My Brightest Diamond au festival Les femmes s’en mèlent.

18 Mai

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Surgie théâtralement du noir, une silhouette colorée et masquée prend place devant nous. Puis une voix brillant haut dans les lumières de la scène, laisse apparaître derrière son masque, Shara Worden, escortée d’un batteur étonnant et détonnant, Brian Wolf. Tous deux en provenance des Amériques nordiques, ils ont attrapé au vol et au son, de solides cordes et vents que Shara prend grand plaisir à présenter au public ses musiciens-compatriotes français.

Musique, théatre, petites histoires (dommage d’ailleurs que les parties parlées n’aient pas été traduites pour le public non anglophone…) se succèdent, créant un rapport particulier avec le public.

Everything is in mind pourrait être une sorte d’apogée du concert, si l’on n’était pas finalement happé par cette sublime reprise en anglais, re-création en fait de l’Hymne à l’amour, chanson emblème d’Edith Piaf. Une nouvelle opportunité, plus actuelle, d’entrer dans la puissance de cette chanson, une possibilité d’écoute contemporaine, donc à nouveau audible par de nouvelles générations de spectateurs. Une merveille !

Didier Boyaud

http://liveweb.arte.tv/fr/video/My_Brightest_Diamond_Les_femmes_s_en_melent/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :