MESRYNE, une affaire de Rock dans le Tarn

22 Août

mesryne17.11.2012

Fondé en 2004 autour de musiciens issus de la scène punk-rock tarnaise, le groupe de rock indépendant Mesryne, fort d’une expérience scénique accrue, au gré des concerts, où l’énergie et le sentiment d’urgence dégagés par la formation imposent un rythme soutenu, sortait en 2012 l’album « Cette chaleur ». Douze titres, dont certains paraissent, d’évidence et d’instinct, nés pour la scène, alors que d’autres arborent une nature plus cérébrale ou intimiste, nous embarquent dans l’univers d’un rock alternatif ciselé, fin, qu’une électricité sensuelle fait tressaillir, et qui porte une poésie loin d’être dénuée de sens. Du rock alternatif poétique, certes, la scène française n’en manque pas. Mais à l’instar des bordelais de Leitmotiv, Mesryne aiguise et structure une identité singulière qui accroche l’attention et indique immédiatement que l’on ne peut être séduit par ce groupe que parce qu’il ne ressemble à aucun autre.
Alors que les membres sont à nouveau à la tâche, en préparation d’un prochain album, ils ont accepté de répondre à quelques questions.

 

-Messieurs bonjour et merci de nous accorder du temps. Pouvez-vous nous parler de la naissance du groupe, et des concepts autour desquels il s’est formé?

-Gabe : A l’ origine, Mesryne est né sur les cendres d’un groupe de la scène punk alternatif tarnaise, Nevernimo, qui a splitté en 1999. Avec le batteur, nous avons décidé, un beau jour de septembre 2004, de remonter un groupe dans une veine un peu plus moderne. Nous avons fait quelques compos et, au bout d’un moment, nous nous sommes rendus compte qu’il nous manquait un élément essentiel : la basse. Nous avons donc commencé à faire passer des auditions, mais personne ne convenait au projet.

Or, c’est un beau jour, en me baladant dans un magasin, pendant que je me dirige au rayon CD, que je suis interpelé par le riff de « Lounge Act » de Nirvana, joué à la basse. C’est à cet instant que je regarde par-dessus les rayons et que je vois au loin un mec s’énerver sur une quatre-cordes, au grand désespoir du vendeur qui lui criait sans cesse de baisser le son. Mais, vu son gabarit, le vendeur ne la ramenait pas trop. Et c’est à cet instant que j’ai trouvé le profil type de ce que je recherchais!

-Aldric : J’étais en plein dans mon riff, et j’ai senti quelqu’un me taper sur l’épaule, qui me dit : « Tu cherches une basse pour jouer dans un groupe, ou tu cherches un groupe pour jouer de la basse? ». Je lui ai répondu avec le même sourire que j’avais pour le vendeur : « Une basse j’en ai déjà une, mais par contre un groupe, ça j’ai pas! ».

-Gabe : Je lui ai donc passé notre démo en lui disant : « si ça te branche et que t’as envie de boire une bière, appelle-nous ». Et c’est comme ça que quatre mois plus tard, Mesryne faisait son premier concert au Hangar à St Sulpice (81).

-Hervé : Pour ma part, j’étais guitariste dans le groupe Anaverbe. Nous avons partagé une date en 2009 avec Mesryne. Ils avaient apprécié mon style. Je savais qu’ils cherchaient une seconde guitare et j’avais pas mal d’idées d’arrangements. Je les ai contactés, on a bu un verre, ils m’ont proposé de bosser les morceaux et ça a fonctionné dès la 1er répet.

-Arthur : J’ai, quant à moi, rejoint le groupe il y a deux ans suite au départ d’Émilien, le précédent batteur. Je connaissais déjà Hervé. Il m’a passé un coup de fil et ça s’est fait comme ça.

 

-Quel(le)s sont les artistes qui vous influencent?

-Gabe : Nous sommes tous inspirés par la scène rock US des années 90, celle qui a bercé notre adolescence.

-Arthur : De mon côté, étant plus jeune qu’eux, j’ai aussi écouté cette musique lors de mon adolescence, mais avec quelques années de retard! (rires)

-Gabe : La scène indépendante française ne nous laisse pas indifférents pour autant, mais nous ne nous considérons pas comme ses héritiers.

mesryne3

 

– Comment évolue le travail de composition entre vous? Qui écrit? Qui compose? Est-ce un travail de groupe ou d’individus?

-Gabe : En ce qui concerne le travail de composition de notre premier album, Aldric et moi avons composé la majorité des musiques.

-Aldric : On peut dire que chacun peut amener son riff, qui passe alors dans la « moulinette » Mesryne.

-Hervé : J’ai pour ma part contribué aux arrangements du premier album.

-Gabe : En ce qui concerne l’écriture du prochain album, c’est majoritairement Hervé et moi qui avons apportés des morceaux que nous avons retravaillés en groupe. Depuis qu’Arthur est arrivé dans le groupe, Mesryne a retrouvé une nouvelle dynamique, plus rock, les morceaux seront beaucoup plus pêchus sur le prochain album!

-Arthur : Ce qui m’a plu quand je suis rentré dans Mesryne, c’est ce côté très rock que je pensais pouvoir affirmer encore plus de part mon jeu qui est plutôt direct.

-Gabe : Et surtout de par l’énergie qu’il dégage quand il joue. C’est ce qui nous a séduits chez lui.

-Aldric : Nous avons aussi retravaillé le son de Mesryne dans son ensemble (changement de matériel).

-Hervé : le 1er album sonnait assez lourd et plein ; on avait posé beaucoup de guitares très saturées. On s’est tourné aujourd’hui vers un son percutant, avec plus d’attaque, plus aéré d’une certaine manière.

-Gabe : Sinon, je compose le chant. Et pour les textes, c’est moi qui écris tout. Je m’inspire de tout ce qui gravite autour de nous, de la science ou de la littérature.

album cette chaleur

 

-Il y a une poésie humaniste dans vos textes. Quelle place tient l’engagement dans votre musique?

-Gabe : Oui, il y a une grande place pour l’humanisme dans nos textes. Il y a un vrai engagement en ce qui concerne la vie de notre société. On ne va pas rentrer dans de la philosophie de bas étage, mais nous sommes dans une société nombriliste, et ce constat, nous pouvons l’observer tous les jours, tout autour de nous. Ceci fait un bon combustible pour alimenter l’écriture de nos textes. Par contre, nous n’avons pas de leçons à donner ou d’engagement politique quel qu’il soit. D’autres le font bien mieux que nous, et nous leur laissons ce privilège.

 

-Faire du rock dans l’Tarn, c’est pas trop dur?

-Gabe : Justement, parlons-en!!! Concernant le public tarnais, il y a un vrai engouement à chaque fois que nous nous produisons, ou que des groupes indépendants se produisent. Par contre, un gros bémol en ce qui concerne les professionnels de la musique. Pour eux, un groupe qui franchit ses 10 ans d’existence et qui n’a pas encore percé est un groupe voué à l’échec. Quand nous avons demandé de l’aide (participation au tremplin départemental), on nous a dit que nous étions beaucoup trop « connus » pour avoir un accompagnement. Ce qui est dommage, c’est qu’ils préfèrent aider de jeunes groupes, qui malheureusement splittent deux ans après, que des groupes comme le nôtre, et c’est regrettable!

-Aldric : Heureusement, il y a quand même pas mal d’associations qui se bougent pour faire vivre la scène indé.

 

Avez-vous un public de fidèles qui vous suit?

-Aldric : Depuis la sortie de notre album « Cette Chaleur », nous avons remarqué qu’un petit public de fidèles s’est formé au fur et à mesure des concerts. Nous sommes suivis sur les différents réseaux sociaux. Nous avons vendu des albums aux quatre coins de France, et même en Angleterre et en Allemagne. Nous recevons aussi pas mal de mails de la part du public qui nous demande quand nous nous produirons dans leur département.

 

-2014, c’est l’anniversaire de 10 ans d’existence. Comment analysez-vous le chemin parcouru ensemble : plus de cohésion que d’usures?

-Gabe : Pour notre part, les dix ans du groupe représentent un nouveau départ. L’arrivée d’Arthur et les nouvelles compositions nous ont fait tourner une page. Pas que nous regrettons le passé du groupe, bien au contraire, mais aujourd’hui Mesryne atteint une maturité, tant dans les compositions que sur l’aspect scénique. Il est vrai qu’avec dix ans de scènes derrière nous, nous appréhendons les concerts avec une certaine spontanéité et surtout une très bonne complicité, qui sont ressenties par notre public.

-Hervé : Nous n’avons plus peur de montrer que nous aimons ce que nous jouons. Nous souhaitons plus que tout partager cette chose avec le public. Y a cette envie d’accéder à une forme de liberté totale, de lâché prise.

 

-Vous êtes un groupe qui fonctionne de manière autonome, en marge de l’industrie du disque. D’un point de vue logistique, qui vous accompagne et vous soutient? 

-Gabe : L’association Rockcitarn [http://www.rockcitarn.com/] nous produit depuis la sortie de notre premier maxi en 2007. Malgré tout, nous n’avons jamais sorti d’album sur un label, car nous voulons rester indépendants et pouvoir vendre les albums à un prix réaliste! Et nous voyons mal à l’heure actuelle comment notre album pourrait être distribué, alors que nous avons peu de notoriété. L’album passerait inaperçu.

-Aldric : Nous ne sommes pas là pour enrichir l’industrie du disque qui n’a pas eu besoin de nous pour le faire! (rires)

-Gabe : C’est pour cela que notre album est en vente sur les concerts ou sur notre site (via Rockcitarn). Il est aussi disponible sur les plateformes de téléchargement, mais là aussi c’est une belle arnaque pour les groupes indépendants car elles se font vraiment du fric sur notre dos. Le prochain album sera en libre téléchargement car, malgré nous, nous nous sommes fait avaler par cette nouvelle spirale de l’industrie du disque virtuel. Un album virtuel qui se vend 9,99€ en téléchargement et un album qui se vend 5€ en physique, cherchez l’erreur! Qui fait vraiment du bénéfice?(…)

-Aldric : Pas nous en tout cas! (rires)

 

-Y a-t-il des radios qui vous soutiennent?

-Aldric : Nous sommes principalement soutenus par la Grosse Radio [http://www.lagrosseradio.com/], comme beaucoup de groupes indés le sont. Il y a aussi quelques radios locales qui nous ont ajoutés à leur programmation musicale et qui nous ont accueillis pour la promotion de nos différents albums.

 

-Qu’en est-il des projets et des concerts à venir?

-Aldric : Nous arrivons au terme d’une composition qui a débuté il y a un an et nous espérons pouvoir entrer en studio pour enregistrer une douzaine de titres d’ici les semaines qui viennent. La sortie est prévue courant 2015.

-Arthur : Nous allons aussi tourner un clip, après l’enregistrement de l’album. En 2007, le groupe avait produit un dvd avec le maxi (épuisé depuis). Quand l’album « Cette chaleur » est sorti, nous n’avons pas eu le temps pour pouvoir en faire un, hormis le teaser de l’album sur You tube. Et on nous a fait la remarque à plusieurs reprises.

-Hervé : Le visuel reste un passage obligé. Nous avions passé 3 mois sur la conception de la pochette de l’album « Cette chaleur ». Ce n’est pas un détail à négliger. J’ai souvent écouté un album parce que sa pochette suscitait en moi une curiosité, une émotion. Ça sera tout aussi amusant de mettre en image notre musique, il risque d’y avoir des surprises…

-Gabe : Après ça, nous espérons jouer le plus possible et faire découvrir notre musique au plus grand nombre. Depuis peu, nous cherchons un tourneur, pour se produire hors de notre région. Nous avons eu quelques touches, mais rien de bien sérieux pour le moment. Depuis toujours, nous nous occupons de tout dans Mesryne. Aujourd’hui, nous voulons nous consacrer exclusivement au côté artistique.

-Hervé : On est meilleur avec un instrument entre les mains qu’avec un téléphone!

-Gabe : Aujourd’hui il nous tarde de terminer ce prochain album et de pouvoir le défendre. Car même si nous prenons le plus grand plaisir à enregistrer en studio, Mesryne est avant tout un groupe de scène. D’ailleurs, petite exclu de dernière minute, nous jouerons le samedi 29 novembre 2014 à Castets dans les Landes et sans doute du coup le vendredi 28 novembre mais c’est en cours de booking!

-Arthur : Nous en profiterons pour tester quelques nouveaux morceaux !

mesryne en concert

C’en est assez pour exciter ma curiosité! Mesryne, c’est un univers à parcourir en musique, un courant électrique ou un coup de foudre (au choix) à laisser traverser son esprit tout entier. Et pour ce faire, c’est là : http://www.mesryne.com/

 

Miren Funke

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :