Sortie de « Soleil Rouge » de Sylvain Reverte

18 Déc

 

 Je n’avais jamais vu un soleil aussi rouge  : les mots amorcent le premier extrait du nouvel enregistrement de Sylvain Reverte, un EP de 7 titres, éponyme de la chanson « Soleil Rouge ». Personnellement je n’avais jamais entendu une chanson aussi belle, depuis le premier concert de l’artiste lot-et-garonnais, déjà accompagné de son pianiste et complice Christophe Britz (co-compositeur de plusieurs titres avec qui il réalise cet enregistrement), auquel j’assistais fin 2016 au théâtre l’Inox à Bordeaux. Les arrangements en sont sensiblement les mêmes que sur la maquette qu’il me remit alors, mais aucun mal à cela. Bien au contraire, tant l’intensité émotionnelle qui accompagne l’ascension de la chanson vers une envolée extatique y était déjà parfaitement palpable, pour nous rapprocher graduellement de l’incandescence de ce soleil, jusqu’à se brûler dedans. Puis le disque entame une redescente en douceur dans la poésie du quotidien avec le titre « Madame Joue » qui effleure d’un regard tendre et enjôlé le thème de la paternité. Le souffle coupé respire à nouveau et les poumons se remplissent de fraîcheur, avant que ne succèdent les titres 3 suivants « Atlantique Nord », « Joséphine » à la légèreté toute voulzienne, et « Sur les Bords de Mer », qui donnent à l’enregistrement le visage d’une alternance subtile et vivifiante de morceaux intenses et tendus avec d’autres moins graves et plus épurés et délicats, en quelque sorte de titres ensorceleurs et d’autres enchanteurs. Le seul bémol à mon enthousiasme concernerait le choix des arrangements de la chanson « Les Bords de Mer », qui laisse un petit gout de « dommage ». J’imaginerais l’humour du texte, fort bien écrit du reste, porté avec plus de vigueur et de hargne par une ossature rock, aux sonorités plus lourdes et au rythme plus  violent. Mais le parti-pris de l’artiste (des artistes, le titre étant co-composé par Christophe Briz) pour une instrumentalisation coquette et orientée comme un clin d’œil aux variétés des années 80 se justifie sans doute aussi. Après tout, l’originalité d’une chanson ne tient-elle pas aussi à la contre-évidence et la capacité de proposer des idées qui surprennent ?

« Pauvre d’Elle » s’impose sur le disque en avant-dernier. Je me souviens avoir qualifié cette chanson de « géode » parmi les pierres précieuses qu’un artiste peut semer le long de la route, lors du concert que Sylvain Reverte donna à l’Adem Florifa à Agen le 11 février, tant son interprétation était investie et habitée, et révélait un potentiel charismatique du chanteur que je n’avais jusqu’alors soupçonné et entrevu que comme une armure encore un peu trop grande pour lui. Loin de réviser mon point de vue, sa présence sur l’enregistrement l’accentue, sans doute aussi du fait que cette chanson aventure une écriture plutôt habituée à inspecter des terrains intimes et des scènes du quotidien, visiter des histoires personnelles et s’engouffrer dans des failles introspectives vers le propos politique. J’entendais soudain des résonances de Léo Ferré, Hubert-Félix Thiéfaine ou encore Alain Bashung dans le choix du verbe et le sens de la métaphore, qui accompagnaient une proposition nouvelle. On s’étonne à peine de savoir que Sylvain Reverte a travaillé en atelier d’écriture avec Jean Fauque. La chanson a de l’allure, de la gueule, et possède l’essence de celles appelées à une destinée à part, pourvu qu’elle jouisse de la longévité qu’elle mérite. L’album se clôture sur la chanson « Comme un Défi », hommage à la mémoire à raviver, aux idéaux d’une jeunesse où « on levait le poing » et à la résurgence des espoirs. Le titre, qui entremêle, un peu comme chez Cyril Mokaiesh, sentiments relatifs à une histoire intime et considérations philosophico-politiques, est amené comme un aboutissement du disque par une disposition assez logique et efficace des morceaux.

 

Miren Funke

Photos : Miren Funke

Pour commande du EP : site : https://www.sylvainreverte.com/

facebook : https://www.facebook.com/revertesylvain/

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :