Archive | 14 h 16 min

Soutien à La Clé des Ondes, dernière des radios libres de Bordeaux

12 Fév

la clé des ondes

 

 

Logique de restriction budgétaire -dont la culture et l’art sont toujours les premières victimes- oblige, ces dernières années ont vu chuter le taux des subventions publiques octroyées aux associations culturelles. Ces subventions sont pourtant le garant de leur indépendance, voire de leur survie. C’est l’existence de ces fonds publics, qui, avec les cotisations personnelles des adhérents, permettent aux associations de ne pas avoir à courtiser des mécènes privés -et pour ce faire incliner leur politique en ce sens- et de garder indépendance spirituelle et liberté de ton intactes. Tel est le cas de la radio associative girondine La Clé des Ondes, qui depuis sa création s’est toujours refusée à avoir recours à la publicité comme moyen de financement, pour ne pas céder à l’omnipotence du mercantilisme.

Fondée en 1981, dans le sillage de la libéralisation des ondes, La Clé des Ondes, au départ aventure entre quatre amateurs passionnés et animés de convictions, est, au fil des ans devenue, pour des générations d’auditeurs et pour les plus de 90 bénévoles qui aujourd’hui s’emploient à la faire vivre, le seul média local alternatif aux radios commerciales. Source d’éclectisme culturel, lieu d’expression libre et de débats sociétaux, force de soutien tant aux artistes semi-professionnels ou encore anonymes qu’aux causes défendues par des associations ou des mouvements politiques et syndicaux progressistes, La Clé des Ondes partage son temps d’antenne entre tribunes réservées aux associations (Secours Populaire, Planning Familial, Association de Soutien avec les Travailleurs Immigrés, Occitan , …), émissions d’actualités, programmes bilingues (Portugais, Espagnol, Arabe) à destination des immigrés, libre antenne pour les détenus et programmations musicales originales.  la clé des ondes tourne disque

Ayant résisté, alors que tant d’autres radios associatives disparaissaient les unes après les autres, elle demeure la seule fréquence dans une périphérie de 30km autour de Bordeaux sur laquelle on peut écouter de la chanson engagée, du Jazz, du Ska, du Reggae et des musiques métisses, ainsi que des artistes auxquels les autres médias ne s’intéressent jamais. C’est également la seule fréquence qui laisse volontiers la parole aux militants associatifs et politiques de gauche, sans toutefois privilégier de parti, dans un souci de pluralisme et de respect des diversités.

laclé 87

 

Alors certes, continuer d’assurer le bon fonctionnement d’un tel média radiophonique et la diffusion d’émissions de qualité a un coût. Certes la culture a un coût. Mais les temps actuels ne nous font-ils pas, parfois atrocement, prendre conscience du prix de l’ignorance ? Préserver l’existence des rares médias qui œuvrent encore à la propagation des connaissances, à l’enrichissement culturel et à l’ouverture d’esprit n’est pas un choix anodin.

Aussi, c’est par le biais d’un site de financement participatif (en paiement sécurisé) que La Clé des Ondes appelle à la contribution, même modeste, de toutes celles et de tous ceux prêts à un geste solidaire pour que continue de vivre un de nos derniers médias populaires indépendants.

C’est ici !

Miren Funke

remerciements à Aline Schick-Rodriguez

 

Lien :  le site de la radio.

 

 

 

Publicités

Clarika, De quoi faire battre mon coeur…

12 Fév

dequoifairebattremoncoeur

 Je suis la force et la lumière

Je suis fragile et solitaire

Je suis fidèle et inconstante

Je suis toute la misère du monde et le bonheur à la ronde…

D’emblée, on retrouve tout ce qu’on aime chez Clarika, la douceur et la colère, la fraîcheur et la flamme de la vie, et cette sensibilité à fleur de mots qu’elle fait chanter dans des mélodies et orchestrations superbes. (Fred Pallem est aux commandes)

Dans les derniers arrivages d’albums qui vont faire chanter 2016, celui de Clarika va être au sommet de la pile, il y a en quelques autres, mais par ordre alphabétique, priorité à Clarika. Elle est dans la lignée des femmes qui chantent, leur vie ne peut se dissocier de la marche du monde, l’intime et le public se fondent dans une harmonie

©NGabriel

©NGabriel

discrète, on dit sans impudeur voyeuse ce que la vie trop conne finit toujours par tout gâcher. Ce sont toujours des albums personnels, les chansons de sa vie, graves ou espiègles, des tableaux de sentiments, de révolte, de douleurs, de questions multiples pour envisager sans trop de désespérance un avenir possible. Vingt cinq ans de compagnonnage et une page se tourne, rien n’est effacé, rien n’est oublié, on avance au mieux des possibilités… On feuillette l’album des souvenirs, on a fait tout ça, tout remettre à demain et après demain, mais le temps est parfois un peu chagrin…

Le choix, c’est une nouvelle approche du thème de « Bien mérité » et par les temps qu’on vit, ça vous percute droit au cœur. Sont-ils partis faire un tour, les beaux jours ? (…) Alors j’attends que soufflent les vents du bon côté...

L’album est arrivé, ce 12 Février, et La Cigale est annoncée le 12 Avril. On y reviendra, c’est une promesse de bonheur malgré tout, et  il ne faut jamais se priver de ce genre de promesse.

Extrait

(Il y a des invités venus faire des duos, Alexis HK, et  La Maison Tellier  dont, heureux hasard, un nouvel album est arrivé, il y a quelques semaines.)

La maison de Clarika, c’est là.

 

Autres femmes qui chantent…

gemmaGemma

Une des belles découvertes du radio crochet de France Inter, arrivée dans cette aventure avec une simple maquette, mais nous ferons bientôt le point sur la genèse de cette expérience. Depuis deux ans, Gemma a pris conscience et confiance dans son talent d’ACI, récemment, c’était une première partie de Jeanne Cherhal, pas mal, non? Ses premières chansons, c’était dans une ambiance piano-Barbara, la voix presque nue au service des mots. L’habillage musical est aujourd’hui plus étoffé, sans avoir perdu sa pureté originelle.

Et voici donc un premier essai discographique avec ce 5 titres très bien réalisé, pour montrer la gamme des émotions, la carte du Tendre bancroche * portée par une voix impeccable,

Claude Fèvre l’a présentée dans NosEnchanteurs, en évoquant Clarika, il n’y a pas de hasard, on lit ici.

C’est dans la lignée du chant des artisans qu’elle avance, avec Gemma Prod (!) dont voici la première production, et dans les crédits et mercis, Pauline Audigier, autre découverte du radio crochet,  voici de ses nouvelles ci-dessous, après le clip.

Revoir la mer… 

*Claude Fèvre dans l’article NE.

Pour suivre Gemma? C’est là.

Léopoldine 29 avrilAAA 2 profil DLéopoldine

Une autre des belles découvertes du radio crochet, Léopoldine, qui suit le même parcours que Gemma, un travail de création, en région comme on dit,  commencé presqu’en direct avec le radio crochet, où les filles ont été globalement plus créatives que les garçons. Le piano de Léopoldine est plus shellerien, elle est dans un univers onirique, avec des ambiances de ballades elisabethaines, des mélodies dansantes un peu irlandaises, des décors de brumes sur la lande… ou vers la vallée des Fades (les fées d’Auvergne) pays d’eaux claires et de forêts ombreuses.

Poétiquement musical, musicalement envoûtant, on a un aperçu de tout çà dans « Adieu canopée » en 6 tableaux.

Photo Léopoldine©NGabriel

C’est ici pour en savoir plus, et écouter.

Norbert Gabriel

  • (Merci  Danièle Sala, activiste soutien de Gemma et Léopoldine)

Dernière heure: au printemps, au printemps, les Trois Baudets accueilleront trois filles du radio crochet France Inter, Liz Van Deuq, Gemma et Clou, Léopoldine, qui était prévue,  a remis  à une autre fois pour cause de bébé printanier en vue…