Dominique A à la Gaité Lyrique (concert Arte / France Inter)

10 Mai

Ma première expérience de Dominique A en concert eut lieu à Blois, au Chato’Do, en 2009 dans le cadre du festival PARI SUR LOIRE. A l’époque Dominique A tronçonnait ses morceaux, du gros bois lancé au public. Fallait pouvoir le rattraper !

Il faisait pourtant déjà une dentelle de ses mots, mais la violence avec laquelle il les exprimait m’avait laissé une étrange sensation. Quelle partie de sa vie pouvait être le moteur de ce que je ressentais comme du « rentre-dedans » ? La question m’est restée entière. Mais j’ai des pistes :  Dans son livre autobiographique « Y revenir » sorti récemment chez Stock.

Puis, par hasard attiré par ce concert proposé par Arte et France Inter (très bonne idée de leur part de nous le faire partager ainsi, et gratuitement, comme quoi c’est toujours faisable…), j’entends finesse, légèreté, fermeté, gracilité, rondeur,…

Quel changement !

Au programme :

Section ventée fantastique : quintet à vent composé de Sophie Bernado – basson, Cédric Chatelain – cor anglais et hautbois, Sylvaine Helary – flûtes, Michel Aumont – clarinettes, Daniel Paboeuf – sax soprano et clarinettes.

Bassiste ondulant, emballant et inspiré, Jeff Hallam, un américain à Paris et aussi ailleurs.

Batteur aux belles lunettes. Je le connais un peu trop pour oser pousser le compliment : Sébastien Buffet dit le batteur fou (par Dominique A).

Guitariste au doigt sensible, Thomas Poli qui cache son visage aux caméras sous une belle touffe de cheveux !

Pianiste au toucher contemporain, David Euverte, également grand manitou de l’orchestration des cordes et vents.

De toute cette belle équipée musicienne émane une atmosphère, qui, au-delà des mots, a sa propre existence. Certaines chansons, elles, m’attrapent l’oreille. Paroles rêvantes (Ce geste absent), rassurantes (Parce que tu étais là), implorantes (Crie pour moi), rassembleuses (Rendez-nous la lumière). Des mots qui viennent d’une profondeur, vous emmènent vers Le convoi, un grand moment, de la belle harmonie. Parce que tu étais là, bijou de texte sur lit de douceur. Tant que ne m’est pas donné le sens, dont le titre a déjà une forte résonance (voir The meaning of life des Monty Python). En secret, grand moment rock, énergique, créatif et simple. Le convoi qui ose la durée (10 minutes) et les solidarités. Et puis Rendez-nous la lumière * présenté comme le «gros morceau» par Dominique A, qui réagit en souriant à l’autre interprétation possible de sa phrase.

La chanson française contemporaine est bien là, dans ce rapprochement entre l’univers du rock, celui de la musique contemporaine, accompagné par la belle écriture de Dominique A.

Et pour parfaire le portrait, s’il était nécessaire, Dominique A est en totale disponibilité, pour et avec le public.

De quoi vous diriger prestement vers l’ordinateur le plus proche, non ?

Le concert disponible encore pendant environ 2 mois ici :

http://liveweb.arte.tv/fr/video/Dominique_A_vers_les_lueurs/

Didier Boyaud

* refrain :

Rendez-nous la lumière

Rendez-nous la beauté

Le monde était si beau

Et nous l’avons gâché

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :