No One Is Innocent : novembre à Limoges.

2 Jan
2015_11_27_no_one2_leblogdudoigt

©E.5131

.
Musicalement, ce que je veux retenir de 2015, c’est ce moment précis…

Cela se joue en quelques secondes : le 4ème mur disparaît, les codes, propres au genre, s’effacent. Il n’y a plus le groupe sur la scène, le public dans la fosse et les techniciens derrière les lumières et la régie, non… soudain, il y a un ensemble.

Une masse qui fait un.

Une force commune.

Kemar et le groupe sont sur le devant de la scène, et c’est comme si nous étions autour d’une table à boire des verres en discutant d’un truc sérieux.

Toutes et tous, nous avons pleuré… suite à ce vendredi noir qui aura marqué, à jamais, la fin 2015 et nos cœurs…

Certain-e-s y ont perdu des ami-e-s, des proches… Nous avons perdu celles et ceux qu’on ne connaissait pas, mais dont on partageait le goût pour les concerts et les moments chaleureux, une bière à la main.

Nous avons saisi la douleur, les souffrances, les peines des familles, de proches parfois… Nous avons été touché-e-s deux fois en quelques mois (si l’on oublie le reste du monde, car nous sommes touché-e-s chaque jour, en réalité…).

2015_11_27_no_one3_leblogdudoigt

©E.5131

Alors, cet instant, c’est de l’énergie… C’est une forme d’amour, de désir, de volonté de vivre et d’avancer ensemble qui se libère.

No One Is Innocent, à Limoges, ce soir-là… le vendredi 27 novembre 2015.

« No one is innocent… »

C’est pas d’hier qu’on les suit, et c’est pas d’hier qu’on a ébauché une petite réflexion : « personne n’est innocent »…
Autrement dit : « nous sommes tous coupables… à différents niveaux… de différentes manières… ».

2015_11_27_no_one1_leblogdudoigt

©E.5131

Ils sont sur le devant de la scène, le gratteux brandit sa guitare, main gauche, celle qui lève le poing, tu sais…

Dans la main droite, un papier. La main un peu tremblante.

Il n’est au-dessus de personne, il pense, il lit, nous partageons.
Et un préalable : « ça vaut ce que ça vaut… », dit-il.

Il va lire un texte qu’il a écrit, des mots qu’il veut dire. Des mots griffonnés peut-être sur un coin de table ou au fond du bus, seul…

Je crois que ce qui importe c’est que les mots soient dits et partagés. Et cela se fera tout au long du concert et encore après. Un échange avec le public. De l’humour, de la gravité. Une fois le texte lu et pour rappeler qu’on ne baisse pas les bras, qu’on relève la tête, le public ne fait pas une minute de silence, mais une minute de bruit…
C’est le tonnerre, la puissance du collectif.

Peu importent les mots, c’est le geste qui a compté.

Nous sommes vendredi soir, quinze jours après ce que l’on nomme pudiquement « les événements de novembre »… et la salle est pleine. Je suis là avec mes potes, avec ma fille, ma filleule… Les générations se donnent la main pour avancer ensemble… se soutenir, défricher…

Et le public monte sur la scène…

2015_11_27_no_one4_leblogdudoigt

©E.5131

2015_11_27_no_one5_leblogdudoigt

©E.5131

Le concert… ? Un déchaînement d’énergie, de métal en fusion et les textes engagés de Kemar… qui rappelle quelques petites choses simples et d’actualité :

« Retour de flamme, avis de tempête
Le pyromane tient l’allumette
Retour de flamme sur le bulletin
Et 2002 n’est pas si loin

Il paraît que tout va bien
Le changement, c’est pour demain
(…)

Elle était belle en bas résille, elle a les charmes et les serpents
Aujourd’hui l’Europe est une vieille fille qui s’offre facile au plus offrant

Jusqu’ici tout va bien
Les frontières, c’est pour demain

Retour de la Sainte-Morale,
on nous prédit le retour de l’ordre total ! »

(Putain, si ça revient)

Ou ces quelques mots qu’on entonne régulièrement depuis 20 ans :

« Du Grand Canyon au Yémen, la peau est la même ! » (La peau)

.
Hum Toks & E.5131 et Eric SABA

2015_11_27_no_one6_leblogdudoigt

©E.5131

Publicités

2 Réponses to “No One Is Innocent : novembre à Limoges.”

  1. Danièle Sala janvier 2, 2016 à 18 h 23 min #

    Voilà qui est bien dit, et je partage ces mots . Et une bonne occasion de partager aussi l’écoute de No one is innocent avec mon fils qui les a encore vus en concert il y a une quinzaine de jours à Riom .

    J'aime

  2. Jean-Yves Liévaux janvier 2, 2016 à 19 h 09 min #

    Yes y a du grand art là ! No one … Someone … innosang… Bonne année Norbert à toi et aux proches. on continue, jusque nus on chantera en corps. Alcaz et ses chansons d’amour a crée la minute de bordel après la morts des deux jeunes à Clichy. a tout bientôt Jean-Yves

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :