Brassens leçon d’écriture…

27 Août

Ce sera la conclusion de cette trilogie, après La leçon de musique, et Brassens international, voici la leçon d’écriture, qui montre 40 ans plus tard que cette séquence était prophétique.

Et explique pourquoi Georges Brassens a été traduit avec bonheur plus de 200 langues, dans tous les pays du monde…

 

 

 

Par Robert Mallet, recteur de l’Université de Paris, sur les textes de Georges Brassens dans Le Grand Echiquier Brassens du 6 Mars 1974.

 

La leçon de musique, c’est là,

Clic sur la guitare —>

 

 

 

 

Norbert Gabriel

Publicités

9 Réponses to “Brassens leçon d’écriture…”

  1. Danièle Sala août 28, 2018 à 10 h 57 min #

    Oui pour le côté Verlaine, Laforgue et Appolinaire, mais le répertoire de Brassens est tellement riche que chacun peut y trouver ce qu’il veut. Moi j’aime bien aussi son côté Couté, son côté terrien, authentique, universel, amoureux de la vie et de la nature. Le nostalgique de son arbre : « Mais toi, tu manques à l’appel
    Ma vieille branche de campagne
    Mon seul arbre de Noël
    Mon mât de cocagne… »
    La nostalgie qui ramène Ulysse au  » pays des vertes années », sa compassion pour le  » Petit cheval » de Paul Fort, sa tendresse pour l’auvergnat qui lui a donné le pain le miel et le bois, sans le juger, pour le  » Pauvre Martin » :
     » Avec une bêche à l’épaule,
    Avec, à la lèvre, un doux chant,
    Avec, à la lèvre, un doux chant,
    Avec, à l’âme, un grand courage,
    Il s’en allait trimer aux champs!

    Pauvre Martin, pauvre misère, »
    pour la pauvre Hélène et ses sabots crottés, ou  » Angèle la tourangelle ». ou encore quelques bergères :
    « Malgré le règne des machines
    Dans certains villages cachés
    Un vieil ânon courbe l’échine
    En grimpant les sentiers perchés.
    Et dans les prés sur l’herbe verte
    Le voyageur fait tout à coup
    La plus heureuse découverte :
    Une bergère aux yeux très doux… »
    Le Brassens qui nous emmène sur  » Ce petit chemin… qui sent la noisette,
    Ce petit chemin… n’a ni queue ni tête
    On le voit
    Qui fait trois
    Petits tours dans les bois
    Puis il part
    Au hasard
    En flânant comme un lézard…
    C’est le rendez-vous de tous les insectes
    Les oiseaux pour nous, y donnent leurs fêtes
    Les lapins nous invitent
    Souris-moi, courons vite
    Ne crains rien
    Prends ma main
    Dans ce petit chemin. » .
    Sans renier tout le reste du répertoire de Brassens, j’ai un faible pour cette humanité profonde, pour cette mauvaise herbe là, pas celle qu’on rumine, pas celle qu’on met en gerbe, mais celle qui pousse dans les jardins en liberté :
     » Je suis d’la mauvaise herbe,
    Brave gens, brave gens,
    Je pousse en liberté
    Dans les jardins mal fréquentés! » .

    J'aime

  2. delormepierre1951 août 29, 2018 à 13 h 25 min #

    Charles Trenet entraînant bien sûr… mais ces deux extraits ne sont-ils pas dignes des plus grands poètes?

    « Je n’ai jamais su dire
    Pourquoi j’étais distrait.
    Je n’ai pas su sourire
    A tel ou tel attrait.
    J’étais seul sur les routes
    Sans dire ni oui ni non.
    Mon âme s’est dissoute.
    Poussière était mon nom. » (La Folle Complainte)

    « Fidèle, fidèle pourquoi rester fidèle
    Quand tout change et s’en va sans regrets
    Quand on est seul debout sur la pass’relle
    Devant tel ou tel monde qui disparaît
    Quand on regarde tous les bateaux qui sombrent
    Emportant les choses qu’on espérait
    Quand on sait bien que l’on n’est plus qu’une ombre
    Fidèle à d’autres ombres à jamais. » (Fidèle)

    J'aime

    • Danièle Sala août 29, 2018 à 13 h 56 min #

      J’aime beaucoup Trenet, mais je trouve que Les chansons de Brassens résistent mieux au temps. Trenet l’a dit lui-même :
      « Brassens m’aimait beaucoup, étant donné que j’étais le chanteur de sa jeunesse. Mais, dieu merci, il ne s’est pas inspiré de ce que j’ai fait. Il a fait autre chose, une œuvre qui résiste au temps. Parce que, justement, il n’a pas sacrifié à la mode. Il l’a créée. » Charles Trenet [« Il n’y a plus de chansons… » (Propos recueillis par J. Théfaine) – Chorus (Les Cahiers de la chanson N°28, juillet-août-septembre 1999]

      J'aime

      • delormepierre1951 août 29, 2018 à 16 h 19 min #

        Le sujet est la qualité poétique et, à mon avis, les strophes que j’ai recopiées résistent tout aussi bien (sinon mieux) que certaines chansons de Brassens. Le problème est que Trenet est généralement mal connu des amateurs de chanson,qui l’évoquent rarement, pourtant dans ses chansons « entraînantes » et à la musique légère, se cachent des vers d’une profondeur et d’une beauté que n’auraient pas renier de grands poètes.
        Quant à savoir qui résistera le mieux au temps, nous n’aurons pas la chance de le savoir, hélas! 🙂 . Pour le moment La mer ou Que reste-t-il de nos amours, résistent aussi bien que Chanson pour l’Auvergnat ou Les Copains d’abord… Et Trenet est bien modeste dans son propos, car il a créé une mode, lui aussi, et surtout il a ouvert une brèche dans laquelle les Brel, Brassens et consorts se sont engouffrés. Il y a un avant et un après Trenet. Et n’oublions pas que ce genre d’extrait d’émission de télévision a déjà quarante ans ou plus… C’est un témoignage davantage qu’une leçon, à mon avis ! 🙂

        J'aime

  3. Danièle Sala août 29, 2018 à 17 h 40 min #

    Bien sûr les chansons de Charles Trenet sont éternelles, tout comme celles de Brassens, j’ai juste l’impression que celles de Brassens sont plus « toujours d’actualité ». Et Brassens a chanté beaucoup de poètes, de Villon à Aragon. Trenet n’a chanté que ses chansons je crois ?

    J'aime

    • PierreADSA septembre 1, 2018 à 18 h 11 min #

      Le plus grand chansonnier de XIX° siècle était Béranger (Pierre-Jean) aussi célèbre à l’époque qu’Hugo et Lamartine. Qui se souvient et connaît ses chansons aujourd’hui ?

      J'aime

  4. delormepierre1951 août 30, 2018 à 8 h 08 min #

    Trenet a chanté Chanson d’automne (Verlaine).

    J'aime

  5. PierreADSA septembre 1, 2018 à 18 h 04 min #

    Robert Mallet est surtout connu pour sa fameuse série d’émissions à la radio avec Paul Léautaud dans les années 50. Aucun doute, il avait bien rencontré Léautaud, lui…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :