Entretien avec HK (Saltimbanks) pour sa pièce de théâtre musicale « Le coeur à l’outrage », à l’occasion du Festival contre le racisme et les stéréotypes

14 Juin

 

Samedi 11 mai, HK (Kaddour Hadadi) , accompagné de complices de son groupe Les Saltimbanks pour une orchestration acoustique, venait présenter, dans le cadre du Festival contre le racisme et les stéréotypes organisé par Solidaire 33 à Cenon près de Bordeaux, la pièce de théâtre musicale « Le cœur à l’outrage » tiré de son roman du même nom. Un second degré de lutte contre les stéréotypes pour l’artiste qu’on a plutôt coutume d’entendre chanter en concert et qui pour l’évènement privilégia ce conte mis en scène et en musique, qui intercale des chansons entre sa narration et les dialogues imaginés entre les personnages de Mohamed et Elsa, incarnés par les comédiens Saïd Zarouri (membre des Saltimbanks) et Mathilde Dupuch. Mohamed et Elsa vivent une histoire d’amour, sont une histoire d’amour, témoins, acteurs et passeurs à la fois du trouble des sentiments, de la confusion d’une époque, d’une société et d’une humanité, et des questionnements éthiques qui s’imposent à elle et à nous dans l’effroi et la sidération de la période contemporaine des évènements de Tunis, des attentats islamistes qui frappèrent Paris entre autres en 2015, mais également des drames liés à la traversée migratoire de la Méditerranée. Les mots ont un sens ; réciproquement le sens possède des mots par lesquels il s’exprime et nous interpelle. Et si c’est d’un vocabulaire accessible et intelligible que HK choisi de faire naitre la poésie, c’est bien pour revendiquer une œuvre s’inscrivant dans la tradition de l’art populaire. Un parti pris comme une philosophie obstinée à bousculer, atteindre et émouvoir le plus grand nombre de cœurs et d’esprits possible, et y semer les graines de la tolérance, de la vigilance des consciences, et de la raison, qui laisse trop souvent sa lucidité être troublée, annihilée même, par l’inconstance des émotions que les pouvoirs politique et médiatique suscitent et manipulent. Entrelacée d’interrogations sociétales et d’enjeux humanistes, l’histoire de Mohamed et Elsa reflète un hommage aux poètes -au premier rang desquels Louis Aragon- qui ont éclairé le chemin où avancent nos pas, tire l’alarme, et engage à leur suite un hymne à l’impossible dont est capable le cœur humain, nous laissant heureux et épris de cette certitude qu’il proclame : « qui croit en l’impossible est destiné à l’incroyable ». Mais c’est encore HK lui-même qui en parlait le mieux au cours d’un entretien accordé avant la représentation.

 

-HK bonjour et merci de nous accorder cet entretien. La pièce que tu viens présenter « Du cœur à l’outrage » est tirée de ton roman éponyme. Peux-tu nous raconter comment l’envie de l’écrire t’es venue ?

C’est le dernier roman que j’ai écrit suite aux attentats du treize novembre. C’est une histoire qui se passe entre 2011 et 2015. On suit un couple de jeunes, entre Paris et Tunis ; donc ça se passe entre la révolution tunisienne et les attentats, avec un gros focus sur l’année 2015, qui est une année qui fait mal avec les attentats de Tunis au mois de mars, le drame au large de Lampedusa au mois d’avril et les attentats du Bataclan à Paris. On suit l’histoire de ces deux personnages qui ont décidé à leur façon de ne pas être spectateurs de leur époque, mais qui en sont acteurs, et se retrouvent toujours d’une manière ou d’une autre au milieu de ces évènements. Il y a une histoire dans l’Histoire, qui est leur histoire d’amour à eux et sert de porte d’entrée sur l’Histoire de cette époque qui est la notre et le questionnement qui se pose à eux comme il se pose à nous en tant que société autour de l’engagement, des formes de l’engagement et de ce qu’il y a derrière. On parle de cette idée de « vivre ensemble ». Je n’aime pas trop ce mot, car comme je le dis souvent on peut vivre ensemble, c’est-à-dire côté à côté, parfois même dos à dos, en se tolérant vaguement et se mettre des cloisons. Mais je parle de cette idée de danser ensemble, d’avoir envie de l’autre tel qu’il est, et de vouloir faire corps avec, et danser sur un pied d’égalité aussi. Il y a donc cet écueil terroriste, l’écueil xénophobe, l’histoire d’Elsa et Mohamed, et ce que dit Elsa dans un de ses propos, que terrorisme et xénophobie vont de pair : quand l’un progresse, l’autre prospère.

 

-Cette image de « danser ensemble » évoque irrépressiblement le clip et la chanson que tu as crée « Ce soir nous irons au bal ». Était-elle animée des mêmes sentiments que ton livre ?

Oui. Elle a été écrite très simplement. Je n’essaye jamais d’écrire en réaction. J’aime bien ce slogan qui venait des surréalistes de mai 68 selon lequel l’action ne doit pas être une réaction, mais une création. Lorsqu’il se passe quelque chose, je n’ai pas l’habitude d’être en réaction et de profiter du buzz. Ce n’est pas ma façon d’être ni celle d’écrire. « Ce soir nous irons au bal » est un texte par lequel je voulais donner ma vision des choses, car il y avait les attentats, et puis la réponse politique d’état d’urgence qui a suivi, cette logique d’enfermement, avec la machine médiatico-politique qui s’emballait comme elle sait si bien le faire en France. Je voulais apporter ma « part de vérité » à moi. J’ai commencé à écrire un texte qui était comme une tribune, et puis je me suis dit que ce que je savais faire c’est écrire des chansons et de la poésie ; donc j’ai écrit cette poésie. Le soir des attentats, nous jouions en région parisienne, dans le 93, et le lendemain nous avions un concert prévu en région parisienne aussi qui a été annulé. J’ai fait parti de ceux avec des copains désobéissants qui ont lancé un appel à se recueillir Place de la République pour dire : « se retrouver, c’est ça l’urgence ». Le dire aujourd’hui, ça parait normal. Mais ce matin là du quatorze novembre, cela nous a valu des critiques et des insultes nous reprochant d’être malades d’appeler les gens à sortir alors que les terroristes n’étaient pas encore arrêtés. C’est là qu’on se rend compte de la folie qui s’empare des esprits, y compris d’amis militants qui n’ont poliment pas répondu à cet appel. Nous, on sentait l’arnaque, en tous cas la mauvaise réponse apportée par les pouvoirs politique et médiatique, et cette logique d’état d’urgence qui commençait à s’installer d’abord pour trois jours, puis trois mois, puis pour durer de façon permanente. On sentait venir ça ; et de fait trois-quatre ans après, on constate bien que c’est ce qui s’est passé. On s’est retrouvés le matin du quatorze novembre à quelques copains à se dire qu’on était en train de se faire avoir sur tous les plans, d’abord par le terrorisme, ensuite par les discours xénophobes qui commençaient à pulluler, et puis par la réponse politique et la peur qui commençait à régner sur la ville, comme c’est dit dans la pièce. On voulait dire qu’il ne fallait surtout pas s’enfermer et partir en vrille devant BFM TV, mais au contraire se réunir, se recueillir, et occuper l’espace public pour ne pas le laisser à la terreur. Le soir même nous étions peut-être deux cent, pas plus, pour répondre à ce mot d’ordre, et ce moment était pour nous symbolique. Alors le lendemain, il y a eu un grand rassemblement, dont on a été un peu les précurseurs ; j’ai alors reçu des messages de gens qui me disaient qu’effectivement nous avions raisons et qu’il ne fallait pas se laisser dominer par la peur. Mais la pression était très forte pour dissuader les gens de sortir ; on nous rendait coupables d’irresponsabilité, car ça obligeait les policiers à veiller à notre sécurité alors qu’ils devaient se mobiliser à la traque des terroristes. Bien sûr dans ces moments là tout le monde a peur ; c’est quelque chose de normal et de logique. L’idée n’était pas de dire qu’on n’avait pas peur. Mais on n’est pas obligés de laisser la peur nous dominer et de la laisser prendre le pas sur tout le reste. On peut se nourrir d’autre chose que la peur, de tout ce qui fait que nous sommes des êtres humains avec des valeurs, des convictions, des idéaux. On voulait partager un moment et affirmer avec force des valeurs. Mais c’était comme si à ce moment là précis, on ne devait penser que par la peur, et qu’elle devait guider la moindre de nos initiatives. Donc on ne devait plus penser. D’une certaine manière, on était presque coupables d’essayer de remettre un peu de raison dans cet emballement là, de vouloir affirmer ensemble ce qu’on veut, ce qu’on cherche et ce en quoi on croit. Donc le lendemain j’ai écrit ce qui ne devait être qu’un poème à la base et qui a donné cette chanson, pour réaffirmer cette idée qu’on allait continuer à sortir et danser ensemble et ne pas laisser ni les terroristes ni les xénophobes gagner et nous faire tomber dans leurs pièges.

 

-Et peux-tu nous raconter l’histoire de la réalisation du clip ?

Quelques jours plus tard une réalisatrice sourde qui s’appelle Sandrine Herman m’a envoyé un message pour m’expliquer comme la communauté sourde avait en quelque sorte subit une double peine, car dans l’emballement, la quasi-totalité des informations n’avait pas été traduite en langage pour non-entendant, et donc eux ne savaient pas ce qui se passait et quelles étaient les consignes ou les appels. Elle me racontait comme eux ont vécu un double traumatisme et me dit son envie de réaliser une création ensemble pour répondre à cela. Donc je lui ai envoyé mon poème, et lui proposant de le mettre moi en musique et elle en images. Et voilà comment sont nés la chanson et le clip. C’est vrai qu’il y a tout un univers et un propos et tellement de choses à dire autour de cette chanson, sur nous en tant qu’individus, en tant que société aussi. J’avais donc envie de raconter tout ça et j’ai écrit ce roman Du cœur à l’outrage, qui a été bien reçu. Et très vite on s’est dit qu’on pourrait mettre ce truc là en scène. C’est vrai que mon écriture est proche de l’oral, et on a fait pas mal de lectures musicales pour la promotion du bouquin dans différents lieux pendant près d’un an. On a vu que ça parlait aux gens, et qu’on y prenait du plaisir, parce que nous sommes entre l’engagement, l’art et la musique, l’univers des mots qui parlent et qui chantent. On a pensé que si on en avait l’opportunité, on le mettrait en scène et l’opportunité s’est présentée, et à fait naitre ce spectacle qu’on tourne en ce moment. Voilà pour la genèse de la pièce.

 

-Lors du premier entretien que tu nous avais accordé, tu nous parlais de Saïd, dont la présence dans Les Saltimbanks dote le groupe de la spécificité d’avoir un comédien en son sein, qui t’avait embarqué dans une aventure théâtrale, puis que tu avais convié à intégrer le groupe pour participer à ton aventure musicale ensuite. Vos deux chemins sont-ils entrelacés et destinés à s’inviter réciproquement ?

C’est ça ! On a bouclé la boucle. Enfin il y aura d’autres aventures communes, mais nous avons là une pièce de théâtre musicale qu’on a vraiment construit à deux et mis en scène ensemble. Et les copains et copines sont venus pour nous accompagner sur scène.

 

-Comment ta participation au festival s’est décidée ?

Il y a quand même une histoire particulière avec ce festival. Ce sont les gens de Solidaire 33 : nous avons une longue histoire commune ; on se retrouve régulièrement pour faire des choses ensemble. On a une vraie convergence de valeurs sur pas mal de choses et ça date de « On lâche rien » avec Sud Solidaire qui nous ouvre son cortège en 2009. On les avait appelés en disant qu’on avait envie d’une manifestation-concert avec un camion. Et depuis on a fait pas mal de choses ensemble. Il y a une équipe particulièrement bien motivée, qui déploie les initiatives et les idées. Donc ils m’ont appelé à la base pour me proposer de jouer en concert lors de ce festival. Je n’avais pas encore repris la tournée des concerts ; en revanche ça me tentait bien de venir jouer cette pièce dans le cadre du festival, parce que justement il y a cette idée dans la pièce de lutter contre les stéréotypes, et aussi dans la démarche : nous, on sait qu’on est légitimes à se trouver sur une scène de théâtre ; on n’a pas besoin de s’en persuader. Mais l’idée de venir non pour un concert comme l’habitude, mais pour une pièce collait avec le thème. On fait de l’art populaire, et dans cet art populaire il y a la musique, mais il y a aussi la poésie, le théâtre, et tant d’autres disciplines artistiques. Les mots, la manière de les dire, de les faire jouer entre eux, pour raconter des histoires de notre époque, qui sont des histoires populaires, des histoires d’engagement, des histoires volontaires, pour nous c’est la même chose. J’adore le théâtre et c’est vrai que souvent on peut avoir tendance à penser que ce n’est pas pour nous, mais pour les autres. Mais surtout pas ! La grande école de la poésie et du théâtre populaire existe de tous temps, et j’aime l’idée de m’inscrire là dedans.

 

-Parles-tu du théâtre « qui n’est pas pour nous » au sens élitiste d’un art accessible à peu?

Oui, dans un sens élitiste. On fait de l’art populaire qui est un art exigeant dans les histoires qu’il raconte, qui ont du sens et son liées à notre époque, contrairement à une forme d’art un peu plus institutionnel ou dans les clous d’un monde déconnecté de notre réalité, et qui peut être d’une futilité affolante. Le propre que je défends et qui nous caractérise dans ce que je fais, c’est parler des histoires de notre temps. On peut être né à Roubaix dans un quartier populaire, et enfant de l’immigration, et considérer être modestement et de façon très lointaine peut-être dans la lignée de gens comme Louis Aragon, Victor Hugo, Jacques Prévert ou tant d’autres, qui ont une autre histoire, un autre parcours, mais qui portaient l’art des mots qui parlent à tous. Faire de la poésie avec des mots que personne n’utilise et ne comprend n’est pas mon idée. J’aime l’idée de créer de belles images, originales, surprenantes, parlantes, qui portent, mais avec des mots simples. Une belle idée est une idée qui peut être exprimée de la façon la plus simple, que tout le monde va pouvoir s’approprier et à laquelle tout le monde va pouvoir s’identifier. Quand tu écoutes Brel, tu vas entendre des mots et même des constructions de phrases parfois qui sont extrêmement simples et qui fabriquent de si belles images! La vision de l’art populaire pour moi, c’est essayer de se hisser ensemble ; pas de partir loin tout seul. Il ne s’agit pas de performance, mais d’histoires racontées, partagées, et ressenties. Embarquer ensemble : c’est ça. Et ce qu’on oublie souvent de dire c’est que l’art populaire peut être exigeant ; ce n’est pas un art « au rabais ». Et l’art élitiste n’est pas une forme d’art au dessus du populaire, mais juste un art qui va parler à peu de gens, car peu de gens auront les codes pour comprendre et faire parti d’un petit cercle où on va se gausser d’avoir pu comprendre ce qu’a voulu dire un génial auteur.

 

-Tu expliquais précédemment les réactions d’incompréhension auxquelles tu t’es heurté juste après les attentats. Penses-tu que le fait qu’aujourd’hui les gens ont sans doute plus de recul permet à ton message de mieux passer, en tout cas d’être entendu sans provoquer de réactions irréfléchies ?

Oui, c’est sûr qu’il y a aujourd’hui un peu plus de place pour la compréhension et la nuance, et l’analyse de la manière dont les attentats ont été utilisés par nos responsables politiques. Quand tu vois la manifestation à Paris pour Charlie Hebdo, avec tous les dictateurs de la planète main dans la main, il est évident qu’on a là une utilisation perverse et cynique d’un drame. Je me souviens de Manuel Valls qui en profitait pour diffuser son idéologie raciste et guerrière, en martelant qu’on était en « guerre ». Ce climat là ne fait pas honneur à la classe politique française. Et comment ne pas céder à la pression médiatique nous matraquant l’idée que l’autre est la potentielle source de tous nos maux, qu’il faut épier ses voisins, mettre des gamins de dix ans en garde à vue, parce qu’ils ont tenus certains propos déplacés ? C’était une défaite de notre société. Le corps enseignant est là pour éduquer et élever nos gamins, enseigner et faire réfléchir. J’espère qu’avec le temps, lorsqu’on reviendra sur les évènements de cette période, on sera capables de reconnaitre à quel point on s’est égarés. Il est clair qu’à ce moment là en 2015, on prêchait en plein désert et les gens n’étaient pas disposés à écouter ce qu’on avait à leur dire. Si on met le climat français de l’époque en parallèle avec la réponse d’Angela Merkel -qui n’est pas une affreuse gauchiste-, suite aux attentats de Berlin, qui disait ne pas vouloir que son pays devienne un état policier et désirer que le peuple affronte cela ensemble, on comprend qu’on a du boulot à faire. Personnellement, c’est à ce moment là que j’ai jeté ma télé, et depuis je vis beaucoup mieux. Le climat anxiogène draine toujours un peu la même logique de faire peur au citoyen pour qu’il s’en remette à un sauveur suprême. Ca ne s’est pas arrangé au niveau de la classe politique ; il suffit de voir les évènements du 1er mai et cette histoire de soi-disant attaque d’un hôpital, et la caution officielle des bavures policières. Quand on est élu du peuple, on est là pour protéger tous les citoyens et pas n’importe quelle corporation de façon indéfectible et aveugle. C’est nous, citoyens, qui armons les policiers pour qu’ils nous défendent, pas pour qu’ils nous tirent dessus ou nous matraquent et se sentent autorisés à tous les excès possibles et imaginables, parce que dans tous les cas ils seront couverts par leur hiérarchie, leur ministre, leur président. On va où comme ça ? Si à un moment donné, on ne se réveille pas, on va à la dictature. Nous essayons de jouer ce rôle de sonneurs d’alerte, mais on se sent parfois seuls, en tous cas marginalisés et tricards. On œuvre pour le bien commun, mais en se battant contre les institutions, contre nos dirigeants, qui ne se rendent pas compte à quel point ils sont en train de faire basculer toute notre société vers quelque chose de grave, si on n’y prend pas garde. Ce n’est jamais consciemment qu’une société bascule d’une démocratie à un régime pré-fasciste ou ultra-sécuritaire. J’essaye de faire attention aux mots que j’utilise, car nous n’y sommes pas encore. Mais de jour en jour, d’évènement en évènement, de mobilisation en répression, de privation de liberté en privation de liberté, de collusion entre intérêts privés et dirigeants publiques, on file un mauvais coton. Il y a des jours où on perçoit de petites lueurs de changement, et d’autre où c’est plus compliqué.

 

-L’art populaire tel que tu le défends, c’est-à-dire alternatif, ne se heurte-t-il pas cependant à un paradoxe qui est de vouloir s’adresser au plus grand nombre et en même temps de ne pouvoir l’atteindre faute de soutien médiatique ?

Notre problème, en tant qu’artiste dans cette époque, est que l’art populaire qu’on veut faire vivre est un art qui se développe dans l’ombre. Nous vivons une époque de médias de masse, guidés par des logiques de collusion, de rentabilité économique, de perte de sens, du « temps de cerveau disponible ». C’est logique que de tels gens n’invitent pas des personnes comme moi. Donc le problème, c’est qu’on fait de l’art populaire, mais qui n’est pas de façon évidente accessible, ce qui est bien un paradoxe. Malheureusement pour beaucoup de gens l’accès à la culture se fait via les grands médias qui leur disent quoi écouter, quoi regarder et quoi lire. De fait ce que l’on fait demande plus de temps à être connu que le disque d’un artiste qu’on impose sur TF1 ou Skyrock. Des gens nous découvrent encore, après quinze ans de carrière. On est des artisans au sens propre du terme, et notre art populaire est un artisanat artistique en fait. Je suis fils de marchand de fruits et légumes, et je faisais le marché avec le paternel à côté de chez moi quand j’étais petit : et j’ai l’impression aujourd’hui de faire à ma façon avec ma musique, mes bouquins et mes pièces de théâtre, un peu la même chose. J’ai été au tout début de ma carrière invité dans des grands médias ; à cette époque là, il y avait encore sur des médias radiophoniques nationaux quelques émissions comme « La bas si j’y suis » ou « Sous les étoiles exactement » sur France Inter qui donnaient la parole aux artistes alternatifs. J’ai vu deux mondes se séparer peu à peu. On s’est construit une notoriété ; on a monté nos associations et petit à petit, ça a été un vrai choix assumé d’opter pour un fonctionnement alternatif, car c’est ce que l’on est, sachant qu’on risquait de toucher moins de gens, de mettre plus de temps et de percevoir moins d’argent, mais qu’au moins on serait libres. On peut construire des choses solides dans l’alternatif, mais ça prend plus de temps. Ceci dit on a notre histoire à nous que nous avons construite et j’ai beaucoup de sérénité et de tranquillité aujourd’hui pour en parler, car nous avons réussit. Mais il n’y a plus de pont aujourd’hui entre le monde alternatif et celui des médias de masse. Notre pari -ou notre souhait- en tous cas aujourd’hui est que ce monde alternatif va finir par s’agglomérer et constituer une communauté ou un projet de société autonome, et que dans cette sphère là se retrouveront des artistes alternatifs, des journalistes alternatifs, des modes de consommation alternatifs, des repères et des moyens de distribution alternatifs. Jusqu’à maintenant nos albums ont été distribués à la FNAC ou autre. Maintenant on cherche par exemple à trouver une solution alternative au commerce du disque pour la question de la distribution des albums, et qui fonctionne. Notre dernier album live a été financé via une contribution sur Ulule ; ce n’est pas une plateforme très alternative, donc on va en changer. Mais ce système de prévente de disque peut commencer déjà à esquisser une forme de lien de vente directe. On tâtonne, on essaye et je reste persuadé que d’ici cinq ou dix ans les artistes alternatifs auront trouvé un circuit de distribution alternatif et que les gens qui font parti de cet univers là sauront où, quand et comment se procurer de façon très simple leurs disques, et même participer à leur production. Ça va être une communauté alternative où on se nourri les uns les autres, et ça commence déjà à se concrétiser. Heureusement il y a des gens qui sont un peu obstiné et ne se laissent pas dicter leur pensée. Parce que cela, c’est la logique Macron, d’affirmer que le monde moderne c’est lui, et qu’il est la seule alternative au racisme et à la xénophobie, ce qui est un foutage de gueule total quand tu vois le nombre de lois liberticides votées et la répression des manifestations en cours. Nous ne sommes pas prévus dans le grand scénario. Mais de notre côté plein de choses se développent ; le tout est d’avoir conscience que ça prend du temps. Si on n’arrive pas agglomérer cette communauté, les artistes alternatifs n’émergeront pas. Nous n’émergeons et n’existons que parce qu’il y a des gens prêts à écouter et renvoyer quelque chose, et s’engager par leurs pratiques au quotidien, dans ce qu’ils vivent, ce qu’ils mangent, ce qu’ils écoutent, ce qu’ils lisent.

 

 

Miren Funke

Photos : Miren Funke

Liens : http://www.saltimbanks.fr/

https://www.facebook.com/hksaltimbanks/

https://www.bluelineproductions.info/spectacles/hk-le-coeur-a-loutrage

 

2 Réponses vers “Entretien avec HK (Saltimbanks) pour sa pièce de théâtre musicale « Le coeur à l’outrage », à l’occasion du Festival contre le racisme et les stéréotypes”

  1. Danièle Sala juin 14, 2019 à 9 h 01 min #

    Lu et approuvé sans restriction.

    J'aime

Trackbacks/Pingbacks

  1. Festival Musicalarue 2019 : entretien avec HK (Saltimbank) | le blog du doigt dans l'oeil - septembre 29, 2019

    […] de Palmer à Cenon (33) où il était venu présenter sa pièce « Le coeur à l’outrage » [Lire ici] acceptait de nous accorder un nouvel entretien pour parler de sa participation à Musicalarue, de […]

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :