Archive | 18 h 47 min

La première guitare d’Higelin…

15 Avr

Guitare  Antoine Di Mauro, sur le modèle Chorus 1940 de son père Joseph Di Mauro. Bouche en coeur, chevalet court, et cordier « Selmer ». (Ne pas confondre avec les guitares faites par Joseph Di Mauro fils, le frère cadet d’Antoine)

C’est une guitare du luthier Antoine Di Mauro, deuxième fils de Joseph Di Mauro, un des luthiers d’origine italienne qui a suivi les traces de Mario Maccaferri, l’inventeur de  la guitare qui a donné un élan décisif au jazz français, avec le Quintette du Hot Club de France, et ses deux héros, Django Reinhardt et Stéphane Grappelli. (Par ordre alphabétique)

En 1959, Henri Crolla se rend sur le tournage d’un film dont il doit faire la musique, entre autres pour une chanson écrite par Prévert, chantée Marie Laforêt dans le film.  Là il rencontre un jeune comédien, Jacques Higelin, qui a quelques notions de guitare, sans plus… La sympathie est immédiate, et après le tournage Jacques s’installe chez les Crolla. Quelques mois décisifs dans la vie et la carrière du jeune homme qui va s’orienter vers la chanson sur les conseils amicaux de Crolla, son père spirituel… Les leçons de musique et de guitare  vont provoquer la rencontre avec Moustaki, en 62-63, Moustaki croise ce jeune musicien et  sa guitare..  « Mais tu joues comme Crolla…  »  et Jacques accompagnera Jo en scène plusieurs mois, ici, c’est pour la télévision..

 

Cette guitare a une histoire assez extraordinaire.  Dans les années 68-70, Higelin vit plus ou moins dans un fourgon-camping car sommaire, et un jour, le fourgon est cambriolé, et la guitare volée. Quelques années plus tard, dans une des aventures voyageuses avec Saravah, il est attendu en Provence dans un village à moitié abandonné, où la petite troupe occupe (ou squatte? ) une ancienne ferme…  Et en arrivant dans le hameau, sur une espèce de bric à brac décharge, il voit une guitare, sa guitare…   Qu’il identifiera sans équivoque, grâce à un bricolage qu’il avait fait pour réparer une des mécaniques endommagée. La guitare n’a pas trop souffert de ces péripéties, la mécanique remplacée, elle est restée dans l’état, telle qu’on peut la voir dans le film sur Henri Crolla réalisé par Nino Bizzari   pour la RAÏ Uno en 2002. Une séquence rencontre avec Patrick Saussois chez Colette Crolla montre entre autres, Higelin  faisant la pompe manouche quand Saussois joue  « Sweet Georgia Brown ». Ce  que dit Patrick Saussois dans la discussion,

La guitare de Crolla, c’est une guitare qui chante, qui raconte des histoires..  avec simplicité, sensibilité, subtilité..  Sous une apparente facilité on constate ensuite que c’est très fin et très abouti.

Jacques Higelin raconte ensuite un souvenir quand Henri lui expliquait comment il avait rencontré un noir américain qui lui avait joué un blues d’anthologie sur 3 notes…  C’était ça les leçons de musique de Crolla, pas d’esbrouffe, pas de clinquant, mais une épure qui va l’essentiel de l’âme de la musique.

Dans ces extraits ci dessous,  quelques moments de rencontres induites par Crolla, et des notes de musique, celle de la guitare d’Henri Crolla…

Extraits du film, tourné en 2002 pour un format initial de 51 mn, et au final ce fut 90 mn.

 

Début chez Colette,

 

Le bonheur est pour demain (avec Jo  et la voix de Crolla )

 

Pour en savoir plus sur Crolla si ça vous dit, la fiche wiki est assez complète et vérifiée, malgré l’avertissement qui dit que cet article ne cite pas ses sources. En effet Wiki se réfère aux sources écrites, et publiées, or la majorité de ce qui est dans cette fiche vient de rencontres -enregistrées-  avec les témoins vivants entre 1995 et 2002. Il est arrivé qu’une bonne partie de cette fiche ait été reprise sur des sites divers, parfois avec des erreurs, lesquelles erreurs deviennent des « références » ensuite …  Ubuesque… Je certifie donc les données de cette fiche, ayant réalisé et conservé tous les enregistrements, et ayant été avec Sophie-Louve Tournel, assistant-documentariste-régisseur-intendant-entremetteur  sur ce film …

Wiki c’est là,clic sur la guitare –>

 

 

 

Norbert Gabriel

Et pour finir, une vidéo des héros de cette histoire,

hqdefault

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :