boubat, Robert Doisneau, Willy Ronis. Il a co-signé trois ouvrages avec Jacques Prévert : Grand bal du Printemps, Charmes de Londres, Le Cirque d’Izis.

Grand Bal du Printemps est une célébration de Paris, chantée en duo par un poète, Prévert, et un photographe, Izis. Un chant d’amour pour une ville. Jacques Prévert a toujours aimé et chanté Paris : il a été et demeure « le poète de Paris ». Cet ouvrage, de 154 pages, enrichi de 62 photos d’Izis sur Paris, en constitue la meilleure preuve. Paris est tout petit / c’est là sa vraie grandeur . Le Paris de Prévert est celui des quartiers populaires, des musiques de rue, des fêtes et de la misère, des enfants en liberté et des « étranges étrangers ». Le Paris de Prévert est une ville humaine, une ville au quotidien, avec ses grands malheurs et ses petits bonheurs. Les photographies d’Izis donnent des visages à cette humanité.

Charmes de Londres, autre promenade dans Londres, plus près  de l’East End, de Leytonstone, ou de White Chapel que des ors de Buckingham Palace, chacun son folklore, même format que Grand bal du printemps, 105 pages, avec l’essentiel des biographies des auteurs. (dans les deux ouvrages)

Quand il est dit « à quatre mains » ce n’est pas une figure de style, les deux auteurs ont construit ensemble ce qui est un récit lyrique en photos et textes, pas une simple illustration avec des photos plus ou moins en situation. Le mot appelle l’image, ou bien c’est l’image qui appelle les mots..

Pour cet album, rien à ajouter à ce qu’a écrit Charlie Chaplin, en 1952, dans une lettre à Izis, il saluait la qualité du rêve et d’aventure, puis ajoutait en 1954:

La combinaison photographie-poème crée une émotion au delà de toute parole.

Il n’y a pas de meilleure conclusion.

Last but not least, cette double page de Charmes de Londres, qui ira droit au cœur de Valérie B. la rédac-chèvre initiatrice de la revue Le Doigt dans l’oeil, qui a raté Picasso dans sa quête des chèvres d’artistes… Et qui était venue à Paris pour une sorte de thèse sur Prévert avant de mal tourner vers la chanson… mais à cause de ce Jacques… (private joke)

Et puisqu’il est question d’images, de Prévert et de livres, voir éventuellement Prévert n’est pas un poète…  Clic sur le collage, 

 

Norbert Gabriel

Les doigts de l’homme, Le coeur des vivants

22 Avr

 

A l’écoute de ce nouvel album, Le cœur des vivants,  il vient deux échos celui de Pagani, avec les gens de nulle part, qui savent faire l’amour à tous les instruments, ou en paraphrasant Aleksandar Petrović,  J‘ai même rencontré des guitares heureuses… *

Tout est d’une finesse et d’une élégance trop rares dans un genre où quelques néo Django n’ont retenu que le swing mitraillette, celui dont Sarane Ferret disait vers 1945,  c’est bien toutes ces notes, mais on n’a pas le temps de voir le paysage.

Avec Les doigts de l’homme, c’est du swing champagne, et du meilleur, des guitares qui chantent avec des voix limpides, suaves, des dentelles de musique pour des paysages à rêver à un bonheur éternel, des notes de cristal le plus fin, rien à voir avec les TGV de la musique speedée, c’est le vol de l’alouette qui est portée par la brise, ou qui plonge à travers les nuages, alternant la grâce et la virtuosité sans en faire une démonstration clinquante, juste la grâce.

L’ajout de percussions mi cajun, mi batterie est particulièrement judicieux avec des couleurs qui flirtent avec l’Orient et ses sortilèges.

Parmi les rares groupes qui ont pris la trace du Quintette du Hot Club de France, très peu ont su s’inspirer, créer, et non dupliquer ad libitum. Les doigts de l’homme font partie du haut du panier, peut-être même au dessus avec ce nouvel album, oubliez ceux qui font des guitares néo Selmer des grattes-ferraille où on entend plus le médiator que la corde sensible, ici tout est musique, écoutez,

Le coeur des vivants

 

et voici leur FB pour dates de concert, et toutes ces sortes de choses, clic sur la guitare, celle de Crolla, ne nous refusons rien…

 

 

« Le Cœur Des Vivants« , nouvel album des Doigts de l’Homme, disponible en vinyle!!!

Avec Olivier Kikteff, Nazim Aliouche, Yannick Alcocer, Tanguy Blum, Benoit Convert
Sortie le 28 avril, partout! Et le 28 avril, rendez-vous à Mozac avec notre correspondante permanente en Auvergne, Danièle Sala, pour le concert du 28,  La Puce à l’Oreille, à Riom.

  • J’ai même rencontré des tziganes heureux, film d’Aleksandar Petrović.

Norbert Gabriel

 

 

Et pour une brève histoire  du jazz manouche, et de guitares, c’est là:

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/une-histoire-de-jazz-francais-les-60035

À NOËLLE TARTIER, AU LIMONAIRE

18 Avr

C’est un de ces lieux mythiques dans le petit monde de la chanson, créé par une passionnée, avec une petite équipe épatante, un bar à vins et chansons où l’artiste est respecté, accueilli, avec un public « responsable »…  Et c’est un artiste interprète qui raconte

17 Avril 2017 ,  par Christian Camerlynck.

Hier après-midi Dimanche de Pâques, Je suis allé au Limonaire.

Besoin d’y partager un verre avec les amis, les saltimbanques de passage, besoin d’échanger, de méditer.

Lolo c’était remis au Bar, Francesca faisait des pâtes dans la cuisine accompagnée au piano à gaz par Nathalie Fortin. l’équipe reconstituée pour quelques heures était là. Le monde arrivait, des que nous n’avions pas revu depuis longtemps, d’autres que nous avions vu la veille.

Il y a quelques jours, Noëlle, Nathalie Fortin et moi étions au nouveau concert de Jean Guidoni et nous y avons passé la soirée. Noëlle était fatiguée mais contente. En la raccompagnant chez elle, nous parlions chansons. J’ai rarement entendu Noëlle parler d’autre chose que de chansons, de poésie, de musique. Depuis quelques jours j’ai eu la grande chance de la voir hors les murs du Limonaire. Elle était spectatrice et pour cause, depuis quelques temps, Le Limonaire fonctionnait au ralenti. (…)

 

Pour la suite, lire ICI ——> clic sur le Limo,  

 

 

Soulableta…

15 Avr

Soulableta…  c’est un nom qui chante, comme les albums vinyles qu’on trouve dans cette boutique qui vient d’ouvrir hier 47 rue Marcadet, Paris 18 ème…  Tout n’est pas tout-à-fait fini, mais, après avoir poussé la porte, fait un rapide tout d’horizon des rayons, bien fournis dans tous les genres musicaux, une ou deux trouvailles assez rares, (en excellent état) et comme on est dans une période très Prévert, voici cet album Zette chante Prévert – 12 chansons mis en musique par Sébastien Maroto – 1975 -disque Jacques Canetti 48.8620, une sorte d’introuvable… Ou qu’on trouve à des prix 5 à 7 fois supérieurs au prix cadeau dont je fus l’heureux bénéficiaire, la chance du débutant, étant le premier client…  Avec d’ailleurs une deuxième chance, que voici,


Après ces petits-grands plaisirs personnels, apprenez qu’il y a des revues, Rock & Folk et leurs comparses, des livres sur la musique, des tourne-disques vintage, tout pour le bonheur des amateurs de son plus affiné que les MP 3 ou 4…

La boutique aux trésors est à quelques encablures du métro Marcadet-Poissonniers, du bus 56, ou 31, même arrêt… Et on peut téléphoner  au maître des lieux, 06 50 78 55 14..

C’est le cadeau de Pâques amis lecteurs qui passez par là, alors heureux ?

Norbert Gabriel

Agnès Collet, Au clair de la terre…

14 Avr

Artiste artisan de sa petite entreprise, Agnès Collet propose régulièrement des spectacles très aboutis, la base étant le talent d’écriture et un sens de la musique qui la relie aux folks singers américains, ces artistes rebelles qui font de leur vie un protest song sans concessions aux facilités des spectacles de consommation courante, ceux qu’on écoute un verre à la main en papotant avec les voisins du bar.

Agnès Collet, elle, fait le tour du monde, aussi à l’aise dans un style réaliste à la Woody Guthrie que dans un rock burlesque façon Salvador et Vian dans leurs moments de délire musical

Le spectacle d’Agnès Collet, c’est un bras d’honneur aux aléas de la vie rugueuse, un chant d’amour aux pays d’Afrique, un poème de résistance, une élégie fantasque et ironique du paradoxe existentiel, on vit, on meurt, et entre les deux, on fait ce qu’on peut, on chante pour que ce soit supportable.

On peut aussi noter qu’on peut avoir une belle vision du monde malgré les yeux qui trahissent parfois. Ce qui rappelle une jolie phrase de quelqu’un qui aurait bien aimé ce genre de spectacle, avec d’excellents musiciens*, Maurice Baquet, devenu aveugle à 75 ou 80 ans « Quand j’ai les yeux ouverts, je vois tout noir, mais quand je ferme les yeux, je vous revois tous en couleurs. » (à Colette Crolla, au sujet de Crolla, Doisneau, Prévert et sa contrebande).

Pour en savoir plus sur Agnès Collet, sa vie , son oeuvre, clic sur le rideau rouge  ———->

*Didier Goret au piano, Nicolas Chelly contrebasse, et Agnès Collet, guitare, ukulélé.

Et pour quelques images de plus…

Norbert Gabriel

Super Jane symphonique

13 Avr

Si vous avez écouté le concert hier soir, sur France Inter, vous savez donc que c’est une merveille, Si vous n’avez pas écouté, vous avez le podscast dispo pendant 6 jours, à vos cassettes, comme disait JC* et bien sûr,  il y a un album, elle est pas belle la vie de la chanson ?

Et merci en passant à Didier Varrod pour cette formidable soirée.

Un extrait de l’album ? Voilà, il est disponible depuis le 24 mars chez tous les bons marchands.

et pour le podscast, clic sur la TSF, et ça chante dans votre maison. 

Mais ça vaut le coup d’ écouter le concert c’est du spectacle VIVANT !

Norbert Gabriel

*JC, Averty, bien sûr…