Auvergne-Québec avec Richard Trépanier

17 Avr

Photos Danièle Sala

L’association Auvergne Québec / Francophonie, membre actif de la fédération France-Québec, qui a pour but de développer l’amitié et les liens entre les deux pays, multiplie les projets de rapprochement, échange de jeunes dans le cadre de l’inter-municipalités, participation d’un jeune dessinateur de BD sélectionné par Auvergne-Québec au concours des Franco-bulles, un prix littéraire, et la fameuse dictée francophone, les lauréats auvergnats ont été récompensés ce samedi 7 avril après-midi, après l’assemblée générale qui s’est tenue à la salle des fêtes de Saint-Hippolyte, sous la présidence d’Edith André :

Nos racines communes induisent une solidarité spécifique avec le peuple québécois. Forts d’une langue en partage, de valeurs communes et d’approches similaires, Français et Québécois sont au coude à coude pour répondre aux défis actuels, en particulier la diversité culturelle.

Et pour la seconde année consécutive, c’est le chansonnier québécois Richard Trépanier qui est venu nous enchanter de ses propres chansons, de quelques unes des plus belles chansons québécoises, répertoire mêlé de chansons françaises. C’est avec celle d’Yves Duteil qu’il commence son tour de chant : La langue de chez nous.

Elle a jeté des ponts par-dessus l’Atlantique /  Elle a quitté son nid pour un autre terroir / Et comme une hirondelle au printemps des musiques /  Elle revient nous chanter ses peines et ses espoirs.

Répertoire masculin franco-québecois,  où Félix Leclerc revient plusieurs fois, avec l’Hymne au printemps :

Les bourgeons sortent de la mort  /  Papillons ont des manteaux d’or / Près du ruisseau sont alignées les fées / Et les crapauds chantent la liberté.

La complainte d’un phoque en Alaska, Moi mes souliers, Le petit bonheur,  etc. .. Mais aussi Jean-Pierre Ferland, Gilles Vigneault, Robert Charlebois, Raymond Lévesque, Claude Léveillée et d’autres, moins connus, comme Claude Gauthier Le grand six pieds :

Je suis de nationalité canadienne-française / Et ces billots j’ les ai coupés / À la sueur de mes deux pieds / Dans la terre glaise / Et voulez-vous pas m’embêter / Avec vos mesures à l’anglaise.

Ou Georges Dor. Jacques Michel : Amène-toi chez-nous : Amène-toi chez nous / La vérité m’échappe / Je saurais t’écouter / Je ne sais pas grand-chose / Mais peut-être qu’à mille / Nous saurons la trouver.

Ou encore Tex Lecor, avec cette chanson qui exprime le mal de vivre des ruraux qui sont obligés d’aller à la ville pour travailler : Le frigidaire,

J’suis naufragé en ville chez une bande d’inconnus  / Rosalie t’es tranquille, pis tu chantonnes même plus / J’travaille pour pas grand chose, on vieillit comme des fleurs / Nos seuls bouquets de roses, c’est les lettres du facteur.

Et une chanson traditionnelle québécoise : Le rêve du diable : Le réel du sirop d’érable, accompagné par la présidente de Berry-Québec, Michèle Blayac sur la «  planche à pied », planche qui vient de loin dans la musique traditionnelle de l’Amérique francophone,  sur laquelle on tape du pied pour rythmer les chansons, on appelle ça aujourd’hui la podorythmie, un peu ce que Thierry Chazelle a transformé en «  tapadonf » perfectionné. Michèle Blayac qui nous a raconté l’histoire de cette planche de bois, et quand les anglais interdisaient aux québécois d’aller danser dans les rues, ils restaient assis chez eux, fenêtres ouvertes, et faisaient un boucan d’enfer avec leurs pieds sur cette planche.

Entre deux interprétations de chanteurs québécois, ou français, La Bohème d’Aznavour, ou même Que je t’aime de Johnny Hallyday, Richard Trépanier nous chante aussi ses chansons à lui avec sa guitare, son harmonica, sa voix harmonieuse, et une diction parfaite, en nous racontant ses débuts dans les années 80, dans les boites à chansons, comme Les 2 Pierrots ou Le bistrot à Jojo à Montréal, et les quelques 7000 kilomètres qu’il parcourt de ville en ville chaque printemps en France. Chansons réunies dans un album : Le passage de l’an 2000.

Chansons inspirées par le Québec : De l’Anse St-Jean à Dolbeau / De Tadoussac à Gateneau / J’ai promené mes chansons / De ville en ville / Dans les bars et les bistrots / En passant par les Deux Pierrots / J’ai traîné ma guitare / Jusqu’aux îles.

Par l’amitié : De passage, à mon ami Jean-François : Toi t’as tellement les idées claires / Ce qui te sauvera c’est ta foi / Continue de te battre mon frère / Tu verras tu y arriveras / Continue de lutter mon frère / On sera tous derrière toi.

L’amour : Tout cet amour qui dort tranquille / A vivre chacun sur une île / Balayée par les grands vents / Les relations sont bien fragiles / La vie de couple pas toujours facile / L’amour comme la vie, ça s’apprend.

La nature : Le cri de la terre : La terre finira par pleurer / Les larmes de ses pôles dégelés / Et inondera l’humanité / Il sera trop tard d’y penser / La chance ne sera pas de notre côté / Comme l’avait eu le père Noé.

La solitude : Seul dans la ville : Et on court tous les jours / Sans trop savoir pourquoi / On se perd on se cache / Chacun au fond de soi.

Les saisons de la vie : Et puis la vie suivra son cours / En emportant jour après jour / Ces beaux moments qu’on voit s’enfuir…

L’inquiétude face aux violences du monde d’aujourd’hui et à la puissance de l’argent : Le passager de l’an 2000 : Y’a que l’argent qui compte aujourd’hui / Sur cette boule engourdie / Faudrait réinventer la vie / Faudrait recommencer la vie…

Tout le monde a repris les refrains en choeur, un après-midi chaleureux et amical, où nous avons dégusté des produits québécois, et je suis repartie avec les deux albums de Richard Trépanier, Le passager de l’an 2000, et Le Québec en chansons.

L’association Auvergne-Québec a invité Geneviève Morissette, qui sera au théâtre de Châtel-Guyon les 15 et 16 juin prochains, et Diane Tell le 11 juillet et Richard Trépanier sera à l’Arthé café le 24 mai à 20 h 30.

 

Danièle Sala

https://fr-fr.facebook.com/public/Richard-Trépanier

https://auvergnequebec.jimdo.com/

https://fr-fr.facebook.com/public/Edith-Andre

http://arthe-cafe.com/

Et pour quelques images de plus …

 

 

   

 

 

Publicités

Une Réponse to “Auvergne-Québec avec Richard Trépanier”

  1. Danièle Sala avril 19, 2018 à 13 h 48 min #

    Quelques précisions apportées par Edith André, merci à elle. Tout d’abord, Richard Trépanier ne sera pas à l’Arthé café le 24 mai prochain, mais dans le Berry.
    Ensuite, Diane Tell sera au théâtre de Châtel-Guyon le 11 juillet, et Geneviève Morissette le 15 juin au Casino de Châtel-Guyon : https://l.facebook.com/l.php?u=https%3A%2F%2Fcdn.fbsbx.com%2Fv%2Ft59.2708-21%2F30199166_10210148269855533_7549478051579428864_n.pdf%2Faffichette.pdf%3F_nc_cat%3D0%26oh%3D6196f1b2ee5f9314ba065368d310e971%26oe%3D5ADAD878%26dl%3D1&h=ATPcf8VsHfCYI5q25hlrropdyEqxKsPaJ0zRQY6lCZaM1lrffDcssiDKg87reavBnD_zktH1l4KhQkZDuHWONdkcAoq-jYO_l1gx6mYY3g1YPOl045TYtziTVm05bNFVbw&s=1.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :