Qui veut la peau de la chanson française ?

6 Août

qui veut la p

Elle essaie de résister, se bat sur la scène, dans la rue, dans des festivals qui font penser au village gaulois de Goscinny et Uderzo, et ses balladins courent les routes comme Don Quichotte chevalier errant sans peur et sans reproche. Mais c’est pas facile tous les jours. Don Quichotte  dont Cyrano pensait le plus grand bien, qui rêvait un impossible rêve,

Brûler d’une possible fièvre
Partir où personne ne part
Tenter, sans force et sans armure,
D’atteindre l’inaccessible étoile…

cette chanson queEt dans son enquête analyse, Jean Eric Perrin montre bien que l’étoile risque d’être de plus en plus inaccessible pour les créateurs. Et  c’est un écho à un livre de Baptiste Vignol, « Cette chanson que la télé assassine. »

En développant d’autres aspects du problème, les ravages de la politique de dématérialisation à tout crin, qui réduit le travail d’un artiste à des fragments de 3 mn, fini les albums à écouter en continu, on extrait une chanson, et on passe à autre chose. On pourrait sous titrer pour ces nouveaux publics « Génération compressée » ou Génération MP3, quand on compresse la musique pour supprimer les «petits blancs » on va vers des play-list perso qui enfilent des morceaux qui n’ont plus de titre, mais un numéro, et surtout pas de « blanc » entre les numéros, avec parfois le travers de plus en plus fréquent en radio, on blablate sur l’intro musicale, parfois même pendant la chanson s’il y a un petit pont musical, et on coupe vite à la fin pour jacasser.

Qui veut tuer la chanson française ? Dans son enquête, Jean Eric Perrin fait un panorama très documenté de l’état de lieux, ce qui a conduit à ce désastre culturel, les radios privées, pour qui la chanson est un intermède entre les pubs, les obsédés du marketing, qui n’ont comme référence que ce qui a marché,(le rétro est le futur) et pour qui la nouveauté est incongrue, des « chefs de rayon » AucarrefourAuchan, qui pensent que The Cure est la scène des curés…

Il n’y a pas que le réquisitoire bien argumenté, en contre chant, on peut aussi trouver quelques pistes, des interstices qui peuvent laisser un petit espoir à tous les funambules de la ritournelle, ceux qui ont fait chanter Barjac ces derniers jours…  Barjac m’en a chanté de belles cette année d’évolution vers une programmation plus ouverte par Jean-Claude Barens, vers un public mélangé et plus intergénérationnel.

La presse chanson étant réduite à une portion plus que congrue, c’est sur Nos Enchanteurs  ( 4 chroniqueurs à Barjac cet été) que les amateurs de chanson trouveront une série d’articles sur les artistes présents à Barjac, celles et ceux qui n’ont pas démissionné devant les rouleaux compresseurs de la télé, des radios privées de bon sens, et des vents mauvais.

EPM 30Last but not least, cette année EPM fête ses 30 ans de chanson française, (Saravah va bientôt fêter ses 50 ans) il reste des oasis pour cette chanson qui fluctuat et presque mergitur. Mais pas encore…

http://www.epmmusique.fr/fr/7-cd-chanson-francaise

On trouve aussi pas mal d’artistes de la scène vivante dans notre boutique préférée, c’est là, clic sur  la queue du chat…

Misti logo

Références: Qui veut la peau de la chanson française ? Jean-Eric Perrin (2016) Editions du Moment.

  • Cette chanson que la télé assassine,(2001) Baptiste Vignol Editions Christian Pirot.

Norbert Gabriel

Publicités

12 Réponses to “Qui veut la peau de la chanson française ?”

  1. Floréal août 6, 2016 à 14 h 29 min #

    Pour les comptes rendus des spectacles de Barjac, on pourra préférer ce site :
    http://lemusicodrome.com/barjac-men-chante-jour-2-chapiteau-feu-cour-surprenante-31-07/
    Ou même celui-là :
    http://chantercestlancerdesballes.fr/chanter-cest-lancer-des-balles/

    J'aime

    • leblogdudoigtdansloeil août 6, 2016 à 14 h 50 min #

      Je les ai vus aussi, mais de mon point de vue le blog univoque est moins intéressant que le site qui a 4 chroniqueurs ayant des regards différents. Et complémentaires. Qu’on peut ne pas partager parfois, mais quoi qu’il en soit, sur ce festival, et ce qui en a été chroniqué, disons que les blogs ayant un seul regard parfois très sommaire m’ont laissé un peu insatisfait…

      J'aime

  2. Danièle Sala août 6, 2016 à 15 h 10 min #

    Oui, j’ai lu l’article de Musicodrome sur Philippe Guillard, « Philippe Guillard, la révélation sublime » , et il y a pas mal de bons articles autour de Barjac aussi sur Hexagone . Il est vrai que pour Valérie Mischler, le bon article de Catherine Cour est sur NosEnchanteurs . Je n’ai pas apprécié celui de Claude Fèvre , à propos de Valérie Mischler, sur Chanter c’est lancer des balles…Et je le lui ai dit . Elle, a au moins le mérite de répondre , alors que mon commentaire sur Liz Van Deuq n’a pas été validé sur NosEnchanteurs .

    J'aime

    • leblogdudoigtdansloeil août 6, 2016 à 16 h 32 min #

      Cette première année de l’ère Barens était très attendue. Dans ce genre de festival, il est bien d’avoir un panorama des spectacles, autant ceux de la grande scène que ceux du chapiteau. Outre le fait que « Nos Enchanteurs » ait eu sur place 4 chroniqueurs assurant une couverture large, il faut aussi saluer qu’ils ont tous une identité bien marquée, et un regard personnel. Ce que je ne retrouve pas souvent dans d’autres supports. Et aussi une qualité d’écriture indiscutable. Même si parfois ça fait grincer des dents, c’est bien écrit, c’est déjà ça. En croisant tous les points de vue de toutes les chroniques, de tous les sites ou blogs, on peut conclure que le pari JC Barens est réussi. Et personnellement je suis ravi de l’unanimité autour de Liz van Deuq, découverte au radio Crochet de France Inter, organisé par Didier Varrod, en soulignant, une fois de plus, que dans les auditions « demi finale » aux Trois Baudets, elle est arrivée deuxième. Et c’était un jury très France Inter.
      On a pu constater aussi que certains artistes suscitent des réactions très contrastées, ce qui est plutôt bon signe, c’est habituel à Barjac, pas de raison que ça ait changé cette année.

      J'aime

    • leblogdudoigtdansloeil août 6, 2016 à 16 h 39 min #

      PS si le commentaire concernait une ligne très discutable, il a eu de l’effet, la ligne a été supprimée…

      J'aime

      • Danièle Sala août 6, 2016 à 17 h 49 min #

        Il concernait en effet une ligne non pas discutable, mais mensongère et insultante .

        J'aime

      • leblogdudoigtdansloeil août 6, 2016 à 17 h 52 min #

        Certes, et en contradiction avec l’auteur lui même qui doit bien connaître le parcours de Liz, et avait écrit sur le radio crochet, à moins que … non rien.

        J'aime

  3. Bernie août 6, 2016 à 17 h 18 min #

    Lire les chroniques Barjacquoises ( et pas que ) de Claude Lefèvre sur son blog ,  » Chanter c’est lancer des balles » , ici : http://chantercestlancerdesballes.fr/chanter-cest-lancer-des-balles/

    J'aime

    • Bernie août 6, 2016 à 17 h 21 min #

      Au temps pour moi, j’avais laissé le commentaire avant de lire les précédents ! Promis, je ne le ferai plus .

      J'aime

    • leblogdudoigtdansloeil août 6, 2016 à 17 h 48 min #

      Attention Bernie, C’est Claude Fèvre… 😉

      J'aime

      • Bernie août 6, 2016 à 19 h 48 min #

        Oui, je sais… Merde au correcteur automatique !
        Si tu m’as lue, Claude, désolée !

        J'aime

Trackbacks/Pingbacks

  1. Ce qu’on entend dans les chansons… | leblogdudoigtdansloeil - octobre 21, 2016

    […] Qui veut la peau de la chanson française ? […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :