Rencontres Marc Robine 2017. Troisième jour.

14 Juil

Ça se passait à Manchester

Ça aurait pu se passer ailleurs

Car tous les bars se ressemblent

Comme des orphelinats…

 

La chanson de Marc Robine, ce jeudi soir, ce fut  » Manchester »

Et c’est une jolie blonde, aux nattes tressées autour de la tête, des yeux couleur du Rhin, un  sourire  généreux, qui en dit long sur la façon dont elle va provoquer le public,  court vêtue, en robe noire et or, et souliers bleus qui se met au piano, entourée de ses deux compères, musiciens comédiens, Charlie Marty et  Maxime Kerzanet : La pétillante alsacienne Léopoldine HH.

       Elle attaque par une chanson de Colette Magny:  » Frappe ton coeur »:

Tchekhov, Musset, Jésus-christ, Dostoïevski

 On ne peut rien comprendre en ce monde

Qu’est-ce que la vie ? Qu’est-ce qu’une carotte ?

 Une carotte est une carotte

Et on ne sait rien d’autre...

Léopoldine éventail DSC08111

Photos Martine Fargeix

Léopoldine HH n’est pas seulement chanteuse, c’est un spectacle vivant à elle toute seule, une voix de diva d’opéra bouffe, à l’aise dans tous les registres, qui peut se faire douce ou vertigineuse,  une mise en scène déjantée, et entre deux borborygmes, des textes de toute beauté, comme   » Mon camarade », ou  » Un garçon blessé » (extrait de l’album « Blumen im Topf « )

Un garçon blessé, plein de timidité

S’arrange à la lueur de l’éprouver,

Comme un cœur à prendre, à chavirer,

Ou à laisser.

Un soir d’été où il se laisse aller,

Je le vois qui tangue à se briser,

Et tandis que le spleen le submergeait,

il chantait…

Léopoldine HH n’est pas l’auteur de ses textes, compositrice interprète, entourée de multiples instruments de musique, mini harpe, piano, ukulélé, clavier, et même une boite à meuh !  Elle choisit ses auteurs parmi ses écrivains, poètes préférés, Gilles Granouillet,  Gwenaëlle Aubry, Roland Topor,( Zozo lala), ou encore Olivier Cadiot.

Inclassable, surprenante, créative, elle arrive même à faire chanter le public en alsacien,  et les trois complices finissent leur show en maillot de bain pour la chanson :  » Je suis toute nue » !

Rappelons enfin qu’elle est Prix Moustaki 2017*, ayant raflé le prix du public, et celui du jury. Et aussi Prix Talent d’Avenir, 2016.

Un spectacle qui bouscule, et qui n’a pas plu à tout le monde, il faut un long entracte pour s’en remettre… Et pour préparer la scène pour le deuxième concert.

Jil 1 DSC08212

Photos MFargeix

Jil Caplan, quant à elle, a fait l’unanimité !

Jil Caplan qui arrive sur scène, robe noire, très sexy avec son épaule dénudée, entourée de six musiciens, quatre guitaristes, dont Romane, le virtuose du jazz manouche, et compositeur du  nouvel album de Jil Caplan, :  » Imparfaite »,  un batteur et une contrebasse. Six musiciens qui collent bien à sa voix gouailleuse et sensuelle et à sa plume tendre et coquine.

Et l’on est vite emportés dans un tourbillon de notes voyageuses et vibrantes, sur les chansons d’amour et de désamour de cet album aux couleurs pop jazz :

« Est-ce que tu m’aimes »:

 » Mon amour serait il trop fort ?

 Toi désir qui se tient près du bord,

 Moi qui marche en déséquilibre,

Et recherche ta cage pour être libre.

 Est-ce que tu m’aimes ? ... »

Petite larme, En attendant que tu reviennes, toutes les chansons d’ Imparfaites, jusqu’au galop époustouflant des Chevaux sauvages.

Musiques qui rhabillent de neuf aussi les plus anciennes chansons,  » Tout ce qui nous sépare »,  » Avant qu’il ne soit trop tard »,  » Gueule d’amour », etc…

Applaudissements à tout rompre d’un public rajeuni, ce qui est très réjouissant pour l’avenir de la chanson française, et rappels honorés de trois chansons de plus.

Une très belle soirée encore… Enfin pour moi !

Et ce soir, Barbara Weldens, que je découvrirai sur scène, et l’immense bonheur de retrouver Lili Cros et Thierry Chazelle.

Sinon, l’atelier d’écriture suit son cours, ainsi que la chorale qui prépare de belles choses, dont une chanson inédite de…Mais chut ! surprise. Et toujours Radio Cabaret, avec Radio Arverne de 5 à 7.

Danièle Sala, de Mozac

  • Le Prix Moustaki a été créé en 2011   par Matthias Vincenot et Thierry Cadet, il récompense un album autoproduit, la première lauréate était MélissMell,  pour plus de renseignements, voir ICI , clic sur Georges,

Et pour quelques images de plus,

 

 

Romane, guitariste de jazz, est un des plus fins connaisseurs de l’univers de Django Reinhardt.  Compositeur, animateur de plusieurs ensembles de jazz dit « manouche »,  c’est une des figures majeures de la guitare jazz.  Dans cet ensemble façon Quintette du Hot Club de France, qui accompagne Jil Caplan, on retrouve la guitare type Maccaferri-Selmer (avec micro type Stimer, la guitare comme le micro étant des créations françaises) qui fut l’instrument favori de Django, et qui reste un standard de ce jazz français qui a fait école dans le monde entier.  (N. Gabriel)

Pour plus de renseignements, clic sur la photo,

Photo Martine Fargeix

Publicités

3 Réponses to “Rencontres Marc Robine 2017. Troisième jour.”

  1. Danièle Sala juillet 19, 2017 à 15 h 44 min #

    «  Je suis nue et je meurs
    Je suis nue et je porte
    Je suis nue et je meurs
    Sans meurtre
    Je suis nue et je porte
    Je suis nue et je donne
    Qui est cette personne
    Qui m’emporte ?
    Je suis nue et je vise
    Ce qu’on ne saisit pas
    Cette visée exquise
    Qui n’atteint pas
    Ce n’est pas la passion
    Ou l’élan volontaire
    Je n’ai plus l’intention
    D’aller vers la lumière… »

    C’est par cette chanson :  » Dans tes bras » et non  » Je suis toute nue », qu’a terminé LéopoldineHH. Pardon Léopoldine pour cette erreur !
    Et pour les borborygmes, c’est une référence à un poète écrivain bourbonnais, Valéry Larbaud :  »
    Phrase très longuement, infiniment, modulée ;

    Voilà pourtant la chose incompréhensible
    Que je ne pourrai jamais plus nier ;
    Voilà pourtant la dernière parole que je dirai
    Quand, tiède encore, je serai un pauvre mort « qui se vide ! »
    Borborygmes ! borborygmes !…
    Y’en a-t-il aussi dans les organes de la pensée,
    Qu’on n’entend pas, à travers l’épaisseur de la boîte crânienne ?.
    .. »

    Voilà quelques petites précisions, suite au gentil message de LéopoldineHH.

    J'aime

  2. Agnès juillet 22, 2017 à 21 h 27 min #

    ben moi, Jill Caplan, bof bof. D’ailleurs, ça m’a inquiétée quand elle a dit dès le début du concert que c’est l’amour le sujet le plus important dans la vie, ou quelque chose d’approchant. OK, très bons musiciens, mais au bout de 5 ou 6 chansons, l’amour, ras le bol !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :