Archive | 16 h 29 min

Aubercail 10 ans…

27 Mai

 

 

Aubercail 2016 bandeau affiches j'ai 10 ans 26-05-2016 19-46-17 3584x1346J’ai 10 ans, et je chante, ne vous en déplaise… Eh bien,  il nous plait qu’Aubercail fête ses 10 ans avec cette même liesse qui fait les 400 coups pour mettre un bicorne à la romance et la mener à l’Institut, avec des orgues et que ça danse, ou un bonnet phrygien pour la ballade dans les rues d’Aubervilliers.

Romain Didier AAA NB 26-05-2016 20-45-08 2199x1949

Photos©NGabriel2016

Ce jeudi 26 Mai, avant le gâteau d’anniversaire, un de ces moments rares qui subjugue le public, et l’emmène dans les étoiles : Romain Didier, dans ce piano tout noir…

C’est la lampe d’Aladin, ce piano. Romain Didier l’effleure, il en jaillit des bouquets, des cascades, dans ce piano tout noir, il y a des musiques de toutes les couleurs, des arc-en-cieux, des feux d’artifice, du piano Chopin, du piano Gershwin, le rag-time et la rhapsodie de la vie… C’est une fresque humaniste et rêveuse, nostalgique et réaliste, qui chante les mille et deux tableaux du grand show quotidien. Un tableau a souvent deux faces, recto verso, comme dans ma rue, une rue tranquille à première vue, question de scénario, l’un chante, l’autre pleure. Les gens gentils sont souvent des salauds En manque de scénario ?

Et les deux sont le plus souvent entremêlés.

Romain Didier AAA NB 26-05-2016 20-50-10 2072x1974Dans ce piano tout noir, il y a les souvenirs, les beaux échos et le temps qui passe, la mémoire sépia, parfois, il y a les chansons de toutes ces années qui se répondent, Julie la Loire qui revient, intacte, de Fiumicino ? Il y a des traces de Barbara, Lemarque, Ferré, Aznavour, Bécaud, un souffle oriental, une brise irlandaise, un carrousel merveilleux, et le temps se suspend… Dans ce piano tout noir, on a entendu une suite en trois ou quatre chapitres, fluides, le silence attentif du public était aussi de Romain Didier dans ces tranches de souvenirs qui rappellent, au cas où on aurait oublié qu’il est aussi grand auteur que grand musicien. C’est une autobiographie musicale, avec deux Romain Didier AAAA NB 26-05-2016 20-49-53 2102x1924.JPGpages ajoutées, Et maintenant, et La folle complainte. Et aussi cette petite suite de comptines revues et dérangées, avec cette délicieuse touche acidulée qui grince un peu avec jubilation.  Le prisonnier de Nantes, celui que la fille du geôlier a libéré, vous serez peut-être surpris de cette version inattendue…

Ce spectacle est une vraie parenthèse enchantée dans laquelle le temps est suspendu, à l’entracte avec un aimable collègue dont les initiales sont P.E. nous avons eu à peu près la même réflexion, «  ça a duré un quart d’heure ou une heure? »

Pour la suite et la fête des 10 ans, voyez ce qu’en dit Patrick Engel, tout y est, c’est là: toca la guitarra, y Patrick cantara… (la louange d’Aubercail)

patrick-engel1.jpg

 

Une chanson emblématique pour illustrer ce spectacle ? Voilà, 

Catherine Laugier a vu ce spectacle en Juillet 2015, c’est là : http://www.nosenchanteurs.eu/index.php/2015/07/26/avignon-off-2015-romain-didier-sa-vie-son-oeuvre/

Et pour tout savoir, sa vie, son oeuvre, ses projets et les concerts où vous pourrez le voir, c’est là, clic sur le clavier du piano, un Fazioli, bien sûr, et  ça s’ouvrira.

       piano Faz

Norbert Gabriel

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :