Archive | 15 h 51 min

Juliette, j’aime pas la chanson…

1 Mar

La procrastination est un art de vivre qui demande un peu d’organisation pour que ce soit vraiment vivable, bien planifier ce qui peut attendre demain, après demain, le mois prochain et l’an prochain, chaque étape étant susceptible de renouvellement ad libitum. Mais faut pas exagérer non plus*..

Chère Juliette,

J’ai suivi avec bénéfice votre conseil procrastinesque, en remettant de demain en lendemain cette lettre, pour trouver les bons mots, pour en dire assez sans en dire trop.

Mais, ayant eu l’imprudence d’écouter aussi l’album dont il est l’entrée, l’entrée du salon, ou du jardin secret, car j’ai entendu votre invitation, finissez donc d’entrer, – on dit ça aussi en région d’Auvergne-Forez- me voilà dans les douze tableaux de votre petit musée amimusical… Et subséquemment, dans l’exercice épistolaire du compliment garanti sincère et sans courtisanerie.

Tableaux sensibles, picaresques, acidulés, le verbe et la note sont subtilement décomplexés, tendrement alliés, comme dans cet Aller sans retour, quand on l’a entendu une fois, on l’aime pour toujours**, c’était peut-être dans une foule sentimentale il y a quelques mois… On y entrevoit quelques privates jokes, La lettre à Elise et Le gai laboureur, – Soeur Anne c’est pour vous?- des dédicaces, Danièle M. et des échos familiers aux radioteurs assidus, et des cartes postales folko-sociologiques de Perpignan et Montauban. C’est éducatif.

On y entend dans la cuisine quelqu’une qui s’époumonne « J’aime pas la chanson », passons donc au salon, où un piano lassé de jouer tout seul vous a fait chanter, c’est une bonne idée, et je remercie ce piano pour cette bonne idée… Dans ces chansons presque confidences, j’aime beaucoup qu’on puisse voir le monde comme dans un rêve quand on quitte ses lunettes; qu’elles soient réelles ou pas, on devrait tous un jour ou l’autre quitter ses lunettes oeillères, au moins le temps de quelques chansons.

Merci encore pour cette belle palette en piano solo, avec musiciens.

Avec mes hommages respectueux,

Norbert Gabriel

Amis lecteurs, l’album étant disponible depuis le 9 Février, ne procrastinez pas davantage, ce serait dommage pour vous.

Un aperçu du titre phare?  Voilà,

Pour suivre la route baladine de Juliette c’est là,

Clic sur le piano—>

  • *selon un certain François M.
  • ** selon un certain Richard D.

 

Pour mémoire un des très grands moments de scène qui tutoie le grandiose..

%d blogueurs aiment cette page :