Shaman et Shadoc

2 Mar

C’était à la création, il y a quelques mois, Shaman et Shadoc reviennent,

Shaman & Shadoc ou l’imposture des rats
(6, rue Pierre au Lard 75004 Paris) 
du 9 mars au 13 mai 2017, du jeudi au samedi à 21h30.

 

Photos ©NGabriel 2016

Photos ©NGabriel 2016

Un emmerdeur qui a mal aux pieds peut-il laisser indifférent un homme bien élevé, et semble-t-il très conditionné pour être un citoyen marchant au pas ? L’emmerdeur dûment rechaussé par l’homme secourable entre dans une partie dont il est maître d’un jeu ambigu, équivoque… Mais p1900024peut-il arriver que le maître se fasse battre au jeu qu’il a initié ? D’autant que quelques fantômes entrent dans la danse, virevoltant d’un cavalier à l’autre pour hanter un revival de souvenirs entremêlés …

Dans le jeu pervers de la soumission à l’autorité (clin d’oeil à Stanley Milgram) quels ressorts peuvent inverser les hiérarchies ?

shadok-fin-aa-21-09-2016-22-52-21-1695x2067On commence avec une histoire gentiment picaresque, et on glisse vers la tragédie shakespearienne et ses monstres humains, tellement humains

En filigrane, nos amis les rats illustrent quelques travers ou aberrations de la vie qui va, souvent de travers, et, sourire un peu crispé du spectateur, parfois ça nous ressemble… Comment ça se termine ? Allez voir ce qu’il en est, c’est le mieux.

On peut aussi noter que l’auteur Pierre Margot a servi son comédien Guillaume Orsat avec beaucoup de générosité pour lui offrir ‘un grand rôle’ où il excelle, matois, pervers, manipulateur, entre Boudu et le père Jules… Les « simoniens » comprendront..

Norbert Gabriel

Autre point de vue,

shaman-et-shadok-le-fantome-21-09-2016-21-44-34-2682x2413shaman-et-shadok-chaussures-21-09-2016-21-52-25-2521x2177DUEL AUTOUR D’UN FANTÔME

Démarrage sympathique et fort drôle dans la première demi-heure, rencontre de deux solitaires, façon le fragile et la brute, le Francis Véber des premières années, pas encore piégé par ses formules. Et puis les rires s’espacent et se coincent, on sent poindre la terrible histoire de vengeance. En filigrane, le portrait cruel de notre monde dévoré par la machine capitale, créatrice de misère pour le plus grands profit des maîtres de l’ombre, bien à l’abri du cirque médiatique qu’ils réservent aux pauvres couillons que nous sommes. Et si jusqu’au bout Victor Shadoc (Pierre Margot) déploie la sensibilité déchirante d’un Brel toujours digne, Shaman (Guillaume Orsat) se transforme en monstre formidable, une présence qui n’existait que dans le cinéma (théâtre) français des années 1930, avec des bêtes de scène comme Michel Simon, Raimu, et plus encore Harry Baur. Puissance cassante, amplitude maîtrisée, rouerie pathétique, Orsat retrouve un savoir faire que l’on croyait perdu. Et si le fantôme pour lequel se battent nos deux personnages n’était pas celui de la malheureuse Juliette (épatante Céline Legendre-Herda), mais celui d’un théâtre populaire perdu dont cet épatant trio de comédiens n’arrive pas à faire le deuil ? Un grand texte et des comédiens formidables !

Christophe Champclaux

 

Infos , dates, réservations, c’est là –> clic sur les gradinsgradins_a

Note sur la distribution : en alternance, Pierre Margot, du 9 au 11 mars et du 4 au 13 mai 2017 ou Xavier Béja, du 16 mars au 29 avril 2017, Céline Legendre-Herda du 9 au 15 mars, et les 1, 7, 8, 22, 29 avril et les 5 et 11 mai 2017 ou Julie Allainmat les 16, 18, 23 mars, les 1, 7, 8 22, 29 avril et les 5 et 11 mai 2017

Il y a une bande annonce ,

 

Et pour quelques images de plus…

 

shaman-et-shadok-montage-22-09-2016-22-46-44-3414x5120

Photos ©NGabriel 2016

Publicités

3 Réponses to “Shaman et Shadoc”

  1. Danièle Sala septembre 22, 2016 à 22 h 34 min #

    C’est réjouissant de voir qu’il y a encore des comédiens comparables aux monstres sacrés cités ci-dessus, et c’est bien triste pour la salle de théâtre dont ils ne peuvent faire le deuil ! J’espère que beaucoup d’autres salles s’ouvriront pour eux, à Paris et en province aussi .

    J'aime

  2. Anne-Marie Millous septembre 23, 2016 à 12 h 10 min #

    Du tragique,du poétique,du bonheur offert par un grand texte et deux magnifiques comédiens et une ombre délicieuse tellement présente..Courez y, le lieu est chouette,le métro pas loin et..ça ne se termine pas tard!

    J'aime

  3. Laurence Caron février 27, 2017 à 10 h 31 min #

    et recommence dès le 9 mars 2017, du jeudi au samedi à 21h30 au Théâtre Essaïon !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :