Chanter, ou déchanter ?

2 Jan

Daniel_Balavoine_timbreProphétique:   Nous sommes maintenant à un point, pour les générations futures, le monde est à faire,  et il n’est même pas besoin de défaire celui qui est passé, puisqu’il se défait tout seul.
Il est en train de se décomposer religieusement, idéologiquement, c’est un vrai merdier.
Mais je crois que c’est pas une raison pour avoir peur, je crois au contraire,que c’est une excellente raison pour avancer. 

Daniel Balavoine

Un bémol toutefois, quand tu disais ça il y a plus de 30 ans, cher Daniel, tu espérais une prise de conscience, et des actes. Je ne suis pas sûr que tu aies été vraiment entendu, ni compris. A regarder le monde à travers son smartphone,et à philosopher en tweets de 160 signes, on avance, l’oeil dans un écran réduit, avec une perspective à courte vue.

Monsieur vas-tu ouvrir les yeux ?

YvartCes chansons et ces écrits prophétiques ont plus de 30 ans, voire 40, et depuis, on peut avoir la très nette impression que nous, les bipèdes humanoïdes, nous sommes sur le Titanic. On voit assez bien l’iceberg qui va barrer la route, mais la plupart des passagers regardent avec passivité, en attendant que le capitaine se débrouille pour éviter la rencontre. Mais le capitaine a toute confiance dans son paquebot hyper moderne, insubmersible, géant des mers, porte drapeau des technologies de pointe, et on ne va pas se laisser emmerder par un morceau de banquise  flottante quasi-préhistorique…

On connait la suite, le monstre d’acier a été mis KO par le bout de glace, touché-coulé. On n’a pas eu de nouvelles de l’iceberg, peut-être a-t-il continué à dériver vers des mers plus chaudes où il s’est dilué lentement, doucement, pour renaître en Gulf Stream, refaire le cycle de l’eau, nuages qui vont faire des flocons, des masses de neige et de glaces qui feront de nouveaux icebergs. Mais le Titanic restera toujours au fond de l’océan, et ses passagers auront nourri quelques poissons. La vie continue. Pour les poissons, il y a aussi péril pour la survie de pas mal d’espèces, mais bon, avec un peu de chance, les bipèdes humanoïdes disparaitront avant eux, c’est une bonne nouvelle pour les baleines, peut-être aussi pour les éléphants… Pour les rhinocéros blancs, c’est trop tard, comme pour le cougar américain et quelques dizaines d’autres espèces.

Et au train où ça va, les indiens d’Amazonie seront dans l’album de famille des souvenirs, comme les Natchez, Les Powhatan les Narragansetts, les Mohaawks, les Pokanokets…

Qui seront les prochains sur la liste ?

Herbert Pagani,  Messieurs les présidents (Bobino 1976)

Meilleurs Voeux malgré tout,

Norbert Gabriel

Une Réponse vers “Chanter, ou déchanter ?”

  1. Danièle Sala janvier 2, 2016 à 14 h 18 min #

    Il reste encore un peu de temps avant que le soleil nous engloutisse, et que l’homme aille voir ailleurs, peut être, si il a survécu jusque là, et est ce qu’on pourra dire encore  » Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel » ?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :