Archive | 23 h 43 min

e.pok, et Ignatus au Café de la Danse..

7 Fév

Photos NGabriel 2018

Dès les premières notes, le public pressent qu’il va vivre un moment de spectacle rare, un de ceux qui laissent dans la mémoire un patchwork d’émotions qui ricochent dans tous les registres.

Est-ce une parabole, un opéra entre hier et demain, une fable ou un conte, un panorama des légendes, un récit du futur, un tableau en clair-obscur, une nostalgie des paradis perdus, c’est un moment hors du temps.

Le spectacle est conduit par un personnage conteur chanteur qui glisse sur la scène comme une ombre parfois, devant un carrousel d’images mi surréalistes mi fantastiques, dans une fluidité que les applaudissements hésitent parfois à interrompre, on est subjugué, entre fascination et émerveillement… Ne pas casser le charme, ne pas troubler le sortilège, et ressentir que les voisines ou voisins de fauteuil sont dans la même perception de ce charme, ce soir il n’y a plus d’inconnus , mais des amis qui viennent de se réunir pour une fête intime et publique,

Je suis la musique forte, je suis la danse alcoolisée,

Je suis le rire facile, je suis la drague démonstrative

Je suis la vie la folie je suis le bonheur…

Bien sur, tout n’est pas couleur bonheur, la vie n’est pas toujours une folie qui se danse, mais quand même malgré tout ,

Dans la barbe de Dieu chacun de nous voit

Quelle que soit son histoire, ce qu’il a envie de voir.

Pour prolonger cet état de grâce, il y a un album, en vente libre, qui a eu une ribambelle de louanges dans toute la presse qui a le bon goût d’écouter les albums, et d’en parler avec des mots justes, vous lirez tout ça ici, clic sur l’image -> 

Rien à ajouter, sinon que 2017 a donné le concert de l’année avec BabX à la Cigale pour « Ascensions »  et 2018 vient d’avoir son concert de l’année avec « e.pok » au Café de la Danse.

Un écho d’ Ascensions  l’album? C’est là, clic sur la  photo à La Cigale,

Photo NGabriel 2017

 

Norbert Gabriel

Ma cantate à Barbara, Anne Peko

7 Fév

Cette chronique a été publiée il y a 3 ans lors de la création, sur un site où elle n’est plus disponible. Le spectacle est de retour, donc la revoici, c’était au Lucernaire en 2014. 

Cette Cantate à Barbara est une véritable intégrale en spectacle. Anne Peko fait vivre toutes les facettes de Barbara, femme plurielle, l’amoureuse, la malicieuse, la mystérieuse, la délurée, ce qu’on oublie souvent à cause de l’étiquette estampillée « chanteuse de minuit-dame brune hiératique ». Barbara a aussi été l’auteur de « Madame » un texte qui aurait ravi Bernard Dimey au sommet de sa verve truculente pour peindre une de ces maisons accueillantes aux messieurs en goguette. Anne Peko nous emmène dans les sentiers sinueux de ce parcours qui évite la ligne droite et les clichés convenus. Et c’est plutôt en dame rouge qu’elle éclaire les pages de ce cahier de musique, mis en scène avec finesse, avec des tableaux changeants, personnalisés, colorés et animés, pour accorder les images et les ambiances aux sensibilités des chansons. Au fil du spectacle, Pierre-Michel Sivadier et rejoint par le violon de Jean-Lou Descamps, puis la guitare de Serge Sala (dans un joli duo « La dame brune »… salut Moustaki) dans des décors musicaux qui ponctuent avec sobriété les étapes du voyage dans le pays d’une femme qui chante. Il y a eu pas mal de spectacles en hommage à Barbara, très peu ont réussi ce panorama complet dans la richesse et la diversité de son œuvre, dans les portraits tendres ou picaresques. Il faut pour cela le talent d’une comédienne qui sait entrer dans les personnages au delà de l’interprétariat, et la voix pour mettre en majesté ces personnages. Anne Peko est une de ces comédiennes-interprètes oeuvrant avec excellence pour faire vivre les riches heures de la chanson.

Norbert Gabriel

Au Théâtre des Variétés  du jeudi au samedi à 19h, le dimanche à 17h

Le site d’Anne Peko, c’est là clic sur la photo–>  

 

Et pour quelques image de plus,

 

Photos NGabriel 2014 Le Lucernaire.

 

 

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :