Archive | 1 h 42 min

Xavier Merlet aux ACP…

17 Fév

 Caustique, et tendre, narquois et souriant, vous avez toutes les bonnes raisons d’aller écouter Xavier Merlet quand il passera près de chez vous… C’était aux ACP à Paris début Février… Et garanti AOC, m’sieurs dames !

AOC  c’est ça, l’album d’une une sorte de voltigeur du verbe et de la note qui fait danser des fables acidulées, un chansonniste incisif et narquois, sans en faire des caisses dans l’emphatique pompeux ou intellichiant pour dispenser la bonne parole, les mots sont là, les musiques balladines et swingantes, et le tout vous éveille les neurones au cas où ils se seraient laissés engourdir par les discours frelatés des pinocchios de la politicom’ formatée. Lui c’est plutôt Figaro, l’insolent, le rebelle subtil qui lance ses banderilles verbales et à la fin de l’envoi, Cyrano souriant, il touche. On imagine le trait du fleuret qui trace un X comme le Z de Zorro.

Photos NGabriel2018

Et on retrouve en scène les promesses de l’album. En scène, il est en compagnie des 3 guitares de Marc Brébion, les deux compères ajoutent parfois une scénographie en forme de ballet très zen, une sorte de haïku visuel, avec des impromptus qui font de chaque spectacle un moment unique d’improvisation. On pourrait dire bien des choses, broder et décrire, mais décrire c’est détruire… Sachez que dans cette ballade avec Xavier Merlet et Marc Brébion vous suivrez un parcours avec des pleins et des déliés, comme avec l’écriture cursive à la plume Sergent Major, et l’encre violette qui avait des petits cristaux étoilés… Que les moins de 60 ans ne peuvent pas connaître. Néanmoins quand Xavier Merlet vous offrira ses ballades, vous les verrez les petites étoiles obstinées qui refusent de s’éteindre, et qui vous envoient leur signal scintillant des années lumières après leur mort. Comme pour vous dire : Notre force s’arrête là où notre peur commence*.

Et, mon enfant, «  Si tu vois un jour ta liberté se perdre, je t’autorise, à dire “Bordel de merde… » (AOC)

  • *attribué aux suffragettes.

Pour suivre les chemins AOC , clic →

 

Norbert Gabriel

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :