La parole est au silence …. Thierry Desseux.

15 Sep

 

desszC’est l’histoire d’une survivante, une rescapée de la mort sociale voulue par une sorte de Folcoche limite psychopathe, comme un récit-roman dans lequel la fille -une fillette- pourrait pousser le cri de Poil de Carotte : «  Tout le monde n’a pas la chance d’être orphelin. »

L’écriture est épurée, dépouillée de tout artifice, et néanmoins c’est un kaléïdoscope d’images qui déboulent dès les premières lignes. Une farandole d’échos des banlieues de Fallet ou Cendrars, dans une couleur Bertrand Blier . Banlieues banales, ni misérables, ni glorieuses, simplement populaires, dans leurs décors ordinaires. Les personnages sont désespérément humains ou inhumains, c’est selon, la fille peut-elle se sortir et guérir de son enfance massacrée par sa marâtre ? Lui trouverez-vous des circonstances atténuantes à cette marâtre?
Thierry Desseux vous donne tous les éléments d’appréciation pour étayer votre point de vue … Il en ressort au final une leçon, quand un enfant a l’air malheureux, c’est qu’il l’est ; et en général, il n’est pas responsable de son malheur .

Norbert Gabriel

Entretien avec La Fiancée du Pirate, entre romantisme épique et sauvegarde d’une mémoire populaire

14 Août

IMG_6411 (2)

 

Jeudi 5 aout, au terme des trois semaines d’évènements « Un été au Grand Parc »,  organisés par la salle des fêtes du quartier Grand Parc à Bordeaux, qui se clôturait le lendemain avec un concert du groupe Les Innocents, La Fiancée du Pirate venait embarquer le public pour une traversée des océans et un voyage dans l’Histoire et les histoires. Fondée en 2007 par Nadia Joly, qui était alors chef de chœur de la formation Le Cri du Peuple [ici] -deux aventures musicales et philosophico-politiques aux histoires entrelacées-, La Fiancée du Pirate, nous raconte depuis près de quinze ans un rêve, celui de (re)découvrir, connaitre, vivre et partager l’univers des chansons de marins, dont elle propose une perspective fantasmée et poétique, avec des compositions originales, mais aussi rattachée à la réalité, souvent crue et effroyable, des vies de forçats des mers, avec des reprises d’anciens chants de marins et de poèmes d’auteurs mis en musique (« Chanson de Pirates » de Victor Hugo). Entre romantisme épique et transmission d’un patrimoine, d’une culture populaire, de l’âme d’un corps de métier, dont la mémoire se perd, La Fiancée du Pirate nous ouvre le hublot de l’évasion vers un monde où imaginaire et authenticité enflent tour à tour les voiles des navires, parfois en dérive, parfois conquérants, remplissent nos verres de rhum ou de larmes, nous foudroient d’éclairs et nous font tanguer dans le vent des tempêtes océaniques, nous miroitent un peu de notre propre vérité au tranchant d’une lame de sabre, et nous racontent les peines, les peurs, les combats, la misère, mais aussi la dignité de matelots, de pirates sans rois ni lois, de filles de bar du port, le sort d’esclaves du commerce triangulaire, les soifs de marins, ivres d’un rêve héroïque et brutal (Heredia) que sa musique sait rendre merveilleux et extraordinaires, et en même temps plus intimes à nos consciences et nos cœurs. Le groupe qui, à l’instar des héros de la chanson « Libertalia » extraite de son premier album « De Terre Neuve à Libertalia », part à l’ouvrage fabriquer du bonheur  sur de nombreuses scènes d’été en Aquitaine dans les semaines qui viennent (le 20 aout Au Passage dans le Lot et Garonne chez Sylvain Reverte [ici], et le 25 au Théâtre Le Levain à Bègles) s’apprête à sortir son second album. C’était l’occasion d’un entretien avec la femme, à la gouaille authentique, qui chante des chansons d’hommes, Nadia.    

 

– Nadia, bonjour et merci de nous accorder cet entretien. Comment a démarré cette aventure musicale?

– La Fiancée du Pirate est née en 2007, sur les bords de la Garonne, vers les chantiers navals Tramasset. J’avais envie de monter un répertoire de chansons que je chante seule, en lead, des chansons qui racontent l’histoire, pas forcément des marins au départ, mais d’une corporation, d’un métier dont le vécu est exprimé dans les chansons et où les gens chantaient surtout pour s’aider au labeur. Je me suis dit que les chants de marins, ce serait la classe. J’ai commencé à travailler un répertoire à partir de magasines d’ouvrages, notamment le Chasse Marée qui collecte régulièrement de vieilles chansons de marins. Je m’en suis beaucoup inspirée ; j’ai repris des chansons qui existaient déjà, et des textes que j’ai mis en musiques. On a commencé à travailler avec un guitariste qui a arrangé la sauce, puis avec une violoniste, Marie-Claude Meurisse. Puis le groupe a évolué, avec plusieurs changements de musiciens. Un premier album est sorti en 2013 : « De Terre Neuve à Libertalia ». Les chansons de l’album racontent beaucoup le travail sur les bateaux, bien sur, mais aussi le travail en fonction des destinations et des pêches que font les marins, et en particulier ce répertoire là s’est consacré à embarquer sur les bateaux qui partaient pour Terre Neuve, pêcher la morue en énorme quantité. Les marins vivaient huit mois sur les bateaux, et vivaient un enfer. On les appelait d’ailleurs les « forçats de la mer ». Leur histoire, leur univers m’a passionnée, et j’ai été prise par cette ambiance.

 

– Ce métier ne t’a-t-il pas donné envie d’être, plus que chanté, exercé et vécu?

– Suite à cela, je suis partie en Bretagne passer un brevet de Capitaine 200, c’est-à-dire un diplôme de marin, pour voir un peu ce qui se faisait sur les bateaux, car je n’avais jamais mis un pied sur un bateau avant. Je suis donc devenue matelot pendant quatre ans : j’ai travaillé dans la pêche, l’ostréiculture, comme guide touristique aussi sur les bateaux. Et suite à cette expérience, j’ai écrit quelques chansons de ma composition. Et donc le second album est achevé et devrait sortir dans un petit mois.

 

– Comportera-t-il donc uniquement des compositions originales ?

– Il y a des compositions originales, mais aussi quelques reprises, car c’est une volonté de faire des reprises. Mon répertoire part d’un désir d’hommage aux marins, donc les reprises y ont leur place.

 

– Y a-t-il dans cette démarche une volonté d’entretenir et transmettre, un patrimoine chansonnier qui se perdait, un peu à la manière dont le Cri Du Peuple, dont tu as fait partie et qui reprend trois de tes chansons sur son album « La Voix contre son Maitre », extirpe de l’oubli de vieux chants de révolte et de lutte pour les faire revivre ?

– C’est ça, exactement. C’est un patrimoine qui se perd, parce qu’on n’est plus au temps de la navigation à voiles. Beaucoup de chansons étaient en lien avec les manœuvres des matelots lorsqu’ils hissaient les voiles par exemple. Maintenant que tout est motorisé, il y a beaucoup moins de manœuvres et de labeur ; la vie est simplifiée quand même. Et tant mieux pour les bonhommes. Mais du coup, on ne chante plus du tout sur les bateaux, et on ne fabrique plus de chansons. Du moins plus pour les mêmes objectifs : aujourd’hui on ne chante plus que pour le plaisir, et non pour s’aider à garder le cap et supporter les souffrances. Parce que ce n’était pas seulement chanter pour s’aider à la tâche, mais chanter plutôt que dépérir. Et ça, ça a été de tout temps. Chanter plutôt que d’être dans la nostalgie de la femme qu’on a quittée, des parents qu’on a quittés, car certains embauchaient comme matelot dès l’âge de huit ans.

 

– Est-ce selon toi une forme de Blues ?

– C’est ça ! C’est une habitude intrinsèque aux humains de se rassembler grâce à la chanson, et endurer une vie dure.

 

– Est-ce que la dimension sociale, même s’il peut être anachronique de parler de revendications politiques, qui peut s’exprimer dans ce répertoire racontant des conditions de vie précaires, prolétaires, est importante aussi pour toi, en vertu de tes convictions philosophico-politiques?

– C’est effectivement quelque chose qui m’anime depuis longtemps, de chanter des chansons de masse, des chansons de lutte, des chansons de revendications. Comme avec le Cri du Peuple. Quand j’ai monté la Fiancée di Pirate, j’étais encore dans le Cri du Peuple. Mais j’ai déménagé près de St Macaire et ne pouvait donc plus aller aux répétitions. Et puis j’avais animé des chorales durant douze ans comme chef de chœur, ce qui est une expérience très enrichissante, mais c’était fatiguant aussi. J’apprécie de simplement exécuter, sans avoir à tout organiser. Dans cet univers précis, avec La Fiancée du Pirate, il n’y a pas clairement de revendication politique ou sociale dans les textes. Mais de façon sous-jacente, si, car ce sont des chansons qui portaient toutes les souffrances des gars sur les bateaux, les violences subies de la part des hiérarchies, les douleurs subies physiquement, les souffrances morales et affectives en termes d’éloignement de leurs proches, de rapports rudes entre eux. Les conditions de vie étaient tellement inhumaines qu’il y avait beaucoup d’alcoolisme aussi, la seule façon de supporter tout cela. Fournir l’alcool aux hommes était pour les armateurs et les capitaines le moyen de leur faire accepter ces vies.

 

 – Parmi vos reprises, avez-vous des chants très anciens ?

– Le plus veux qu’on chante est un chant du XIXème siècle, « Le Grand Coureur », qui est une chanson traditionnelle bretonne. C’est marrant cette question, car en ce moment, je suis en quête justement de chansons beaucoup plus anciennes, pour essayer de retrouver une autre écriture et un autre contexte. Plus on s’éloigne temporellement, plus ces chansons ont disparu sans laisser de trace, puisqu’elles étaient forcément de tradition orale et n’ont pas toujours été notées.

 

– Et n’y a-t-il pas de compilation des chansons de la piraterie ?

– Il n’y a pas beaucoup de chansons de pirates. Peu ont été écrites et sont restées dans la mémoire. Mais certainement que sur les bateaux de pirates, on chantait des chansons de marins. Les pirates ne se considéraient pas forcément comme dissociés du reste du milieu marin. Ils y étaient associés, même s’ils étaient isolés, autogérés et prenaient en charge leur propre équipage. Je ne pense pas qu’il y ait eu de chant spécifique à la piraterie. Mais un auteur et interprète contemporain, Michel Tonnerre, a écrit de superbes chansons sur les pirates. Aujourd’hui il y a un fantasme romantique de la piraterie, mais je pense que si on l’avait vécue à l’époque, on en reviendrait, car ce n’était pas tout rose. On a pioché chez les auteurs contemporains. Outre Victor Hugo, Michel Tonnerre est un artiste chez qui ont a pioché des choses, et qui a cette sensibilité à l’univers de pirates, à l’univers libertaire aussi.   

 

– Du coup ce texte de Victor Hugo n’est-il pas le plus ancien que vous chantez ?

– Oui, « Chanson de Pirates » est un texte faisant partie des Orientales. On ne la joue plus. Mais pour le coup, c’est un des textes les plus anciens de notre répertoire. Il parle des pirates qui allaient chercher des nones et les amenaient comme esclaves dans les pays musulmans. C’était ça, la piraterie, aussi : certes c’était des gars qui vivaient en autogestion, non soumis aux rois, mais c’était encore un univers patriarcal, sexiste et très violent envers les femmes. Il y a eu quelques rares femmes qu’on a vu atterrir dans ce milieu. Mais il fallait qu’elles se costument.

 

– Ce soir vous allez reprendre une chanson des Pogues « The wake of the Medusa ». Vous intéressez-vous aussi aux répertoires marins étrangers ?

– Nous ne les avons pas encore explorés, mais oui. J’imagine que dans le répertoire canadien, québécois, il dot y avoir des pépites. Pour l’instant on a découvert tellement de belles chansons des ports français, et aussi relatives aux époques et à leurs réalités. On chantait à un moment une chanson sur l’esclavagisme, « Esclaves » [reprise par le cri du Peuple sur son album récemment sorti]. On essaye de mêler cela aussi à la situation politique de l’époque, des diverses époques d’ailleurs. Alors nous avons effectivement intégré sur le prochain album une reprise des Pogues, qui est une très belle chanson. Parce qu’avec ce prochain album, on voulait aussi se diriger vers un côté un peu plus Rock. Comme nous avons désormais un contrebassiste, Jérôme, on avait envie d’un côté un peu plus Rock’n’Roll, un peu moins chialant. Moi, si je m’embarque, je peux faire des chansons à pleurer toute ma vie. J’adore cela. Mais il faut aussi se renouveler et proposer autre chose, pour continuer à tourner et avoir une autre énergie, surtout qu’en Gironde, on a quand déjà fait le tour de pas mal de lieux. Donc on a choisi des chansons un peu plus guillerettes comme « The wake of the Medusa » ou « La Carmeline », puisque a contrario, mes chansons ne sont pas très joyeuses. On a trouvé ainsi un équilibre.

 

– Et puis, étant donné que, comme d’autres musiciens qui ont par ailleurs des convictions et un engagement politiques, vous jouez sur des lieux de lutte, la dimension festive est importante aussi pour dynamiser ces moments et leur transmettre une énergie combative. A ce propos, comment reliez-vous peut-être l’Histoire maritime dont vous parler avec l’actualité des réfugiés qui s’embarquent pour la traversée des mers, et de l’enfer aussi, dans l’espoir d’une vie meilleure ou juste la fuite d’une vie impossible ?

– Alors on n’a plus joué depuis longtemps pour les réfugiés ; on n’a pas été sollicités pour cela, mais il est vrai qu’on ne s’est pas proposés non plus. Ce que vivent les réfugiés dépasse notre idée de la mer et la fantasmagorie du romantisme qu’on peut mettre là dedans. Je me demande si le fait qu’on n’ait pas été jouer pour des migrants n’est pas du à cela aussi. L’idée qu’on parle de la mer dans toutes nos chansons peut poser problème par rapport à leurs traumatismes et leurs propres souffrances. Je pense que ça n’aurait peut-être pas été recevable, pas décent. Présentement il y a une situation dramatique, et dans ce cadre là, ce n’était pas à nous d’aller parler de la flotte avec des chansons qui évoquent certes une réalité dure, mais qui sonneraient mal à propos dans un contexte de soutien aux migrants.

 

– D’où vient le choix du nom de ton groupe ? Du film ?

– Non. Ce n’est pas en rapport avec le film, mais avec une chanson de l’Opéra de Quat’Sous de Kurt Weill et Bertolt Brecht, « La Fiancée du Pirate », et qui a aussi été chantée par Juliette Gréco. Je l’avais entendu la première fois de manière isolée de l’opéra, et Gréco, accompagnée d’une symphonie, avec sa voix âcre, cassée, parle la chanson plus qu’elle ne la chante. C’est très beau, mais j’ai eu envie d’en faire une reprise, et re-arrangeant la musique. C’est devenu notre chanson-phare, et par conséquent le nom du groupe. Et puis vu que je suis une femme qui chante des chansons de marins, et que ça ne se fait pas, puisqu’on ne peut être la mémoire des hommes, n’ayant pas vécu ce qui se passe sur les bateaux -même actuellement dans les festivals de chants de marin, il y a peu de femmes-, je me suis dit, voilà un nom qui colle : la fiancée du pirate va ouvrir sa gueule.

 

– Même parmi les femmes de marins, travailleuses en lien avec la mer, comme les ouvrières des conserveries de sardines, on ne reprenait pas ces chansons ? Ou peut-être avaient-elles leur propre répertoire ?

– Pour prendre l’exemple de la révolte des Penn Sardin des usines de Douarnenez en 1924, elles avaient leurs chansons, « Saluez Riches Heureux » par exemple. Mais les femmes de marins n’ont pas forcément écrit leurs chansons. Ce sont plutôt des auteurs masculins qui ont écrit sur elles. Les femmes n’ont pas trop écrit à l’époque pour parler de leurs conditions de femmes ; d’ailleurs elles étaient peut-être mieux entre elles lorsque les hommes partaient. Il y avait déjà de gros problèmes d’alcoolisme sur les bateaux, mais lorsque les hommes rentraient au port, ils continuaient de boire. Douarnenez avait de fait une organisation très matriarcale, puisque c’était les femmes qui organisaient et géraient la vie, et la chaine économique partait d’elles, puisque si elles ne vendaient pas les produits de la pêche, les hommes n’avaient pas de travail. C’est pour cela qu’elles avaient tous les pouvoirs d’enclencher une grève et la faire aboutir. Mais avaient-elles le temps, le pouvoir ou l’envie d’écrire sur elles-mêmes en pensant que c’était important de préserver cette mémoire ? Pas sûr.

 

– Sans doute rêvaient-elles d’un autre avenir pour leurs enfants que de pratiquer le même métier et perpétuer la même façon de vivre ?

– Ça, c’est dit souvent dans les chansons : je préfère que tu te casses les deux jambes plutôt que de faire comme ton père. Ce sont des auteurs hommes qui écrivaient cela, mais doit correspondre à un sentiment réel.

 

– Qui constitue la formation actuelle ?

– La formation actuelle a quatre mois. Jérôme, le contrebassiste a été le dernier à intégrer le groupe. Quentin, le guitariste est là depuis deux ans, et Bubu au violon depuis dix ans. Avant il y a eu Tot, des Rageous Gratoons à la guitare, Fabien des Turbo Billy, Marie-Claude Meurisse. Et puis on avait notre Chinois [ici] qui a fait le son de notre premier album et nous a suivi sur toutes les dates, notre capitaine, avec sa casquette et son caban. Ce groupe est une superbe aventure, car c’est de l’authentique. Déjà car on porte des textes authentiques, et puis parce que chaque personnage qui a fait parti de ce groupe avait un lien avec la mer ; chacun avait une gueule, des attitudes, des comportements de vieux loup de mer, une histoire avec la mer. Chaque membre du groupe, même si certains l’ont quitté, y avait sa place énergétiquement. Tant que c’est comme ça, on continue !

 

Avec mon remerciement à Isa pour l’occasion

 

Liens : https://www.larouteproductions.com/nos-artistes/la-fiancee-du-pirate/

https://www.facebook.com/La-Fianc%C3%A9e-du-Pirate-1406450882983712/

 

Miren Funke

ELTONOLOGY – interview de Thomas Février…

11 Août

Photo promo Eltonology live 04ELTONOLOGY – interview de Thomas Février, chanteur et pianiste de ce Tribute Band, hommage à Elton John, à la sortie d’un spectacle époustouflant où 7 musiciens professionnels, consciencieux et déjà complices, ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Eltonology est un voyage dans le temps en excellente compagnie et un vrai moment de bonheur partagé que l’on ne va pas bouder après cette longue période de disette.

1) Bonjour Thomas, qui est Elton John ?

–  Elton John est un chanteur, pianiste et compositeur britannique que j’ai vu pour la première fois sur scène alors que j’avais à peine 17 ans. C’était mon tout premier « gros concert ». Il se produisait l’hippodrome de Vincennes, en co-plateau avec Eric Clapton. Je n’oublierai jamais cette soirée. C’est en voyant Elton John ce jour-là que j’ai réalisé que je voulais me consacrer entièrement à la musique, composer, chanter et monter sur scène.

2) Ton parcours assez atypique, du moins varié, est-ce que les gens qui te suivent sont surpris de ce « virage » entre des spectacles plus intimistes et ce show grand public son et lumière ?

J’ai donné mes premiers concerts à l’âge de 18 ans. J’ai toujours chanté mes propres chansons, dans ma langue maternelle, le français. Bien que mon univers puisse sembler plus « intimiste » que celui d’Elton John, j’aime donner une dimension « show » à mes lives. J’aime qu’il y ait du mouvement, de la couleur, que l’on s’amuse sur scène et que certains titres plus entraînants contrastent dans l’énergie avec des chansons plus mélancoliques. Aussi, il n’est pas rare que je me lève du piano ! Communiquer avec le public est capital pour moi, dans les mots tout autant que dans l’énergie. Je crois que c’est cela qui m’a tant marqué lors de ce premier concert auquel j’ai assisté. Ceux qui me connaissent depuis longtemps et m’écoutent savent d’où je viens et ne sont pas surpris que je rende hommage sur scène à Elton John. Je n’ai jamais caché mon engouement pour cet artiste. Je m’en suis nourri, il fait partie de mes inspirations, notamment dans mon rapport à la scène et au public. Reprendre Elton John aujourd’hui est pour moi une manière toute personnelle de lui dire merci.

3) Eltonology est un tribute band, un projet qui existe depuis plusieurs années, comment s’est passée la rencontre ?

Eltonology existe maintenant depuis 6 ans. Après le départ du précédent chanteur, le groupe a publié une annonce qu’un ami batteur m’a transmise. J’ai appelé aussitôt et suis allé passer une audition. Je me suis tout de suite entendu avec toute l’équipe. Nous partageons la même vision de la scène et du travail. Cette rencontre a été pour moi comme une évidence. La difficulté pour Eltonology était de trouver à la fois un chanteur et un pianiste suffisamment à l’aise avec ce répertoire. De mon côté, je dirais que plus que n’importe quel professeur ou formation, c’est Elton John qui m’a appris le piano. À 14 ans déjà, je rejouais ses chansons d’oreille. Passer cette audition n’a pas été non plus facile. Les membres d’Eltonology sont exigeants à juste titre. Il a fallu que je re travaille les chansons pianistiquement et vocalement afin d’être encore plus fidèle à l’esprit. Cela a été pour moi une très jolie retrouvaille avec mon adolescence, avec toutes ces soirées où j’écoutais, émerveillé, ces chansons et tentais de les reprendre au mieux. C’est un répertoire dense et très pointu au niveau de l’énergie et de l’interprétation.

4) Quel est le parti pris du projet ?

Photo promo Eltonology live 05Le jeu d’un Tribute Band est en général de coller le plus possible à l’artiste. Avec Eltonology, je dirais que nous « jouons et racontons Elton John ». Nous ne l’imitons pas. Nous sommes fidèles à l’énergie et à ce qui a été écrit et joué depuis tant d’années. Je m’amuse à me rapprocher de son jeu de scène, à « jouer avec le public » comme lui le ferait, mais d’un autre côté, j’aime raconter ma rencontre avec Sir Elton, avec ses chansons, comme elles ont pavé ma vie, comme lui-même m’a inspiré. C’est là l’occasion d’une rencontre entre l’enfant fan que j’étais et l’artiste reconnaissant que je suis aujourd’hui. Ensuite, nous voulions aussi nous baser sur une période précise de la carrière du chanteur. Celle que les jeunes générations ne connaissent pas forcément. Je veux parler des années 70-80, avec leur lot de fantaisie, d’exubérance galvanisante. C’est pour cela que nous avons fait appel à une costumière, Géraldine Maamar-Dine, afin de réaliser les tenues emblématiques du chanteur dans ces années-là. Encore une fois, ici, elle ne les copie pas, mais les recrée en y ajoutant sa propre vision. Il est clair pour nous tous que nous n’imitons pas Elton John sur scène, mais que nous nous efforçons de donner un aperçu fidèle et honnête de sa carrière, empli de tout l’amour que nous avons pour ses chansons et son univers en général.

Nos premières dates confirment que nous prenons un plaisir immense à jouer ensemble, autour de cet univers. Nous sommes complémentaires. Chacun apporte sa pierre. Nicolas Kieffer, à la batterie, donne le rythme et le « la » du projet. Il se charge également de tout l’administratif. Perrine Pépite à la basse et lui sont les deux fondateurs d’Eltonology. La présence de Perrine sur scène, sa bienveillance, est quelque chose de très rassurant et de très porteur pour moi. Maxime Lacote à la guitare et aux choeurs assure la ligne, dirons-nous, esthétique, garant de la cohérence du groupe vis à vis de l’original. Gabriel Palmieri, à la guitare également, apporte une grosse part de sensibilité et d’humanité dans les parties jouées, totalement complémentaires des parties de piano. Aux percussions, Sébastien Buffet occupe la place du fameux Ray Cooper, qui a suivi Elton John pendant des années, lors de ses plus prestigieux concerts. Mélanie Rohmer est chanteuse. Sa solidité au chant est un véritable atout pour tout ce qui est du travail sur les choeurs, en complicité avec Maxime. Hors de la scène, nous avons également fait un énorme travail de son avec Maxime Poirot. La création lumière est signée Thib’s. Dans Eltonology, chacun a mis du sien, mais s’est surtout plongé entièrement dans l’univers d’Elton John, en y apportant sa propre inspiration. Pour ma part, cette équipe allie sourire et travail sérieux. Nous nous entendons, nous soutenons et nous faisons confiance. C’est tout ce que j’attends d’un groupe. Avec cette belle équipe, solide et bienveillante, je n’ai plus qu’à poser mes doigts sur le piano, chanter, me lever, faire valser mon tabouret et sauter dans tous les sens !

5) Comment t’es-tu préparé à faire ce show ?

Je connaissais déjà la plupart des chansons que nous jouons. Aussi, me replonger dans le répertoire n’a pas été la tâche la plus difficile pour moi. J’ai retravaillé quelques titres concernant lesquels j’avais, au fil des années, pris de « mauvaises habitudes », erreurs d’accords, mauvais placement de la voix, etc… Les chansons d’Elton John demandent beaucoup de précision et de rigueur. Mais le plus gros du travail a été pour moi la gestion de l’énergie scénique. Comment tenir 2h20 de scène en alternant ballades et rocks endiablés ? Le plus difficile a été et reste la préparation physique. J’ai arrêté de fumer et me suis remis au sport. Parallèlement, j’ai repris un travail régulier sur le souffle et la voix. Chanter Elton John exige une grande puissance vocale et une énergie constante, quoique différente selon les titres. Sans préparation physique, cela peut être vite épuisant.

6) Es-tu Thomas Février sur scène ? Est-ce que c’est reposant de jouer quelqu’un d’autre et d’être soutenu par autant de musiciens ou au contraire une incarnation physique avec plus de pression ?

Avec Eltonology, Je suis avec un large sourire Thomas qui dit un immense merci à Elton. On ne peut pas dire que je sois Elton John. Je m’amuse simplement, entouré d’une fantastique équipe et avec tout l’amour du monde, à faire découvrir ou redécouvrir son extraordinaire répertoire. Dans mes propres concerts, l’énergie scénique est très proche de ce que je donne avec Eltonology. Les costumes, les « digressions eltoniennes », sont des clins d’oeil emplis de reconnaissance que je lance à cet artiste que j’aime profondément. Incarner tout en restant soi-même, quel travail ! Mais cela n’est possible que parce que je suis si bien entouré.
C’est l’histoire d’un ancien rêve d’enfant qui devint réalité d’adulte.

Le site officiel : https://eltonology.com

La tournée :

14.08.2021  Chartrestivales Chartres (France)

20.08.2021  Eltonology 5tet @ Estivales de Moyenmoutier  Moyenmoutier (France)

21.08.2021 Eltonology 5tet @ L’été chez Stan Commercy (France)

27.08.2021 Festival Musiques Plein Sud Joncherey (France)

05.09.2021 Le Kiosque Freyming-merlebach (France)

06.11.2021 Espace Georges Sadoul Saint-dié-des-vosges (France)

20.11.2021 Muret Tribute Festival Muret (France)

Valérie Bour

Sortie du livre posthume du chanteur Ludo Tranier (Lareplik/Buscavida), Carnet de Déroute

2 Août

Le 17 juillet dernier, le bar Le Bateau Ivre à Pessac (33) accueillait les amis du chanteur Ludo Tranier, qui nous a quittés le mois précédent [ici] pour célébrer sa mémoire, et son amour de la vie, de la fête et des amitiés, à l’occasion de la sortie posthume de son livre, Carnet de Déroute, que ses proches organisaient là.

Le récit, dont Ludo avait évoqué le manuscrit, lors d’un premier entretien alors qu’il était en cours d’écriture [ici], et qu’il s’amusait à présenter avec autodérision comme « à mi-chemin entre Bernard Lavilliers et Bernard Menez », raconte avec humour, tendresse et un certain réalisme familier les émotions, aventures et mésaventures vécues lors de son périple baroudeur en Argentine et Uruguay, qui a été source d’inspiration pour plusieurs chansons de son groupe Buscavida.

Non, je n’oublierai jamais la baie de Rio
La couleur du ciel, le nom du Corcovado
La Rua Madureira, la rue que tu habitais
Je n’oublierai pas, pourtant je n’y suis jamais allé 

chantait Nino Ferrer (« La rua Madureira »). Après la lecture de Carnet de Déroute, j’ai le sentiment, moi aussi, que je n’oublierais jamais la conduite folle des taxis dans Buenos Aires, les poissons volants de l’océan près de Villa Gessel, et le bar Perro Que Fumar du port de Montevideo, pas plus que la Boca, « berceau du tango », les crues du Rio de la Plata, et les résidents de l’auberge YMCA acclamant « Loudo » à la guitare pour quelques chansons.

C’est bien sûr avec une émotion toute particulière qu’on avale les mots d’un ami récemment disparu. A moins que ce ne soit eux qui m’aient avalée. Dès les premiers et sans transition avec la tristesse qu’a laissée son départ, la plume de Ludo m’a happée dans cet autre hémisphère, si lointain, et semblant pourtant étrangement familier découvert à travers son regard, plongée dans l’effervescence et la frénésie des artères de la capitale argentine, rivée à la table des bars et auberges où Ludo a séjourné avec son ami Alex, et réchauffée à la compagnie des rencontres humaines qu’il y a faites. L’appréhension du chagrin qui aurait pu me submerger à la lecture du livre fut dissipée en un quart de page par un premier éclat de rire, que bien d’autres allaient suivre. De ces éclats de rire que Ludo avait l’art de provoquer, et l’intelligence de savoir indispensables au rythme de la vie, lorsqu’il relatait des situations, décrivait des personnages ou ironisait sur lui-même. C’est toute l’humanité de Ludo qu’on entend parler dans son écriture, qui nous fait vivre avec lui ces jours passés à rencontrer une autre réalité, dont le musicien épris de chansons de marins, de vérité populaire, de bars du port, de tavernes négligées, mais chaleureuses, d’horizons étrangers où palpitent des cœurs similaires aux nôtres, avait rêvé depuis longtemps, ces jours passés à traverser du paysage, participer à des manifestations, être choqué par les ravages de l’ultralibéralisme et la misère des populations, et renforcé dans ses convictions et ses principes par la solidarité et la générosité des humbles, se laisser enivrer par la contemplation de la nature luxuriante ou quelques litres de bière. Je ressenti d’ailleurs après quelques pages, comme une curieuse soif : une furieuse envie de partager une Quilmès avec lui, qui ne me quitte pas. Il se peut qu’elle vous prenne aussi. A moins que ce ne soit l’odeur des cuisines sud-américaines qui réveille votre appétit ou l’écho des musiques qu’adorait Ludo qui vienne vibrer sur vos tympans.

Carnet de Déroute est l’œuvre d’une âme vraie, un humain atypique et pourtant si authentique, un artiste passionné et intègre, un esprit rebelle, avide et aimant, une existence sincère, cohérente et fidèle à ses convictions et valeurs, qui nous raconte des moments vrais, des gens vrais, un monde vrai, et par delà sa mort, en dépit de la mort, reste si présent et vivace qu’il parvient encore à chasser les sanglots et les diluer dans des larmes de rire. « On apprend vachement d’un peuple à la façon dont il traite ses morts » écrivait-il, en racontant sa visite du cimetière où se situe la tombe d’Eva Peron. On apprend aussi sans doute beaucoup d’un humain à la façon dont il défie la mort et au souvenir qu’il laisse aux autres.

Le stock de livres est actuellement épuisé, mais une réédition est en cours et sera vite disponible, via Vigie Chapre ici https://www.facebook.com/vigie.chapre

Miren Funke

Nicolas Jules – Le yéti.*

25 Juil

yéti17 pistes à suivre

L’intitulé sème le doute.
La pochette* ne le lève pas :  un arbre. Caché derrière, un humanoïde apparemment civilisé mais c’est peut-être une ruse.
Nicolas Jules – Le Yéti.

Tournons l’objet. 17 titres où là encore le yéti joue à cache-cache. Il est mort, ressuscité, ici on prétend imiter son cri et là exhiber son putatif scalp ; quant à sa fiancée, disons pour faire court qu’elle ne donne pas dans le détail.
Nicolas Jules, le yéti ? Qui sait.
Justement, ceux qui savent – peut-être – ne pipent mot. Ce sont les musiciens : Roland Bourbon aux percussions/ batterie, Frédéric Jouhannet au violon, et parfois Nicolas Moro au dobro et Dani Brouillard à la guitare. Ils accompagnent, ils jouent, ils évoquent, ils suggèrent : des ambiances de partout sur terre et ailleurs, des battements qui mènent la danse (Records), des humeurs délirantes (Perdu), torrides (L’aventure), carrément secouées (Lavomatic),  exténuées ou apaisées (Le yéti voyage incognito). Ils font tout ça et plus encore, mais ils ne disent rien. Seuls les – fort jolis – choeurs* laissent échapper : « Vous êtes dingue » (Records) … le mystère demeure.
Sur les chansons où le yéti n’est pas, il y a des mots et non des moindres, des qui foutent les poils dans des chansons d’amour mal peignées et où ça saigne encore un peu à cause des « épines et des roses » (Colère). Il y a du mouvement, un parfait déséquilibre car Nicolas Jules a souvent un pied d’avance ou de côté, enfin bref, la rime n’est jamais où on l’attend : « vos pensées par milliers, vos baisers parfumés, vos courriers par la poste ». (Records). Il a un pied levé, pour Fuir au plus vite et son cri de ralliement est follement rafraîchissant « j’ai de l’imagination à revendre, mais je ne tiens pas à m’enrichir ». Le pied, il le met dans le plat pour lui donner un fameux relief, loin des copies fades en deux dimensions (Mort aux photocopieuses).
Le pied donc. La patte de Nicolas Jules, voire son empreinte.
Alors Nicolas Jules est-il yéti ? Peut-être… qu’importe. Il y a un monde et il y est, bien vivant, ça au moins c’est une certitude.

* album disponible sur –>    www.nicolasjules.com
* les photos de l’album sont de Thibaut Derien
* Marie Lecomte et Julie Leyder

Mélanie Plumail

« Au pied de l’Arbre », une adaptation itinérante en extérieur du spectacle « Au cœur de l’Arbre » d’Agnès et Joseph Doherty, à voir cet été sur plusieurs dates, et sortie de l’album « Aux Arbres »

23 Juil

C’est au gré des Scènes d’été en Gironde que plusieurs dates proposent au public un voyage musical, botanique et historique, à la rencontre du monde des arbres, de l’explication de leur fonctionnement vital et de la richesse de leurs propriétés spécifiques, de la découverte de certains de leurs secrets et de quelques légendes qui leur sont liées, et surtout du partage des chansons que ces êtres de résine et d’écorce ont inspirées à Agnès et Joseph Doherty, créateurs et interprètes du spectacle musical « Au Cœur de l’Arbre » [lire ici].

Avec « Au Pied de l’Arbre », le couple d’artistes franco-irlandais adapte une version itinérante de sa pièce, sous forme de promenade sur des sites arborés, interrompue de haltes au cours desquelles, ils en font vivre un récit un peu modifié, et en jouent et chantent les chansons de leurs compositions originales, enregistrées sur l’album « Aux Arbres » qui vient de sortir [lire ici]. C’est avec poésie, humour, harmonie et tendresse que ces ballades contées et mélodiques communiquent leur amour du monde sylvestre, sur l’existence, la complexité et l’intelligence biologique et sociale, et l’Histoire, les histoires, duquel Agnès et Joseph Doherty enseignent et partagent des connaissances scientifiques, folkloriques et culturelles, et sensibilisent adultes et enfants au respect des forêts, des végétaux et de la Nature.

Le moment est une ascension enivrante et très instructive vers les cimes et le bout des branches, autant qu’un plongeon vertigineux dans les racines, celles des arbres, habitat d’autres formes de vies et sources de vertus indispensables à la vie, mais aussi les nôtres. Car les artistes nous engagent en effet à la rencontre de mythes et légendes fondateurs du patrimoine culturel  de l’Humanité, issus des civilisations celte (Brigit), mésopotamienne (Guilgamesh), perse (Xerxès), gréco-romaine (Phaéthon, Apollon), amérindienne, asiatiques (« Sakura »), ou encore nordique (« Yggdrasil »), mais aussi d’œuvres littéraires (L’homme qui plantait des arbres de Jean Giono, La fée du sureau de Hans Christian Andersen, Le roi des aulnes de Wolfgang Von Goethe), et d’histoires plus récentes de combats menés par des figures militantes pour la préservation des arbres (Wangarri Maathai, Sebastio Salgado, Julia Butterfly Hill, entre autres), combats dont fut aussi celui auquel participèrent Agnès et Joseph Doherty pour sauver les marronniers de la place Gambetta à Bordeaux, abattus fin 2018, par directive du maire A. Juppé, en dépit des nombreuses protestations et de la mobilisation populaire locale [lire ici]. 

Si le dynamisme, la densité et l’intensité du spectacle empêchent de prendre racines sur place, il est en revanche fort probable que vous en sentiez pousser en vous et vouloir s’ancrer dans le terreau de cet héritage folklorique universel, pour vous relier à L’Humanité ancestrale où chacun de nous sens qu’il a ses origines et dont chacun comprend être un fruit, porteur et passeur de mémoire, à l’instar des Doherty (osons le pluriel, puisque leurs filles Oona et Ella chantent sur le disque, et Lucy en a réalisé le visuel).

Il m’est rarement donné -quelques fois, mais pas si souvent- de rencontrer, par un spectacle, cette magie, celle à laquelle on se découvre réceptif et qu’on apprend à respecter pour son pouvoir véritable de nous changer concrètement, et nous laisser quitter une œuvre artistique sans en sortir vraiment pareil. Des pièces et des chansons qui véhiculent de belles valeurs, des idées nobles et des philosophies lumineuses, interpelant la conscience et touchant le cœur, il y en a. On s’en émeut, plus ou moins superficiellement, comme on s’émeut de l’esthétisme de beaux idéaux, le temps que la représentation ou l’expression de l’œuvre dure et nous atteint, pour revenir, une fois le spectacle terminé, à notre réalité, sans que rien n’en soit changé. Avec leur travail, Agnès et Joseph Doherty réussissent, plus qu’à partager le temps d’un spectacle, à transmettre, propager et imprimer une féerie qui ouvre nos yeux différemment et ne quittera plus le regard avec lequel nous percevront dorénavant les arbres, pleinement conscients de l’intelligence, l’énergie, la présence de ces êtres de résine et d’écorce, en sympathie avec eux même, et incapables d’y rester insensibles plus longtemps et de faire comme si on ne savait pas ce qu’on sait à présent. Une féerie qui réussit, elle, plus qu’à nous atteindre, à nous pénétrer. Au Cœur ( et Au Pied) de l’Arbre nous induit à adapter naturellement, comme gouvernés par l’impératif souverain de cette vérité avec laquelle vibre désormais notre âme, notre perception, nos réactions, nos habitudes concrètes quotidiennes dans ce monde amplifié d’une autre dimension, à la conscience de laquelle il nous a ouvert. Il est de ces œuvres qui donnent à leur propos une substance, une profondeur, et un sens concrets au-delà du spectacle, et devrait être partagées par tous.

Les prochaines dates estivales girondines :  

Commande du CD « Aux Arbres » : https://www.helloasso.com/associations/ariane-productions/collectes/aux-arbres-agnes-et-joseph-doherty

Miren Funke

Photos : Miren à l’abbaye de La Sauve Majeure (33)

Liens : https://www.agnesdoherty.com/

https://www.facebook.com/agnes.doherty.73

https://www.facebook.com/joseph.doherty.54

Angélique Ionatos

9 Juil

angélique photo

Photo  de Thomas Dorn

Alexis Sevenier

Ma mère Angélique Ionatos s’est éteinte ce mercredi 7 Juillet.
J’ai du mal à trouver les mots, ils étaient si importants à ses yeux, elle qui leur a dédié sa vie.
Et puis comment résumer une carrière comme la sienne, comment parler de la mère qu’elle était.
Elle a façonné la définition de l’artiste à mes yeux, et son départ me laisse un vide immense tout en ayant conscience qu’il sera à jamais comblé par son œuvre, éternelle, et essentielle et évidemment par mes souvenirs.
Elle s’inscrit à jamais dans la dynastie des plus grands artistes de son époque, des plus grandes, des plus audacieux et des plus audacieuses.
Pour elle, l’artiste devait témoigner de son temps, et résister.
C’est ce qu’elle a fait continuellement.

Pour elle encore, la poésie était mère de tous les arts, et comme disait René Char, poète si cher à ses yeux, à ceux de mon père, et aux miens “Dans nos ténèbres, il n’y a pas une place pour la beauté, toute la place est pour la beauté”
Ses mots, ou ceux qu’elle a empruntés à d’autres, résonneront à jamais comme un guide et ne résonnent que plus fort, comme jamais auparavant, depuis qu’elle est partie.
Elle me manque déjà terriblement, mais je l’imagine aux côtés de ses pairs, de mon père, quelque part en Grèce sans aucun doute.
Le regard d’aigle c’était mon père, et elle définitivement les effusions de mésanges, René Char, encore.
Son héritage dépasse l’entendement, mon amour pour elle aussi

Une rétrospective d’Eric Delhaye est à lire ici –>  https://www.telerama.fr/…/la-chanteuse-angelique…

Qu’y a-t-il à l’intérieur d’une chanteuse ? Avec Lise Martin…

30 Juin

1-Lise Martin AAAred 2191x2460 2191x2460-001Qu’y a-t-il à l’intérieur d’une chanteuse ? Et comment naissent ses chansons ? Le propos pourrait se développer au masculin, mais l’idée étant née d’une conversation entre Lise Martin et une spectatrice, radioscopons Lise ..

Il y a une jeune fille qui au cours de son parcours scolaire a exploré les arts graphiques, avec en filigrane le goût de l’écriture, avec l’envie de faire vivre des histoires,  ce qui la conduit à une école de théâtre et une fac de cinéma … … et puis, c’est presque un pas de côté dans le parcours qui invite la chanson dans sa vie, sans vraiment y croire, comme un monde lointain vaguement familier, vaguement étranger, mais dans un flou accessible .. et au final, il y a la chanson, celle qui raconte, celle qui fait danser l’âme devient la synthèse évidente : 3 mn de chanson, c’est un conte, un témoignage, un scénario, la musique vient sur les mots, et la chanson est née.

« Chanter était un rêve d’enfance, un secret bien gardé car semblant inaccessible… mais j’avais ressenti très jeune une immense joie procurée par le fait de chanter. » «

Dans un spectre élargi de Lise Martin, il y a de l’intime, et il y a l’observation du monde, l’écoute, on perçoit que les musiques se sont nourries du meilleur , un swing légèrement teinté de blues, élégant et épuré, la jeune fille a grandi, elle construit une œuvre faites de chroniques chantées, en prolongeant la lignée des troubadours, elle explore d’autres répertoires, Leonard Cohen ou Vladimir Vissotski , et comme un écho de Ferrat,

Le monde ouvert à ma fenêtre que je referme ou non l’auvent
S’il continue de m’apparaître, comment puis-je faire autrement ?
Je ne chante pas pour passer le temps …

Qu’y a-t-il à l’intérieur d’une chanteuse ? Esquisse en quelques chansons,

 

 

 

 

 

Jeu de massacre , [1934]‎ Créée par Marianne Oswald
Paroles d’ Henri-Georges Clouzot  et Jean Villard-Gilles, Musique Maurice Yvain

 

 

La lettre  Vladimir Vissotski

 

Norbert Gabriel

 

Concert de Julie Lagarrigue au Haillan (33): du groove dans la poésie

28 Juin

img_5384-3

Ce samedi 19 janvier avait un goût particulier d’excitation pour moi, celui bien sur des retrouvailles avec la Chanson scénique depuis de longs mois de séparation, la vivante, la palpitante, celle qui respire en sursis, comme tendue entre la crainte d’une déception et l’espoir d’un bouleversement, dont on ne peut jamais prédire lequel des deux viendra saisir ou happer le cœur. Excitation démultipliée à l’idée d’inaugurer cette fin de confinement avec une artiste, dont la grâce et la malice ensorcèlent nos regards autant que la poésie émerveille nos sens, et l’inventivité bouscule nos pensées : Julie Lagarrigue était invitée aux soirées « Bamboche à l’Entrepôt » au Haillan, près de Bordeaux, pour un concert évènement de présentation au public des chansons de son prochain album « La Mue du Serpent Blanc ».

img_5360-3IMG_5376 (3)C’est donc  avec un répertoire inédit, exception faite de trois titres du précédent album (« Le jardin manque d’eau », « Je parle comme je pense » et « Le beau de la forêt ») et d’une reprise de chanson créole jouée en rappel, que Julie Lagarrigue venait offrir un moment de beauté et de chaleur aux amoureux de la Chanson qui s’étaient donnés rendez-vous au Haillan. Profitons-en pour un mot de remerciement aux membres de l’équipe qui ont œuvré à l’organisation, la tenue et le bon déroulement des spectacles dans un esprit convivial. Saluons également le professionnalisme des deux musiciens qui accompagnaient Julie Lagarrigue pour la première fois et ont porté avec elle ses chansons en y mettant de l’âme et du groove : Frank Lemeyrgie (percussions) et Marc Closier (flûte traversière, clarinettes, saxophones, melodica, piano).

img_5428-3L’artiste, souvent partie chercher dans l’autre, le différent, ce petit quelque chose qui rend sa créativité et son expression singulières, nous avait depuis longtemps désaccoutumés au classicisme de la Chanson Française, par un enrichissement aventurier, mutin, rendant un peu d’évidence à l’insolite et de la proximité au lointain, guidée par une intuition heureuse. Cette fois, c’est dans l’ailleurs qu’elle promène son imagination, et c’est encore avec d’autres couleurs que les chansons venaient danser et swinguer auprès et autour de nous, et nous inviter à suivre leurs pas, au grès de rythmes entrainants puisés dans ou influencés par les Musiques du Monde, qui vous attrapent les pieds et les épaules dans des mouvements irrésistibles.

img_5396-3« La mue du serpent blanc » ouvrait donc ce bal envoutant par une atmosphère shamanique, alternée en suivant dans la douceur de berceuse chaloupée du second titre « Si tu la voyais », avant que le solo charmeur d’une clarinette rieuse sur le morceau « Notre secret » nous ravisse. La Chanson allait encore se promener vers des horizons reggae (« Nuits d’Insomnies ») sud-américains (« Le tango des squelettes », à croire que la cuisine de Julie Lagarrigue est petite sœur de la maison de la famille Adams) ou encore dub (« Regardes comme il danse »), et blues (« Mon monde intérieur »). Malgré une poésie exprimant toujours avec délicatesse et grâce des émotions très intimes et pas forcément joyeuses ni légères (« La mer est immense », « Je cours », « Mon monde intérieur »), métaphorique et pourtant intuitivement limpide pour qui entend entre les lignes quelques vérités se révéler, et la mise en musique de deux textes écrits pas sa mère (« Il s’appelait Ghislain », et « Ma douce » sur l’amour filial, qui sonne comme une réponse à la chanson « Septembre » de l’album « Fragile, Debout »), l’impression générale de ce concert fut celle d’un moment très groovie, où les mots swinguaient, les chansons chaloupaient, balançaient, et nous entrainaient à suivre les notes, les rêves et les pas de danse de Julie Lagarrigue encore vers autre part.

Cet album sera beau, très beau. Une souscription est en cours pour son financement ici : Lire ici

img_5390-3

Miren Funke

Lien :https://leveloquipleure.fr/

Salvador et Monsieur Henri…

27 Juin

Salvador-et-Monsieur-Henri-web

On a tous en nous quelque chose de Mr Henri, une chanson douce ou drôle, une chambre avec vue sur Syracuse, et dans ce grand écart, une ribambelle de chansons entre tendresse, humour, cartoon déjanté, rock foutraque;  et ce patchwork musical trois étoiles est conduit par un duo qu’on peut situer entre les Marx Sisters, ou les sœurs Frégoli de la scène musicale : la dream team ACJP, Anne Cadilhac et Juliette Pradelle, deux pétulantes drôlesses que le bon Cab Calloway aurait bien embauchées au Cotton Club.

Dans ce festival mené façon Tex Avery, Zorro croise Jane B. et Serge au jeu du chat et de Minnie, on apprend que la maladie d’amour peut frapper aux genoux, que Syracuse revue et réarrangée façon ACJP a d’autres charmes que les grands oiseaux qui s’amusent à glisser l’aile sous le vent … Mais dans leur fantaisie extravertie AC et JP montrent surtout l’excellence et la diversité des compositions d’Henri Salvador. On y trouve un hommage enflammé par Juanita Castafiore/Juliette Pradel, des citations pianistiques subtiles par Anne Cadilhac le tout dans un entrelacs de paroles et musiques foisonnant et pétillant, avec en leitmotiv pour le spectateur séduit, « On y retourne ? » Pourquoi pas ? Mais ce sera en Septembre, même lieu, si ça se trouve, on peut même réserver ..

Anne Juliette et Henri JB et SGEn attendant, si c’est pas la joie tous les jours, faut rigoler, ça peut pas faire de mal, et on va faire comme si le lion n’était pas mort, et comme si Monsieur Henri nous envoyait une bonne rasade de son rire Médrano, un bon remède à la mélancolie.

Les plus observateurs auront noté quelques traces de chansons, et un clin d’oeil à un acte fondateur de la vie d’artiste de Salvador, comme le rire Médrano … A vos claviers … Wiki est votre ami … et puis, si le travail c’est la santé, je tiens à la conserver, ce sera donc la coda de ce babillage.

 

Pour réserver, c’est là → https://www.essaion-theatre.com/spectacle/921_salvador-et-m-henri.html

Et pour quelques photos de plus …

1-Montage Mr Henri réduit 27-06-2021 23-18-59

Norbert Gabriel

%d blogueurs aiment cette page :