ONCLE VANIA DE TCHEKHOV

6 Fév

MIS EN SCENE PAR STEPHANE BRAUNSCHWEIG A L’ODEON   

Après avoir monté La Cerisaie en 1992, La Mouette en 2001, Les Trois Soeurs en 2007, l’actuel directeur de l’Odéon Théâtre de l’Europe, Stéphane Braunschweig, renoue avec le théâtre d’Anton Tchekhov en montant Oncle Vania, scènes de la vie à la campagne. Cette pièce s’est jouée pour la première fois au Théâtre d’art de Moscou en 1899.

Stéphane Braunschweig a choisi de travailler avec des comédiens du Théâtre des Nations de Moscou pour se rapprocher encore plus de l’essence et de la langue du théâtre tchekhovien.

La force de Tchekhov réside dans sa capacité à introduire du tragique dans une forme de vie contemporaine, semblable à la nôtre, d’où son côté visionnaire. Héritier du XIXe siècle et à l’orée du XXe siècle, ce théâtre se situe au carrefour de l’Ancien et du Nouveau.Tous les personnages nous apparaissent comme des âmes en peines perdues, se lamentant sur leur situation, bloquées dans un présent trop lourd à supporter. Stéphane Braunschweig a choisi de moderniser les décors en ancrant son action sur une terrasse avec piscine et transats. Tout autour d’eux, une forêt représentée sur une toile qui contraste avec la terrasse en bois. Tout est solitude et désenchantement mêlée d’humour noir : une scène tragique peut être traversée d’un trait comique,
– Elena Andréievna : Quand même il fait beau aujourd’hui… Pas trop chaud...
– Voïnitski : Un temps à se pendre avec plaisir

« Je comprends mieux comment la perte des idéaux peut être une chance pour regarder la réalité en face » Stephane Braunschweig

Oncle Vania est une pièce abordant la question écologique : le personnage d’Astrov revient systématiquement à la question environnementale et du dérèglement climatique. L’homme est mis face à ses responsabilités. L’atmosphère lourde et suffocante dans laquelle évoluent ces personnages fait écho aux paroles d’Astrov à la fin de la pièce quand il regarde la carte de l’Afrique : « Et je parie, dans cette Afrique, là, maintenant, c’est une de ces fournaises- l’horreur ! ». Un dernier avertissement avant qu’il ne soit trop tard…

Avec : Anatoli Béliy,
Elisaveta Boyarskaya  en alternance avec Yulia Peresild,
Nina Gouliaéva  en alternance avec Irina Gordina,
Dmitri Jouravlev,
Nadejda Loumpova,
Evguéni Mironov,
Yulia Peresild,
Ludmila Trochina,
Victor Verjbitski
Mathias Youb

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :