Archive | 19 h 05 min

Fête promise promesse tenue: Jean-Louis Beydon super star..

2 Fév

 

Photo de famille, c'est la fête.... ©NGabriel

Photo de famille, c’est la fête…. ©NGabriel

Fête J L Beydon H Courseaux 2043x2314Avec Henri Courseaux en maître du jeu, et habit queue de pie, cette mise en route de la cérémonie a été un très grand moment de spectacle, d’intelligence drôle et sensible…

C’était le rendez-vous d’une belle ribambelle d’amis de presque 30 ans parfois plus, et les souvenirs avaient leurs belles couleurs de jeunesse. Le spectacle vivant dans toute sa noblesse, la nostalgie douceâtre, c’est pas le genre de la maison.

Dans le florilège de déclarations d’amour à Jean-Louis Beydon, le héros de la soirée, voici celle de Charlotte Goupil, attendrissante Bilou, qui lui a écrit,

Charlotte Goupil C Goupil 2384x2552

JEAN-LOUIS

J-L

Je – Lui

Belle rencontre au bord d’un piano

Lui et son piano, cet acolyte de corde et de bois,

Tendus et réunis dans une fulgurance passionnée.

Son art, ses touches, percussions mélodiques

Qu’il envoie aux confins du cosmos.

En écho à nos voix

Jean-Louis

Nous porte

Et se transporte

Dans un espace lumineux

Où la bienveillance

Côtoie le merveilleux de l’intransigeance.

Grand homme aux petits doigts d’or,

Il nous offre un voyage de notes bigarrées.

Une envolée de funambule

Devant laquelle je me tais

Mais sur laquelle je chante.

A M’sieur Beydon.

Trois heures de bonheur sans aucune minute de temps mort, pour voir et entendre le ban et l’arrière ban des vieux copains, en scène ou dans la salle. Etait excusé Allain Leprest, mais Sally était là, Romain Didier avait quitté sa belle province quasi bourguignonne, il y  eût  l’incroyable retour de Jacques Grillot, et une japonaise, Ayumi Ishihara, et dans l’inventaire en ordre aléatoire, Clémence Savelli, Christelle Chollet, Yann Denis, Marie Leurent, Janick Bouchoucha, deux évadées d’Evasion, Joyet et Miravette, Annick Cisaruk et David Venitucci, Samuel Beydon, des musiciens, et un numéro musical époustouflant de Marilou Nézeys, en duo piano-batterie genre Gershwin et Max Roach (Jean-Luc Bernard, ce soir) réunis en groupies de pianiste, c’était le bon jour pour ça.

Parmi tous ces artistes amis, des découvertes, ou des redécouvertes, qui seront en scène dans les semaines qui viennent, le nouveau spectacle d’Annick Cisaruk, celui de Clémence Savelli, Joyet, c’est un devoir et une promesse, ils seront suivis et chroniqués, il y a des devoirs plus désagréables.

Comme vous ne savez pas qui a fait quoi, sauf si vous étiez présents, j’ai la solution : l’irremplaçable capteur d’images et de sons Eric Nadot avait sa batterie de caméras en action, donc, il est urgent d’aller voir Tranches de scènes, de devenir un spectateur responsable et participatif, de battre tambour pour que ce DVD se réalise, vite, vite, et vous aurez la possibilité d’écouter chez vous tout ce qui a été chanté, parce que la chanson finalement en parler c’est bien, mais l’écouter c’est mieux !

Et pour vous allécher, quelques images de la soirée…

FêteJL Beydon SEL 2 Montage 5120x4096

logo_quichantecesoir-200Tranches de scènes, c’est ICI.

Avec qui chante ce soir, urbi et orbi, et près de chez vous….

Norbert Gabriel

Qui a fait quoi? Ce qu’ils ont chanté, voyez ICI.

La groupie du pianiste, la voilà,   Marilou Nézeys, en duo avec Jean-Luc Bernard.

Publicités