Archive | 9 h 48 min

Valérie Mischler, Indomptées…

10 Déc

Questions à la chanson…

La chanson, art populaire par excellence, majeur ou mineur, il suffit d’un chanteur sur un bout de trottoir, quelques passants qui s’attardent, et le spectacle est là. La radio en a fait des choux très rentables, la télé s’en sert abondamment, mais c’est rarement la création qui est privilégiée. On exploite ad nauseam les tubes du passé, et comme on connait tout ça par cœur, ce sont des chanteurs et des chanteuses qu’on regarde plus qu’on ne les écoute . Surtout si les tenues minimalistes montrent plus l’anatomie de ces dames et le ramage passe après le plumage.

Quand il est question d’une femme qui chante, et qui a des prétentions d’auteure, le chemin devient malaisé ; si  elle a le physique avantageux et moins de 25 ans et qu’elle se contente d’épancher des incontinences sentimentales, et nombrilistes, ( avec vue sur le nombril, évidemment) le pari est jouable. Par contre, si elle se mêle de sujets de société, voire féminins sinon féministes, vade retro femina, sois belle mais tais-toi.

C’est ce qui arrive à beaucoup d’artistes femmes, c’est pas nouveau. Aujourd’hui, la chanson en général suit la tendance lourde de la légèreté anodine, pourvu que ça se danse, le contenu textuel est secondaire. Seul le Rap met le texte en avant, parfois sur des musiques sommaires, mais le rythme fait parfois entendre les mots. Quand une auteure, qui ne fait pas du Rap écrit une chanson « concernée » sur un sujet sensible, avec des mots crus et réalistes, le discours des professionnels de la profession tient en quelques mots « oui, mais non… c’est fait pour  la scène, pas pour un disque » et sachant que pour faire de la scène il faut avoir un disque … La cause est entendue, peu de chance qu’on entende la chanson qui cogne.. Mais, on peut tenter de contourner les barrières, faire un clip, puisque la chanson se regarde d’abord, et l’envoyer à l’aventure dans les médias virtuels du web. En espérant que les lecteurs approuveront, en un sens, c’est la vox populi qui décidera… C’est peut-être mieux. Que va penser la vox populi sur ce que tente Valérie Mischler avec un sujet de société que souvent on évite de voir ? Explication ci-dessous. A travers cette expérience, c’est toute la question de la femme auteure de chansons qui se pose.

Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux : un temps pour pleurer, et un temps pour rire ; un temps pour se lamenter, et un temps pour danser ; un temps pour déchirer, et un temps pour coudre ; un temps pour se taire, et un temps pour parler

Photos ©NGabriel 2016

Photos ©NGabriel 2016

Valérie Mischler est comédienne, chanteuse, danseuse. Elle a été Phèdre, Angélique ou Violetera dans une autre vie, puis vestale délurée de Dimey, et auteure depuis quelques années, portraits de femmes en blues porte jarretelle, battantes et résolues à gagner  batailles de la vie quoi qu’il arrive.

Ces portraits sont souvent dessinés à l’encre douce-amère, au stylo stylet qui crache la colère devant les crapuleries de la vie, un après midi d’été n’est pas toujours une bronzette tranquille au soleil quand passe un prédateur, c’était dans l’album  Méli-mélo de bluettes sur canapé, qui ne chante pas vraiment dans la tonalité de la bibliothèque rose layette. Voici aujourd’hui  Couleur rue, extrait d’ Indomptées  qui va arriver en 2017 dans la fantasia des albums de la chanson dite actuelle, à vous de voir dans quelle catégorie il sera classé, écoutez, partagez, parce qu’aujourd’hui, la plupart des professionnels de la profession ne vont plus voir ce qui se passe dans les salles, mais ils grappillent sur le web en regardant les clips.. Et parfois, ils entendent aussi ce que disent les chansons, on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise.

Ce clip sobre et explicite réalisé par Philippe Daurios sur une idée de Valérie Mischler montre ce qu’on doit entendre, enfin j’espère…

Dieu a partagé : il a donné la nourriture aux riches, l’appétit aux pauvres. (Coluche)

L’intro était un extrait de l’Ecclésiaste, on finit par Dieu et Coluche, tout est en ordre.

Couleur Rue (Valérie Mischler/Xavier Rubin)
Mise en images : Philippe Daurios
Extrait de l’EP « Indomptées »

Et dans quelques jours, comme une sorte de conte de Noêl, la merveilleuse histoire d’une tournée d’un mois au Japon en juillet 2016, racontée par mademoiselle Mischler elle-même.

Pour suivre sa vie d’artiste —>  http://www.mischlervalerie.com/

Norbert Gabriel

Parlez moi de vous …

10 Déc

Et parlez-en autour de vous ...

Photos NGabriel 2016
Nathalie Fortin au piano, Sushi dans le bocal et , Christian Camerlynck. Photos NGabriel

Allain Leprest disait: Un interprète? les chansons, il les repeint.

Mettre en scène, c’est une forme d’écriture…

camerlynck-entrc3a9eCe spectacle créé l’an dernier est revenu  dans ce même très joli théâtre de l’Île St Louis, échos:

La vie d’artiste, c’est aussi une vie de femme ou d’homme, qui se met sur la scène, se met à nu, joue et multiplie les émotions comme un prisme diffracte la lumière en arc-en-ciel. Christian Camerlynck est ce prisme. On oublierait presque celles et ceux qui ont chanté leurs créations avant lui, chaque chanson devient sienne, sa vie, ses questions, quelques réponses possibles, le doute et la marche sur le fil, en équilibre fluctuant, mais en équilibre.

Le théâtre qu’il a choisi, Théâtre de l’île Saint Louis-Paul Rey, on y fait les choses en grand pour que le spectacle soit réussi. La scène est aussi grande que la salle, le piano à queue y est à l’aise, et dans la salle habillée de rouge le public se sent attendu, aimé, respecté.

Suite ici, clic sur le bocal –>poisson-camerlynck-13-09-2015-17-48-15-2656x2356

Il reste  quelques jours, et qu’on se le dise, dans ce petit théâtre, tout est parfait pour que vous puissiez apprécier à sa juste mesure le talent de cet interprète qui fait revivre des trésors du répertoire avec sensibilité et tendresse. C’est un des spectacles qui donne ses lettres de noblesse à la chanson. Et parlez-en autour de vous, vous êtes les seuls médias actifs et crédibles.

Et on réserve ICI :

THÉÂTRE DE L’ILE SAINT LOUIS- PAUL REY

39 quai d’Anjou PARIS 75004 –  MÉTRO PONT MARIE (traverser le pont)

29 NOVEMBRE AU 18 DÉCEMBRE 2016

21h dimanche matinée 17h30 relâche lundi

téléphone : 01 46 33 48 65  –  mail : contact@theatre-ilesaintlouis.com

 

%d blogueurs aiment cette page :