Saravah du samedi

7 Jan

C’était un temps de cinéma en habits du dimanche que l’on mettait le sam’di soir, pour des soirées de fête hebdomadaire.

le-p-tit-cine-20110530214907Avec une séance au p’tit ciné, pour un grand spectacle de gala, pour quelques sous, on avait les actualités, un documentaire, un dessin animé, un entr’acte, bonbons-esquimaux-chocolats, et le grand film. C’est ainsi que « les enfants du paradis » ont ouvert à Pierrot les portes de l’infini.

Dans le p’tit ciné de Levallois, Prévert comme un phare, Arletty et ses amoureux, Charlot et ses fantaisies humanistes, Gary Cooper et son Colt justicier, Pierrot de Vendée découvrait la magie des images.

Ensuite c’est la vie saravah, ça va ça vient, une histoire belle comme un film de Capra, un film où les anges peuvent avoir l’allure de Clarence Odbody ange de deuxième classe, plus près de Michel Simon que de Gérard Philipe, mais,

T’es grand t’es p’tit,  t’es beau t’es moche,

T’as dans la tête c’qui manque dans tes poches...

(…)

 J’ai tout l’univers  Comme un livre ouvert,

Ma pensée prolifère sur aujourd’hui, demain, hier...

Et dans ce scénario, Clarence était déjà un personnage de  La maison accepte l’échec,  et il y a toujours pour les Clarence un cabaret de la deuxième chance… Ou la troisième…

Quand l’élastique de la mémoire joue tout seul au yoyo dans le noir… on se fait son p’tit ciné intérieur, on rejoue l’histoire, et sur l’écran noir d’un sommeil  rêveur,  dansent quelques mots joueurs,

Qu’un matin sur sa palette un doux soleil farceur

Invente une autre couleur

et on refait le tour de la terre, avec des danses des rires et des chansons…

C’est dans ce p’tit ciné qu’on termine ce saravah du samedi, avec Cab, the old man et Betty, en moins de 7 mn, un de ces moments cultes du cinéma américain quand il réunit, la musique, la fantaisie la plus débridée, des personnages de légende, venez rêver… LA ! Venez flaner… LA ! Venez jouer… LA !

 

Norbert Gabriel

Publicités

2 Réponses to “Saravah du samedi”

  1. Danièle Sala janvier 7, 2017 à 19 h 08 min #

    Et voilà ! l’effet pollen, je me revois dans le p’tit ciné de Volvic, le rideau rouge, le Pierrot et la Colombine de chaque côté ,quand il y avait encore des salles de cinéma même dans les petites villes ( il y en avait deux à Volvic), du temps où les parents sortaient, même les ouvriers, et emmenaient leurs gamins avec eux, et j’y allais au moins une fois par semaine, c’était magique ! …Et puis, un peu plus tard, le noir favorisant les rapprochements entre filles et garçons, c’était le temps des premières amourettes , et on se retrouvait le lendemain, sur les chemins, à bicyclette …

    J'aime

  2. leblogdudoigtdansloeil janvier 7, 2017 à 19 h 45 min #

    Idem, mêmes souvenirs de Pierre-Bénite (la rouge) un seul ciné, mais avec orchestre, et balcon, et on allait réserver les places, qu’on pouvait choisir, en sortant de l’école Jean Jaurès qui était en face, à côté de la maison du peuple et de la mairie… Et curiosité locale, l’église était à l’écart, mais rue Voltaire… Et moi j’habitais au 89, moitié de révolution… C’était une terre de contraste, Pierre Bénite, qui a vu la naissance de la cerise Burlat, que du rouge, vous dis-je !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :