Rencontres Marc Robine, samedi 13 juillet 2019

15 Juil

                             

 

 Nous nous rendons chez les ursiniens, ce samedi, qui sont comme chacun sait les habitants de Saint-Ours-les-Roches, à la salle polyvalente, pour voir tout d’abord le spectacle d’Agnès Doherty : Le braconnier de Dieu, œuvres croisées de Fallet et Brassens. 

 

Agnès Doherty propose des créations en solo, depuis 2005,  après dix ans de contrebasse, et des dizaines de concerts avec divers groupes,  aussi compositrice et interprète de musique pour le théâtre, elle a mis en musique des contes pour enfants, avec son mari Joseph Doherty, comme Bulle ou La voix de l’océan, différents spectacles sur les arbres, Au pied de l’arbre, Au cœur de l’arbre, chroniqué ici–>

 

ou La petite souris et les arbres enchantés, et des spectacles avec contrebasse, croisant Fallet et Brassens. Les vieux de la vieille, le Beaujolais nouveau est arrivé, et celui que nous avons vu ce samedi : Le braconnier de Dieu. 

Quelle belle idée d’unir Georges Brassens et René Fallet, qui étaient les meilleurs amis du monde, en croisant romans de l’un et chansons de l’autre, dans une parfaite harmonie, une belle complicité. Le tout souligné par la belle voix d’Agnès, et et les graves de la contrebasse. Et tout le monde fredonnait les chansons de Brassens avec elle…

Venez, venez, pour écouter des contes encore. C’est l’histoire de Grégoire Quatresous, entré par hasard dans un couvent trappiste, et qui en sort en rencontrant l’amour.  C’est en allant voter Pompidou que frère Grégoire connu le péché ! 

Venez, vous dont l’oeil étincelle
Pour entendre une histoire encor
Approchez: je vous dirai celle
De doña Padilla del Flor
Elle était d’Alanje, où s’entassent
Les collines et les halliers
Enfants, voici des boeufs qui passent
Cachez vos rouges tabliers…

Les sauterelles sautaient dans les prés : 

Un bon petit diable à la fleur de l’âge
La jambe légère et l’œil polisson
Et la bouche pleine de joyeux ramages
Allait à la chasse aux papillons …

Grégoire chez les trappistes ! le problème, c’est qu’il n’aimait pas les curés. On le conserva quand même, mais pourquoi faut il un président à la France ? Pourquoi trinquer avec une bonne bouteille est-il un péché ? Pourquoi ce qui fait du bien est mal ? Je n’irai plus jamais voter ! Et il rencontra Muscade,  Dans l’eau de la claire fontaine, elle se baignait toute nue... Muscade, petite créature du diable ? Je m’suis fait tout p’tit devant une poupée… Et Muscade lui répétait : N’oublie jamais que ce n’est pas mal ce qu’on fait. 

Si le Bon Dieu l’avait voulu – lanturette, lanturlu, – j’aurais connu la
Cléopâtre, et je t’aurais pas connue. J’aurais connu la Cléopâtre,
et je ne t’aurais pas connue. Sans ton amour que j’idolâtre, las !
que fussé-je devenu ? 

Et un jour, il rata l’office ! On peut deviner le sort qui l’attendait : Au village sans prétention, j’ai mauvaise réputation... Et aux accusations d’oeuvre de chair,  de gourmandise, et d’anarchisme qui l’accablèrent, il répondit : 

Si le péché s’appelle Pouilly et Muscade, je vais pécher jusqu’au cou ! Et il partit. La péniche sur laquelle il avait rencontré Muscade n’était plus là, Muscade avait levé l’ancre. Il a fallu qu’elle me quitte, après m’avoir dit grand merci... Grégoire s’en fut trouver refuge chez un copain de jeunesse, Baboulot, et ils arrosèrent tout ça de quelques bonnes bouteilles de Saint-Pourçain : 

Elle est à toi cette chanson
Toi l’auvergnat qui sans façon
M’a donné quatre bouts de bois
Quand dans ma vie il faisait froid … 

Frère Grégoire croyait quand même au ciel, le 7 ème ciel, et pensait : Muscade, elle sera là demain, ou après-demain : Je veux dédier ce poème

A toutes les femmes qu’on aime
Pendant quelques instants secrets
A celles qu’on connait à peine
Qu’un destin différent entraîne

Et qu’on ne retrouve jamais .

Et il avait raison de croire, la preuve, il rencontra Jésus, sur un rocher, Jésus, qui lui assura que changer l’eau en vin et toutes ces balivernes n’étaient plus à la mode, et Muscade ? Tu veux pas que je te fasse les cartes non plus ? Attends là.. Il alla dire à ses amis Dieu existe !

Est-il en notre temps rien de plus odieux
De plus désespérant, que de n’pas croire en Dieu ?
J’voudrais avoir la foi, la foi d’mon charbonnier
Qui est heureux comme un pape et con comme un panier.

Et les compères  décidèrent de fonder une abbaye pour célébrer la sainte bouteille ! 

Grégoire Quatresous retrouvera t-il Muscade ? Qu’advient il de lui et de ses compères ? Vous le saurez si vous avez la chance d’aller voir ce spectacle, ça vaut le coup ! 

Pour en savoir plus sur cette œuvre croisée, et vous donner envie de savoir la suite, c’est là : https://youtu.be/4WLgez12suo .

Le site d’Agnès Doherty, c’est là : http://www.agnesdoherty.com/ 

Après une pizza, ou une salade au Piccola Fata, on revient à 21 h pour Petits crimes conjugaux, une pièce de théâtre d’Eric-Emmanuel Schmitt, par la compagnie Les Eruptifs. Nina Seita est Lisa, Christian de Remacle est Gilles, la mise en scène est de Philippe Chèze.

C’est ça un couple, un long chemin vers la mort qui laisse des cadavres sur la route. Quand vous voyez un couple, demandez-vous qui est l’assassin…

Le couple traverse la salle, imperméables beiges, parapluies et valises dans les mains, pour arriver sur scène, dans une demeure bourgeoise un peu surannée, canapé et fauteuil rouges, des tableaux aux murs, des livres sur les étagères, un lampadaire, un gros bouquet de fleurs au fond…Gilles a été victime d’un mystérieux accident et est devenu amnésique, étranger à lui-même, il questionne sa femme, qui est-il ? Qui est Lisa ? Et si elle mentait ? Il tente de reconstituer son existence, et s’ensuit une joute verbale, un combat pour la recherche de la vérité. Petits crimes conjugaux montre le rôle bénéfique de l’échange. Aussi cruelle soit-elle, ma pièce affirme un réel optimisme. Ce n’est pas l’habitude qui peut appuyer la passion, mais l’intelligence. Eric-Emmanuel Schmitt. 

 

Voilà pour ce samedi, dimanche 14 juillet, un repas-spectacle dans un bistrot de pays : Le Caveau du Fort, dernière journée des Rencontres, avec Simon Goldin, et beaucoup d’autres chanteurs, Emile Sanchis, Agnès Mollon, Gérard Brun, et un peu tout le monde, à suivre…

Danièle Sala

        

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :