A bicyclette sur la route de l’aculture …

22 Fév

Il y a quelques semaines, l’affaire Bruel-Barbara a déclenché de diatribes fulminantes sur l’insupportable attentat contre la chanson en général. Ces jours-ci Lambert Wilson s’est attaqué à Montand. D’une part les extraits de l’album entendus ça et là montrent une indigence d’interprétation assez effarante venant d’un comédien a priori confirmé, avec une justesse de voix très approximative, d’autre part, un des morceaux de bravoure subit deux avanies, la chanson de Pierre Barouh et Francis Lai, est titrée « La bicyclette »* au lieu de « à bicyclette », sur un album produit par Sony. De plus dans son interprétation, Wilson reprend la version enregistrée de Montand, avec l’erreur que Montand a corrigée dans tous ses concerts, ce n’est pas « être un seul instant avec Paulette » mais « être seul, un instant avec Paulette » et ne pas voir cette nuance est assez consternant plus de 40 ans après la création de la chanson. Et bien entendu, toutes les émissions de promo n’ont aucun intervenant capable de mettre les choses au point… Et ça remet quelques valeurs à leur juste place. Tiens Bruel, par exemple, c’est pas si mal …

Last but not least, dans le genre, j’ai appris la semaine dernière vers 21h30 sur France Inter que « Syracuse » était une chanson de Montand et Henri Salvador… Et on s’étonne que Dimey se soit noyé de chagrin préventif dans les réconforts vineux……

L’aculture avance à grands pas…

Une remise à niveau s’impose, il y a une école pour tous ces indigents de la chanson, le lycée qui ouvrait la page …

Le lycée Papillon

Pierre Barouh, lui, c’est là qu’il suit Paulette …

Mais le florilège de bourdes dans l’art de la reprise pourrait faire un ouvrage assez copieux  (Voir celui d’Alister) … Si vous en avez d’autres, partagez-les !

 

Norbert Gabriel

  • à noter que David Mac Neil a traduit « On bicyclette »  et pas « The bicyclette »  précision de Gilbert Laffaille qui signale aussi que la fiche Sacem indique « La bicyclette ». Sans doute parce que Bourvil chantait déjà « à bicyclette ».
  • (Mais Pierre Barouh dit toujours « à bicyclette »  dans une interview, il signale que le sens est différent, comme si on disait « le cheval » au lieu de « à cheval »…

15 Réponses vers “A bicyclette sur la route de l’aculture …”

  1. Danièle Sala février 22, 2016 à 22 h 17 min #

    En effet, je viens d’écouter la vidéo de  » La bicyclette », et relevé les erreurs, et une voix mal assurée . C’est regrettable, pourtant j’aime beaucoup Lambert Wilson comédien, et même parfois chanteur, et aussi pour ses engagements humanitaires .; Bon, on se console en comprenant parfaitement que Pierre Barouh, lui, aurait bien bien aimé rester  » seul, un instant, avec Paulette » .;Pour Syracuse, , pauvre Dimey, en effet !
    Reste à savoir si tous ceux qui ont assassiné Bruel vont se ruer sur Wilson, .

    J'aime

    • leblogdudoigtdansloeil février 22, 2016 à 23 h 17 min #

      D’autant que sur le plan promo, je suis beaucoup plus « saturé » par Wilson que je ne l’ai été par Bruel… Mais c’est tellement convenu de flinguer Bruel…

      J'aime

  2. Delarime février 23, 2016 à 8 h 12 min #

    Rigolo ce blog sur la chansonnette. Le titre de la chanson concernée est bel et bien « La bicyclette » (parue en 45 tours en 1968 Philips / Série Parade ref ref. 370.654) et non pas « A bicyclette ». Du coup tout l’argumentaire et le colère grandiloquente de cet article tombe, et sombre dans le ridicule. Est-ce cela l’aculture ?

    J'aime

    • leblogdudoigtdansloeil février 23, 2016 à 9 h 06 min #

      Vous pensez vraiment que dire « à cheval » et « le cheval » a le même sens? Ou bien  » en voiture Simone » et « la voiture Simone » serait identique? On peut noter aussi que David Mac Neil a traduit « On bicyclette » et pas « The bicyclette » question de bon sens, et de bon français. Que le titre sur une pochette, en 1968, soit « la bicyclette » c’est un fait, mais pas forcément une preuve de bon sens, vers 1970, le premier 45 t français de Dionne Warwick montrait une belle femme -blanche- en couverture, si la pochette d’un 45 T a force de loi, Dionne Warwick est donc une blanche très blanche. La preuve:

      J’ajoute que certaines fiches Sacem, les originaux manuscrits, portent parfois deux titres, qu’on retrouve indifféremment sur des 45t différents, par exemple, la chanson « St Paul de Vence » (André Verdet/Henri Crolla) a deux titres, le second étant « Aurore » et les deux ont figuré sur des disques … Donc la preuve par les pochettes…
      St Paul de Vence a été chanté par Montand et par Mouloudji, parmi les plus connus. Une pochette crédite « Aurore » et la fiche Sacem a été corrigée.

      J'aime

      • leblogdudoigtdansloeil février 23, 2016 à 11 h 52 min #

        Pour compléter en ce qui concerne la fiabilité des infos portées sur les pochettes, livrets ou infos sur les albums de chansons, quelques précisions à l’attention de monsieur Delarime…

        A l’aimable correpondant Delarime qui prend les pochettes de 45 t comme bible et référence en matière de culture chanson, je propose un examen de quelques CD dans lesquels on apprend de quoi s’instruire la fiabilité des infos qui y figurent

        Deux albums concernant Montand.

        1- «Les enfants qui s’aiment» (2002 Sol 569 Stemra)

        La liste au dos indique 17 titres, celle à l’intérieur 16.
        – Au dos, « Dis-moi Jo» est n°4, à l’intérieur n°6. D’autre part Dis-moi Jo serait écrit par Crolla sur une musique de Jean Cosmos. (lequel Cosmos, sur une autre compil Montand est écrit Cosmas…)
        – Une chanson sur deux est créditée auteur/compositeur, ou compositeur/auteur. Pour « Les feuilles mortes » c’est Kosma-Prévert, mais « Les enfants qui s’aiment’ c’est Prévert-Kosma.
        Jean Rougeole est devenu compositeur de la chanson « Clémentine » dont Christiane Verger a ipso facto écrit les paroles. Jean Rougeul en est rouge de rage..
        – Marc Heyral devient Marc Heyal c’est « Sensationnel »
        – A l’intérieur, la liste commence par « à Paris » au dos, c’est « les enfants qui s’aiment » et c’est bien « à Paris » qui ouvre l’album.
        – Ensuite, pour la chanson plage 11 dite « Cornet d’frites » je vous mets au défi de trouver quelle est la bonne chanson.

        En gros les sur 17 chansons, 3 sont à la bonne place et « Saltimbanque » (dont la titre est « Les saltimbanques » ) qui est indiqué sur le dos, ne figure pas dans l’album.

        2- Une compil double album (MCPS 2005) « Les chansons intemporelles, 50 premiers triomphes » dans lequel une fois sur deux les crédits auteur/compositeurs sont inversés, où Jean Cosmos est écrit parfois Cosmas, parfois auteur parfois compositeur. Prévert est toujours auteur, Prévert-Kosma , mais « Saltimbanque » est crédité « Bessières-Appolinaire »… Sur 50 chansons, il y a une bonne douzaine de bourdes, qui vont bien aider ceux qui ne connaissent pas Montand et la chanson des années 50.

        J'aime

    • leblogdudoigtdansloeil février 26, 2016 à 13 h 24 min #

      «  » Du coup tout l’argumentaire et « le colère"… Est-ce un hasard, ou bien avez-vous le même travers que l'auteur d'un article qui évoque: "le justesse et le précision" concernant un comédien qui dit Leprest ? à moins que ce pseudo cache quelqu’un d’autre ?

      J'aime

  3. Delarime février 23, 2016 à 12 h 29 min #

    Que m’importe, monsieur Gabriel, qu’ici ou là, des erreurs se soient glissées sur une pochette de disque. Vu les millions de pochettes différentes imprimées dans le monde, sur le lot, il doit y en avoir des fantaisistes. Mais pas concernant Yves Montand. Et c’est là le sujet : restons-y. Tous les disques que je possède de lui (j’en suis grand amateur, voyez-vous, vous l’aviez deviné) et qui reprennent cette chanson la mentionnent bien comme « La bicyclette ». C’est ainsi qu’elle est déposée à la sacem. Et vous, contre toute évidence, vous persistez. Vous n’aimez pas avoir tort : attention c’est de l’orgueil mal placé ! Votre article ne vaut rien car vous avez tout faux, c’est un mensonge, un coup de sang (on se demande pourquoi) qui s’ébroue dans le ridicule. Dites, je m’apprête à lire ce que vous avez publié précédemment mais rassurez-moi : c’est un peu plus sérieux tout de même ? Parce que question historien de la chanson, vous êtes pas bon, loin s’en faut.

    J'aime

    • leblogdudoigtdansloeil février 23, 2016 à 13 h 20 min #

      Concernant Syracuse « de Montand et Salvador » c’est tout faux?
      Concernant « un seul instant  » et « seul un instant »‘ c’est tout faux aussi ? Pierre Barouh qui attache beaucoup d’importance aux mots et leur juste sens va apprécier. Je vois aussi que vous semblez perdre votre sang froid, anonymement, c’est moins courageux.
      Concernant Montand, j’ai aussi pas mal de choses, et même dans des ouvrages sérieux, il y a des bourdes.
      Si vous considérez que toutes les infos sur les albums de Montand sont exactes, voyez l’album Sol569, publié par Stemra, il est en question dans ma réponse.
      Mais si pour vous le sens de la chanson est « La bicyclette » alors, « la voiture Simone » et « en voiture Simone » c’est pareil. Et Pierre Barouh , dans tous ses concerts annonce « à bicyclette ».. je dois le voir prochainement, il me donnera les explications. Sans doute celle que propose Gilbert Laffaille:l’existence de la chanson de Bourvil  » à bicyclette »…

      J'aime

  4. leblogdudoigtdansloeil février 23, 2016 à 14 h 34 min #

    Dernière heure:

    Je lis de la part de monsieur Delarime «  Que m’importe, monsieur Gabriel, qu’ici ou là, des erreurs se soient glissées sur une pochette de disque. Vu les millions de pochettes différentes imprimées dans le monde, sur le lot, il doit y en avoir des fantaisistes. Mais pas concernant Yves Montand. »
     
    Eh bien sa connaissance de « l’oeuvre » de Montand est bien superficielle. J’ai au moins 3 ou 4 CD avec des erreurs grossières, Et aussi le livre Montand par Giniès, avec une belle « approximation » dans le concert de Moscou, ce qui n’a pas dû échapper à monsieur Delarime. Avec une photo qui confond un musicien, très connu, avec un autre.

    Pour clore cette histoire de bicyclette, voici ce que dit Pierre Barouh, ce mardi 23 Février à 15h.

    « Cette chanson avait une fin différente*, et quand je l’ai présentée à Montand, il m’a fait une proposition pour changer la fin, et je l’ai réécrite en suivant sa proposition.
    A cette époque Montand ne faisait plus de disques, mais « à bicyclette » est arrivée en plein Mai 68, et la maison de disques a fait une exception au black out sur les sorties d’albums en ces moments-là, et le titre « La bicyclette » était un beau coup de marketing quand la France était en partie paralysée. Pour le dépôt Sacem, je ne me souviens pas exactement ce qui s’est passé, mais, ma chanson, c’est bien « à bicyclette » le sens est sans équivoque. » 

    Pour le reste, Lambert Wilson, ce sera off… Mais pour finir, Montand a très souvent modifié (avec l’accord des auteurs) l’ordre des couplets, parfois en supprimant un couplet . La Sacem a donc des chansons dans la version intégrale, (Les feuilles mortes) et des chansons déposées dans la version Montand (Les cireurs de souliers de Broadway, qui a été déposée en chanson plusieurs mois après sa création) Le monde entier connait « Les feuilles mortes » version Montand, mais ce n’est pas celle qui est déposée.
    Et pour «  La bicyclette » Lambert Wilson reprend la version enregistrée, que Montand n’a jamais chantée en concert après l’enregistrement, il a remis « le seul instant » à sa vraie place, « seul un instant » ce que Pierre Barouh a expliqué à Lambert Wilson qui n’a visiblement pas compris.

    * Pour la fin différente, ce sera dans « Histoire d’une chanson » un de ces jours…

    J'aime

    • Danièle Sala février 23, 2016 à 15 h 00 min #

      Merci Norbert et Pierre Barouh pour toutes ces précisions, et à suivre pour cette autre fin de la chanson,. Il fait beau je vais aller au village la bicyclette …Euh à bicyclette !

      J'aime

  5. Delarime février 23, 2016 à 15 h 15 min #

    Je maintiens que le titre de cette chanson est bel et bien « La bicyclette », que donc tout l’argumentaire pour le moins tordu de votre article tombe à plat, que vous écrivez beaucoup de conneries, rien que de l’enfumage, que vous vous foutez le doigt dans l’oeil. Ah, mais c’est donc pour ça que ce blog est celui du doigt dans l’oeil : tout s’explique ! Mais à quoi servez-vous donc monsieur Gabriel ?

    J'aime

    • leblogdudoigtdansloeil février 23, 2016 à 17 h 04 min #

      Eh bien maintenez, vous perdez vos nerfs comme un enfant capricieux, laissons les quelques lecteurs qui passent ici se faire une idée de votre « expertise » vous semblez en savoir plus que Pierre Barouh sur la genèse de cette chanson, très bien.. Il y a bien des gens qui croient que le soleil tourne autour de la terre. Toutefois si vous sortez des clous avec des propos déplacés, vous comprendrez que je donne un coup de balai. Les lecteurs qui fréquentent ce blog sont en général, bien élevés.
      Et ils signent de leur nom.
      Accessoirement aurez-vous le courage de signer vos propos ?

      Pour Montand et ses pochettes fiables de votre discothèque, une réponse??

      J'aime

      • Danièle Sala février 23, 2016 à 17 h 59 min #

        Et de toutes façons, même si il se cache derrière divers pseudos tous les lecteurs attentifs auront reconnu ce triste troll !

        J'aime

    • leblogdudoigtdansloeil février 26, 2016 à 12 h 49 min #

      Cher Edouard Delarime,

      Je viens de trouver la réponse à la question qui termine votre commentaire. Vous disiez par ailleurs que vous ne connaissiez pas la presse web chanson, bien qu’étant amateur de chanson; j’ai vu que, grâce ce blog d’enfumage et de conneries, vous avez découvert un site dont vous louez la tenue. C’est très bien, voilà donc à quoi j’ai servi, vous faire découvrir le quotidien de la chanson, qui a déjà quelques années, je note aussi que si vous ignoriez  » le premier site sur la chanson francophone », vous avez su trouver ce foutu machin qu’est Le Blog du Doigt dans l’Oeil. J’ai donc deux raisons de me réjouir:
      – ce truc d’enfumage est plus facile à trouver que Nos Enchanteurs,
      – je vous ai fait connaître Nos Enchanteurs et Michel Kemper, qui est un peu connu (mais pas de vous semble-t-il) dans le monde de la chanson depuis Chorus.

      Tout ça est très positif pour celles et ceux qui ont pour seul but de mieux servir la chanson en général, par tous les moyens. Pour les esprits chagrins et chafouins, qu’ils se débrouillent avec leurs excès de bile, ce n’est que de la chansonnette, comme dit Montand, une de vos références.

      Norbert Gabriel

      J'aime

      • Danièle Sala février 26, 2016 à 16 h 49 min #

        Très positif tout ça en effet, et monsieur Delarime n’est pas le seul , moi même j’ai connu la revue Web du Doigt dans l’oeil avant de connaître Nos Enchanteurs !

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :