Archive | janvier, 2020

Histoire lamentable de photo de presse …

26 Jan

En préambule une chanson toujours de circonstance

Les crayons de couleurs (Adaptation de la chanson de Bobby Bare « What color is a man « en 1966.

Voici une photo en deux versions l’une est l’originale signée » Associated Press, mais c’est l’autre « cropped out  »  (recadrée)  qui a été diffusée « . Etonnant ?

Associated Press est une agence de presse mondiale et généraliste dont le siège est aux États-Unis. Créée en 1846, c’est l’une des plus anciennes coopératives au monde.

Cette photo a été malencontreusement « cropped out « * recadrée dans sa partie gauche, lors du sommet à Davos 2020 … L’agence a plaidé « une erreur de jugement » ce qui confirme donc que des personnes dans cette agence tripatouillent les photos de leurs reporters sur des critères de « jugement » personnel très particulier … Est-ce que ce monde est sérieux ?

Pour mémoire sur la déontologie de la presse, salut à Willy Ronis, en 1955, il a retiré toutes ses photos de son agence de diffusion, en raison des pratiques habituelles de la presse qui achète des photos, puis les recadre avec des légendes nouvelles, ce qui conduit souvent à montrer le contraire de ce que voulait l’auteur … Avec des revenus amputés, Ronis et  Marie-Anne, sa femme partirent vivre en Provence dans un village presqu’en ruines, où il avait fait le « Nu provençal » en 1949. Ronis reviendra sur le marché  de la photo en 1972 quand un accord sera signé pour le respect du  droit des photographes à être maîtres des légendes sur leurs photos, et si possible du respect des cadrages … Si possible, parce que sur ce plan, tout n’a pas été parfait … Comme des photos de Doisneau en format carré (le 6×6 Rollei) recadrées en format rectangulaire dans les mises en page.

Autre chanson en rapport avec cette actualité,

 

Comme pour Aufray et ses crayons cette chanson a toujours été dans les spectacles de Béart.

Et voici une des dernières versions des Crayons de couleurs,

 

Si tout finit par des chansons, ça se finit pas toujours très bien ...

Dédié à l’Ougandaise Vanessa Nakate.

 

Norbert Gabriel

Mise au point ?

*We regret publishing a photo this morning that cropped out Ugandan climate activist Vanessa Nakate, the only person of color in the photo. As a news organization, we care deeply about accurately representing the world that we cover. We train our journalists to be sensitive to issues of inclusion and omission. We have spoken internally with our journalists and we will learn from this error in judgment.  (Associated Press)

La mort solitaire de Hattie Caroll

25 Jan

The Lonesome Death of Hattie Carroll
ALBUM : « THE TIMES THEY ARE A-CHANGING ».  1964

Dans mes lointaines enfances péri-lyonnaises, il y avait de la musique et des chansons, toute la famille chantait, de Trenet à Verdi ou Puccini, Montand ou l’opérette hispano-marianesque, tout était bon à faire chorus selon l’heure et le lieu. Je suppose que j’ai plus souvent été bercé par « une chanson douce que me chantait ma maman les soirs d’orage dans la maison qui dort » que par Rock around the clock ou le grand air de La Tosca … Mais « Il masolin di fiori » par mémé Tina, c’est vraisemblable.

Toutes les chansons sont autobiographiques, mais c’est surtout l’autobiographie de notre vie. *

Le Grand Perron

Mon goût pour la chanson qui raconte, plus que la chanson à gigoter des pieds ou bouger son cul, est venu de la rencontre entre « Actualités » (d’Albert Vidalie et Stéphane Golmann), et mon environnement familier. 1951 ou 52, la fille du directeur de l’hôpital Jules Courmont, ou Le Grand Perron, est malade, elle a la maladie bleue… On ne sait pas bien ce que c’est, mais ça a l’air inquiétant, étant donné la façon dont les parents en parlent à mots couverts. Vu de nos 10 ans, c’est limite comique, le directeur de l’hôpital, c’est quasi Dieu le père, il donne du travail à plusieurs familles du quartier , c’est le seigneur du château, mon grand père lui fabrique des meubles d’ébénisterie, et on trouve plutôt rigolo que sa petite fille soit bleue. Une schroumphfette avant l’heure ? Les maladies en couleurs, on avait ça dans notre quotidien, la rougeole, la jaunisse, la rubéole, mais le bleu ?

Et puis … et puis voilà que la chanson repeint le tableau en couleurs moins rigolotes,

Un enfant bleu
Dans son berceau de bois blanc
Fermant ses yeux innocents
Meurt tout doux tout doucement…

Déjà, un enfant qui meurt, vu de nos 10 ans, c’est surréaliste, la mort c’est pour les vieux, et en plus, la fille du directeur de l’hôpital, comment envisager ça ? Ce n’était plus la mort de Mimi dans La Bohème, les morts d’opéra ou de cinéma, où on sait que c’est pas pour de vrai, et même quand c’est pour de vrai comme Jeanne d’Arc, c’est pas pareil, Jeanne est éternelle dans sa légende, comme Roland de Roncevaux ou Robin des Bois … Donc, voilà comment le principe de réalité est arrivé dans ma vie avec une chanson. Avec la guitare de Crolla, c’était rare une chanson à la radio en guitare voix … Les mots prennent une dimension de conte fascinant.

Quelques années plus tard, c’est aussi la radio qui m’apporte le negro-spiritual, qui me prend par cœur et par corps comme si j’avais des ancêtres esclaves en Louisiane . Ça ne s’explique pas, c’est entrer de plain pied dans le monde de « La case de l’oncle Tom » mais les couleurs pastels du conte deviennent rouge sang dans un carrousel d’images un peu floues, et puis tout devient concret, cruellement concret avec les premières chansons de Dylan, des chroniques sauvages présentées avec un humour acide, ou un dépouillement terrible, comme « La ballade de Hollis Brown »


* Tirée comme Hollis Brown d’un fait-divers réel, cette chanson est sans doute la plus désespérée de cet album. Elle illustre le racisme ambiant dans le sud des Etats-Unis au début des années soixante, mais aussi un thème récurrent chez Dylan, le peu de confiance accordée aux juges, et aux pouvoirs en place en général.

NB: il est assez fréquent depuis quelques années de gloser ou ricaner sur Aufray et Dylan, mais les faits sont têtus, en 1964, c’est lui  qui fait connaître Dylan en France, même si une ou deux chansons avaient été enregistrées un peu avant par des chanteurs adaptant des tubes américains devenant « une chanson de Richard Anthony » .  Pour le grand public la découverte d’un album entier consacré à Dylan a été une révélation. Et dans ces années de variétés yé-yé, les textes  corrosifs de Dylan donnaient un autre regard sur nos amis ricains… Dernier point, contrairement aux précédents interprètes de Dylan, Hugues Aufray a vécu aux USA, à New-York, où il a connu Peter Paul and Mary, et Bob Dylan  à Greenwich Village. Et pour les adaptations, faites avec Pierre Delanoë, chaque traduction a été validée par Dylan et ses avocats.  Delanoë était réticent en raison de son anglais scolaire, et il demandé à Aufray de travailler avec lui, Aufray maîtrisant mieux le langage populaire américain. Ils ont fait un erreur avec Tambourine man, dans l’argot de New York, c’est le dealer qui vient frapper à la porte. Aufray ne le savait pas, et ils traduisent par,

  • Hey ! Monsieur L’homme orchestre
    Joue moi ta chanson
    J’ai pas sommeil
    Et la vie me mèn’seul’ n’importe ou
    Hey ! Monsieur L’homme orchestre
    Fais chanter mes nuits
    Dans cet’jungle-monnaie
    Emmèn’moi loin d’ici

Hey! Mr. Tambourine man, play a song for me..

La traduction est partie sur l’idée que la musique ouvre des « espaces de rêve »  alors que Dylan évoquait d’autres vecteurs pour ces voyages oniriques. Mais la traduction l’a amusé, et  il l’a validée. Le sujet étant moins sensible que la mort solitaire de Hattie Caroll, l’adaptation a été acceptée, la même chose n’aurait pas été possible pour Hattie Caroll.

Norbert Gabriel

Lise Martin et compagnie

23 Jan

Alissa Wenz, Lise Martin, Daniel Mizrahi, Valentin Vander, Nour, Nicolas Duclos, Lizzie. Photos ©NGabriel

Imaginez ça, vous êtes un old-timer quasi chenu, rôdeur impénitent dans les boîtes à chanson, cabarets, festivals, et autres rendez-vous de musiques cosmopolites, nourri des grandes heures de la chanson qui raconte, celle qui fait jouir l’âme plus que les pieds ou bouger le cul. Nourri aussi des opéras italiens, du jazz de Louis, de Sydney, de Django, du blues de Bessie, des paysages musicaux de Louisiane, le long du Mississippi, ou de la Volga avec les envolées fulminante de Vissotski.. Du spiritual de Mahalia et de la poésie de Paris avec Dimey et Mouloudji… et j’en oublie, dans cette grande famille de troubadours chroniqueurs du monde et de la vie.

D’où la difficulté, souvent, à trouver des pépites en orpaillant au hasard des vadrouilles en quête de ces trois petites notes de musique qui enchantent le quotidien. Eh bien alléluyah, youpi, hosanna, et caetera, Lise Martin vient de faire une synthèse réussie de tout ça. Si c’est pas un des beaux cadeaux de la vie, ça y ressemble beaucoup.

La tonalité générale pourrait se résumer ainsi : «  Lise Martin, chanson francophone enrichie d’harmonies folk élégantes pour ses compositions, interprète, elle fait revivre Marianne Oswald ou Damia en filles d’aujourd’hui. Ses propres chansons cousinent avec les grandes ACI contemporaines, et hasard des rencontres, Old Timer NorGab’ pense à Hélène Martin*, ses ballades jazzy, son timbre de voix entre violoncelle et alto, et la diversité de son répertoire. »

Pour cette soirée Lise avait invité, par ordre d’apparition en scène, Lizzie, Nicolas Duclos, Nour, Valentin Vander et Alissa Wenz. Considérons que la parité était respectée avec Daniel Mizhari, aux guitares… Mais l’impression finale si je résume en deux mots, ce serait Femmes Majuscules,  impression personnelle pour les invitées vues pour la première fois en scène. Et le choix d’avoir deux de leurs chansons plus un duo avec Lise Martin est suffisant pour noter leurs prochains spectacles en rouge dans l’agenda. Ce sera d’autant plus passionnant qu’ils ont tous des projets avec Lise Martin.

Parmi les soirées collectives vues au fil du temps, celle-ci fut un réel enchantement dans une succession fluide menée avec bonne humeur et excellence, aucun temps faible, le temps est suspendu, arrêté, casting parfait, répertoire impeccable, et surprises, la première avec Lizzie et son « Albatros » en fado, Nour avec une approche innovante de la Genèse, Alissa Wenz qui annonce ses « femmes dans la publicité » avec un sens de l’humour entre Devos et Bedos, Valentin Vander et ses drôles d’histoires d’amour qui, soit finissent mal, soit commencent mal, Nicolas Duclos étant entre les deux, avec tendresse, drôlerie, émotion, et pour conclure, il se fait jeter par la bergère Lise dans leur duo… Mésaventures et belles chansons, tout finit bien dans le meilleur des mondes chansonnesques.

En espérant vous avoir mis en appétence, attendez vous à savoir quelques bonnes nouvelles, dont voici un aperçu :

  • Lise Martin est en résidence au FLF , et le 30 janvier, ce sera le concert de sortie de résidence, « Léman sur Seine »
  • Nour vous emmènera en bateau, au sens propre sur le Bateau El Alamein dimanche 16 Février, avec invités voir sur son site,
  • Nicolas Duclos sera le 2 Février au Dimanche chanson
  • Lizzie promène son fado dans Paris,
  • Valentin Vander fêtera la sortie de son album au Café de la Danse, le 28 Février..
  • Alissa Wenz sera le samedi 8 février au FLF – Forum Léo Ferré

Les liens vous précisent tout, suffit de cliquer sur le nom, et vous y êtes.

Lise Martin      Lizzie    Nicolas Duclos   Nour    Valentin Vander    Alissa Wenz

Et bien entendu youtube est à votre service pour écouter quelques unes de leurs chansons. Comme celle-ci,  Lise Martin interprète  Jeu  de massacre, chanson de Henri-Georges Clouzot  et Jean Villard ‎‎(Gilles), musique Maurice Yvain, créée par  Marianne Oswald

et à la suite, Cicatrices de son dernier album, Personna.

 

 

Last but not least, le Café Jazz Montparnasse accueille la chanson tous les lundis, entrée libre, restauration et bar.. Qu’on se le dise ! Prochaine soirée Geneviève Morissette. Le 27 Janvier.

Toute la programmation  Jazz Café Montparnasse,

clic sur le sax –>

Et pour quelques photos de plus, qu’on peut voir en grand en cliquant dessus, voilà cette belle équipe, avec un salut à l’homme du son&lumière Hugo Vincent.

 

Photos ©NGabriel avec les lumières d’Hugo Vincent

Et si vous avez envie de savoir un peu d’Hélène Martin, c’est là:

Norbert Gabriel

Daguerre et Sylvain Reverte en concert à L’Inox (Bordeaux) : entretien avec l’artiste

17 Jan

Samedi 07 décembre dernier, l’association Bordeaux Chanson, qui fidèle à son habitude de proposer au public bordelais un moment d’évasion et d’émotions, continue d’œuvrer avec ses acteurs bénévoles, pour qu’existent et s’expriment les auteurs compositeurs interprètes francophones, recevait au Théâtre l’Inox deux artistes au parcours professionnel et à l’histoire humaine intimement liés, puisque leur amitié se ponctue depuis plusieurs années de collaborations musicales (participation au conte musical « L’enfant-Porte » créé par Yannick Jaulin, et mis en musique par Francis Cabrel et Michel Françoise) : Sylvain Reverte, accompagné de son pianiste et complice Christophe Britz et Olivier Daguerre jouant, lui, avec Michel Françoise aux guitares. Cependant point de duo ce soir là entre les deux hommes, qui se succédaient pour un co-plateau où chacun interpréta ses propres morceaux.

Renversons quelques instants l’ordre chronologique de cette soirée, dont en seconde partie, le concert de Daguerre, accompagné donc de Michel Françoise, fut un moment d’une intensité ensorcelante. J’avais découvert l’artiste en 2005 à Seignosse (Landes), lors d’un concert de Saez, dont il assurait la première partie avec les morceaux de son premier Ep autoproduit « Ici Je ». Je me souviens avoir été d’entrée ébranlée par le magnétisme du personnage, qui m’avait aspirée et sonnée. Une claque, comme on dit (un coup de poing même). Tant et si bien que je m’étais empressée de quitter le concert de Saez avant la fin, pour être sûre de pouvoir acheter l’Ep de Daguerre à sa table de presse. Quatorze années, sept albums, où une poésie écorchée et éblouissante s’enchevêtre à des thématiques souvent graves et lourdes, parfois plus passionnées, pour ensemencer des chansons ciblant au cœur et sans détour les sentiments et les idées, et tant de concerts plus tard, le charisme du chanteur -que nous avions vu l’été dernier au festival Musicalarue avec les Hyènes et Cali [Lire ici]– n’a pas perdu un millième de degré : dès le premier mot prononcé, l’homme habite la chanson, électrise l’atmosphère, et aimante l’attention du public, happée par l’authenticité d’une âme qui interprète avec vérité et à fleur de nerf, sans filtre. Impossible de relâcher l’attention de cette tension que Daguerre a toujours su charger en haut voltage et tenir, comme instinctivement, accrochée aux câbles des émotions qu’elle fait tressaillir. Le concert arpenta des morceaux des derniers albums, «Mandragore », «La Nuit Traversée » et surtout «107218km/h », le dernier en date sorti en mars 2019, bouleversant. Seul ancien titre interprété, « De l’Ivresse » (extrait du « Cœur entre les dents ») improvisa une plage conviviale, où Daguerre invita spontanément une amie présente dans la salle, Kate Beans à venir chanter en duo avec lui.

 

 

Mais moins de deux heures auparavant, c’est Sylvain Reverte qui amorçait l’envolée des émotions avec son « Soleil Rouge » que nous avions découvert dans ce même théâtre de l’Inox trois ans plus tôt [ici]. Torche ardente, qui au grès d’une ascension exhortant nos sens vers un ciel embrasé et aveuglant, nous enflamme de sa beauté intérieure qui en met plein la vue, avant de laisser choir et virevolter en nous quelques milliers d’étincelles incandescentes, ce « Soleil rouge » agrippa le public d’une main de feu, pour le laisser, encore ébloui, s’apaiser doucement à des accords plus légers et des accents moins abrasifs, avec un second titre du même EP (« Soleil Rouge ») « Madame joue », regard ému et attendrissant que l’artiste pose sur la paternité. S’enchainèrent à sa suite d’autres morceaux de ce dernier enregistrement : « Josephine Baker », « Pauvre d’elle », « On levait le poing », ou encore « Les bords de mer ». Les réactions de l’auditoire à l’interprétation de cette dernière chanson, dont j’avoue avoir pensé à l’écoute de l’EP qu’elle constituait peut-être, de par le choix des instrumentations et des arrangements, l’élément faible de l’ensemble, mes gouts personnels ayant plutôt inclinés à imaginer la puissance de dérision du texte habillée dans un costume plus Rock,  m’interpellent. Preuve que l’arbitraire des gouts personnels ne peut prétendre être rien de plus que ce qu’il est -et c’est tant mieux!-, la chanson vécu un moment d’interaction avec un public très participatif, battant le tempo et se laissant charmer par la légèreté sans prétention d’une rythmique en clin d’œil aux variétés des années 80. Un constat s’impose : le morceau fonctionne. Avant de retrouver deux titres du précédent album (« Un homme dans l’ombre »), « Page 48 » et « Rendez-vous » qui clôtura cette première partie de concert par un instant de sidération, trop spontané pour être feint, où durant l’espace de quelques phrases, on perçu la voix de Sylvain Reverte traversée par le spectre de Mano Solo, le public s’entendit offrir quelques titres inédits, dont certains seront probablement de ceux constituant le prochain album en cours d’écriture. L’attention générale se focalisa particulièrement sur l’un d’eux, « Le lac », qui évoque les souvenirs d’un lac aux confins du Lot et Garonne et du Gers, où l’artiste passait sa jeunesse, et dont l’accès est à présent interdit. Mais la chanson raconte en réalité bien  plus. Et si elle bouleverse et atteint autant, c’est qu’elle est de ces morceaux par lesquels certains artistes parviennent, à travers le récit d’une histoire intime, à véhiculer des thématiques très universelles qui concernent et touchent tout le monde, comme le fit en son temps le « Toulouse » de Nougaro : la nostalgie d’un jeune âge à coup sûr, et le regret de l’insouciance avec, la provincialité peut-être, l’amour de la nature aussi, la perte des repères également, et sans doute la disparition de la liberté, de toutes ces petites parcelles de liberté de faire ce qui fut permis et n’est plus autorisé. La chanson marquera certainement un temps fort du prochain album de l’artiste et saura être de celles qui donnent de leur souffle (« Pauvre d’elle »). Quelques heures après la fin du concert, Sylvain Reverte acceptait de nous accorder un peu de temps.

 

– Sylvain bonsoir et merci de nous accorder cet entretien. Il y a quelques années que tu étais venu à Bordeaux, lors de notre première rencontre. Et ce soir, Olivier Daguerre et toi nous avez offert deux beaux concerts. Quelles sont à chaud tes premières impressions ?

 – C’est toujours bien de venir jouer à Bordeaux, car je ne viens pas souvent. La dernière fois que je suis venu, c’était il y a  deux ou trois ans en effet. Et ce qui est intéressant, c’est d’arriver avec de nouvelles choses pour voir la réaction du public et ce qui se passe en live. Et donc je sors de scène rassuré, avec une bonne impression sur les chansons à venir et le nouveau projet. Quant à Olivier, c’est le parrain de ma fille et un ami fidèle. On s’est connu depuis plus de dix ans ; il faisait les premières parties de mon groupe Le Manège Grimaçant. On était signés sur le même label, de Michel Françoise. Ensuite on a appris vraiment à se connaitre lors de la création de « L’enfant-porte », et à s’apprécier. Dès qu’on peut jouer ensemble, on est contents. J’adore le personnage et ce qu’il propose.

 

– La dernière fois que nous t’avions vu en concert, c’était à Agen, en première partie de Romain Humeau[ici], pour la présentation de ton EP « Soleil rouge ». Où t’a mené ta route depuis ?

On a fait des concerts avec Christophe, qui m’accompagne. Ca m’a conforté dans l’idée d’approfondir le travail qu’on a amorcé ensemble. C’est un rythme qui me convient : on se voit de temps en temps pour travailler sur les prochaines compositions ; on prend le temps sans être stressés. On n’a pas d’impératif avec une major ou un label qui nous pousserait à produire. Donc on fait ça au rythme des saisons, tranquillement. C’est un luxe ; mais je n’ai jamais voulu que la musique soit un impératif avec une commande, comme un produit à mettre en rayon. Ca me bloque. Donc le fait de savoir que quelque part personne ne m’attend, et de sortir du bois et arriver comme une  surprise, je trouve ça intéressant.

 

– Dirais-tu que la collaboration avec Christophe se renforce et prend plus de place dans les créations ?

Exactement. J’ai envie de me laisser porter aussi par ce qu’il propose. Il a un univers à côté, puisqu’il a un groupe qui s’appelle Alnoï, avec lequel il est vraiment dans la musique électro-pop anglaise. Et je trouve intéressant de me laisser un peu porter par cet univers, parce que ce qu’il propose me plait, et que donc j’y adhère assez facilement. Je ne suis pas forcément quelqu’un de très malléable en termes de direction artistique, et c’est quelque chose que je travaille depuis un certain temps, parce que je trouve dommage de ne pas profiter des talents des gens qui m’accompagnent. J’étais plutôt du genre à diriger l’opérationnel, et à être complètement frustré, et pas à l’écoute, lorsque ce n’était pas moi qui dirigeait. C’est ce qui s’est passé pendant assez longtemps. Et désormais, j’arrive à me laisser convaincre plus facilement. C’est un risque qu’on prend à deux avec des orientations musicales vers lesquelles je n’étais pas forcément prêt à aller. Et je pense que plus ça va aller, plus je vais me dévêtir de la guitare, la conserver, mais doser différemment les choses, de façon à laisser plus d’espace au texte. C’est ce que je suis en train de faire actuellement : me cibler sur ce que j’ai envie de transmettre et ce que je suis en tant qu’auteur. J’ai envie de viser dans le mile, et c’est la complexité de ce travail là : être en accord avec ce que l’on ressent, ce que l’on veut dire. C’est donc plutôt pas mal que je puisse me concentrer là-dessus, et qu’en deuxième plan Christophe vienne enrober et enjoliver tout ça, et faire des propositions sur les arrangements.

 

– A propos de ces arrangements, les réactions interactives du public ce soir lorsque vous avez joué « Les bords de mer », dont je crois la composition a été particulièrement orientée par ses gouts personnels, m’ont fait réviser le sentiment dubitatif que la chanson m’avait laissé au premier abord. Ce titre recueille-t-il toujours autant l’adhésion du public en concert ?

Oui, ça marche, car elle est assez rythmée, et j’ai l’impression que les gens aiment bien quand ça bouge un peu. Alors j’essaye de penser à ça aussi, et d’alterner. Je sais que c’est un moment un peu libératoire.

 

– Tu as joué ce soir quelques nouvelles chansons. Peux-tu en parler ?

Il y a « De la haut » que j’ai coécrite avec Bruno Garcia, avec qui j’ai fait « L’enfant-porte ». Et ensuite il y a « Le lac », qui pour moi va être le point de départ de la création d’un nouvel album. J’ai d’autres chansons en travaux, mais j’ai fixé la ligne de mire là-dessus. J’ai été plus exigeant avec moi pour l’écriture de « Le lac ». Je me suis aussi plus dénudé, car c’est vraiment mon histoire. Ce n’est pas trop romancé. Et du coup, je tends à ça : aller puiser dans mon existence et mes sentiments de façon à être le plus juste et le plus authentique possible. Ce n’est que comme ça que ça peut marcher pour moi.

 

– Et paradoxalement ce titre qui est vraiment imprégné de ton histoire personnelle semble parler à beaucoup de gens et voué à ce qu’ils se l’approprient. Selon toi, y projettent-ils peut-être une identification avec leur vécu, leurs souvenirs, leurs sentiments propres ?

Oui. D’ailleurs c’est assez marrant, car j’ai joué cette chanson quatre fois, et les gens chaque fois ressortent avec cette chanson en tête et m’en parlent. Ca n’arrive pas souvent. Car ce sont des gens qui ne connaissent pas forcément mon répertoire, ni mon histoire, et cette chanson marque. Alors je me dis que c’est bon signe, et que je dois continuer là dessus.

 

– Y a-t-il donc un nouvel album qui se profile à l’horizon avec ces chansons ?

L’album en projet sera travaillé pour que trois ou quatre titres soient enregistrés courant 2020, et que sorte l’album en 2021. Pour le moment j’ai quatre compositions, et des idées qui arrivent. On va voir ; je ne me mets pas de pression. Il faut dire que j’ai des enfants en bas âge et beaucoup de mal à décrocher de mon rôle de père, qui prend beaucoup d’espace. Ma compagne qui est auteure compositrice, est aussi accaparée que moi. Donc là on vient de finir une petite tournée durant laquelle on a fait une dizaine de dates de septembre à décembre. L’idée est de se poser un peu. Et puis on risque de partir avec l’Alliance française faire des concerts à Dubaï. Partir tourner dans un pays étranger va me permettre de terminer la boucle de l’album « Soleil Rouge », pour partir sur autre chose ensuite. C’est une expérience que j’attends de vivre, le voyage qui va peut-être ouvrir encore d’autres horizons, même si j’arrive très bien à voyager chez moi aussi ; d’ailleurs je me suis mis au piano aussi pour m’ouvrir à d’autres horizons. Je me trouve en fait dans une période de transition.

 

– Continues-tu de participer à l’animation d’ateliers ?

Je continue à fond. J’ai découvert les ateliers d’écriture en hôpital psychiatrique à Angoulême, et ça m’a vraiment marqué d’une façon très positive. J’ai été impressionné de la façon dont j’ai été reçu. Aller dans des lieux où il y a des gens en souffrance et apporter une petite lumière, c’est comme si à un moment donné on brisait leur quotidien monotone et on arrivait pour chambouler ça, l’espace de quelques minutes, pour repartir avec des yeux qui pétillent et des sourires sur les lèvres. Je considère que le premier travail que je dois faire est celui là : marquer les gens sur un temps donné qui va faire qu’ils oublient leurs problèmes et la routine quotidienne. C’était une première expérience. Et la seconde fut dans un centre de détention. On m’avait demandé de faire des trucs très Rock’n’roll, au motif que c’était un public difficile en attente de quelque chose de rempli de testostérone. J’ai pensé que j’allais me faire casser les dents avec mes balades et que ce serait compliqué, et en fait pas du tout : ça a été totalement l’inverse. Certains gars sont enfermés pour de longues peines, et il y a eu du partage et de l’échange autour de mes chansons. Je me sens en vie dans ces moments là. C’est quelque chose que j’affectionne énormément.

 

– Tires-tu peut-être de ces rencontres avec des expériences de vies autres, éloignées de la tienne, une ouverture sur des thématiques nouvelles ?

En fait je n’ai pas franchi le cap d’écrire sur ce que peuvent ressentir les autres. Je reste dans la cible de mon histoire, et c’est peut-être une erreur de ma part. Je n’en sais rien pour l’instant. Mais il y a des choses qui m’ont marqué, et je me demande comment je pourrais être bien placé pour me mettre à leur place ; ça me semble impudique. Je ne sais pas si c’est à moi de le faire. Mais peut-être que d’ici quelques temps, ça viendra. J’ai besoin d’un temps de digestion en fait, car ce sont vraiment des moments très forts, et seul le temps pourra dire si j’accouche d’idées. Bizarrement je préfère me dénuder face aux autres que d’aller dénuder les autres et m’en servir comme vecteurs. Il y a quelque chose qui me gène là dedans.

 

– Une dernière question sur la chanson « Pauvre d’elle » que vous avez jouée ce soir, et qui pour moi, hausse la barre d’un cran, d’un point de vue de la qualité poétique et de la force d’impact du propos. De quelle envie est-elle née ?

C’est  marrant : j’ai fait un atelier de cinq-six jours à Voix du Sud, enfermé avec mes notes sous le regard bienveillant d’un artiste qui me rassure dans la progression de l’écriture. Et à cette période j’avais la chance d’être avec Jean Fauque. J’ai commencé à écrire les premiers vers, avec le style du regard, des yeux, des oreilles et du cœur de Jean Fauque. J’étais alors dans une période assez turbulente, perturbé moi-même, sans savoir si j’avais vraiment un certain talent pour écrire. Il m’a accompagné dans l’écriture et rassuré, en validant chaque fois le fait d’utiliser certains mots, certaines métaphores. Lorsque j’ai eu fini le texte, il m’a dit qu’en fait je n’avais pas besoin de lui. Jean Fauque me dit ça ? Wahou! C’était super. J’étais parti dans l’idée de faire une sorte de déclaration à la France, ou à la liberté, à ce que peut représenter la France pour moi, peut-être pour d’autres aussi, à savoir que c’est juste un bout de terre où des gens vivent, passent, meurent, et que certains se battent pour ce bout de terre, certains autres y font des choses magnifiques, d’autres un peu moins. Ce mot de France évoque beaucoup de choses, et derrière lui, des gens qui sont prêts à mourir, prêts à gouverner, prêts à travailler pour elle, prêts à créer des œuvres, construire des monuments, etc… Le côté patriote est quelque chose qui me questionne, car si on remet les choses à plat, ce n’est qu’un bout de terre. Il y a certainement des choses à défendre, des choses belles et uniques. Je voulais porter mon petit témoignage là dessus. Mais souvent les gens l’écoutent et me disent que c’est sur la liberté. On peut le prendre comme ça effectivement. Du coup ça me convient, car on associe quand même la France à une idée de la liberté, même si c’est compliqué, extrêmement compliqué en ce moment, mais justement il ne faut pas le perdre de vue. 

 

Miren Funke

Photos : Miren

 

 

Liens : Sylvain Reverte : https://www.sylvainreverte.com/concert

Daguerre : http://www.daguerre.mu/

Bordeaux Chanson : http://www.bordeaux-chanson.org/

Festival United Guitars

16 Jan

La vie et ses surprises … On  est amoureux des formes et du teint chaleureux blond vénitien d’une belle et on se prend  une envie d’infidélité avec une hiératique et sombre passante qui vous entrainerait volontiers dans des jeux électrisants déraisonnables quand on est au 5 ème étage , même avec des voisins indulgents. En attendant de passer à l’acte, et au risque d’expulsion une solution possible se présente avec United Guitars. Soyez Jimi ou Clapton le temps d’un rêve

 

Un projet qui s’est concrétisé, avec un Volume 1 double album.

 

united montage 16-01-2020 14-13-49 4504x2537

Photos et graphisme ©Caroline Gogry

  • Guitaristes : Axel Bauer, Julien Bitoun, Fred Chapellier, Pierre Danel, Richard Daudé, Youri De Groote, Fabrice Dutour, Ludovic Egraz, Jean Fontanille, Quentin Godet, Rick Graham, Yvan Guillevic, Gus G., Judge Fredd, Yoann Kempst, Norbert Krief, Xavier Lacombrade, Manu Livertout, Anthony Magro, François « Shanka » Maigret, NeoGeoFanatic, Nym Rhosilir, Saturax, Régis Savigny.
  • Bassiste : François C. Delacoudre
  • Batteurs : Morgan Berthet, Yann Coste
United-Guitars-e1574265106680

Photos et graphisme ©Caroline Gogry

Disponible partout mais surtout chez MistiMusicShop caressez le chat
et la boutique ouvrira. 

Mais ce n’est pas tout, l’évènement se doit d’être fêté avec éclat et ce sera le festival United Guitars à L’Européen les 1 et 2 Février avec expositions de guitares et de matériel de légende, masterclass (dont une de Gus G., collaborateur d’Ozzy Osbourne), conférences en compagnie de Pascal Fillet, ingénieur du son sur l’album culte de Steve Vai Passion and Warfare, et Ivan Cohen, ingénieur et développeur de génie, à l’œuvre sur de véritables trouvailles techniques et technologiques dans le domaine.

 

Pour avoir tous les renseignements utiles, clic sur la 6 cordes,  ,

 

 

 

 

Demandez l’programme ! 

SAMEDI 01/02 – 11H / 17H30 :
SUR LA SCENE :
11h – 13h : unique « Autour de Passion and Warfare » avec PASCAL FILLET (l’ingénieur/confident qui a accompagné Steve Vai durant l’enregistrement en 1990) et le virtuose Youri De Groote qui interprètera sur scène 4 titres phare de cet album monumental.
13h20 – 14h : démo Vola
14h – 17h : Finale du United Guitars Contest : les 10 meilleurs candidats s’affronteront sur scène !
SALLE DE COURS (à l’étage) :
11h – 12h15 : NYM RHOSILIR (improvisation & créativité)
12h30 – 13h45 : SATURAX  (le style de Joe Satriani)
14h – 15h15 : RICHARD DAUDE (Shred’n’jazz)
15h30 – 16h45 : JEAN FONTANILLE (phrasé & improvisation)
DIMANCHE 02/02 – 11H / 23H:
SUR LA SCENE :
11h – 13h : masterclass de Gus G.  (2 h de shred avec l’un des maîtres du metal),
17h30 – 18h30 : concert Soho Riot
19h – 19h30 : concert NZGL
20h – 21h : concert Unite Guitars 1ère partie
21h – 21h30 : entracte
21h30 – 22h30 : concert United Guitars 2ème partie
SALLE DE COURS (à l’étage) :
11h – 13h : conférence Ivan Cohen (« Guitare et modélisation »)
13h30 – 14h45 : masterclass Yvan guillevic (toucher et expressivité)
15h – 16h15 : masterclass Fred Chapellier & Fabrice Dutour (blues rock)
16h30 – 17h45 : masterclass NeoGeoFanatic (technique et efficacité)
 
ET PENDANT TOUT LE WEEK-END :
 
SALLE VIP (à l’étage) :
Espace dédié au test de matériel (hormis pendant les concerts).
 
DANS LE HALL :
– 11h – 17 h ou 23h (selon le jour) : bar et petite restauration
Au fil de la journée, des guitaristes joueront de temps en temps, pour de petites démos…
Norbert Gabriel

Pascale Locquin Rêver encore …

16 Jan

Avis à la population !!

 

aff pascale locquin

Il y a quelques mois l’album a été   présenté, ci-dessous, soyons au rendez-vous du Soleil de la Butte,  Le 2 Février c’est la Chandeleur ou Chant de l’heure ou L’heure de chanter, à vous de voir, et d’entendre Pascale Locquin.

 

C’est comme une chanson qui serait offerte dans une rencontre de hasard, et on découvre une amie de toujours, avec le charme d’un concert presqu’intime.

C’est la simplicité épurée des sentiments, le chant des hommes, disait Nazim Hikmet, le chant des femmes qui traversent les orages et les printemps, vaille que vaille, avec le courage des oiseaux (cf Dominique A) ou la détermination des oiseaux de passage vent debout et sans faillir.

Ça devient cyranesque aujourd’hui de faire des chansons sans les artifices de saison quand les puces électroniques remplacent les musiciens.. Et pourtant, quel charme intemporel ce trio voix guitare accordéon … ça viendrait de Louisiane on s’esbaudirait en dithyrambes éblouis…

Seulement voilà… Pourtant, il me semble que Danièle Messia ou la Mimi de St Julien sont plutôt d’accord avec cette frangine de cœur et de choeur.

Rêver encore, pleurer parfois, chanter toujours, dément songe ?

Vogue la vie sur le fil du temps
Vogue la vie même dans le vent
Le vent soulève le temps d’avant
La vie en fait autant.

Norbert Gabriel

Le FB de Pascale c’est là —>  (et l’album aussi)

.

Troubles, par les filles de Gaïa

11 Jan

Nous sommes faits de l’étoffe de nos rêves, et et notre petite vie est entourée de sommeil. ( Shakespeare.)

Ce fut une soirée hors du commun, en raison des circonstances , nous sommes entrés de plain-pied, dans la quête d’un rêve d’un paradis de lumière qui dérive vers le cauchemar d’un enfer de ténèbres et de frustrations. Avec 3 comédiennes qui ont donné le meilleur pour deux spectateurs.

Revenons sur le contexte et les circonstances, ce soir là, séance est prévue à 18h30 dans une ville où la circulation est totalement bloquée, et c’est à pied en doublant les bus et taxis que j’arrive au Théâtre du Nord Ouest. Celà précisé, c’est étrange de se trouver dans une salle à deux, chacun à un bout du rang, mais c’est extraordinaire de ressentir ce moment comme s’il n’était donné que pour nous, individuellement. Un ressenti peut-être difficile à transmettre, un moment unique de théâtre en ce qui me concerne. Alors, la pièce : Patricia Piazza, auteur et comédienne, s’est inspirée de Diderot, Shakespeare, Bram Stoker, Sheridan Le Fanu pour montrer comment Bertha, jeune fille cherchant un refuge paisible trouve une prison et le désespoir.

Et Dieu dans tout ça ? Une sombre entité qui donne un enfer terrestre pour un paradis hypothétique, une chimère floue promise par des larmes et des frustrations. C’est aussi un kaléïdoscope de troubles et de chaines, que ce dieu de chagrin donne aux femmes enfermées , le cadeau empoisonné par excellence. S’il est amour, ce dieu, c’est envers lui-même, le constat est cruel, réalistement cruel.

Photo DäK

Quels rêves peuvent offrir une échappatoire? Une apparition quasi surnaturelle suggère implicitement:  Vivez heureux aujourd’hui, demain il sera trop tard.  *

C’est grâce à une scénographie fascinante de jeux de lumières et d’ombres que les personnages apparaissent, disparaissent en déplacements quasi suspendus, le lieu, le Théâtre du Nord Ouest se prêtant particulièrement bien à un décor qui peut être un château moyen âgeux presque abandonné, ou un goulag enterré dans des pays où on trouve des volontaires pour maçonner leurs servitudes choisies, dans des cellules ou des oubliettes… Troubles ? Oui, on est troublé par tout ce qu’envoient les trois comédiennes, Patricia Piazza, Clara Beauvois, Charlotte Jouslin, avec Charlotte Piazza assistante à la mise en scène. Merci aux filles de Gaïa, qui ont magnifiquement joué pour un tout petit public, et c’est le 17 janvier à 18 h 30 qu’il faut remplir la salle pour la dernière représentation, et je compte bien y être pour partager ces troubles avec le plus de monde possible.

  • Higelin Ballade de chez Tao.

Pour tout savoir sur la troupe,
c’est là
clic sur le rideau –>

 

 

Pour réserver, c’est  ICI.

 

Et pour quelques photos de plus ,

Un clic sur la photo, et magie, elle grandit!

Norbert Gabriel

Chanter des fois, ça fout l’cafard…

9 Jan

Après trois semaines entières
De bonheur que rien n’altérait
Mon amant dont j’étais si fière
Un triste matin me plaquait
Pour calmer mon âme chagrine
Je résolus en un sursaut
De me piquer à la morphine
Ou de priser de la coco
Mais ça coûte cher tous ces machins
Alors pour fuir mon noir destin

J’ai fumé de l’eucalyptus
Et je m’en vais à la dérive
Fumant comme une locomotive
Avec aux lèvres un rictus
J’ai fumé de l’eucalyptus

Dès lors mon âme torturée
Ne connut plus que d’affreux jours
La rue du désir fut barrée
Par les gravats de notre amour

(Toute ressemblance … etc)

Un jour où l’autre, les cruelles révélations de la réalité vous rattrapent et vous crucifient avec les clous de vos contradictions intimes… (C’est beau comme du Marie Dubas surtout les deux dernières lignes de l’extrait ci-dessus, «  La rue du désir barrée par les gravats de notre amour… » c’est irrésistible. )

Mékesskispassdon ?

Zazie ?? Toi ici ? Quelle surprise ! Chère Zazie, je suis une vieille souche ancrée sur ses certitudes comme une moule à son bouchot, je ne comprends rien à cette nouvelle mode des chanteurs français qui chantent en anglais. Bon, je sais qu’il y a de menues préoccupations comme la faim dans le monde, la fin du pétrole, la fin des haricots, la fin des dinosaures, la fin de l’année, la déforestation de l’Amazonie, la fin possible de la banquise, la fin de droits, la fin du monde qui arrivera un de ces jours, la fin de mois 7 jours par semaine, mais moi, mon truc, mon hobby, ma passion, mon obsession, ma croisade, ma mission sacrée par Ste Anne, St Georges St Jacques, St Pierre Barouh, St Léo, et St Michel, ma mission en ce bas monde c’était la CHANSON ! Pour l’autre monde, on verra plus tard. Figure-toi chère Zazie, que la réalité évoquée plus haut me fait savoir que je dois être un vieux pervers qui va au spectacle de chansons en espérant voir les artistes « se foutre à poil » et ça, parce que je suis un fervent amateur de la chanson, francophone, de préférence.

– Méké méké skecé ksett histoire ?

Alors voilà : une chanteuse française qui chante en anglais a justifié ce choix en arguant que si elle chantait en français, elle aurait l’impression, je cite «  de se foutre à poil… »

Ça m’a fait un choc. Serais-je un libidineux honteux qui ne guette que l’effeuillage de l’artiste devant son micro ? Quand j’écoutais la TSF – oui, quand j’avais ton âge, mes grands parents disaient la TSF pour la radio, ce truc que tu regardes dans ton Iphone – je n’avais pas l’image, mais j’avais l’imagination, et finalement, en vibrant avec Bécaud « mes mains dessinent dans le soir….» je devais déjà avoir l’oeil en coin, pas pour déshabiller Bécaud, bien qu’il fût joli garçon, mais pour mieux apprécier « …la forme d’un espoir qui ressemble à ton corps » je devais déjà être obsédé à 10 ans sans le savoir. Mais j’aurais dû m’en douter, mon intérêt soutenu pour les films avec Ava Gardner, Rita Hayworth, Martine Carol, ou Gina Esmeralda, c’était un signe … ah Gina … Victor Gina-Lollobrigida.jpgavait rêvé Esmeralda, et il n’aurait pas pu rêver mieux que Gina. Et puis elle avait une chèvre très mutine… Mais je digresse, revenons à nos moutons. Et nos chansons. 

Il n’y a pas que les french chanteuses qui m’ont révélé des émotions intenses, je succombais volontiers et à répétition aux charmes musicaux de Mahalia Jackson, de Sidney Bechet, de Louis Armstrong, de Bix Beiderbecke, de Billie Holiday, de Rhiannon Giddens. Qui m’ont transporté dans des mondes de merveilles imaginées ou de drames entr’aperçus dans ces étranges arbres fruitiers du vieux Sud . Et puis Crolla, et Django, avec leurs envolées poético-lyriques de musiciens inspirés, avec leurs mélodies qui racontent quelque chose touchant souvent à l’universel. Et tu vois, Zazie, quand j’entends ces néo-pop-rockers (de Clermont Ferrand) qui babillent en anglais (de Clermont Ferrand) ça ne me fait rien. Ou pas grand chose, ni chaud, ni froid, à peine tiède.

Au mieux, cette jolie ballade folk  (de Clermont-Ferrand) me donne envie de réécouter Peter Paul and Mary, « a tiny sparrow » ou « Puff the Magic Dragon » ou « le déserteur » qu’ils chantaient pendant la guerre du VietNam… Et puis elle était belle Mary Travers… mais la première fois, je n’avais pas l’image, juste les voix. Ces folksingers osaient les chansons de cette poésie rebelle qui se bat sans mégoter ni barguigner, ni torticuler pour faire le top du hit dans le show avec des artifices discutables.

mary t.jpg

Et même en anglais, (de New York City) il se passait quelque chose.

Tu vois Zazie, c’est pas une question de langue, c’est une question d’histoire, ou d’histoires, il y a des chansons qui racontent des histoires, ou une histoire, celle des hommes. Et que ce soit en français, en anglais, en espagnol ou en javanais, c’est ce genre de chanson que j’aime. Une anecdote pour finir, il y a 30 ans je faisais tourner pendant des heures un album de Leonard Cohen, avec une chanson « My gypsy wife » et chaque fois, cette chanson provoquait la même émotion intense, je n’ai jamais cherché à traduire, sauf il y a quelques jours, en rangeant des vieux souvenirs, tu trouves un truc qui en découvre un autre, et un autre, et m’est revenue cette chanson avec ce solo de violon extraordinairement émouvant, et j’ai jeté un oeil sur le texte traduit, c’est en effet une belle histoire très émouvante, mais je n’ai pas eu besoin de la traduction pour le ressentir.

Parce que dans cette chanson Leonard Cohen s’est « foutu à poil » justement.

 

 Norbert Gabriel

Bande son; « Puff the magic dragon »

 

 « My gypsy wife »

(première version) cette chanson est toujours au répertoire de Leonard Cohen. Et autant par son contenu que par la fidélité de l’auteur, cette Gypsy Wife me fait penser à Suzanne, je ne sais s’il y a eu des indications en ce sens?  

 PS : que l’Auvergne n’entre pas en éruption, je n’ai rien contre Clermont-Ferrand, j’aime beaucoup cette région, et ses indigènes, Riom, Mozac, Vialatte, Gergovie, Thiers, et St Paul de Landes et du Cantal, c’est juste le rock anglo-arverne qui m’agace. Et le bal folk de Laroquebrou mérite le détour.

 PS 2 : L’agacement n’étant pas mon état favori, et puis ça finit par gâcher le teint, j’ai pris la résolution ferme de commencer la nouvelle année avec un salut à L’espoir têtu de Serge Utgé-Royo (au sujet de la chanson francophone) et aussi à Henri Courseaux dont la conférence didactique sur la chanson à texte promet quelques bons moments de culture et d’humour…  Ce n’est qu’un début, continuons le débat. Et terminons par un peu de spirituel avec la Bible, mais en version allégée, 

%d blogueurs aiment cette page :