Saravah du vendredi

6 Jan
pierre-barouh-241-nb-regard-d-25-04-2014-21-03-32-2132x2434-25-04-2014-21-04-43-2129x2190

Photo©Norbert Gabriel 2015

Pour qu’un souvenir ami

Garde dans son tamis

Le bleu de nos nostalgies

Pour que la mémoire du vent

Retienne nos chansons,

Amis recommençons…

Peut-être qu’avec le temps, les chagrins s’apprivoisent, qu’on les caresse comme des cicatrices familières, presqu’amicales, je dis bien peut-être… Mais,

La nuit n’est jamais complète
Il y a toujours puisque je le dis
Puisque je l’affirme
Au bout du chagrin une fenêtre ouverte
Une fenêtre éclairée
Il y a toujours un rêve qui veille
Désir à combler faim à satisfaire
Un cœur généreux
Une main tendue une main ouverte
Des yeux attentifs
Une vie la vie à se partager.*

Dans sa vie de promeneur, orpailleur de rencontres qui deviennent des soleils, la barque de l’oncle Léon fut une goélette qui a emmené Pierrot de Vendée vers des pays imaginaires qui se sont concrétisés, le temps d’une vie au long cours… comme une belle rhapsodie bohémienne portée par les rêves devenus réalités. Avec les rires et les chansons, c’est un grand film fait d’un patchwork de courts métrages de 3/4 mn, et le tout compose une symphonie poétique et populaire, noble et chaleureuse.

Et dans le kaléïdoscope de ses souvenirs, pas de mauvais faux pas, un parcours toujours guidé par ce regard sur les autres selon ce proverbe iranien, 

La beauté est dans l’oeil de celui qui regarde.

Et ses regards se sont posés sur presque, je dis bien presque, tous les paysages humains.

Il y a quelques mois, Pierre Barouh esquissait Amour des mots, extrait… (comprend qui peut et connait bien son PierreBarouh…)

Et pour toujours dans mon pré vert

Les feuilles mortes narguent l’hiver

Elles réchauffent la passion

Des mots qu’on offre à nos chansons…***

Ça n’a aucun rapport, mais bon, allons-y pour la Chanson pour Teddy… Aucun rapport ? Quoi que …

Et au final, Si j’avais su que je l’aimais tant je l’aurais aimé davantage …****

Norbert Gabriel

* Paul Eluard (Merci à mademoiselle Céline Faucher de Montréal)

** Pierre Soulages

*** PierreBarouh

**** Frédéric Dard

Publicités

Une Réponse to “Saravah du vendredi”

  1. Danièle Sala janvier 6, 2017 à 10 h 55 min #

    « Et il en émane une odeur non de pièce morte, non de sacristie et de toiles d’araignée, mais d’espace végétal, de rafales qui retombent soudain en ouragan de plumes, de feuilles, de pollen de la forêt sans fin… »

    La solitude lumineuse – Pablo Neruda

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :